LATINE CHRÉTIENNE LITTÉRATURE

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

La littérature latine chrétienne a commencé à se développer à la fin du iie siècle et n'a pris son véritable essor qu'au début du iiie siècle. On convient généralement de placer sa fin au viiie siècle, en même temps que celle du monde antique. Mais il ne faut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_2454

AMBROISE DE MILAN (339-397)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 926 mots

Dans le chapitre « La personnalité d'Ambroise : christianisme et romanité »  : […] On a dit d'Ambroise qu'il était « un grand prince de l'Église, faisant revivre, au sein d'une nouvelle forme de vie, les capacités politiques des sénateurs stoïciens du temps de Cicéron » (E. Bickel). En ce sens, bien que chrétien de naissance, Ambroise reste un Romain et même un ancien Romain. Pour lui, romanité et chrétienté s'identifient. À une époque où l'idée théocratique byzantine commence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambroise-de-milan/#i_2454

ARNOBE (260?-? 327)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 304 mots

Vivant à l'époque de l'empereur Dioclétien, Arnobe se range parmi les apologistes chrétiens. Après avoir longtemps enseigné la rhétorique à Sicca Veneria, en Afrique proconsulaire, il se convertit tardivement au christianisme, vers soixante ans. L'évêque dont il dépendait conçut quelques doutes sur la foi de ce nouveau-venu ; pour prouver sa sincérité, Arnobe composa un ouvrage, en sept livres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnobe/#i_2454

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Poésie et théologie »  : […] Rédigés le plus souvent en latin, les arts poétiques témoignent au Moyen Âge de la persistance de la culture antique. Divers arts poétiques sont rédigés à la fin du xii e siècle, notamment par Matthieu de Vendôme et Geoffroy de Vinsauf, qui s'inscrivent dans le cadre d'un modernisme savant. Ils connaissent Horace et la iunctura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_2454

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les œuvres »  : […] L'œuvre est immense ; le biographe d'Augustin, Possidius, se demande si « un seul homme pourrait tout lire et tout connaître » : 113 traités, certains de dimensions considérables comme La Cité de Dieu , le De Trinitate  ; 218  Lettres , plus de 500 Sermons nous ont été conservés. Les dimensions mêmes d''une tel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_2454

BÈDE LE VÉNÉRABLE (672 env.-735)

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 789 mots

Dans le chapitre « Le moine de Jarrow et les techniques littéraires »  : […] Bède naquit vers 673 dans le royaume anglais de Northumbria. Lorsqu'il eut sept ans, on le confia au monastère de Wearmouth, fondé quelques années auparavant par Benedict Biscop. Le jeune Bède fut envoyé bientôt à l'abbaye jumelle de Jarrow, non loin de l'embouchure de la Tyde. Il y termina son éducation, y fut ordonné diacre, puis prêtre lorsqu'il eut trente ans. Toute sa vie s'écoulera dans ce p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bede-le-venerable/#i_2454

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 913 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] La disparition quasi totale des volumina si soigneusement conservés durant l'Antiquité peut apparaître comme la conséquence des grandes invasions. Mais elle s'explique aussi par la fragilité du papyrus et résulte avant tout d'une révolution technique : le remplacement sous le Bas-Empire du volumen par le codex et la substitution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bibliotheques/#i_2454

CASSIEN JEAN (350 env.-apr. 432)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 438 mots

Malgré les très nombreuses études qui lui ont été consacrées, Cassien est mal connu. On ne sait si le nom de Jean lui fut donné à son baptême ou quand il devint moine, ni s'il naquit en Dobroudja (Roumanie) ou en Provence. Il est certain que, très jeune, il fut moine à Bethléem. Vers 385 — il devait avoir environ trente-cinq ans —, il partit pour l'Égypte avec un fidèle compagnon, le prêtre Germai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cassien/#i_2454

CASSIODORE (485 env.-env. 580)

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 594 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dessein encyclopédique des « Institutions » et les arts libéraux »  : […] Faute de pouvoir donner des maîtres à ses moines, Cassiodore entendait leur fournir des livres. Pendant une très longue période, la bibliothèque allait se substituer à l'université. Encore fallait-il choisir et utiliser les volumes ainsi rassemblés, être prévenu de leur contenu, être initié à leurs méthodes et à leur langage. Cassiodore écrivit donc les Institutiones . C'est, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cassiodore/#i_2454

CENTON

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 975 mots

Chez les Latins, cento – ou kentrôn chez les Grecs – se disait de guenilles maintes fois rapiécées. Au figuré, on appelle « centon » un poème composé de vers ou de fragments de vers empruntés çà et là soit à un même auteur, soit à plusieurs. L'important, c'est que ces éléments se trouvent rassemblés dans un ordre nouveau et qu'ils offrent ainsi un sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centon/#i_2454

LA CITÉ DE DIEU, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Charles CHAUVIN
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Parmi les trois ouvrages de saint Augustin (354-430) les plus importants, les Confessions , Sur la Trinité et La Cité de Dieu , seul ce dernier titre fait l'objet d'une présentation de ses motifs et de son plan dans les Rétractations , rédigées en 427 : « Rome fut détruite sous le coup de l'invasion des Goths […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cite-de-dieu/#i_2454

COMMODIANUS ou COMMODIEN DE GAZA (IIIe-IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 222 mots

La critique n'a pas réussi à déterminer avec certitude l'époque où a vécu Commodien de Gaza. La thèse qui plaçait son œuvre après 440 a été controversée ; on parle tantôt du iii e siècle, tantôt du iv e (et même du  v e ), mais la discussion res […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commodianus-commodien-de-gaza/#i_2454

CONFESSIONS, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 944 mots
  •  • 1 média

Les Confessions , ouvrage de saint Augustin (354-430) le plus célèbre avec La Cité de Dieu , furent rédigées de 397 à 401. L'auteur s'adresse directement, dans un dialogue intime, à ce Dieu qu'il avait tant cherché « en labeur et fièvre » ailleurs que là où le Dieu d'amour l'attendait, comme il le lui déclare : « Mais toi, tu étais/ Plus intérieur que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confessions/#i_2454

CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 950 mots

Dans le chapitre « Un témoin privilégié de la Tradition »  : […] Cyprien est un écrivain clair, formé aux règles de la rhétorique classique ; sa langue a déjà les caractéristiques du « latin chrétien ». Son œuvre la plus importante est le recueil des Epistulae , ses Lettres (quatre-vingt-une, dont seize de ses correspondants), document de première valeur pour l'histoire de l'Église du iii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-carthage/#i_2454

ÉLOGE DE LA FOLIE, Érasme - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean VIGNES
  •  • 816 mots
  •  • 1 média

Conçu en 1509 et rédigé en latin la même année par Érasme (1467 env.-1536) à son retour d'Italie, dédié en 1510 au juriste anglais Thomas More (futur auteur de l' Utopie , 1516), imprimé pour la première fois à Paris en 1511 sous le titre Encomium Moriae , puis enrichi dans plusieurs éditions bâloises jusqu'en 1532, l' Éloge de la folie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eloge-de-la-folie/#i_2454

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 699 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le christianisme »  : […] Un profond changement intellectuel s'exprime de manière synthétique avec Augustin (354-430), qui explicite dans le De doctrina christiana un programme d'esprit encyclopédique, Boèce (480-524) et Cassiodore (env. 485-env. 580), ministre du roi goth Théodoric, mort vers 584, et auteur d'un vaste recueil historique et anthologique. Au siècle suivant, le projet encyclopédique m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_2454

ÉRASME (1467 env.-1536)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 6 215 mots
  •  • 1 média

Étonnante aventure que celle de ce Hollandais que rien ne destinait à la célébrité, mais dont les contemporains firent le « prince de l' humanisme » et dont la postérité ne connaît, en général que le titre d'un livre, l' Éloge de la folie , et le profil peint par Holbein le Jeune . C'est en réalité, selon les termes mêmes d'un de ses Adages , à de vérita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erasme/#i_2454

FIRMICUS MATERNUS JULIUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 384 mots

Prosateur chrétien dont nous connaissons deux ouvrages de caractère tout à fait différent : un manuel d'astrologie ( Matheseos libri VIII ) et un traité particulièrement violent « sur l'erreur des religions profanes » ( De errore profanarum religionum ). S'agit-il dans les deux cas du même Firmicus ? Tout le laisse supposer. En effet, les deux ouvrages s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/firmicus-maternus-julius/#i_2454

FORTUNAT saint VENANCE (530 env.-env. 600)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 360 mots

Né près de Trévise, en Italie du Nord, Venantius Honorius Clementianus Fortunatus étudia à Aquilée et à Ravenne ; il acquit une bonne connaissance de la littérature latine. Vers 565, guéri miraculeusement par l'intercession de saint Martin de Tours, il résolut d'accomplir auprès du tombeau de celui-ci un pèlerinage de reconnaissance, mais en prenant des chemins détournés. Il se trouva à Metz pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortunat-saint-venance/#i_2454

GODESCALC ou GOTESCALC D'ORBAIS (805 env.-env. 868)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 467 mots

Godescalc (Gottschalk) d'Orbais est un des personnages les plus originaux de l'époque carolingienne et en même temps un des plus représentatifs de sa culture et de ses conflits. Né en Saxe au début du ix e siècle, moine à Fulda, puis à Orbais (actuel département de la Marne), il parcourt l'Italie et les Balkans. Ses thèses sur la prédestination l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godescalc-gotescalc-d-orbais/#i_2454

GRÉGOIRE Ier LE GRAND saint (540 env.-604)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 735 mots
  •  • 1 média

Dans une Église d'Occident désormais « passée aux barbares », alors que l' Italie est ravagée par toutes sortes de calamités, Grégoire I er apparaît à la fois comme le pape qui eut à défendre et à reconstituer les structures ecclésiastiques et comme l'auteur avec lequel est né le Moyen Âge. Quoique venant à la fin de la grande période patristique, il sera l'écrivain le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-ier-le-grand/#i_2454

HILAIRE DE POITIERS (315 env.-env. 367)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 846 mots

L'événement majeur de la vie d'Hilaire de Poitiers a été l'exil en Phrygie auquel l'a condamné l'empereur Constance à cause de son refus d'accepter la théologie arianisante que celui-ci voulait imposer à l'épiscopat d'Occident. Avant cet exil, Hilaire est un témoin intéressant de la théologie et de l'exégèse latines traditionnelles. À l'occasion de son exil, Hilaire va découvrir la théologie et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hilaire-de-poitiers/#i_2454

ISAAC DE L'ÉTOILE ou DE STELLA (1100 env.-env. 1169)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 726 mots

Noble anglais, étudiant à Chartres et à Paris (avec les porrétains, Abélard et les victorins), puis moine cistercien à Pontigny, Isaac fut élu abbé de l'Étoile, près de Poitiers, où il reçut Thomas Becket, exilé par Henri II. Il fonda finalement dans l'île de Ré une installation plus austère, où il mourut. Il nous reste de lui cinquante-sept sermons (dont cinquante-quatre publiés dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-de-l-etoile-de-stella/#i_2454

ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636)

  • Écrit par 
  • Jacques FONTAINE
  •  • 1 355 mots

Tardivement proclamé docteur de l'Église universelle en 1722, mais vénéré de ses contemporains comme « l'image même du savoir antique », Isidore de Séville fut tour à tour l'écrivain latin le plus souvent recopié et lu par le Moyen Âge, et l'un des plus outrageusement décriés par l'hypercritique moderne. En appréciant de manière moins suffisante et plus respectueuse la civilisation du haut Moyen  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidore-de-seville/#i_2454

JÉRÔME saint (347 env.-419/20)

  • Écrit par 
  • Pierre LARDET
  •  • 3 036 mots
  •  • 1 média

Après Ambroise de Milan († 397), avant Grégoire le Grand ( vi e  s.), et avec son contemporain (et correspondant) Augustin, Jérôme appartient à ce « quatuor » des Pères latins, qui se sont vu conférer par excellence le titre de docteurs de l'Église. Seul d'entre eux, il n'avait été ni évêque ni pape. L'exception a valeur d'indice. De même la très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome/#i_2454

LACTANCE LUCIUS CAECILIUS FIRMIANUS dit (260 env.-env. 325)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 671 mots

Lucius Caecilius Firmianus, dit Lactantius, sans doute Africain, élève du rhéteur Arnobe de Sicca. Professeur à son tour, Dioclétien l'appelle pour enseigner la rhétorique dans sa nouvelle capitale, Nicomédie en Bithynie. Devenu chrétien, il doit quitter son enseignement lors de la persécution de Galère (304), et tombe dans la misère. À un âge avancé, il est appelé à Trèves, par Constantin, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucius-caecilius-firmianus-lactance/#i_2454

LÉON Ier LE GRAND saint (mort en 461) pape (440-461)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 841 mots

Archidiacre de l'Église de Rome, Léon, à la mort du pape Sixte III (19 août 440), était en Gaule, chargé d'une mission politique délicate. Quoique absent, il est élu pape ; une délégation officielle va le chercher et il est ordonné à son retour (29 sept. 440). On a conservé le court sermon qu'il prononça à cette occasion ( Serm. , I). On ne sait presque rien de sa vie avant s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-ier-le-grand/#i_2454

LUCIFER DE CAGLIARI (mort en 370/71)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 162 mots

Évêque de Carales (Cagliari) en Sardaigne, fidèle défenseur de la foi de Nicée, Lucifer refusa de condamner Athanase au Synode de Milan (355) et fut envoyé en exil par Constance. Par la suite, il rejeta toute tentative de conciliation avec les homéousiens et mourut séparé de l'Église. Dans son exil, il écrivit, dans une langue originale et vigoureuse, des pamphlets adressés à l'empereur Constance, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucifer-de-cagliari/#i_2454

LUCILIUS CAIUS (180-103 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 189 mots

Citoyen romain de bonne famille, très instruit des formes grecques qui inspirèrent son activité intellectuelle, Lucilius était lié avec Scipion Émilien sous les ordres duquel il avait servi en Espagne. Il passa à Rome la plus grande partie de sa vie et ne commença à écrire qu'à l'âge mûr. Il donna à la satura latine son caractère de commentaire critique. Ses œuvres furent ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caius-lucilius/#i_2454

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du paganisme au christianisme africain »  : […] Il ne servirait à rien d'essayer d'établir une sorte de palmarès de cette littérature latine qui, mis à part le cas de Térence dont la naissance ne suffit pas à faire un écrivain vraiment africain, s'étend du i er  siècle de notre ère jusqu'à la fin du vii e  siècle, si du moins l'on considère qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_2454

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Le latin médiéval a été, en son temps, l'instrument de culture qui fondait toute compréhension internationale. Dans un temps où les langues vernaculaires étaient encore grossières, il a été le conservatoire des techniques et des figures (rhétorique et poésie) ainsi que la langue sacrée du christianisme, pour lequel il constitua un trésor de textes théologiques, mystiques et liturgiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_2454

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

La formation de la prose littéraire constitue un processus fondamental dans l’histoire des civilisations anciennes et modernes. Ce processus s’inscrit sans aucun doute dans un plus vaste réseau : les emplois multiples du discours en prose, des épigraphes aux journaux intimes, se développent dans des rapports étroits, tant pour la forme que pour le contenu, avec d’autres manifestations de la cultu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_2454

NOVATIEN (200?-? 258)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 322 mots

Prêtre de l'Église de Rome, Novatien y tenait un rôle important durant la vacance du siège qui suivit le martyre du pape Fabien (janv. 250). Au nom du clergé romain, il écrivit deux lettres à Cyprien au sujet de la conduite à tenir à l'égard des chrétiens qui avaient apostasié (les lapsi ) durant la persécution de Dèce. Il y préconise la même attitude de prudence et de miséri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novatien/#i_2454

ORAISON FUNÈBRE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 1 297 mots

La coutume de louer et donc de pleurer un mort remonte à l'Antiquité : Grecs et Latins possédaient déjà la double tradition lyrique (thrènes ; nénies, élégies) et oratoire (panégyrique collectif ; laudatio funebris individuelle, méprisée par Cicéron pour ses excès). Le christianisme oriente le genre vers le sermon (les grands modèles en seront saint Ambroise et saint Grégoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraison-funebre/#i_2454

OROSE (1re moitié Ve s.)

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 595 mots

C'est soudainement en 414 qu'Orose apparaît dans l'histoire. Il quitte la scène aussi brusquement quatre ans plus tard. Entre-temps, il s'est trouvé mêlé à plusieurs controverses qui agitaient l'Église de son époque. Le succès de ces interventions ne semble pas avoir égalé un zèle parfois intempestif. Cependant, lorsque nous le perdons de vue, en 418, Orose vient d'achever une somme d'histoire un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orose/#i_2454

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Le terme « patristique » peut désigner tout d'abord une partie de la théologie chrétienne qui systématise les enseignements de certains écrivains de l'Antiquité chrétienne, considérés comme Pères de l'Église par un choix de la tradition ecclésiastique et tenus, à cause de cela, pour d'authentiques garants de la foi orthodoxe. Il peut aussi désigner (conjointement avec le terme « patrologie ») l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_2454

PAULIN DE NOLE saint (353-431)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 249 mots

Né à Bordeaux dans une famille sénatoriale chrétienne, élève d'Ausone, Paulin entre dans la carrière des honneurs : consul à Rome (378), proconsul en Campanie (379 ou 381). Instruit dans la foi chrétienne par Ambroise de Milan, il retourne en Aquitaine, où il épouse une pieuse Espagnole, Tharasia (385) ; il est baptisé peu après par Delphinus de Bordeaux. Sous l'influence de sa femme, il distribue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paulin-de-nole/#i_2454

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Littérature de clercs »  : […] Comme l'histoire écrite de la nation, la littérature polonaise allait naître et se développer dans le prolongement du baptême de Mieszko et de son entourage (966), et, par la religion, se rattacher à la civilisation de l'Occident chrétien. Cette orientation, fortifiée par le rôle prépondérant de l'Église dans la vie de l'État et par le prestige du latin, écarta le fond culturel pagano-slave primit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_2454

PRUDENCE, lat. AURELIUS PRUDENTIUS CLEMENS (348 env.-env. 410)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 423 mots

Né à Calagurris (Calahorra), en Espagne, il eut une brillante carrière juridique et politique ; deux fois gouverneur de province en Espagne, il exerça de hautes fonctions à la cour de Théodose II. Retiré du monde, il se voua à la piété et à la composition de poèmes chrétiens. Le Cathemerinon ( Hymnes de chaque jour ) est un recueil d'hymnes, en mètres l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prudence-lat-aurelius-prudentius-clemens/#i_2454

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Poésie et savoir : la littérature néo-latine »  : […] Langue de l'Église et de l'école, le latin a été écrit et parlé sans interruption depuis la fin de l'Empire romain ; au xii e  siècle encore, on lit non seulement les Pères de l'Église mais aussi Virgile, Ovide, Cicéron, et on s'inspire d'eux. Pourquoi donc qualifier de néo-latine la littérature qui naît avec Pétrarque, s'épanouit en Italie au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_2454

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Empire chrétien »  : […] Le iv e siècle fut grand à bien des égards, et ce renouveau est dû pour une part aux réformes de Dioclétien, poursuivies, dans le même sens, par Constantin et Valentinien. Les empereurs sont théoriquement des souverains absolus, les traditions « libérales » du principat n'ayant pas résisté à la crise du iii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/#i_2454

RUFIN D'AQUILÉE (340 env.-410)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 369 mots

Né à Concordia aux environs d'Aquilée (Vénétie), Tyrannius Rufinus étudia à Rome, puis, attiré par la vie monastique, il se retira dans un couvent près d'Aquilée, où vint le rejoindre Jérôme, qui avait été son condisciple. Il effectua ensuite en compagnie d'une noble Romaine, Mélanie l'Ancienne, une visite des déserts d'Égypte où vivaient les plus célèbres ascètes. Il fréquenta pendant six ans Did […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rufin-d-aquilee/#i_2454

SIDOINE APOLLINAIRE saint (431/32-env. 487)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 180 mots

Né à Lyon, d'une famille chrétienne de l'aristocratie gallo-romaine, fils et petit-fils de préfets du prétoire des Gaules, gendre de l'éphémère empereur Avitus, il vit dans son domaine d'Avitacum en Auvergne, où il s'adonne à la littérature ( Panégyriques officiels ; vingt-quatre Carmina , poèmes d'apparat ou pièces de circonstance, de valeur bien mince) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sidoine-apollinaire/#i_2454

SULPICE SÉVÈRE (360 env.-env. 420)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 222 mots

Né d'une famille distinguée d'Aquitaine, Sulpice Sévère abandonne sa carrière d'avocat après le décès de sa femme (399) et mène la vie monastique à Primuliacum (dans l'actuel département de l'Aude ?) jusqu'à sa mort. Attiré par la renommée de saint Martin, il avait fait le pèlerinage de Tours. Auteur d'une Chronique universelle , intéressante surtout pour ce qu'il dit de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulpice-severe/#i_2454

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Littérature latino-tchèque »  : […] Le latin trouve ses premières expressions originales dans la seconde moitié du x e  siècle (l'évêché de Prague est fondé en 973). Des légendes (inspirées des œuvres vieux-slaves) sont consacrées aux saints Venceslas et Ludmila. Avant l'an mille, c'est une magnifique légende, presque une chronique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_2454

TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude FREDOUILLE
  •  • 3 943 mots

Tertullien est né et a vécu à Carthage, dans une période déterminante pour l'histoire de la civilisation occidentale, à l'articulation exacte de deux mentalités qui s'affrontent encore, mais dont il devait être le premier à tenter la synthèse. Né païen, d'éducation et de formation païennes, cultivé, curieux, inquiet de tempérament, il occupe une place particulièrement importante dans l'histoire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tertullien/#i_2454

VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 3 574 mots

En ces temps de faveur renouvelée pour le nominalisme et la critique des universaux, il est bon d'aller demander à Lorenzo Valla, un maître de l' humanisme italien, comment la culture de la péninsule est parvenue, dès la première moitié du xv e  siècle, à donner un contenu, c'est-à-dire une philologie, une éthique, une politique, une théologie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valla-lorenzo-della-valle-dit-il/#i_2454

VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.)

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 259 mots
  •  • 1 média

Les chrétiens du monde latin ont utilisé très tôt des traductions latines de la version grecque de la Bible juive (la Septante) ainsi que du Nouveau Testament, rédigé originellement en grec. On parle à propos de ce type de traduction de Vetus latina , (« vieille latine »). Au iv e  siècle, cette Bible latine est jugée imparfa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vulgate-de-saint-jerome/#i_2454


Affichage 

Portrait d'Érasme

photographie

Hans HOLBEIN LE JEUNE, Portrait d'Érasme, détrempe sur bois, 43 cm × 33 cm Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

Afficher

Saint Augustin, Botticelli

photographie

Botticelli, «Saint Augustin», 1480 Fresque 152 cm ×112 cm Ognissanti, Florence 

Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

Afficher

Saint Jérôme dans sa cellule, J. Van Eyck

photographie

Jan Van Eyck, «Saint Jérôme dans sa cellule», vers 1440 Peinture sur bois, 19,9 cm × 12,5 cm The Detroit Institue of Arts 

Crédits : AKG

Afficher

Portrait d'Érasme
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

Saint Augustin, Botticelli
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Saint Jérôme dans sa cellule, J. Van Eyck
Crédits : AKG

photographie