ITALIENNE LITTÉRATURE, des origines au XVIIe s.

ACCADEMIA DELLA CRUSCA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 387 mots

Académie littéraire italienne fondée à Florence en 1582 dans le but de purifier le toscan, langue littéraire de la Renaissance italienne. En partie grâce aux efforts de ses membres, le toscan, tel notamment que Pétrarque et Boccace l'avaient employé, devint au xvi e et au xvii e siècle un modèle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accademia-della-crusca/#i_86521

ACCETTO TORQUATO (1re moitié XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 328 mots

Depuis sa redécouverte en 1928 par Benedetto Croce, le traité de Torquato Accetto, Della dissimulazione onesta ( De la dissimulation honnête , 1641), est souvent cité comme l'un des symboles de la duplicité baroque, au même titre que la casuistique jésuite et certaines instances du quiétisme. Un historien de Galilée, Pietro Redondi, se propose même d'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accetto-torquato/#i_86521

ADONE, Giovanni Battista Marino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mireille BLANC-SANCHEZ
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

L' Adone , qui compte cinq mille trente-trois vers, répartis en vingt chants comportant un nombre inégal de strophes, est l'un des poèmes les plus longs et les plus controversés de la littérature italienne. Giovanni Battista Marino (1569-1625), dit le Cavalier Marin, avait travaillé à sa rédaction pendant près de vingt ans, et, au soir de sa vie, il le publia à Paris, le 24 a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adone/#i_86521

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 106 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une figure de la Renaissance italienne »  : […] Le destin de ce Toscan de souche l'amena à connaître une bonne partie de l'Italie. Second fils naturel de Lorenzo di Benedetto Alberti, patricien de Florence, et de Biancha Fieschi, Leon Battista est né le 14 février 1404 à Gênes, en Ligurie, où son père s'était réfugié après un décret de proscription rendu contre sa famille. Le jeune homme étudia dans le nord de l'Italie, à Venise, à Padoue puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-battista-alberti/#i_86521

ALGAROTTI FRANCESCO (1712-1764)

  • Écrit par 
  • Valeria TASCA
  •  • 510 mots

Né à Venise d'une famille de riches commerçants (le titre de comte lui fut donné par le roi de Prusse), Francesco Algarotti incarne les tendances culturelles d'une classe qui aspire à l'hégémonie. Des études longues et variées l'initièrent aux lettres, aux sciences et aux arts plastiques. L'éclectisme que son œuvre reflète lui valut d'être qualifié avec mépris, au xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-algarotti/#i_86521

ARÉTIN L' (1492-1556)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 3 072 mots
  •  • 1 média

Pietro Aretino, dit l'Arétin, conteur et polémiste, hagiographe aussi et auteur dramatique, est né à Arezzo en 1492 et mort à Venise en 1556. Il est le fruit de la mésalliance d'une jeune bourgeoise, Tita (ou Margherita) Del Boncio, avec un cordonnier prénommé Luca. Ce dernier, à une date difficile à préciser, quitte Arezzo « pour aller s'enrôler dans la milice », laissant son épouse seule avec se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-aretin/#i_86521

ARIOSTE L' (1474-1533)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 6 206 mots

Le Roland furieux ( Orlando furioso ) est l'une des œuvres les plus célèbres (peut-être pas les plus lues) de la Renaissance, avec son extraordinaire diversité, qui ne rompt pas l'équilibre de la composition. Mais connaît-on aussi bien son auteur, Ludovico Ariosto, l'un des plus attachants de l'époque par sa bonhomie, sa sincérité, ses revendications d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-arioste/#i_86521

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du platonisme à la « fureur » poétique »  : […] La Renaissance éprise de beauté va déployer, surtout en Italie, un extraordinaire ensemble d'arts poétiques. Ici encore, le latin est la langue dominante, mais l' italien joue lui aussi un très grand rôle. Après Pétrarque et Boccace, le symbolisme ne recule pas. Mais la sensibilité s'accentue, en même temps qu'on redécouvre les formes païennes du plaisir poétique, qui donnent leur place aux jeux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_86521

BANDELLO MATTEO (1484-1561)

  • Écrit par 
  • Adelin Charles FIORATO
  •  • 2 234 mots

Au moment où commence la production narrative de Bandello, l'art de la nouvelle est toujours largement tributaire en Italie de l'imitation du Décaméron de Boccace. Il fait une part essentielle à la riche élégance du style, à la force du mot sans réplique qui résout un dilemme ou un embarras, à l'exemplarité morale ou pratique du dénouement. Sans se borner à des sujets tirés d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-bandello/#i_86521

BARBERINO ANDREA DI JACOPO DE MANGABOTTI dit ANDREA DA (1370 env.-apr. 1431)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 188 mots

« Chanteur des rues », Barberino traduit et élabore de nouveau en prose italienne des histoires du cycle carolingien. Faisant remonter au fils de l'empereur Constantin l'origine des paladins, il apporte à la matière épique un fonds classique et italien. Dans Les Royaux de France ( I Reali di Francia , 1491) et ses autres ouvrages, il raconte les aventur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barberino-andrea-di-jacopo-de-mangabotti-dit-andrea-da/#i_86521

BASILE GIAMBATTISTA (1575-1632)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 857 mots

Napolitain engagé dans l'armée vénitienne, c'est lorsqu'il se trouvait en garnison dans l'île de Candie, que Giambattista Basile fut admis à l'Académie des extravagants, fondée par le noble vénitien Andrea Cornaro. Rentré dans sa patrie en 1608, il ne quittera plus le territoire de Naples que pour un séjour de quelques mois à Mantoue en 1612-1613. À partir de 1615, il est chargé de divers postes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giambattista-basile/#i_86521

BEMBO PIETRO (1474-1547)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 1 785 mots

Pendant longtemps, Bembo a été placé au-dessus des écrivains de son époque. Ce jugement méritait assurément d'être révisé par la postérité. Son charme nous retient peut-être moins aujourd'hui que son importance historique dans l'évolution de la langue italienne dont il fixa l'usage littéraire et du pétrarquisme dont il inaugura la mode. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-bembo/#i_86521

BERNESQUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 349 mots

Le genre bernesque naquit dans l'atmosphère enjouée des fêtes que donnaient les Médicis, en particulier Laurent le Magnifique et Hippolyte. À Florence vécurent les poètes Ange Politien (1454-1494), Luigi Pulci (1432-1484) et celui qui sera considéré comme le fondateur de la maniera bernesca , Francesco Berni (1497-1535). Ils apportent respectivement la souplesse de la poésie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernesque-genre-litteraire/#i_86521

BIBBIENA BERNARDO DOVIZI cardinal (1470-1520)

  • Écrit par 
  • Anna FONTÈS
  •  • 461 mots

Venu de Bibbiena, petit bourg toscan à flanc de montagne, Bernardo Dovizi fut tôt l'homme de confiance de Laurent le Magnifique, puis de son fils Pierre. Compagnon fidèle, puis serviteur zélé du cardinal Jean de Médicis, il partage l'exil de son maître (1494-1512). Hôte des cours italiennes, il est l'ami et le correspondant des seigneurs, hommes de lettres, artistes, qui apprécient son tempérament […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardo-bibbiena/#i_86521

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biographies-d-artistes/#i_86521

BOCCACE (1313-1375)

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 4 938 mots
  •  • 1 média

Avec Dante et Pétrarque, qu'il considérait comme ses maîtres, Boccace est l'écrivain le plus célèbre du Moyen Âge italien. Le plus méconnu aussi, du moins en France où les Contes de La Fontaine ont popularisé l'image d'un auteur gaillard, sans dimension philosophique, et où la critique, ignorant le débat ouvert par les travaux de Vittorio Branca sur « Boccace médiéval », le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boccace/#i_86521

BOIARDO MATTEO MARIA (1441-1494)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 953 mots

Le Roland furieux a éclipsé le Roland amoureux auquel il doit beaucoup. On ignore trop souvent la valeur du poème et la personnalité de Boiardo, son auteur, dont la vie pittoresque, la culture et la sensibilité sont caractéristiques de l'humanisme italien du xv e  siècle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-maria-boiardo/#i_86521

BONAGIUNTA DE LUCQUES BONAGIUNTA ORBICCIANI dit (1215 env.-env. 1296)

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 278 mots

Le nom du poète lucquois Bonagiunta Orbicciani figure dans des actes officiels datés de 1242, de 1250 (il y est désigné comme « juge et notaire ») et de 1296. Il est déjà mort en 1300, date fictive que Dante assigne à son voyage d'outre-tombe ( La Divine Comédie ) au cours duquel il rencontre Bonagiunta au purgatoire parmi les gourmands. On le classe parmi les guittoniens, gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonagiunta-de-lucques/#i_86521

CALMO ANDREA (1509/10-1571)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 254 mots

Acteur et auteur de comédies, le Vénitien Andrea Calmo fut très célèbre jusque vers 1560. La critique contemporaine cherche à mieux le situer. Il écrivit quatre églogues pastorales qui font penser aux comédies des Rozzi de Sienne, mais il est surtout connu pour ses comédies en prose, qui constituent une sorte de transition entre la comédie italienne de la première moitié du xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-calmo/#i_86521

CANTIQUE DES CRÉATURES (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 410 mots

Texte composé par François d'Assise dans le dialecte ombrien, l'un des premiers en langue vulgaire des lettres italiennes (1224 ou 1225) ; le saint, qui n'a guère plus de quarante ans, va bientôt mourir ; il est accablé de souffrances et presque aveugle ; c'est pourtant dans l'illumination d'une joie stigmatisée que naît son Cantique. Le poème s'insère dans la lignée des louanges bibliques du Dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantique-des-creatures/#i_86521

CANZONIERE, Pétrarque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Un des manuscrits qui contient le Canzoniere de Pétrarque (1304-1374) porte le titre en latin de Rerum vulgarium fragmenta (« fragments en langue vulgaire »). Non que ces 366 sonnets, chansons, sextines et ballades présentent le moindre signe d'inachèvement : Pétrarque désignait par là une œuvre faite de pièces diverses, à la différence de formes long […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canzoniere/#i_86521

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Une codification de la parole littéraire »  : […] Le processus qui conduit à l'élaboration des arts poétiques trouve son origine dans un souci de légitimation de la littérature. On peut déjà constater ce phénomène dans la Poétique d'Aristote, souvent interprétée comme une réponse à la critique platonicienne de la mimèsis . Selon la doctrine de Platon, le monde sensible n'est que l'apparence trompeuse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_86521

CASTIGLIONE BALDASSARRE (1478-1529)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 517 mots
  •  • 1 média

Si détaché qu'il semble de la dure histoire italienne du temps où il fut écrit, Le Parfait Courtisan ( Il Cortegiano ) de Castiglione est le fruit d'une expérience à la fois guidée, compensée et transcendée par un idéal éthique foncièrement tributaire de la culture humaniste . Il a constitué, pendant un siècle et plus, en Europe occidentale, la source et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldassarre-castiglione/#i_86521

CAVALCANTI GUIDO (1255 env.-1300)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 515 mots

Poète du dolce stil novo appelé par Dante « le premier de mes amis », Cavalcanti naît à Florence d'une noble famille guelfe. Il se mêle aux luttes politiques qui divisent alors la ville, prenant le parti des blancs ; il est exilé à Sarzana en 1300. Malade, on l'autorise à revenir à Florence où il meurt presque aussitôt. Il a dominé la jeunesse intellectuelle de son temps : L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guido-cavalcanti/#i_86521

CECCO D'ASCOLI FRANCESCO STABILI dit (1269-1327)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 443 mots

Astrologue, philosophe, compilateur scientifique, esprit universel et brouillon, Cecco d'Ascoli apparaît à bien des égards comme un personnage faustien. Tourmenté par des desseins sublimes, rongé par le ressentiment, envieux de l'art de Dante, audacieux et insolent, il semble illustrer, par une provocation constante, le caractère inexorable de la destinée, qui le conduira, pour sa part, au bûcher. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecco-d-ascoli/#i_86521

CELLINI BENVENUTO (1500-1571)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 409 mots
  •  • 5 médias

Premier artiste à avoir laissé une autobiographie, Benvenuto Cellini, orfèvre florentin apprécié dans toute l'Europe, médailleur virtuose tardivement devenu sculpteur , entendait laisser de lui l'image d'un génie qui surpassait Michel-Ange et traitait d'égal à égal avec François I er , Côme de Médicis, Clément VII ou Paul III. La fortune romantique de son texte, que tradui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benvenuto-cellini/#i_86521

CINO DA PISTOIA (1270-1336)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 346 mots

Né à Pistoia, de famille noble, après des études de droit à Bologne et à Orléans, Guittoncino de' Sighibuldi da Pistoia devient juge à Pistoia et enseigne (le droit) dans plusieurs universités : Sienne, Pérouse et Naples. Gibelin, il est exilé dans sa jeunesse pour des raisons politiques, mais il réussit à rentrer à Pistoia et collabore au gouvernement de la ville. Il représente en quelque sorte l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cino-da-pistoia/#i_86521

LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso Campanella - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 218 mots

Les réserves, voire l'aversion, qu'éveille l'utopie totalitaire proposée par le dominicain calabrais Tommaso Campanella (1568-1639) tranchent étrangement avec l'admiration que suscitent le courage et la détermination dont il fit preuve dans les effroyables prisons où s'écoula la plus grande partie de sa vie et où il parvint à rédiger quelque trente volumes, touchant les sujets les plus divers, phi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cite-du-soleil/#i_86521

COLONNA FRANCESCO (1433 ou 1434-1527)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 702 mots

Né, semble-t-il, à Venise d'une famille peut-être originaire de Trévise où il aurait pu séjourner en 1462-1467, Francesco Colonna entre dans le couvent dominicain de Saint-Jean-et-Saint-Paul à Venise où sa présence est attestée en 1471. Il étudie à Padoue où il devient, en 1473, bachelier en théologie. Plus tard, il obtiendra le doctorat dans la même discipline. La culture de Francesco Colonna est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-colonna/#i_86521

LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

La Comédie , ainsi nommée pour la distinguer des grands poèmes tragiques de l'Antiquité, dont le modèle était alors l' Énéide , est bien le chef-d'œuvre que Dante Alighieri (1265-1321) annonçait dans la dernière phrase de son œuvre de jeunesse, la Vita nova  : une « admirable vision ». Cette vision, il allait falloir la mettre en m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-comedie/#i_86521

LE CONTE DES CONTES, Giambattista Basile - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Françoise DECROISETTE
  •  • 888 mots

À Naples, dans les années 1620, les réformes culturelles lancées par le vice-roi visent à l'hispanisation des milieux culturels locaux. Quelles voies sont alors offertes aux artistes et aux intellectuels napolitains ? La voie académique, comme celle de l'Académie des Oziosi (Oisifs), qui tend à assigner à l'intellectuel un rôle subalterne ; les séductions de l'ailleurs, qui mènent les créateurs co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-conte-des-contes/#i_86521

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Le septième centenaire de la naissance de Dante a donné en 1965 la mesure de la diffusion de son œuvre dans le monde. En France seulement, trente-sept traductions totales ou partielles de La Divine Comédie ont été éditées ou rééditées depuis 1921. La question s'est une fois de plus posée de l'actualité véritable de Dante, de ce que son œuvre signifie pour les lecteurs de notr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-alighieri/#i_86521

LE DÉCAMÉRON, Boccace - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 905 mots
  •  • 1 média

Lorsque Boccace (1313-1375) écrit le Décaméron (1349-1351), il a derrière lui quelques œuvres latines, mais aussi toute une production lyrique et narrative : romans en vers (comme le Teseida , le Filostrato , le Ninfale fiesolano ), en prose (le Filocolo , l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-decameron/#i_86521

DELLA CASA GIOVANNI (1503-1556)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 624 mots

Appartenant à une noble famille florentine originaire du Mugello, Giovanni Della Casa séjourne tout jeune à Rome et à Bologne. De retour à Florence, il étudie les lettres puis revient à Bologne pour des études de droit, mais il s'intéresse davantage aux auteurs latins et se lie avec Beccadelli et Gualteruzzi. En 1528, il apprend le grec à Padoue sous la direction du cardinal Bembo. À Rome, où il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-della-casa/#i_86521

LE DEVISEMENT DU MONDE, Marco Polo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves BADEL
  •  • 793 mots
  •  • 2 médias

Emprisonné à Gênes, le Vénitien Marco Polo (1254-1324) dicte Le Devisement du monde à un autre prisonnier, Rustichello de Pise, écrivain de profession. Il y fait le bilan d'un séjour en Asie, rapportant ce qu'il y a vu et ce qu'il en a entendu raconter. Le livre, écrit dans un français très entaché d'italianismes, a eu un succès immédiat et de multiples versions, sous des ti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-devisement-du-monde/#i_86521

DOLCE LUDOVICO (1508-1568)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 560 mots

On doit à l'écrivain Ludovico Dolce, Vénitien formé à Padoue, une abondante production de traductions du latin, de commentaires (en particulier ceux du Décaméron et du Roland furieux ), de poèmes épiques, de comédies ( La Fabrizia , 1545 ; Il Ragazzo , 1541) qui, bien que dérivées des modèles de Plaute et de T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovico-dolce/#i_86521

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Formule devenue traditionnelle en histoire littéraire, l'appellation dolce stil novo, qui recouvre la plus riche et la plus subtile production lyrique amoureuse du Moyen Âge européen, ne désigne à proprement parler ni une école ni un courant entièrement homogène. Elle s'applique à un certain nombre de poètes toscans de la fin du xiii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolce-stil-novo/#i_86521

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'érotisme des troubadours »  : […] On connaît bien désormais le phénomène social et littéraire européen communément appelé « courtoisie », ou « fine amor ». Les troubadours exploraient dans leurs poèmes (ou plutôt leurs chansons) tous les registres du sentiment amoureux. Le premier d'entre eux (chronologiquement comme par la profondeur de son inspiration), Guillaume IX d'Aquitaine (l071-1127), en parcourt, dans les onze textes qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_86521

FICIN MARSILE (1433-1499)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 1 654 mots
  •  • 1 média

« De toutes les influences intellectuelles qui devaient agir, en Italie et au-dehors, pendant la Renaissance, la plus forte a été sans doute celle de Marsile Ficin », déclare A. Rivaud dans son Histoire de la philosophie . Alors que les tout proches maîtres padouans prônent Aristote, lu dans la version averroïste, Ficin en dénonce le matérialisme et le panthéisme larvé, et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marsile-ficin/#i_86521

FOLENGO TEOFILO (1491-1544)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 473 mots

Connu sous les divers pseudonymes de Merlino Coccajo, Merlin Coccaie, par lequel le désigne Rabelais, ou Limerno Pitocco, c'est-à-dire « le Gueux », Folengo est une des figures les plus représentatives et l'un des écrivains les mieux doués de son époque. Né à Mantoue, bénédictin à vingt ans, Teofilo jette son froc aux orties en 1524. Sur les raisons de ce geste, les commentateurs ne sont pas d'acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teofilo-folengo/#i_86521

FRESCOBALDI DINO (1271-1316)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 130 mots

On rattache traditionnellement le poète florentin au dolce stil novo dont il reprend en effet les thèmes (la doctrine d'amour) et le langage poétique (fidèle à la dictée de l'amour) dans ses vingt-deux compositions. Le processus de l'amour demeure conventionnel : ce dernier apparaît avec la dame qui blesse le poète, lui apporte d'abord la douceur (comme chez Guinizelli), mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dino-frescobaldi/#i_86521

GIANNI LAPO (XIIIe-XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 158 mots

Dante cite le Florentin Lapo Gianni parmi les poètes qui, au même titre que Cavalcanti, Cino da Pistoia et lui-même connurent le mieux « l'excellence du vulgaire », entendons de la langue italienne, préférée au latin. On ne sait rien de certain sur sa vie. Il reprend les thèmes du dolce stil novo , fixés par Guinizelli, Cavalcanti et Dante : symptômes et effets de l'amour, ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianni-lapo/#i_86521

GIRALDI GIAMBATTISTA, dit CINZIO ou CINTIO (1504-1573)

  • Écrit par 
  • Guy LEBATTEUX
  •  • 508 mots

D'une famille noble d'origine florentine passée de Milan à Ferrare. Il perd ses parents lors de la peste de 1528 mais trouve assistance auprès de son oncle, Lilio Gregorio Giraldi, poète au service de la maison d'Este. Licencié en juin 1531, il est nommé, aussitôt après, dans la chaire de dialectique et exerce parallèlement la profession de médecin. En 1532, il adresse à Celio Calcagnini son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giambattista-giraldi/#i_86521

GRAZZINI ANTON FRANCESCO, dit LE LASCA (1503-1583)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 552 mots

D'une famille de notaires florentins dont certains occupèrent des charges importantes au xvi e siècle, Anton Francesco Grazzini dit le Lasca, contrairement à une légende qui faisait de lui un apothicaire, n'exerça jamais aucune activité professionnelle. On connaît peu de chose de sa jeunesse car il ne fait parler de lui qu'à la fin du règne d'Ale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-francesco-grazzini/#i_86521

GUARINI GIOVAN BATTISTA (1538-1612)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 430 mots

Jusqu'en 1583 la carrière de courtisan de Giovan Battista Guarini se déroule à la cour de Ferrare, sa ville natale, auprès des ducs d'Este qui lui confient un enseignement de rhétorique et plusieurs missions diplomatiques à Rome, à Turin et en Pologne. C'est également à Ferrare qu'il se lie au Tasse, ami et rival dans la course aux faveurs du Prince. Un différend avec le duc Alfonso II le pousse e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovan-battista-guarini/#i_86521

GUICHARDIN FRANÇOIS (1483-1540), ital. GUICCIARDINI FRANCESCO

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 518 mots

Homme politique, diplomate et historien florentin. Après avoir accompli des études juridiques dans diverses universités d'Italie du Nord, François Guichardin embrasse la carrière d'avocat. Ses relations avec de puissantes familles lui valent d'être nommé en 1511 ambassadeur de la République florentine auprès de Ferdinand d'Espagne ; il occupera ce poste jusqu'en 1514. Cette expérience est décisive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guichardin-guicciardini/#i_86521

GUINIZELLI GUIDO (1230 env.-1276)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 332 mots

Dante considérait déjà Guinizelli comme le père du dolce stil novo dont il fut aussi le théoricien. Il accomplit ses études à Bologne, dans un milieu ouvert, et devint juge. Gibelin, il participa à la vie politique et fut exilé. La politique n'intervient cependant pas dans ses vers (environ vingt textes). Guinizelli travaille sur une matière « douce », l'amour. Après avoir i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guido-guinizelli/#i_86521

GUITTONE D'AREZZO (1230?-1294)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 329 mots

En le critiquant, Dante a paradoxalement reconnu l'importance de cet auteur, parfois considéré comme un poète de transition, qui fait le lien entre la poésie lyrique provençale ou sicilienne, de type aristocratique, et les milieux bourgeois des villes du Moyen Âge. C'est, en effet, un homme engagé : lié à la vie de sa commune, il s'exile volontairement pour raisons politiques ; mais, vers trente-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guittone-d-arezzo/#i_86521

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'âge de l'humanisme »  : […] Deux historiens de la Renaissance, André Chastel et M. P. Gilmore, en donnant pour titres à l'un de leurs ouvrages L'Âge de l'humanisme (1963) pour le premier, Le Monde de l'humanisme ( The World of Humanism , 1952), pour le second, veulent tout d'abord situer le phénomène de l'humanisme dans un système de coordonnées spatio-tempo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_86521

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les « professionnels » de la littérature »  : […] Le souvenir de la Rome antique et de ses splendeurs a été fatal pour la littérature italienne. Depuis la chute de l'Empire romain jusqu'à l'écroulement du fascisme, la péninsule a été la proie tantôt d'invasions étrangères, tantôt de guerres civiles, et si les infortunes de la patrie ont inspiré quelques-uns de leurs plus beaux accents aux principaux écrivains italiens, ils ont constamment puisé p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_86521

JACOPONE DE TODI (1236 env.-1306)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 435 mots

Célèbre poète d'inspiration bonaventurienne et franciscaine, auteur de Laudes qui glorifient avec émotion et ardeur la pauvreté, Jacopone de' Benedetti, né à Todi en Ombrie, fut marquée par un traumatisme en 1268 (probablement la mort brutale de sa femme, écrasée, dit-on, par un plancher qui s'effondra au cours d'un bal), épreuve qui le conduisit à mener pendant dix ans une v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopone-de-todi/#i_86521

LA JÉRUSALEM DÉLIVRÉE, Le Tasse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 999 mots
  •  • 1 média

Établi à Ferrare au service du cardinal Louis d'Este en 1565, Le Tasse (1544-1595) reflète bien les contradictions de son temps dans La Jérusalem délivrée qui est son œuvre majeure. Écrit durant la Contre-Réforme, période caractérisée par la rigueur morale et la stricte observation du dogme catholique, le poème devait à la fois séduire son public et l'édifier. Lourde tâche p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-jerusalem-delivree/#i_86521

LATINI BRUNO ou BRUNETTO (1220 env.-env. 1294)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 408 mots

Le renom en France de l'Italien Brunetto Latini vient de ce qu'il a composé son Trésor en français, déclarant que c'était « parler plus délectable et plus commun à toutes gens ». Mais son cas fait problème pour les lecteurs de la Divine Comédie , car Dante, qui fut son élève, le situe dans un cercle infernal qui passe pour celui des sodomites. Il semble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latini-bruno-ou-brunetto/#i_86521

LÉON L'HÉBREU JUDA BEN ISAAC ABRAVANEL dit (1460 env.-env. 1521)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 245 mots

Médecin, poète et philosophe juif de la Renaissance. Né à Lisbonne, où son père Isaac (Isaac ben Juda, connu sous le nom d'Abrabanel ou Abravanel) était trésorier d'Alfonse V de Portugal, Léon l'Hébreu étudia la médecine et la philosophie juive et arabe ; il gagna l'Espagne en 1483 puis l'Italie après l'expulsion des Juifs d'Espagne. Il enseigna la médecine et l'« astrologie » à l'université de Na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-l-hebreu/#i_86521

LE LIVRE DU COURTISAN, Baldassarre Castiglione - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FOURNEL, 
  • Jean-Claude ZANCARINI
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

Commencé vers 1513, achevé vers 1524, corrigé sans cesse jusqu'à sa publication à Venise en 1528, Le Livre du courtisan de Baldassarre Castiglione (1478-1529) est le chef-d'œuvre unique et solitaire d'un homme qui entendait en faire la bible des nouvelles cours. Le succès du texte fut aussi immédiat que durable, non seulement dans l'Italie du xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-livre-du-courtisan/#i_86521

LOMAZZO GIOVANNI PAOLO (1538-1600)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 363 mots

Peintre milanais, qui fut aussi poète et théoricien de l'art. Le nom de Lomazzo reste attaché à un vaste traité didactique sur la peinture, Trattato dell'arte della pittura (1584), divisé en sept livres correspondant chacun à une « partie » de cet art : proportion, expression, couleur, lumière, perspective, pratique et formes (en fait, iconographie) ; ainsi qu'à un ouvrage, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-paolo-lomazzo/#i_86521

LUBRANO GIACOMO (1619-1693)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 86 mots

Jésuite napolitain, prédicateur et poète. Dans ses Étincelles poétiques ou poésies sacrées et morales ( Scintille poetiche o poesie sacre e morali , 1690), publiées sous le pseudonyme anagrammatique de Paolo Brinaccio, on retrouve poussés à l'extrême les traits caractéristiques de la tradition poétique mariniste : un goût typiquement baroque de la compl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-lubrano/#i_86521

LUZZATTI LES

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 120 mots

Famille d'érudits, d'écrivains et de poètes juifs italiens. Originaires de Lusace, comme leur nom l'indique, les Luzzatti sont installés en Italie depuis le xvi e  siècle. Dans la société juive italienne, la plus évoluée de toute la Diaspora et la plus ouverte aux courants universels de la pensée, depuis la Renaissance jusqu'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-luzzatti/#i_86521

MACARONIQUE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 598 mots

Forme de poésie burlesque jouant du mélange de formes dialectales et d'un latin d'origine savante ou liturgique, mais volontairement truffé de barbarismes et de solécismes (le terme de macarón désigne à l'origine à la fois une nourriture grossière et le rustre qui la mange, puis les impropriétés verbales de celui-ci). Continuant la tradition médiévale des goliards et des cle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macaronique-litterature/#i_86521

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Niccolò Machiavelli doit à sa situation dans l'histoire et aux traits particuliers de son œuvre une fortune qui revêt plusieurs dimensions. Il fut homme de lettres et écrivit, entre autres, des pièces de théâtre. Il fut aussi un acteur de la Renaissance en Europe en tant que « secrétaire », personnage assez important dans un État tel que la république de Florence. Toutefois, en ce qui touche sa p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machiavel/#i_86521

MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 2 733 mots

Oublié pendant près de trois siècles, dédaigné en France par les classiques, honni par les romantiques, exhumé par Croce comme modèle d'anti-poésie, le « Cavalier Marin » avait régné sur les lettres de son temps. Grand meneur du jeu baroque, arbitre du goût, champion de la modernité, comptant presque autant d'ennemis que de dévôts, et fascinant peut-être plus encore les premiers que les seconds, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-le-cavalier-marin/#i_86521

PALMIERI MATTEO (1406-1475)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 302 mots

D'origine populaire, Matteo Palmieri fit des études humanistes à Florence et participa à la vie publique. Il écrit en latin des textes de caractères historique et biographique, méditant sur l'histoire qu'il considère comme une discipline formatrice, permettant d'acquérir la sagesse propre à l'action. On le connaît surtout aujourd'hui pour son œuvre en italien, cette langue « vulgaire » qu'il réhab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-palmieri/#i_86521

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Père de la poésie moderne et de la culture humaniste, auteur en langue vulgaire de cet immortel Canzoniere ( Rerum vulgarium fragmenta ), qui a suscité des foules d'imitateurs en Italie et dans toute l'Europe et qui a marqué la poésie amoureuse en Occident jusqu'au romantisme et au-delà, et d'une œuvre en latin, impressionnante par sa masse et qui, de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque/#i_86521

PÉTRARQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 184 mots

Fin du xiii e  s.-début du xiv e  s. Dolce Stil Novo, poésie amoureuse savante. 20 juillet 1304 Naissance de Pétrarque à Arezzo, en Toscane. 1311 Son père se rend à Avignon, près de la cour pontificale. Pétrarque é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque-reperes-chronologiques/#i_86521

PICCOLOMINI LES

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 703 mots

Très ancienne famille de Sienne qui apparaît dès le xi e  siècle. Elle est parmi les premières de la cité à se vouer à la banque, avec des succursales à Gênes, à Venise, en France et en Angleterre. Après le déclin qui suit l'apogée économique toscan du xiii e  siècle, les Piccolomini se vouent à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-piccolomini/#i_86521

POGGE GIANFRANCESCO POGGIO BRACCIOLINI dit LE (1380-1459)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 254 mots

Philologue, historien et traducteur, Pogge étudia les lettres latines chez Jean de Ravenne et s'initia au grec en écoutant les leçons de Chrysoloras (1350-1415). Secrétaire apostolique sous Boniface IX et sous d'autres papes, il participe au concile de Constance (1414) et assiste au jugement de Jérôme de Prague. Il fut secrétaire de la République de Florence. Il consacre la majeure partie de son a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pogge/#i_86521

POLITIEN ANGELO AMBROGINI dit ANGE, ou POLIZIANO (1454-1494)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 602 mots
  •  • 1 média

Originaire de Montepulciano (d'où il tire son nom de lettres : il Poliziano, que nous francisons en Politien), Angelo Ambrogini est bien l'une des figures les plus représentatives et en même temps les plus originales du Quattrocento italien, et plus spécifiquement florentin. En une génération plus tournée vers la spéculation philosophique que vers le lyrisme, il unit des dons de poète à une vaste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politien-poliziano/#i_86521

POLO MARCO (1254 ou 1255-1324)

  • Écrit par 
  • Delphine BAUDRY-WEULERSSE
  •  • 1 314 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Livre de Marco Polo »  : […] Le manuscrit original du Livre de Marco Polo est perdu, mais il reste un grand nombre de textes anciens en langues romanes, connus sous les titres de Le Devisement du Monde , Le Livre des Merveilles du Monde , Il Milione . Au xx e siècle, la découverte d'une v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-polo/#i_86521

PONTANO GIOVANNI (1426-1503)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 243 mots

Après la mort de son père, Giovanni Pontano s'installa à Pérouse où il étudia la philologie et la littérature. De 1447 à 1495, il fut au service de la dynastie d'Aragon à Naples en qualité de conseiller, de secrétaire militaire et, après 1486, de chancelier. Il tomba en disgrâce en 1495 pour avoir négocié la paix avec les Français et ne revint jamais au pouvoir. L'écrivain passe alors au premier p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pontano/#i_86521

LE PRINCE, Nicolas Machiavel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FOURNEL, 
  • Jean-Claude ZANCARINI
  •  • 734 mots
  •  • 1 média

Comprendre les enjeux de l'écriture du Prince implique d'avoir à l'esprit les incessantes guerres d'Italie et leur effet sur Florence, la cité de Machiavel (1469-1527) . Tout a été bouleversé par l'arrivée des troupes françaises en Italie en 1494. À Florence, l'état de guerre a conduit au départ des Médicis, en novembre 1494, et à la mise en place d'une forme politique nouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-prince/#i_86521

PULCI LUIGI (1432-1484)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 454 mots

Auteur quelque peu oublié, Pulci est avec et avant Boiardo le fondateur d'un genre littéraire qui devait connaître en Italie une fortune extraordinaire et aboutir, en passant par l'immortel Arioste dont le Roland Furieux connaît de nos jours une nouvelle jeunesse, à ce monument de grâce baroque qu'est La Jérusalem délivrée du Tasse. Mais s'il reprend la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-pulci/#i_86521

RIPA CESARE (1560-env. 1623)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 333 mots

Attaché à la cour du cardinal A. M. Salviati en qualité de majordome, Ripa (de son vrai nom Giovanni Campani) est l'auteur d'un unique ouvrage, l' Iconologia , publié en 1593, dont l'influence sera profonde sur la pensée artistique et littéraire de deux siècles. Il s'agit d'un recueil de personnifications allégoriques de vertus, de vices, de tempéraments, de passions, qui met […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesare-ripa/#i_86521

ROLAND FURIEUX, L'Arioste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 998 mots

C'est à Ferrare, important foyer culturel de la Renaissance, que l'Arioste (1474-1533) compose son poème, le Roland furieux , œuvre de toute une vie, qu'il ne cessera de reprendre jusqu'à sa mort. Au pouvoir, la famille des Este accueille et soutient les artistes, qui vantent la culture courtoise et chevaleresque. Le Roland furieux , poème chevaleresque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-furieux/#i_86521

RUZANTE (1502 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 445 mots

Étrange fortune que celle de Ruzante ! Acteur-auteur écrivant en padouan rustique, il est recherché et célèbre dans tous les États de Venise et jusqu'à Ferrare, en cette aube du xvi e  siècle italien où la vie théâtrale est à la fois la plus florissante et, par suite de la division politique, la plus fragmentée. Grâce au livre, Ruzante survit quel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruzante/#i_86521

SACCHETTI FRANCO (1332 env.-1400)

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 666 mots

Né entre 1332 et 1334, fils de marchand, inscrit lui-même à la corporation du Change, Franco Sacchetti est le type même du bourgeois florentin du xiv e siècle. Homme d'affaires, propriétaire terrien, il remplit de nombreuses charges politiques au service de Florence. Sa vie est traversée par les crises économiques, sociales et politiques qui se s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-sacchetti/#i_86521

SANNAZARO JACOPO (1457-1530)

  • Écrit par 
  • Gérard MARINO
  •  • 1 268 mots

Célèbre en son temps dans toute l'Europe, imité par Ronsard et les poètes de la Pléiade, par Garcilaso de la Vega, par Leopardi, Jacopo Sannazaro a été élevé au rang d'auteur classique grâce à L'Arcadie , son œuvre la plus connue. Celle-ci considérée comme l'archétype de la pastorale moderne, qui allait connaître une faveur considérable avec la Diana (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopo-sannazaro/#i_86521

SICILIENNE ÉCOLE, littérature

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 947 mots

On regroupe sous le nom de Siciliens les poètes de la première « école » poétique italienne, dont la naissance et la floraison coïncident avec le règne de Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250) et le rayonnement de la cour de Palerme sur le reste de la péninsule. La politique culturelle du monarque embrassait tous les secteurs du savoir : droit, sciences naturelles, philosophie, études latines et gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-sicilienne-litterature/#i_86521

STRAPAROLA GIANFRANCESCO (1480 env.-apr. 1557)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 126 mots

On sait très peu de chose de la vie de Straparola. Ses Nuits facétieuses ( Le Piacevoli Notti , 1550-1553) contiennent soixante-quinze novelle (petits contes en prose) où puisèrent, entre autres, Shakespeare, Molière dans L'École des femmes , et La Fontaine dans ses Contes . Grâce à cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianfrancesco-straparola/#i_86521

TASSE LE (1544-1595)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 2 996 mots
  •  • 1 média

À plus d'un signe semble s'annoncer, dans les années 1980-1990, un retour au Tasse : redécouverte en Italie du « poème long » (le poema , proprement dit), notamment avec La Chambre d'Attilio Bertolucci ( La Camera da letto , 1984), qui se réclame explicitement du poète de Ferrare ; nouvelle traduction en France, après plus d'un siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tasse/#i_86521

TEBALDEO ANTONIO TEBALDI dit (1463-1537)

  • Écrit par 
  • Adelin Charles FIORATO
  •  • 304 mots

Poète de cour ferrarais, Tebaldeo est, avec Serafino Aquilano, un des représentants les plus caractéristiques de la poésie maniérée du xv e siècle. On le trouve tour à tour au service des Bentivoglio à Bologne, des Este à Ferrare, des Gonzague à Mantoue, de Léon X à Rome. Il fut précepteur d'Isabelle d'Este, puis secrétaire de Lucrèce Borgia qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tebaldeo/#i_86521

VENEXIANA LA

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 363 mots

Comédie d'auteur inconnu, La Venexiana ( La Vénitienne ) a été découverte il y a quelques dizaines d'années parmi les manuscrits du xvi e siècle conservés à la bibliothèque de Saint-Marc, à Venise. Entièrement écrite en dialecte vénitien, elle se présente d'emblée comme la mise en scène d'une histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-venexiana/#i_86521

VILLANI GIOVANNI (1280-1348)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 184 mots

Chroniqueur florentin, Giovanni Villani fit une carrière très classique de négociant, voyageant beaucoup durant une période initiale de formation (entre 1302 et 1308), puis occupant d'importantes fonctions politiques à Florence. Entraîné dans la faillite des Bardi et des Peruzzi en 1345, il meurt trois ans plus tard de la peste noire. Sa Nuova Cronica , en douze livres, se pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-villani/#i_86521

VITA NOVA, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Les datations proposées par la critique situent la rédaction de la Vita nova , premier récit autobiographique en langue vulgaire de la littérature occidentale, entre 1290 (mort de Béatrice Portinari) et 1295. Le livre se présente comme une anthologie de trente et une poésies reliées et motivées par un récit en prose, et assorties de brèves « divisions » résumant le plan et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vita-nova/#i_86521


Affichage 

Ange Politien, fresque de C. Rosselli

photographie

Ange Politien (1454-1494), en compagnie de Marsile Ficin et Pic de La Mirandole Détail de la Procession du Saint-Sacrement (1486), de Cosimo Rosselli Sant' Ambrogio, Florence 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Boccace, A. del Castagno

photographie

Andrea del Castagno (1421-1457), Boccace, fresque Galleria degli Uffizi, Florence, Italie 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino

photographie

Domenico di Michelino, Dante Alighieri et les mondes de la Comédie Fresque, 1465 Cathédrale de Santa Maria del Fiore, Florence 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

Afficher

Dante Alighieri, Juste de Gand

photographie

JUSTE DE GAND, Dante Alighieri, huile sur bois Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Machiavel, attribué à A. Pollaiuolo

photographie

Machiavel, marbre attribué à Antonio Pollaiuolo Musée du Bargello, Florence, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Pétrarque

photographie

Le Canzoniere (1374) du poète italien Pétrarque (1304-1374), ici vêtu de noir, a influencé durablement le lyrisme amoureux des siècles suivants Détail de l'Enterrement de sainte Lucie (1379-1381) d'Altichiero da Zevio Oratoire de San Giorgio, Padoue 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Portrait de Nicolas Machiavel, Santi di Tito

photographie

SANTI DI TITO, Portrait de Nicolas Machiavel, toile Palazzo Vecchio, Florence 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Ange Politien, fresque de C. Rosselli
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Boccace, A. del Castagno
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Dante Alighieri, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Machiavel, attribué à A. Pollaiuolo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Pétrarque
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Portrait de Nicolas Machiavel, Santi di Tito
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie