LATINE LITTÉRATURE

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

On comprend en général sous l'expression « littérature latine » les textes latins littéraires composés entre le iiie siècle avant J.-C. et le ive siècle de notre ère. C'est la littérature de Rome : de la République conquérante, puis de celle de l'Empire, aux meilleurs temps. Elle a suivi une évolution don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_188

AMMIEN MARCELLIN (330 env.-env. 400)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 330 mots

Historien latin. Grec d'origine et sans doute né à Antioche dans la première moitié du iv e siècle, Ammien Marcellin sert dans une cohorte de cavalerie en Orient sous le règne de Constance II. Grâce à l'affection et à la protection du commandant de cette cohorte, Ursicinus, il devient l'un des gardes du corps de l'empereur, son « protecteur domestique ». Il suit Ursicinus pour mener une courte ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammien-marcellin/#i_188

APULÉE (125-env. 180)

  • Écrit par 
  • Simone VIARRE
  •  • 1 344 mots

Écrivain et philosophe néo-platonicien du ii e  siècle, Apulée est surtout connu comme l'auteur d'un roman d'aventures à tendances philosophiques intitulé L'Âne d'or ou Métamorphoses . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apulee/#i_188

ARRIEN, lat. FLAVIUS ARRIANUS (105 env.-env. 180)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 362 mots

Historien et philosophe de nationalité romaine, mais d'origine et de langue grecques, Flavius Arrianus est né à Nicomédie, en Bithynie. Il fait de solides études de philosophie à Rome où il a pour maître Épictète dont la pensée et la culture auront une profonde influence sur l'empereur Marc Aurèle. Ouvert à l'hellénisme dont Arrien est un des représentants, l'empereur Hadrien l'accueille à sa cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arrien-lat-flavius-arrianus/#i_188

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éloquence et poésie »  : […] Les deux nuances vont rester confrontées à travers l'histoire. Dans le Pro Murena (62 av. J.-C.), Cicéron reprend la théorie de l'inspiration qui lui vient de Platon et d'Héraclite et tente de la concilier avec l'éloquence prônée par Aristote. Dans l' Orator , il pose la doctrine du beau idéal (l'artiste prend l'Idée pour modèle), qui gardera beaucoup d'influence. Dès son premier traité de rhéto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_188

AULU-GELLE (130 env.-env. 180)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 205 mots

Aussi bien à Rome, où il apprit la littérature (« grammatica ») et la rhétorique, qu'à Athènes, où il étudia la philosophie, Aulu-Gelle (Aulus Gellius) eut pour maîtres et amis de nombreux hommes de talent. Il fut nommé juge dans un tribunal civil à Rome. Les Nuits attiques ( Noctes atticae ), écrites en partie à l'intention de ses enfants, sont divisées en vingt livres. Le début de la préface ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aulu-gelle/#i_188

AURELIUS VICTOR (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 170 mots

Sextus Aurelius Victor Afer appartient à l'ère de la renaissance constantino-théodosienne, époque où apparaissent dans les lettres latines les abréviateurs, historiens qui écrivent des résumés. Préfet de Rome sous Théodose (empereur en 379), Aurelius Victor est un abréviateur qui garde cependant certains caractères de l'historien ; dans les biographies, par exemple, il cherche à dégager les faits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurelius-victor/#i_188

AUSONE, lat. DECIMUS MAGNUS AUSONIUS (309?-? 394)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 211 mots

Né à Bordeaux, Decimus Magnus Ausonius fit ses études à Toulouse. Il revint dans sa ville natale, où il enseigna la grammaire, puis la rhétorique. Appelé à Trèves pour être précepteur du futur empereur Gratien, Ausone fut élevé au consulat (379). Après l'assassinat de Gratien (383), il revint définitivement à Bordeaux, où il mourut. Parmi ses Opuscula , qui révèlent un versificateur habile, mais b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ausone-lat-decimus-magnus-ausonius/#i_188

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « La « Poétique », un texte fondateur »  : […] Le texte fondateur de cette tradition spéculative est la Poétique d'Aristote, composée au milieu du iv e  siècle avant J.-C. D'après Aristote, toute forme d'expression artistique se fonde sur la mimèsis , terme que l'on traduit, alternativement, par imitation ou représentation. Pour ce qui est de la mimèsis poétique, Aristote considère qu'elle a pour objet les actions des hommes. Ce postulat l'am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_188

CATULLE (82-52 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean GRANAROLO
  •  • 2 509 mots

Peu d'œuvres antiques sont aussi fertiles en surprises que les poésies de cet « Alexandrin », avec leurs contrastes de ton, de facture, d'inspiration. Peu d'œuvres antiques, cependant, sont animées, emportées par un souffle lyrique d'une aussi constante authenticité. Le chantre de Lesbie a conféré au sentiment amoureux une nouvelle dimension : une profondeur d'émotion et d'attachement inconnue ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catulle/#i_188

CENTON

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 975 mots

Dans le chapitre « Des fragments de Virgile pour célébrer le Christ »  : […] Grecs et Romains n'ont pas traité le centon comme un amusement sans conséquence, qui disparaît sans laisser de traces après qu'on s'en est diverti un instant. Nombre de ces pièces ont été copiées et diffusées, on dirait aujourd'hui éditées. Ainsi, le centon témoigne, à sa modeste place, d'une certaine conception de la culture et mérite d'être examiné à ce titre, et non point comme une simple curio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centon/#i_188

CÉSAR (101-44 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET, 
  • Michel RAMBAUD
  •  • 7 689 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mémorialiste et propagandiste »  : […] César ne fut pas un homme de lettres ; aristocrate désargenté, il ne vécut jamais de sa plume, mais il reçut à domicile une parfaite formation littéraire de son maître, le rhéteur et grammairien M. Antonius Gnipho, puis à Rhodes en 76-74 du célèbre Apollonios Molon. Pour les contemporains, son éloquence valait celle de Cicéron. Jeune, comme tout Romain de ce milieu cultivé, il avait taquiné la mus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar/#i_188

CHALCIDIUS (1re moitié IVe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 133 mots

C'est principalement grâce à Chalcidius que le Moyen Âge latin a dû la connaissance relative qu'il eut de Platon. Ce philosophe néo-platonicien, probablement chrétien, avait, en effet, établi une traduction latine d'une partie du Timée qui, accompagnée d'un commentaire, allait avoir une grande influence, au xii e  siècle, en particulier sur l'école de Chartres et, par là, sur les théories cosmolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chalcidius/#i_188

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ouvrages de rhétorique »  : […] Cedant arma togae . Cicéron n'avait pas d'autres moyens d'action et d'influence que son éloquence. C'est en ce sens qu'on peut assimiler à un traité politique ses trois livres de dialogues à la manière d'Aristote, De oratore (55) ; il avait déjà écrit, vers 88, deux livres De inuentione , dont il devait plus tard condamner la forme scolaire. À partir de 46, profitant des loisirs forcés offerts pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron/#i_188

CLAUDIEN CLAUDIUS CLAUDIANUS (370 env.-env. 404)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

Poète latin né vers 370 à Alexandrie, mort 404 env. à Rome. Claudien (en latin Claudius Claudianus) est le dernier grand poète de la tradition classique. Après avoir quitté Alexandrie pour Rome, il abandonne sa langue maternelle, le grec, et compose un poème célébrant le consulat (395) de Probinus et Olybrius, dans lequel il montre sa maîtrise du latin. Sa charge publique se voit compromise par u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudius-claudianus-claudien/#i_188

COLUMELLE, lat. LUCIUS JUNIUS MODERATUS CAIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 326 mots

Écrivain latin, Columelle fut contemporain des règnes de Claude et de Néron. Après avoir été tribun militaire dans la VI e légion, la « légion de fer », cet Espagnol se retire dans son pays, non loin de Gadès (Cadix), sur un vaste domaine où il se consacre à sa passion pour l'agronomie. Son œuvre littéraire est étroitement liée à cet amour pour la terre. Il écrit, en effet, un abrégé sur l'agricu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/columelle-lat-lucius-junius-moderatus-caius/#i_188

DE LA NATURE, Lucrèce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 803 mots
  •  • 1 média

Le De rerum natura ( De la nature ) du Romain Lucrèce (98 env.-55 av. J.-C.), un des plus grands poèmes philosophiques de la tradition occidentale, fut écrit dans une période de grands troubles (guerre civile, révolte des esclaves emmenés par Spartacus, massacres, paupérisation...). La doctrine d'Épicure trouva chez Lucrèce de quoi satisfaire le besoin d'une sagesse (ou ataraxie) qui permettrait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-nature/#i_188

DE L'ORATEUR, Cicéron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 732 mots

Tribun et magistrat romain, Cicéron (106-43 av. J.-C.) s'est fait le théoricien de l'éloquence, principalement dans le De Oratore (55 av. J.-C.), somme de l'art oratoire en trois livres, reçue depuis la Renaissance comme le meilleur témoin de l'humanisme antique. Sur le même sujet, il a composé principalement deux autres traités, dont en 46 l' Orator , traduit en français simplement par L'orateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-orateur/#i_188

DENYS D'HALICARNASSE (Ier s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 505 mots

Venu à Rome vers ~ 30, Denys d'Halicarnasse y réside pendant vingt-deux ans. Il étudie la langue, la littérature et l'histoire romaines. Il enseigne probablement la rhétorique à Rome comme il l'a fait à Halicarnasse. Il est l'ami de membres de la haute aristocratie et, si l'on en juge d'après les tendances reflétées par ses écrits, sa sympathie va au patriciat. Il a composé en grec des traités de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-d-halicarnasse/#i_188

DIALOGUE DES ORATEURS, Tacite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 768 mots

Le Dialogue des orateurs ( Dialogus de Oratoribus , vers 105 apr. J.-C.), dont on considère aujourd'hui que l'auteur est très probablement Tacite (vers 55-vers 120), fait délibérément écho, à un siècle et demi de distance, au grand traité latin de Cicéron, le De Oratore  : même sujet (l'éloquence), même forme dialoguée, même façon de situer les faits rapportés dans le passé, au moment de la jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue-des-orateurs/#i_188

ÉLÉGIE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 796 mots

Ce petit genre poétique, d'abord caractérisé uniquement par l'emploi d'une forme métrique, le distique élégiaque, s'est spécialisé chez les Latins dans un « lyrisme modéré et fleuri » faisant « la plus large part aux émotions personnelles du poète » (J. Bayet). On a continué, dans les littératures postérieures, à désigner du nom d'élégies des poèmes exprimant des sentiments tendres et mélancolique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegie/#i_188

ÉNÉE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 835 mots
  •  • 3 médias

Prince troyen légendaire, fils de la déesse Aphrodite et du mortel Anchise, Énée joue un rôle prépondérant dans la guerre de Troie contre les Grecs, n'étant surpassé en valeur que par son cousin Hector. Dans L'Iliade , Homère suggère qu'Énée ne goûtait guère cette position subalterne, et des légendes ultérieures laissent entendre qu'il contribua à trahir Troie pour la livrer aux Grecs. Cependan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enee/#i_188

ÉNÉIDE, Virgile - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 773 mots
  •  • 1 média

Considéré comme le plus grand poète romain, Virgile (70-19 av. J.-C.) était un amoureux de la nature, se refusant à toute participation active à la vie politique ou administrative : ses deux recueils de poèmes, les Bucoliques (37 av. J.-C.) et les Géorgiques (27 av. J.-C.) témoignent de cette aspiration, où se formule déjà le désir d'un retour aux sources. Mais Virgile est aussi l'auteur de l' É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eneide/#i_188

ENNIUS QUINTUS (239-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 610 mots

Poète épique, auteur dramatique et satirique, le plus influent des poètes latins de la première époque, Quintus Ennius est appelé à juste titre le père de la littérature romaine. Son épopée Les Annales , poème narratif qui relate l'histoire de Rome depuis les errances d'Énée jusqu'à l'époque de l'auteur, fut l'épopée nationale jusqu'à ce que l' Enéide de Virgile vienne l'éclipser. Né en Calabre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quintus-ennius/#i_188

ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 1 973 mots

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] Né à Hiérapolis en Phrygie (Pammukale, dans la Turquie actuelle), Épictète vint à Rome comme esclave d'un affranchi de Néron, Épaphrodite, dans la seconde moitié du premier siècle de l'ère chrétienne. Il évoque plusieurs fois ce personnage dans ses Entretiens (I, xix , 19 ; xxvi , 11) et ne semble pas l'avoir eu en très haute estime. Cet Épaphrodite lui avait, en tout cas, permis, semble-t-il, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epictete/#i_188

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Licence et censure »  : […] Au cours du i er  siècle avant J.-C., un phénomène nouveau surgit dans les capitales du monde soumis à l'influence romaine : c'est la librairie, au sens actuel du terme. On peut même parler d'édition. Car les ateliers de copie des manuscrits sont fréquents, employant parfois simultanément plusieurs dizaines de personnes reproduisant un même texte en de nombreux exemplaires. Les rouleaux parcheminé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_188

EUTROPE (316 env.-380)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 223 mots

Contemporain d'un abréviateur, Sextus Rufus, l'historien Eutrope a vécu au temps de Constantin, de Julien et de Valens. Il a vingt ans lorsqu'il est nommé secrétaire de l'empereur Constantin, quarante-sept ans lorsqu'il prend part en 362 à la lutte contre les Perses avec l'empereur Julien, qui y perdra la vie. Il est gouverneur d'Asie sous Valens, mais il est remplacé dans cette fonction par Sextu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eutrope-316-env-380/#i_188

FLORUS PUBLIUS ANNAEUS (Ier-IIe s. env.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Rhétoricien, historien et poète, il est le premier des nombreux écrivains d'origine africaine qui influencèrent considérablement la littérature latine au ii e siècle, et le premier aussi des poètes « nouveau style » du règne d'Hadrien, dont la caractéristique était l'emploi de mètres plus légers et plus gracieux que ceux qu'on appréciait alors. Par un fragment de l'introduction d'un dialogue perd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/florus-publius-annaeus/#i_188

FRONTON, MARCUS CORNELIUS FRONTO, consul (143)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 147 mots

Africain, originaire de Cirta, en Numidie, né probablement en 100, consul en 143. Orateur très admiré, Fronton fut le maître de l'empereur Marc Aurèle et jouit de ce fait d'une réputation au moins égale à celle de Quintilien. On le considéra longtemps comme le plus grand orateur après Cicéron. De ses œuvres, on ne possède plus que sa correspondance avec son ancien élève ; les sujets traités semble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-cornelius-fronto-fronton/#i_188

DIDACTIQUE POÉSIE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 539 mots

Poésie qui dispense un enseignement (philosophique, moral, scientifique, technique, etc.) en le parant des agréments propres à la poésie. Le vers, de par ses vertus mnémoniques, a été utilisé dès les origines pour fixer une leçon (oracles, sentences...) ; aux débuts de la littérature grecque, il y a Homère sans doute, mais il y a aussi Hésiode, qui fait dire aux Muses : « Nous savons conter mille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-didactique/#i_188

GRIMAL PIERRE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 814 mots

Né en 1912 à Paris, Pierre Grimal fut élève de l'École normale supérieure, puis membre de l'École française de Rome. Après la guerre, il enseigna dans les universités de Caen et de Bordeaux. En 1952, il devenait professeur de langue et littérature latines à la Sorbonne. En 1975, il fut élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Il fut administrateur de la Société des études latines. Son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-grimal/#i_188

HEURGON JACQUES (1903-1995)

  • Écrit par 
  • Charles GUITTARD
  •  • 941 mots

L'étruscologue Jacques Heurgon est mort le 27 octobre 1995. Issu d'une grande famille de joailliers parisiens, il a exercé pendant un demi-siècle un ascendant inégalé sur les savants, historiens ou philologues travaillant sur l'Italie antique et la littérature latine. Après des études au lycée Condorcet, il entre à l'École normale supérieure (1923), est reçu premier à l'agrégation de lettres et, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-heurgon/#i_188

HISTOIRE NATURELLE. LIVRE XXXV, Pline l'Ancien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 070 mots

Celui qui est, avec Varron, le plus célèbre des encyclopédistes romains, Pline l'Ancien, de son nom latin Gaius Plinus Secundus (23-79) – Pline le Jeune (61-114 env.), le grand épistolier du monde romain, était son neveu et son fils adoptif –, a consacré un livre, le livre XXXV, de sa colossale Histoire naturelle , dédiée à l'empereur Titus, à une véritable histoire de l'art. L'ouvrage, vaste comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-livre-xxxv/#i_188

HORACE (65-8 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 3 197 mots

Horace (Quintus Horatius Flaccus) est avec Virgile, son contemporain et son ami, le plus célèbre des poètes latins. Très admiré de son vivant, il a exercé une grande influence sur tout le développement de la poésie dans les littératures modernes. Il doit cette situation à l'intérêt de sa personne, vive, malicieuse, indépendante et à la qualité d'une œuvre composée de recueils lyriques eux-mêmes t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace/#i_188

IDYLLE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 599 mots

Le mot eïdullion , dans la poésie alexandrine, indique un poème court, de style moyen et d'écriture vive, à sujet essentiellement descriptif. Ce dernier point a longtemps fait assimiler, chez les lexicographes, l'idylle à un petit tableau verbal. Tout vient, pour notre tradition culturelle, des Idylles de Théocrite. Mais parmi la trentaine de ces textes ainsi génériquement appelés, les espèces, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idylle-genre-litteraire/#i_188

JULIUS OBSEQUENS (Ier ou IVe s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 186 mots

On ignore où et quand vécut l'écrivain romain Julius Obsequens : peut-être au i er siècle pensent certains, au iv e  siècle selon d'autres. Il a laissé un ouvrage, De prodigiis , relatant les prodiges qui se sont produits avant et après les événements marquants de l'histoire romaine. Ces phénomènes tiennent, en effet, une place importante dans l'histoire et la politique de la Rome antique, au poi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-obsequens/#i_188

JUSTIN, lat. MARCUS JUNIANUS JUSTINUS (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 108 mots

La vie de Justin est totalement inconnue. Il a peut-être vécu sous les Antonins au ii e  siècle. Auteur des Histoires philippiques ( Historiae philippicae et totius mundi origines et terrae ), Justin est l'abréviateur de l'immense Histoire universelle de Trogue Pompée (écrivain du temps d'Auguste), qui était consacrée à la Grèce et à Rome mais est aujourd'hui perdue. Si Justin commet des erreurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justin-lat-marcus-junianus-justinus/#i_188

JUVÉNAL (65 env.-env. 128)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 1 270 mots

« La colère, a dit un sage, est l'affaire des dieux ou de Dieu, selon la préférence. » L'homme ne l'exerce jamais sans risques. Se manifester en fureur, c'est bien souvent, en effet, s'exposer au ridicule. Sur le plan littéraire de la satire, connaît-on jamais sa valeur et la juste portée de son offensive ? À cet égard, le mode satirique oscille toujours au point de rencontre d'un tournant du mond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juvenal/#i_188

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps du « volumen » »  : […] Voici d'abord le volumen de l'Antiquité classique. Le texte se trouve inscrit en colonnes perpendiculaires au sens de déroulement d'un rouleau de papyrus, un peu à la manière des images d'un film, et cette forme de lecture rend évidemment difficile toute consultation ponctuelle ou tout retour en arrière, de telle sorte que l'écriture y apparaît conçue comme une reproduction de la parole. Bien plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_188

LETTRES À LUCILIUS, Sénèque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Composées au cours des trois dernières années de la vie de Sénèque (4 av. J.-C.-65), ces 124 lettres qui nous sont parvenues, adressées à l'ami et poète Lucilius, constituent un manuel complet de philosophie. Entre Sénèque et le stoïcisme des origines, plus de trois siècles se sont écoulés. Mais, en ces temps troublés du règne de Néron (Rome est incendiée en 64), les exigences de mener une « vie p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-a-lucilius/#i_188

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritage de l'Antiquité »  : […] La complexité de la production épistolaire se trouve encore accrue par la double généalogie qui est la sienne : elle repose sur une tradition savante – les lettrés ayant longtemps été les seuls détenteurs des compétences culturelles nécessaires à la pratique de la correspondance –, mais sa plus grande extension est liée au phénomène social que fut l'« explosion » des usages épistolaires dans les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_188

LUCAIN (39-65)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 1 038 mots

Lucain se place dans la lignée des écrivains espagnols de Rome. D'une œuvre abondante, voire considérable, touchant les genres les plus divers, poèmes de fantaisie, tragédie, ballets-pantomimes..., il ne reste qu'une épopée en dix chants, La Pharsale , récit de la guerre civile menée entre César et Pompée. Dans ce récit, l'utilisation des données contemporaines, qui insèrent l'histoire immédiate d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucain/#i_188

LUCRÈCE (env. 98-55 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

L'esprit des Latins n'est guère, par nature, porté sur la pure spéculation philosophique ou scientifique. Cicéron est un habile propagateur des idées grecques et un juriste, Sénèque un moraliste ; et quand on parle de la littérature scientifique à Rome, il s'agit soit de traités techniques comme ceux de Caton le Censeur, de Varron, de Columelle pour l'agriculture, de Vitruve sur l'architecture, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucrece/#i_188

MACROBE (IVe-Ve s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 262 mots

L'activité littéraire de l'écrivain latin Ambrosius Theodosius Macrobius se situe soit au iv e siècle (P. Courcelle, Recherches sur les Confessions de saint Augustin , 2 e éd., 1968), soit au v e siècle (A. Cameron, « The Date and Identity of Macrobius », in The Journal of Roman Studies , t. LVI, 1966) ; elle reflète les intérêts et les préoccupations des aristocrates païens de cette époque fac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macrobe/#i_188

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales de la littérature latine d'Afrique »  : […] Les lettrés et les artistes ne sont pas tout, et il faut bien reconnaître que, de ce côté de la Méditerranée où depuis les guerres puniques Rome est intervenue avec des alternances de violence et de séduction, les populations ont assez tôt entendu parler latin, tout au moins par des soldats, des commerçants et des colons. On se tromperait cependant si on imaginait que ce latin de tous les jours es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_188

MANILIUS MARCUS (Ier s. env.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Le dernier des poètes didactiques latins. On sait fort peu de chose de lui. Il est l'auteur d' Astronomica , poème inachevé traitant d'astronomie et d'astrologie, probablement écrit entre 9 et 14, c'est-à-dire du vivant d'Auguste, pour les deux premiers livres, puis entre 14 et 17, sous le règne de Tibère. Stoïcien, Manilius met l'accent sur l'existence d'une providence qui gouverne le monde, et s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manilius-marcus/#i_188

MANUSCRITS - Histoire

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Geneviève HASENOHR, 
  • Jean VEZIN
  •  • 7 355 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le livre médiéval : forme et contenu »  : […] Matériellement, le format du manuscrit varie dans des proportions allant à peu près de nos petits in-folio à nos petits in-octavo. Mais les livres liturgiques les plus précieux, les légendiers ou les bibles destinés à la lecture publique et, plus tard ( xiii e - xv e  s.), les volumes de luxe commandés par l'aristocratie laïque, objets de prestige voués à l'admiration plutôt qu'à la consultation, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-histoire/#i_188

MARC AURÈLE (121-180)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 198 mots
  •  • 4 médias

« Empereur » et « philosophe », une contradiction dans les termes ? On pourrait le croire en lisant les jugements de certains historiens modernes pour qui Marc Aurèle , empereur faible et médiocre, aurait trouvé dans la philosophie une diversion aux difficultés politiques qu'il avait du mal à affronter. Mais, en fait, depuis longtemps, l'idéal politique romain cherchait à réaliser l'union de la pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-aurele/#i_188

MARTIAL MARCUS VALERIUS (40?-? 104)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 694 mots

C'est dans une petite ville de Tarraconaise, Bilbilis (aujourd'hui Bambola) près de Catalayud, que Marcus Valerius Martialis voit le jour. Ses parents devaient être aisés, puisqu'il put recevoir une bonne éducation. Vers l'âge de vingt-cinq ans, il décide d'aller achever ses études à Rome, et il y reste. Les amis qu'ils se fait alors, Sénèque et Lucain, ayant été condamnés pour avoir été impliqués […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-valerius-martial/#i_188

MARTIANUS CAPELLA (2e moitié IVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 170 mots

Écrivain latin d'origine africaine, Martianus Capella est l'auteur d'un manuel encyclopédique des sept arts libéraux qui deviendront le trivium (grammaire, dialectique, rhétorique) et le quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie, musique) du Moyen Âge. Intitulé Des noces de Mercure et de Philologie (éd. A. Dick, Leipzig, 1925), cet ouvrage comprend neuf livres : les deux premiers tracent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martianus-capella/#i_188

LES MÉTAMORPHOSES, Ovide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots
  •  • 1 média

Ovide, Publius Ovidius Naso (43 av. J.-C.-17 apr. J.-C.), reprend dans ses Métamorphoses un thème classique de l'Antiquité : le récit des transformations d'hommes en bêtes, en objets inanimés, parfois en forces de la nature . Le texte en est un long poème de douze mille vers, divisé en quinze livres, et relatant deux cent quarante-six histoires de métamorphoses. L'ordre en est chronologique : com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-metamorphoses/#i_188

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique quantitative, accentuelle ou de ton »  : […] La métrique syllabique simple à l'état pur, illustrée notamment par la poésie littéraire française et japonaise, ou par la poésie populaire hongroise, est d'un type minoritaire. Dans les langues où existe une opposition tranchée, et phonologiquement déterminée, entre plusieurs catégories de syllabes, par exemple longues et brèves, ou accentuées et inaccentuées, l'équivalence entre les vers repose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_188

ODES, Horace - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

Contemporain de Virgile, dont il fut l'ami, Horace (65-8 av. J.-C.) est un des plus célèbres poètes latins. Si ses Épodes et ses Satires ne sont plus guère connues aujourd'hui – on leur préfère généralement les Épigrammes de Martial pour l'inventivité langagière, les Satires de Juvénal pour la violence de la description –, ses Odes ( Carmina ) en revanche ont su franchir les siècles. Car Hor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odes-horace/#i_188

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Indignation et correction »  : […] Depuis Juvénal, les poètes satiriques sont les zélateurs d'une Muse qui n'existait pas avant eux : l'Indignation (Hugo, Introduction des Châtiments ). La satire littéraire se nourrit donc de l'humeur de l'écrivain. Malheureusement, l'humeur n'a jamais été un principe de continuité, et comme il faut bien qu'entre les sautes de cette humeur le poème que compose le satirique puisse se soutenir, une t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_188

OVIDE (43 av. J.-C. - 17 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Simone VIARRE
  •  • 1 400 mots

Ovide appartient à la génération qui vécut le passage du premier siècle avant J.-C. au premier siècle après. Même si cette époque tout entière a reçu la dénomination de siècle d'Auguste, Ovide fut ce que H. Fraenkel appela « un poète entre deux mondes ». Vie en province, vie à Rome, vie d'exil ; ce sont trois étapes très simples qui ne rendent pas compte de la complexité d'une œuvre originale dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ovide/#i_188

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Virgile »  : […] L'hellénisme alexandrin a connu, après Théocrite, d'autres poètes pastoraux : tel sans doute l'auteur d'une joute alternée imitée par Virgile ( Bucoliques , VII) ; tel le Sicilien Moschos, ainsi que Bion de Smyrne, auteur d'un célèbre Chant funèbre en l'honneur d'Adonis . Du genre pastoral, ces poèmes possèdent, tout au plus, le déguisement à la mode. Le vrai successeur de Théocrite est Virgile ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_188

PERSE (34-62)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 511 mots

Né en Étrurie, à Volaterrae, dans une famille appartenant à l'ordre équestre, Perse (lat. Aulus Persius Flaccus) est encore petit enfant lorsqu'il perd son père, et dès lors il est élevé par sa mère. Ses études sont des plus studieuses, tout d'abord à Volaterrae, puis à Rome, chez le grammairien Remmius Palaemon et chez le rhéteur Virginius Flaccus. À l'âge de seize ans, Perse se lie d'une grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-34-62/#i_188

PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 338 mots

Sous le nom de Pétrone, on possède des fragments d'un roman latin, dont le titre est donné par les manuscrits sous la forme Satiricon (c'est-à-dire « Histoires mêlées »), l'auteur y étant appelé Petronius Arbiter. La partie conservée consiste d'abord en « extraits longs », contenus dans un manuscrit de Leyde, puis dans le récit du festin de Trimalchion ( Cena Trimalchionis ), transmis par un manu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrone-lat-titus-petronius-niger/#i_188

PHÈDRE (10 av. J.-C. env.-54)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 262 mots

Fabuliste latin dont l'œuvre, quoique méconnue des auteurs classiques latins, fut apparemment la première en son genre et jouit d'une grande popularité au Moyen Âge. Affranchi de la maison d'Auguste, Phèdre semble s'être attiré par ses écrits la colère de Séjan, ministre de Tibère. Il fut le premier écrivain qui latinisa des livres entiers de fables. Il adapta librement en vers iambiques des fable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre/#i_188

PLAUTE (env. 254-184 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 554 mots

Des « enfances » du théâtre comique latin, il n'est guère permis que de nous interroger sur quelques traditions populaires et religieuses le plus souvent confondues, et sur un petit nombre d'informations historiques dues surtout à Tite-Live ( Histoire romaine , VII, ii ) . En outre, que peut-on juger de ces vivaces manifestations du rire sur le tréteau que furent, à l'origine, le mime , de souche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plaute/#i_188

PLINE L'ANCIEN (23-79)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 908 mots

Pline l'Ancien – ainsi nommé pour le distinguer de son neveu et fils adoptif Pline le Jeune – fut parfois appelé Pline le Naturaliste. Le seul ouvrage qui reste de lui est en effet une Histoire naturelle . Et, malgré l'importance de ses écrits historiques qui constituent l'une des principales sources de Tacite, son « enquête sur la nature » s'est imposée comme une sorte de bilan du savoir de l'ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pline-l-ancien/#i_188

PLINE LE JEUNE (61 env.-114)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 678 mots

Le renom de Pline le Jeune est dû à sa correspondance. Ses lettres à Trajan, dont il fut l'un des hauts fonctionnaires, sont, avec les réponses de l'empereur, un bon document sur les méthodes de l'administration impériale. Moins spontanée que celle de Cicéron, sa correspondance privée compose une sorte de journal de sa vie où se mêlent aux détails quotidiens l'éloquence, l'essai philosophique, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pline-le-jeune/#i_188

POÉSIES, Catulle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots

Les Poésies de Catulle, c'est-à-dire le Liber Valerii Catulli , est un recueil dû à Gaïus Valerius Catullus (82-52 av. J.-C.), comprenant cent seize pièces, ordonnées à la fois selon leur genre et leur structure métrique : au début et à la fin des poèmes plus courts, des sujets légers, le corps du texte étant formé d'œuvres savantes et plus développées. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-catulle/#i_188

POLLION, lat. CAIUS ASINIUS POLLIO (76 av. J.-C. - 4 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Évoluant dans le cercle littéraire de Catulle, Pollion entra dans la vie publique en ~ 56. En ~ 54, il attaqua publiquement, mais en vain, le tribun C. Cato, s'attirant la colère de Pompée. Pendant la guerre civile, il prit le parti de César au Rubicon, puis fit campagne en Afrique avec Curius et, entre ~ 49 et ~ 45, en Grèce, en Afrique et en Espagne avec César, pour qui il commanda la garde prét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollion-lat-caius-asinius-pollio/#i_188

POMPONIUS MELA (Ier s. env.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 119 mots

Apparenté aux Sénèque, originaire de Tingentera (en Espagne), Pomponius Mela a écrit sous les règnes de Caligula et de Claude. Il est l'auteur d'une géographie en trois livres, De chorographia . Cette œuvre est composée comme la relation d'un voyage qui débuterait en Mauritanie (Maroc), passerait par les pays riverains de la Méditerranée (les côtes d'Afrique, d'Asie, d'Europe), pour revenir enfin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pomponius-mela/#i_188

PROPERCE (env. 57-env. 15 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 373 mots

La biographie du plus grand représentant de la poésie amoureuse romaine nous échappe presque entièrement : peu de témoignages extérieurs, et les allusions à sa propre personne contenues dans sa poésie sont obscures ou parfois, sans doute, fictives. L'œuvre de Properce, qui se présente, dans son ensemble, comme une suite de variations sur l'amour, comme une odyssée intérieure, n'est pas à résumer. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/properce/#i_188

QUINTE-CURCE, lat. QUINTUS CURTIUS RUFUS (Ier s.?)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 179 mots

On se perd en conjectures sur l'époque précise où vécut l'écrivain latin Quinte-Curce, auteur des Histoires d'Alexandre le Grand ( De rebus gestis Alexandri Magni regis Macedonum ). On le fait naître tantôt sous Auguste, tantôt sous Trajan, tantôt même sous Constantin. Sans doute parce que son style se rapproche parfois de celui de Tacite, on pense actuellement que Quinte-Curce a écrit son ouvrag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinte-curce-lat-quintus-curtius-rufus/#i_188

QUINTILIEN, lat. MARCUS FABIUS QUINTILIANUS (30-96)

  • Écrit par 
  • Marcel BÉNABOU
  •  • 619 mots
  •  • 1 média

Marcus Fabius Quintilianus est né à Calagurris (Calahorra) en Espagne. Fils de rhéteur, il fait ses études à Rome, où il reviendra se fixer après un séjour en Espagne de 60 à 69. Avocat en vue, il ouvre une école de rhétorique qui attire les enfants des meilleures familles : Pline le Jeune sera de ses élèves. La qualité de son enseignement lui vaut d'être parmi les premiers rhéteurs auxquels, sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quintilien-lat-marcus-fabius-quintilianus/#i_188

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évêque d'Avranches, premier généticien du roman »  : […] Et si nous relisions la première théorie comparatiste du genre ? Des romans en vers, et des « poèmes épiques qui, outre qu'ils sont en vers, ont encore des différences essentielles qui les distinguent des romans, quoiqu'ils aient d'ailleurs un très grand rapport », Mgr Huet, l'évêque d'Avranches, distingue au xvii e  siècle les « histoire feintes d'aventures amoureuses [le fiction de l'anglais], […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-genese-du-roman/#i_188

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_188

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Le rôle joué dans l'histoire de la pensée par la langue latine et, à travers elle, par la civilisation romaine est considérable. De Boèce à Kant, soit pendant près de treize siècles, le latin sera par excellence la langue philosophique de l'Occident chrétien. Mais ce latin, tour à tour classique, patristique et scolastique, et dont la terminologie philosophique actuelle reste encore tributaire, n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-rome-et-la-pensee-grecque/#i_188

SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 927 mots

C. Sallustius Crispus, historien de la révolution qui, en un peu plus d'un demi-siècle, conduisit Rome de la République à l'Empire, est l'un des juges les plus clairvoyants d'une époque dont il fut lui-même en partie le témoin. Il appartient au groupe des quatre historiens majeurs de la littérature latine, avec César (qui fut son ami), Tite-Live et Tacite, et il exerça une influence certaine sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salluste/#i_188

SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 285 mots
  •  • 1 média

Lucius Annaeus Seneca, homme d'État, philosophe stoïcien, auteur de tragédies, précepteur de prince, représente, par la variété même des aspects de son activité, une des figures les plus intéressantes de l'époque impériale. Son œuvre de moraliste a exercé une influence capitale sur la formation de la pensée occidentale. Elle enthousiasma le Moyen Âge et la Renaissance , tout spécialement Montaigne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_188

STACE, lat. PUBLIUS PAPINIUS STATIUS (40 env.-apr. 95)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 564 mots

Publius Papinius Statius naît à Naples, en Grande-Grèce. Son père, venu de Velia, où sa famille avait perdu la fortune censitaire et, par là même, le rang équestre, s'y était installé et y vivait de son métier de grammairien, tout en étant également poète. C'est donc par son père que Stace, dès l'enfance, fut initié à la poésie, et nulle part il ne dit avoir eu d'autre maître que lui. Après avoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stace-lat-publius-papinius-statius/#i_188

SUÉTONE (70 env.-env. 140)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 196 mots

Caius Suetonius Tranquillus est tenu pour l'un des principaux historiens de langue latine, alors qu'il fut en réalité un biographe, et ne toucha à l'histoire que dans la mesure où les personnages dont il trace les portraits et raconte la vie appartiennent à l'histoire générale. Il est d'une époque où l'érudition tend à l'emporter sur la création. Suétone est un érudit, un chasseur d'anecdotes rar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suetone/#i_188

SYMMAQUE, lat. QUINTUS AURELIUS SYMMACHUS (340 env.-env. 402)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 219 mots

Orateur romain appartenant à une famille de noblesse récente mais en ascension rapide, Symmaque doit à une éloquence remarquable d'accéder aux plus hauts honneurs civiques. Il est à Rome le champion de la résistance païenne au christianisme triomphant. Malgré des tentatives répétées, il ne parvient pas à obtenir la réinstallation dans la curie de l'autel de la Victoire déplacé par Gratien en 382 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symmaque-lat-quintus-aurelius-symmachus/#i_188

TACITE (55 env.-120)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 697 mots

L 'œuvre de Tacite pose aux lecteurs modernes, aux savants, aux lettrés, de nombreux problèmes. Certes, tous s'accordent à en reconnaître l'extrême beauté littéraire. Tacite apparaît bien comme « le plus grand peintre de l'Antiquité » ; mais on lui adresse un reproche très grave : on conteste sa valeur d'historien, on nie à la fois son objectivité et la rigueur de son information, on se défie de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tacite/#i_188

TÉRENCE (env. 190-env. 159 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 616 mots

Plaute et Térence, qui, faute d'autres œuvres conservées, apparaissent comme les seuls représentants qualifiés du théâtre comique des Latins, demeurent, depuis quelque vingt siècles, joints en une sorte de diptyque plus commode pour l'enseignement des manuels que conforme à la réalité. Plaute y fait figure d'éminent « farceur », doué de toutes les vertus d'exubérance ; Térence, par contraste, appa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terence/#i_188

TIBULLE (env. 50-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 366 mots

Avec Properce et, une génération après lui, Ovide, Tibulle est le représentant du genre élégiaque à Rome. Il semble même qu'il ait été l'initiateur de l' élégie amoureuse de langue latine et ait montré la voie aux deux autres. Il appartient à une époque où la sensibilité romaine, après une longue période de guerres civiles, découvre les bienfaits de la paix. Tibulle est contemporain de Virgile, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibulle/#i_188

TITE-LIVE (59 av. J.-C. env.-17)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 695 mots
  •  • 1 média

L' historien latin le plus fécond, celui dont l'œuvre conservée est la plus considérable, Tite-Live est aussi celui qui a fixé pour des siècles l'image de la Rome primitive puis républicaine et qui a résumé en une synthèse puissante l'œuvre des historiens romains qui l'avaient précédé et dont le lent travail est difficilement saisissable, puisque l'on ne possède plus que des fragments de leurs éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tite-live/#i_188

TRAITÉ DES LOIS, Cicéron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michèle DUCOS
  •  • 999 mots
  •  • 1 média

Le Traité des lois ( De legibus ) appartient à la série des œuvres politiques de Cicéron. Il fut sans doute rédigé à la suite du traité Sur la République ( De re publica ), écrit en 54 avant J.-C. Après avoir établi la meilleure forme de régime, Cicéron se propose en effet de rédiger les lois les mieux adaptées à celui-ci. Comme dans le De re publica , l'ouvrage se présente sous la forme d'un di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-lois/#i_188

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les utopies anciennes (gréco-latines) »  : […] C'est à partir de Thomas More et pendant trois siècles ( xvi e - xix e ) que l'utopie atteindra en Occident son paroxysme. Mais elle aura eu son précédent dans les sociétés gréco-latines. Homère ( Odyssée , chap. vii ) introduit Ulysse dans les jardins d'Alkninoos, où les arbres fruitiers se relaient pour porter des fruits toute l'année : « La poire après la poire, la pomme après la pomme, la grap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_188

VALÈRE MAXIME, lat. VALERIUS MAXIMUS (Ie s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 163 mots

Né sans doute à la fin du ~ i er siècle, Valère Maxime sert en Asie sous les ordres de Sextus Pompée, puis est consul en 14, l'année où meurt Auguste. Bien vu à la cour de Tibère, il se consacre à l'étude de l'histoire romaine sous l'angle moral et il compose un recueil Des faits et des paroles mémorables ( Factorum dictorum que memorabilium, libri IX ) dédié à l'empereur. Cet ouvrage de compila […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valere-maxime-lat-valerius-maximus/#i_188

VARRON, lat. MARCUS TERENTIUS REATINUS VARRO (116-27 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marcel BÉNABOU
  •  • 652 mots

Marcus Terentius Varro est né à Réate en Sabine. Sa longue vie couvre presque entièrement le dernier siècle de la République et coïncide avec la série de crises qui ont changé la face de l'État romain. Il étudie d'abord à Rome, sous la direction du grammairien Aelius Stilo, puis à Athènes, avec le philosophe Antiochus d'Ascalon. Il entreprend une carrière politique qui le mène jusqu'à la préture. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varron-lat-marcus-terentius-reatinus-varro/#i_188

VELLEIUS PATERCULUS CAÏUS (19 av. J.-C. - 30 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 154 mots

Historien latin, originaire de Campanie, Velleius Paterculus est nommé à vingt ans préfet de la cavalerie par Auguste. Il sert sous Tibère en qualité de questeur et prend part, sous le règne de cet empereur, à toutes les campagnes militaires en Gaule et en Germanie. Il périt sans doute dans la répression qui suit la conspiration de Séjan, préfet du prétoire, dont il est l'un des protégés. C'est pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caius-velleius-paterculus/#i_188

VIRGILE (70-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 4 784 mots

Déjà célèbre en son temps, tenu en haute estime par l'empereur Auguste, Virgile est apparu très tôt comme le plus grand poète de Rome. Il l'est assurément par la perfection technique de tout ce qu'il a écrit, par l'étendue de sa sensibilité, la profondeur de ses intuitions. De surcroît, les Romains ont eu l'impression de recevoir de lui l'image idéale qu'ils avaient à se former d'eux-mêmes. Après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virgile/#i_188


Affichage 

Buste de Cicéron, Ier siècle avant J.-C.

photographie

Cicéron, le plus grand orateur romain, s'est illustré en déjouant, lors de son consulat de 63 avant J-C, la conjuration de Catilina en prononçant contre celui-ci quatre discours, les Catilinaires Buste de Cicéron Ier siècle avant J-C Marbre Palais ducal, Mantoue, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Lucrèce

photographie

Buste de Lucrèce (Titus Lucretius Carus, 95-55 av J-C) Ce poète et philosophe romain, auteur du De natura rerum, estimait que la religion, la morale et la politique doivent s'ordonner en fonction de la recherche des plaisirs 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Sénèque, Juste de Gand

photographie

JUSTE DE GAND, Sénèque, huile sur bois Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Buste de Cicéron, Ier siècle avant J.-C.
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Lucrèce
Crédits : Hulton Getty

photographie

Sénèque, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie