FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le roman, fiction et critique

L’expansion phénoménale du roman a ouvert au genre des voies très variées. Le goût pour le romanesque reste vif : dans ses Confessions, Rousseau avoue une passion durable pour LAstrée. Il marque des œuvres de toute sorte, celles de l’abbé Prévost, de Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, de Jean-Jacques Rousseau, de Sade, qui, dans son Idée sur les romans, l’inscrit au cœur du genre. Les romans d’aventure, de même, empruntent des formules variées : une sorte de picaresque chez Lesage Histoire de Gil Blas de Santillane), le romanesque noir chez Prévost (Cleveland), le libertinage chez Crébillon fils, Duclos, Fougeret de Montbron ou Sade, le gothique anglais chez Ducray-Duminil et Sade. Toutes les espèces de roman en sont marquées peu ou prou. À vrai dire, si l’on peut tenter de proposer une typologie des romans, celle-ci ne saurait être rigoureuse : les fils se tressent avec des couleurs différentes. Comme le théâtre, le roman ne distingue pas la pensée et le pouvoir de l’imaginaire. On évoquera par exemple le conte, dans tous ses aspects ; contes merveilleux pour enfants comme La Belle et la Bête de Mme Leprince de Beaumont ; contes orientaux comme les Mille et Une Nuits adaptés par Antoine Galland ou Les Mille et un Jours, traduits et adaptés par François Pétis de La Croix et Lesage ; contes philosophiques ou satiriques comme les célébrissimes contes de Voltaire ; contes moraux comme ceux de Diderot ou de Madame de Genlis ; contes érotiques de toutes sortes (Le Sultan Misapouf de Voisenon, Le Sopha de Crébillon). La France médiévale ressuscite dans Le Siège de Calais ou Les Mémoires du comte de Comminge de Madame de Tencin.

Une autre veine est celle d’un roman marqué par le libertinage aristocratique, où l’on rencontre les œuvres de Crébill [...]


Médias de l’article

La Liseuse, J. H. Fragonard

La Liseuse, J. H. Fragonard
Crédits : courtesy National Galery of Art, Washington

photographie

La Comédie italienne, A. Watteau

La Comédie italienne, A. Watteau
Crédits : courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

Beaumarchais

Beaumarchais
Crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Une lecture chez Madame Geoffrin, A.C.G. Lemonnier

Une lecture chez Madame Geoffrin, A.C.G. Lemonnier
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIII e s.  » est également traité dans :

ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 2 878 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le savant et l'encyclopédiste »  : […] Né le 16 novembre 1717, abandonné par sa mère, la marquise de Tencin, sur les marches de l'église Saint-Jean-le-Rond à Paris – d'où son nom –, Jean Le Rond d'Alembert fut recueilli et élevé par la femme d'un vitrier, M me Rousseau, chez qui il demeura jusqu'à l'âge de quarante-huit ans. Son père, le chevalier Destouches, fit en sorte de subvenir à ses besoins et de lui procurer la meilleure éduca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alembert-jean-le-rond-d/#i_86599

LE MARIAGE DE FIGARO (P.-A. de Beaumarchais) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 423 mots
  •  • 1 média

Le Mariage de Figaro , comédie en cinq actes, créée à la Comédie-Française le 27 avril 1784, est sans aucun doute le grand succès théâtral du xviii e  siècle (73 représentations au cours de la seule saison 1784-1785). C'est aussi l'œuvre dramatique la plus profondément novatrice entre la période classique et l'aube du xx e  siècle. De 1781 à 1784, Beaumarchais (1732-1799) dut se débattre dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mariage-de-figaro/#i_86599

ARGENS JEAN-BAPTISTE DE BOYER marquis d' (1704-1771)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 426 mots

Cet écrivain et philosophe, originaire de la Provence (il est né à Aix), déiste et ami de Voltaire, parfait représentant du siècle des Lumières, lutta toute sa vie contre l'obscurantisme. Une anecdote raconte que, lors d'une dangereuse tempête, les passagers du navire se mirent à réciter des prières tandis que le marquis d'Argens poursuivit calmement sa lecture des Pensées diverses de Pierre Bayl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-de-argens/#i_86599

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'artifice et le naturel »  : […] Le xvii e et le xviii e siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plateresque » espagnol. En matière de langage, on parle essentiellement de pointes et de concetti à travers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_86599

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

L'apparition de Beaumarchais dans le théâtre et les lettres françaises de la fin du xviii e siècle relève de la magie. Il touche à tout, fait flèche de tout bois et apporte au théâtre le charme qui s'en est absenté après la mort de Marivaux. Ce séducteur écrit et agit dans un roman qui ne s'embarrasse que rarement du récit et de la rétrospection parce qu'il va son chemin sans s'arrêter longtemps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaumarchais-pierre-augustin-caron-de/#i_86599

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE HENRI (1737-1814)

  • Écrit par 
  • Gabriel-Robert THIBAULT
  •  • 1 893 mots

Bernardin de Saint-Pierre est né au Havre en 1737. Il est l'auteur des Études de la nature et des Harmonies de la nature. Commencé vers 1773, le premier de ces deux ouvrages fut publié onze ans plus tard. Un apologue, Paul et Virginie , fut ajouté à sa troisième édition. Quant aux Harmonies , mis en chantier en 1790, publié après la mort de l'écrivain, il apparaît comme un approfondissement des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bernardin-de-saint-pierre/#i_86599

BERTIN ANTOINE DE (1752-1790)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 523 mots

Comme Chabanon, Léonard et Parny, comme plus tard Leconte de Lisle, le chevalier de Bertin est né sous les tropiques (à l'île Bourbon). Son œuvre est mince, mais elle mérite de survivre à l'oubli. Transplanté en France dès l'âge de neuf ans, il y mène bientôt la vie facile et dissipée des jeunes officiers nobles de l'Ancien Régime. S'il s'était contenté de ciseler de charmants petits riens pour L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-bertin/#i_86599

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le préromantisme »  : […] Depuis 1900 environ, les historiens littéraires ont inventé la qualification de préromantique pour désigner les pionniers qui, dès le milieu du xviii e  siècle, mécontents de l'intellectualité parfois sèche qu'ils trouvaient autour d'eux, avaient déjà quelques pressentiments d'un climat nouveau de sensibilité et voulaient l'exprimer dans la littérature. Cette dénomination n'est pas très heureuse, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_86599

SAUVAGE LE BON

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

On retrouve, dans la plupart des mythologies anciennes, la légende de l'âge d'or : les philosophes et les poètes grecs et latins, par exemple, ont souvent évoqué l'existence, dans des temps reculés et donc révolus, d'une humanité plus heureuse et plus juste ; plus près de nous, des générations de voyageurs et d'écrivains se sont plu à décrire des sociétés tout aussi étrangères aux institutions et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bon-sauvage/#i_86599

BUFFON GEORGES LOUIS LECLERC comte de (1707-1788)

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 1 860 mots

Buffon n'a pas pris une part active au combat philosophique du xviii e  siècle, mais il y a joué son rôle, en donnant l'exemple d'une science débarrassée des influences religieuses, en affirmant l'unité de l'espèce humaine, en parsemant son œuvre de remarques inspirées de l'esprit philosophique. C'est un écrivain dont le style noble et grave, précis et coloré, a assuré le succès. Il a donné la thé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-louis-buffon/#i_86599

CANDIDE, OU L'OPTIMISME, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 097 mots
  •  • 2 médias

Candide, ou l'Optimisme a été publié en 1759 puis, dans une édition augmentée, en 1761. Ce conte, qui est devenu le titre le plus célèbre de Voltaire (1694-1778) et un des chefs-d'œuvre de la littérature française, a sans doute été d'abord le passe-temps d'un écrivain soucieux de léguer à la postérité des œuvres plus respectueuses du canon classique, tragédies et épopées. Cependant, la liberté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candide-ou-l-optimisme/#i_86599

CARMONTELLE LOUIS CARROGIS dit (1717-1806)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 392 mots
  •  • 1 média

Si la réputation de Carmontelle a été grande de son temps et l'est restée encore de nos jours, c'est plus comme chroniqueur ou mémorialiste qu'on l'apprécie que comme artiste à proprement parler. Nul n'a mieux défini ce génie original que Grimm : « Il a le talent de saisir singulièrement l'air, le maintien, l'esprit de la figure. Il m'arrive chaque jour de reconnaître des gens que je n'ai vus qu'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carmontelle/#i_86599

CASANOVA GIACOMO (1725-1798)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 1 192 mots

Dans le chapitre « Des « Mémoires » au destin mouvementé »  : […] À la fin de sa vie, lorsque la carrière amoureuse lui est désormais interdite, Casanova invente une reconversion littéraire qui l'aide à combattre un mortel ennui. C'est une des raisons pour lesquelles on l'a comparé à Stendhal, écrivant ses plus belles pages pendant l'exil à Civitavecchia. Il dit à propos de la rédaction des Mémoires  : « En écrivant dix à douze heures par jour, j'ai empêché le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-casanova/#i_86599

CAZOTTE JACQUES (1719-1792)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 600 mots

Dans la première partie de sa vie, rien ne semblait destiner Cazotte à la littérature. Il naît en 1719 à Dijon, où son père est greffier des états de Bourgogne et entreprend des études de droit. À Paris, où il vient en 1740, la protection de Maurepas lui permet d'entrer dans l'administration de la marine. Il commet alors quelques œuvres badines, dues à la fréquentation des milieux littéraires et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-cazotte/#i_86599

CHAMFORT (1741-1794)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 804 mots

En vain cherchera-t-on dans ce qui fut le bréviaire de plusieurs générations de lycéens laïques, l' Histoire de la littérature française de Lanson, quelque éclaircissement sur Sébastien Roch Nicolas, alias Chamfort. Son nom y paraît à peine, en appendice aux pages consacrées à son compagnon et ami, aristocrate révolutionnaire dont Chamfort écrivit les plus célèbres discours : Mirabeau. Il n'y aur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamfort/#i_86599

CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 560 mots

Un bref passage sur la terre des hommes et une fin tragique ; la carrière de poète qu'il n'a pas eue ; sa présence, sa poésie perpétuées parmi nous : telles sont, aux yeux de l'histoire, les trois vies d'André Chénier. La première dure à peine trente-deux ans et se termine sur l'échafaud le 7 thermidor an II (25 juillet 1794). La deuxième nous mène jusqu'à la Restauration. La troisième commence en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-chenier/#i_86599

CHÉNIER MARIE-JOSEPH (1764-1811)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 448 mots

Né à Constantinople deux ans après son frère André, officier de dragons à dix-sept ans, Marie-Joseph de Chénier démissionne assez vite de l'armée pour se consacrer aux Muses. Après quelques pièces sans aucun succès, il remporte un triomphe à la fin de 1789 en faisant jouer un Charles IX où sa plume de patriote dénonce vigoureusement les tyrans. La même faveur du public accueillera son Henri VIII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-joseph-chenier/#i_86599

LES CONFESSIONS, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 133 mots
  •  • 1 média

Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) furent publiées en 1782 parmi ses Œuvres posthumes (pour les livres I à VI, qui concernaient la jeunesse de l'auteur), puis comme supplément à cette collection, en 1789 seulement, plus de dix ans après sa mort (pour les livres VII à XII, qui touchaient plus directement les contemporains). Si le projet de Rousseau s'inscrit dans la tradition re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-confessions/#i_86599

CRÉBILLON PROSPER (1674-1762) & CLAUDE PROSPER (1707-1777)

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 882 mots

« Jamais la nature ne fit deux êtres plus voisins et plus dissemblables. » Le jugement est tranché, que Louis Sébastien Mercier, dans le Tableau de Paris , porte sur les deux Crébillon, père et fils, à la veille de la Révolution. Le premier aurait traité son fils du « plus mauvais de ses ouvrages » et le second confié à Mercier qu'il n'avait jamais pu achever la lecture des tragédies de son père. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crebillon-prosper-et-claude-prosper/#i_86599

DARNTON ROBERT (1939- )

  • Écrit par 
  • Roger CHARTIER
  •  • 1 021 mots

L’historien du xviii e  siècle Robert Darnton a entrepris dès les années 1960 une grande recherche sur les Lumières et leur rôle dans la fin de l'Ancien Régime. Diplômé de Harvard et d'Oxford, Robert Darnton, après avoir enseigné l'histoire européenne à Princeton de 1968 à 2007, est directeur de la Harvard University Library (qui réunit plusieurs dizaines de bibliothèques spécialisées). Ce spécia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-darnton/#i_86599

DEFFAND MARIE marquise du (1697-1780)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 590 mots

Sainte-Beuve ( Lundis I et XIV) et Gustave Lanson ( Choix de lettres du XVIII e siècle ) ont parlé admirablement de M me du Deffand. Ame d'une richesse exceptionnelle, elle offre une image exemplaire du sort de la femme sous l'Ancien Régime. Son œuvre tient dans sa correspondance et sa conversation : sûr moyen de parvenir à la postérité. Supérieurement intelligente, elle a su en toute circonsta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-deffand/#i_86599

DE L'ESPRIT DES LOIS, Montesquieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 114 mots
  •  • 1 média

Le traité de Montesquieu (1689-1755), De l'esprit des lois , fut publié anonymement à Genève en 1748, puis corrigé dans l'édition posthume de Londres (en fait Paris) en 1757. Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu a étudié le droit à Bordeaux, avant de devenir avocat, conseiller et président à mortier au parlement de Bordeaux. Multipliant les recherches érudites et scienti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-esprit-des-lois/#i_86599

DELILLE JACQUES (1738-1813)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 977 mots

Un an avant sa mort, Jacques Delille était considéré comme le plus grand des écrivains français vivants. En 1813, on lui fait des funérailles magnifiques. Pourtant, un siècle et demi après sa mort, un groupe de chercheurs clermontois s'interrogent sur la destinée posthume de leur compatriote et intitulent leur ouvrage : Delille est-il mort ? C'est dire que cette poésie tantôt didactique et descri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-delille/#i_86599

DIALOGUES DE ROUSSEAU JUGE DE JEAN-JACQUES, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 049 mots

« Ici commence l'œuvre de ténèbres dans lequel, depuis huit ans, je me trouve enseveli, sans que, de quelque façon que je m'y sois pu prendre, il m'ait été possible d'en percer l'effrayante obscurité. » Ainsi s'ouvre le dernier livre des Confessions , qui s'achève sur le récit de leur lecture publique en 1770 et du silence qui l'a accueillie. L'« œuvre de ténèbres » remonterait ainsi à 1762, année […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogues-de-rousseau-juge-de-jean-jacques/#i_86599

DIDEROT DENIS (1713-1784)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 6 376 mots
  •  • 2 médias

Il est vrai que toute grande œuvre se suffit : mais plus l'auteur a été engagé dans l'action, plus il a procédé par allusions, avouées ou secrètes, à son expérience, plus il s'est exprimé et trahi par son style, plus, alors, sa vie nous éclaire. Or, toutes ces raisons valent pour Diderot : il faut tenter de le connaître. Pour commencer par les dehors, on lira des biographies. On ira plus avant en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-diderot/#i_86599

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES (J.-J. Rousseau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 158 mots
  •  • 2 médias

Le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes , de Jean-Jacques Rousseau, est une œuvre de circonstance, qui donne l'occasion au philosophe de Genève de développer l'intuition du « système » entrevu lors de « l'illumination de Vincennes », d'où naquit le premier discours, Discours sur les sciences et les arts (1750) . À la question de l'Académie de Dijon, « Quelle es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-sur-l-origine-et-les-fondements-de-l-inegalite-parmi-les-hommes-livre-de-j-j-rousseau/#i_86599

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Le drame bourgeois naît au xviii e siècle du déclin de la tragédie classique. Il vise à la remplacer comme grand genre du théâtre sérieux. L'audience qu'obtiennent ces pièces est à mettre en relation avec l'évolution du public, elle-même liée à celle de la société. Chez les spectateurs, quelle que soit leur naissance, le goût s'embourgeoise. Le genre atteste les qualités de sérieux qui caractéris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_86599

DUCLOS CHARLES PINOT (1704-1772)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 431 mots

Écrivain breton, né et mort à Dinan, très récemment sorti de l'oubli parce qu'on a pu voir dans son Commentaire sur la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal (publié en édition posthume) une des sources principales de l' Essai sur l'origine des langues de J.-J. Rousseau (cf. J. Derrida, De la grammatologie , Paris, 1965), Duclos a surtout été connu de son temps comme romancier et comme hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-duclos/#i_86599

LES ÉGAREMENTS DU CŒUR ET DE L'ESPRIT, Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 071 mots

Longtemps le romancier des Égarements a été nommé Crébillon fils (1707-1777). La célébrité d'un père dramaturge et membre de l'Académie française, Prosper Crébillon (1674-1762), ne semblait pas pouvoir être comparée avec celle d'un auteur de récits romanesques, la dignité de l'alexandrin et des intrigues anciennes mise en balance avec la trivialité de la prose et d'aventures mondaines. Dès sa pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-egarements-du-coeur-et-de-l-esprit/#i_86599

ÉMILE OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 237 mots
  •  • 1 média

Publié la même année que Le Contrat social (1762), Émile, ou De l'éducation prend place entre La Nouvelle Héloïse (1761), le Projet de constitution pour la Corse (1763) et différentes Lettres . Il est de coutume d'attribuer la paternité de ce traité de pédagogie au sentiment de culpabilité provoqué par l'abandon des cinq enfants que Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) eut avec Thérèse Levasseur. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-ou-de-l-education/#i_86599

ENCYCLOPÉDIE (D. Diderot et J. Le Rond d'Alembert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

L' Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot (1713-1784) et de Jean Le Rond d'Alembert (1717-1783) a pris très tôt valeur de symbole. En elle se trouvent concentrés l'appétit de savoir qui habite le xviii e  siècle, son goût des bilans et des sommes, l'intérêt porté aux sciences et techniques, l'extraordinaire développement que connaît alors l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-d-diderot-et-j-le-rond-d-alembert/#i_86599

ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 2 376 mots
  •  • 1 média

Si, comme on l'a professé durant des siècles, la pensée est le miroir de l'être, et si le monde est sphérique, fini, alors, comment ne pas imaginer que le savoir total puisse être, lui aussi, fini et circulaire ? Tel est bien le premier modèle du savoir encyclopédique, que se propose encore un Bruno Latini et, même, un Pic de la Mirandole. Mais voici : les progrès de la science ouvrent un univers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-de-diderot/#i_86599

ÉPINAY LOUISE marquise D' (1726-1783)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 524 mots

L'art du commérage mené à la pointe de l'esprit fonde pour une grande part l'attrait que suscitent l'œuvre et la vie de Louise Florence Pétronille Tardieu d'Esclavelles, née à Valenciennes en 1726. Recueillie, à la mort de son père, par sa tante, M me de Bellegarde, qui l'éduquera avec sa propre fille, la future M me d'Houdetot, Louise épouse, en 1749, son cousin, Denis de La Live d'Épinay. Très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epinay-louise-marquise-d/#i_86599

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Imprimerie et syphilis »  : […] À la fin du xv e  siècle deux événements de première importance vont modifier fondamentalement la vie sociale et la littérature européennes : l'apparition presque simultanée de la syphilis et de l'imprimerie, qui inaugureront toutes deux des façons nouvelles, fondamentales, de vivre l'érotisme. Passons sur la syphilis, dont on connaît l'apparition et le développement. Considérée souvent par les ég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_86599

ESSAI SUR L'ORIGINE DES LANGUES, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 200 mots

Revenir aux origines de ce court texte de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) publié en 1781, trois ans après sa mort dans un recueil intitulé Traités sur la musique , c'est en dire le statut vagabond dans l'œuvre du philosophe, à la fois réflexion sur la musique et les fondements de la société. L' Essai sur l'origine des langues , « où il est parlé de la mélodie et de l'imitation musicale », a été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-l-origine-des-langues/#i_86599

LE FILS NATUREL, SUIVI DE ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 182 mots

« Il n'y a plus, à proprement parler, de spectacles publics. Quel rapport entre nos assemblées au théâtre dans les jours les plus nombreux, et celles du peuple d'Athènes ou de Rome ? » Parce qu'il n'y a plus d'assemblée civique, et pour « intéresser » l'homme éclairé du xviii e  siècle, il faut un nouveau genre, plus proche de lui – c'est-à-dire « bourgeois ». Ce genre, qui n'a pas d'emblée de no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fils-naturel-suivi-de-entretiens-sur-le-fils-naturel/#i_86599

FLORIAN JEAN-PIERRE CLARIS DE (1755-1794)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 428 mots

Surtout connu pour ses Fables (1792) qui font de lui un disciple et un imitateur de La Fontaine, plus moralisateur et moins poète. En fait, son œuvre fut en son temps assez riche et variée, même s'il ne s'y trouve point de chef-d'œuvre de premier plan. Né au château de Florian, dans les basses Cévennes, il a même été considéré comme un écrivain languedocien et comme le premier des « félibres ». S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/florian-jean-pierre-claris-de/#i_86599

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Cour et la ville »  : […] L'unité de cette période tient au fait que l'on considère surtout la langue littéraire. Or celle-ci fait l'objet d'une élaboration consciente et atteint vers 1660 un état d'équilibre dans lequel on essayera de la maintenir au siècle suivant. Cette vue générale et commode ne doit pas cacher que, dans ses manifestations burlesques ou précieuses au xvii e siècle, dans le développement des langages s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_86599

LES FAUSSES CONFIDENCES, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 246 mots

Les Fausses Confidences , comédie en trois actes de Marivaux (1688-1763), fut représentée pour la première fois le 16 mars 1737 au Théâtre-Italien. C'est la dernière des « grandes » pièces de l'auteur. À bien des égards, elle représente un aboutissement de l'évolution de son œuvre dramatique vers une forme de comédie en prose marquée par une sorte de réalisme bourgeois. Très souvent reprise dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fausses-confidences/#i_86599

GENTIL-BERNARD PIERRE AUGUSTE BERNARD dit (1708-1775)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 156 mots

Le qualificatif de « gentil » attribué par Voltaire au poète Bernard désigne ses vers et non sa personne car l'homme était un rude gaillard. Il passe pour un maître du genre gracieux, où brillèrent, au moins autant que lui, Chaulieu, Gresset et Bernis. Dragon, il vécut sur les champs de bataille ; puis dans les parages de la Cour : l'abus du jeu, de la table et du lit le fit tomber dans un gâtisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gentil-bernard/#i_86599

GERMAINE DE STAËL, DEUX CENTS ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Laura BROCCARDO
  •  • 1 425 mots

L’année 2017 commémore le bicentenaire de la mort de Germaine de Staël. Le dynamisme de la recherche est soutenu par la Société des études staëliennes, fondée en 1929 et présidée depuis 2015 par Stéphanie Genand, et par sa revue scientifique, les Cahiers staëliens . Le numéro commémoratif du bicentenaire, « 1817-2017, générations Staël » (n o  67, 2017), offre un état des lieux complet de la reche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-de-stael-deux-cents-ans-apres/#i_86599

GILBERT NICOLAS JOSEPH FLORENT (1750-1780)

  • Écrit par 
  • Bernard VISSE
  •  • 789 mots

Poète lorrain, Nicolas Gilbert doit une certaine réputation à la légende ou, plutôt, au mythe romantique du poète incompris, victime d'une société égoïste, tel que le représente Vigny dans Stello  : on a fait de lui une sorte de Chatterton français. S'il est vrai qu'il est mort jeune, à vingt-neuf ans, il ne faut plus pour autant s'abuser aujourd'hui. Gilbert naît à Fontenoy-le-Château (Vosges), o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-joseph-florent-gilbert/#i_86599

GRESSET JEAN-BAPTISTE LOUIS (1709-1777)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 390 mots

Né à Amiens d'une famille de bonne bourgeoisie, Gresset fait ses études chez les jésuites et entre dans leur ordre à seize ans. Il est envoyé au collège Louis-le-Grand pour y professer, et décrit dans une épître en vers, La Chartreuse (1734), la vie qu'il menait à cette époque. Mais c'est surtout à une sorte de conte poétique, publié la même année, qu'il doit son succès. Ce poème, Vert-Vert, his […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-louis-gresset/#i_86599

HAMILTON ANTOINE (1646-1720)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 590 mots

Auteur (en français) d'un roman historico-biographique où il prend pour personnage son propre beau-frère, le comte de Gramont. Le titre complet de ce roman, publié en 1713, est le suivant : Mémoires de la vie du comte de Gramont, contenant particulièrement l'histoire amoureuse de la cour d'Angleterre sous le règne de Charles II (1713). À vrai dire, c'est la vie même d'Antoine Hamilton qui est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-hamilton/#i_86599

HISTOIRE DE GIL BLAS DE SANTILLANE, Alain-René Lesage - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 030 mots

Pour les lecteurs contemporains, Lesage n'est pas, comme l'abbé Prévost avec Manon Lescaut ou Bernardin de Saint-Pierre avec Paul et Virginie , l'homme d'un seul livre, Gil Blas . Turcaret surtout, mais aussi Le Diable boiteux ont un public, des lecteurs. Mais le héros, ici, tend à éclipser l'auteur. À quoi tient finalement la fortune de ce gros roman ? Au « pittoresque » des aventures racontée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-gil-blas-de-santillane/#i_86599

HISTOIRE DE MA VIE, Giacomo Casanova - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 136 mots

Intitulées Histoire de ma vie , les Mémoires de Giacomo Casanova (1725-1798) ont été rédigés de 1789 à sa mort. Le manuscrit a été acheté au fils d'une nièce de l'auteur par l'éditeur allemand Brockhaus en 1820, publié en traduction allemande (1822-1828), puis dans une version française édulcorée, complètement récrite par Jean Laforgue à la demande de l'éditeur (1826-1838). Cette version fit l'obj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-ma-vie/#i_86599

HISTOIRE NATURELLE (Buffon)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 254 mots

Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), intendant du Jardin du roi à Paris, est l'auteur d'une monumentale Histoire naturelle en 36 volumes dont les trois premiers paraissent en 1749. Cette collection se compose de quatre parties : l' Histoire naturelle, générale et particulière (1749-1767) en 15 volumes et 7 volumes de suppléments (1774-1789), l' Histoire naturelle des oiseaux (177 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-buffon/#i_86599

HOUDAR DE LA MOTTE ANTOINE LAMOTTE-HOUDAR dit (1672-1731)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 404 mots

Avec Les Originaux ou l'Italien (1693), Houdar de La Motte fait au théâtre des débuts désastreux qui le conduisent à la Trappe. Mais il revient bientôt aux lettres et entame avec succès une nouvelle et double carrière, dramatique et poétique. Ses opéras en particulier, L'Europe galante (1697), Le Triomphe des arts (1700), Sémélé (1709) sont bien accueillis. Ses Odes (1709) sentent, suivant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/houdar-de-la-motte/#i_86599

L'ÎLE DES ESCLAVES, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 419 mots

L'Île des esclaves , comédie en un acte de Marivaux (1688-1763), fut créée au Théâtre-Italien le 5 mars 1725 et connut un réel succès dont témoigne le nombre de représentations qui suivirent la création et celui des reprises au cours du xviii e  siècle. Elle est souvent étudiée et représentée depuis le milieu du xx e  siècle. C'est en effet une œuvre passionnante et « moderne » à bien des égards : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ile-des-esclaves/#i_86599

JACQUES LE FATALISTE ET SON MAÎTRE, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe ABRAMOVICI
  •  • 964 mots

Composé de 1771 à 1783, Jacques le fataliste ne fut connu du vivant de Diderot (1713-1784) que de la poignée de lecteurs princiers ou privilégiés de la Correspondance littéraire , périodique manuscrit qui le publia en une quinzaine de livraisons, de novembre 1778 à juin 1780, complétées par deux importantes séries d'additifs en juillet 1780 et avril 1786. Quand, en 1796, paraît une première éditi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-fataliste-et-son-maitre/#i_86599

JAUCOURT LOUIS chevalier DE (1704-1779)

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 946 mots

L'un des collaborateurs de Diderot les plus abondants, et les plus fidèles, tout dévoué à l'œuvre de l' Encyclopédie , Louis de Jaucourt est issu d'une famille de noblesse ancienne — « d'épée et de nouveaux convertis » — dont les racines sont en Champagne et en Bourgogne. Le chevalier a étudié, dans les pays protestants, la philosophie et la théologie à Genève, les mathématiques à Cambridge, où il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jaucourt-louis-chevalier-de/#i_86599

JOUBERT JOSEPH (1754-1824)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 415 mots

Né à Montignac, fils d'un chirurgien de l'armée, Joseph Joubert fait ses études à Toulouse et songe à endosser l'habit ecclésiastique. Il vient à Paris en 1778, fréquente les philosophes, travaille avec Diderot. Il se lie d'amitié avec Fontanes, qui le prendra comme conseiller quand il sera grand maître de l'Université, le nommant inspecteur général (1809). De 1776 à sa mort, il remplit ses Carne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-joubert/#i_86599

LA PRINCESSE DE CLÈVES (Madame de Lafayette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Devait-elle avouer ? C'est une question qui est sur bien des lèvres depuis que la gazette de Donneau de Visé, Le Mercure galant , l'a posée pour faire une sorte de promotion du roman qui frappe alors les esprits, La Princesse de Clèves , publié en 1678 sans nom d'auteur. On écrivit alors beaucoup pour donner son jugement et l'on s'arracha à la fois la gazette et l'ouvrage. Dans le même temps, il y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-princesse-de-cleves/#i_86599

LACLOS CHODERLOS DE (1741-1803)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 1 822 mots

En définitive, Laclos est l'auteur d'un seul livre, Les Liaisons dangereuses , qui subsiste envers et contre tout : le milieu, les mœurs ont changé, l'anecdote offre peu d'intérêt par elle-même ; mais il manifeste, caché sous l'analyse la plus claire, on ne sait quel secret qui touche à la réalité de l'amour et de ses fantasmes. L'homme et l'œuvre : une double énigme. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choderlos-de-laclos/#i_86599

LA HARPE JEAN-FRANÇOIS DE (1739-1803)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 480 mots

Même s'il n'est plus beaucoup lu, La Harpe reste célèbre comme critique. On cite encore à l'occasion son Cours de littérature qui lui a fait donner en son temps le surnom de Quintilien français. On fait de lui le représentant d'une critique réactionnaire, opiniâtrement opposée à l'esprit des Lumières. En fait, sa carrière, plus complexe, a été marquée par un brusque et total revirement dans ses o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-de-la-harpe/#i_86599

LE BARBIER DE SÉVILLE, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 437 mots

Le Barbier de Séville, ou la Précaution inutile fut créé à la Comédie-Française le 23 février 1775 dans une version en cinq actes et connut un échec retentissant. Mais Beaumarchais (1732-1799) sut revoir rapidement sa pièce pour la resserrer en quatre actes. Ce fut alors un triomphe mémorable, et le premier grand succès au théâtre de l'auteur. Le parfum de scandale qui flottait autour de Beaumar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-barbier-de-seville-pierre-augustin-caron-de-beaumarchais/#i_86599

LEBRUN PONCE DENIS ÉCOUCHARD- (1729-1807)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 537 mots

Parfois nommé Écouchard-Lebrun, il est aussi désigné par son surnom de Lebrun-Pindare, qu'il dut en son temps à la renommée de ses Odes . On peut se reporter, pour des renseignements assez complets sur sa vie et ses œuvres, aux articles que Sainte-Beuve lui consacre dans les Portraits littéraires (tome I) et dans les Causeries du lundi (tome V). Lebrun est né dans la maison du prince de Conti, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lebrun-ecouchard/#i_86599

LEMIERRE ANTOINE MARIN (1723 env.-1793)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 564 mots

La date de naissance d'Antoine Lemierre est incertaine : 1721 ? 1723 ? 1733 ? Tous ses biographes répètent qu'il avait « des idées, de l'imagination, de la verve » mais regrettent les cahots de sa versification, la rudesse abrupte de son style. L'un d'eux remarque avec finesse : « Dorat et lui, fondus ensemble, eussent fait un grand poète. » (On pourrait en dire autant de Delille et de Roucher.) L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-marin-lemierre/#i_86599

LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)

  • Écrit par 
  • Roger LAUFER
  •  • 1 280 mots

Écrivain de métier, Alain-René Lesage a laissé une œuvre dramatique et romanesque importante, qui ne représente qu'une part sans doute de ses activités littéraires. Il a – comme en d'autres temps Cervantès, Tolstoï, Proust – résumé et réinterprété une tradition séculaire. La richesse de la matière espagnole et méditerranéenne, l'ironie mesurée, à la française, pérennisent son chef-d'œuvre, l' Hist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-rene-lesage/#i_86599

LETTRE À D'ALEMBERT SUR LES SPECTACLES, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 067 mots

Est-ce parce qu'elle se veut une réponse à l'article « Genève » de l' Encyclopédie , qu'elle s'inscrit dans un dialogue polémique avec Diderot et le « parti philosophique » et peut être lue également comme une œuvre de circonstance ? La Lettre à d'Alembert sur les spectacles , publiée à Amsterdam en 1758, a suscité jusqu'à ces dernières années moins d'analyses que d'autres œuvres de Jean-Jacques R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettre-a-d-alembert-sur-les-spectacles/#i_86599

LES LETTRES PERSANES (Montesquieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Le roman de Montesquieu (1689-1755) Les Lettres persanes fut publié anonymement en 1721 sous une fausse adresse à Cologne, et augmenté de onze lettres nouvelles en 1754, ainsi que de « Quelques Réflexions sur Les Lettres persanes  ». L'originalité qui a assuré son succès immédiat et sa célébrité depuis plus de deux siècles tient à l'articulation d'un point de vue critique adopté par un observate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lettres-persanes/#i_86599

LETTRES PHILOSOPHIQUES, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 078 mots
  •  • 1 média

Les Lettres philosophiques furent publiées par Voltaire (1694-1778), sous différentes formes, en 1733 et 1734. Aux versions de 1733 qui contiennent vingt-quatre lettres en langue anglaise ( Letters Concerning the English Nation ) ou française ( Lettres écrites de Londres sur les Anglais et autres sujets) succède l'année suivante une version augmentée d'une vingt-cinquième lettre, qui adopte le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-philosophiques/#i_86599

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 179 mots

Rien ne semblait destiner l'officier d'artillerie Choderlos de Laclos (1741-1803) à la littérature, ni son roman, Les Liaisons dangereuses , paru en 1782, à un tel succès de scandale. Sa formation lui assura une solide culture scientifique et technique ; son expérience, de garnison en garnison, lui permit de côtoyer le libertinage aristocratique plus que de le pratiquer lui-même. Il offre pourtan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/#i_86599

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « Un éloge de la dépense »  : […] Au tournant du xvii e   siècle, Pierre Bayle entreprend de rassembler toute l'érudition brassée par la pensée libertine. Il en fait un Dictionnaire historique et critique (1696), où toutes les affirmations de l'histoire sont discutées dans un jeu d'articles et de notes. Des articles consacrés à des figures scandaleuses du siècle lui permettent d'exposer la pensée libertine. Il marque les différen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/#i_86599

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle typologie du libertinage »  : […] Dans le langage courant du xviii e siècle, le mot de libertinage renvoie à des sens aussi divers que partie de plaisir, plaisir, sensualité, principes de dévergondage et de dissipation, liberté de ton et de parole, etc. Le libertin est l'homme à bonnes fortunes, du coquin au débauché, du polisson au licencieux. C'est Crébillon fils (1707-1777) qui, le premier, a proposé une définition précise et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_86599

L'INGÉNU (Voltaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 150 mots

L'Ingénu est, après Zadig (1747), Micromégas (1752) et Candide (1759), le dernier des grands contes philosophiques de Voltaire (1694-1778). Écrit en 1767 à Ferney en Suisse, où le philosophe réside depuis 1760, le livre, composé de vingt chapitres, est publié anonymement la même année à Genève sous le titre L'Ingén u , Histoire véritable, tirée des manuscrits du P. Quesnel. À soixante-treize […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ingenu/#i_86599

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman épistolaire »  : […] Cette conversion du réel vécu en objet littéraire représente, dans le roman par lettres, la convention fondatrice du genre : un récit s'y construit non par la voix d'un narrateur, mais par le jeu d'une ou de plusieurs correspondances données pour vraies. Le lecteur se trouve en prise directe sur les mots et les pensées avouées des personnages, et l'usage de la lettre fonctionne comme un puissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_86599

LOUVET JEAN-BAPTISTE (1760-1797)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 947 mots

Né à Paris, fils d'un papetier, Louvet (qui se fit souvent appeler Louvet de Couvray pour se distinguer d'un frère aîné qu'il haïssait) débute à dix-sept ans comme secrétaire de Dietrich (le futur maire de Strasbourg), puis est commis d'un libraire quelque peu spécialisé en ouvrages licencieux, ce qui lui donne envie de tenter sa chance en ce domaine. En 1787, il publie Une année de la vie du che […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-louvet/#i_86599

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Historicité des Lumières »  : […] On peut douter que les Philosophes se soient pensés comme formant un groupe socialement et idéologiquement homogène, dont les Lumières auraient précisément constitué le ciment. Voltaire dénonce les propositions régressives de Rousseau. Le Mondain marque, dès 1736, l'opposition de Voltaire aux tenants du primitivisme. Diderot se méfie de Voltaire, qu'il évitera de rencontrer. Rousseau, lui, a romp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumieres/#i_86599

MALFILÂTRE JACQUES-CHARLES-LOUIS DE CLINCHAMP DE (1732-1767)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 292 mots

Dans la légende, Malfilâtre est l'une des figures symboliques du poète mort en pleine jeunesse, de détresse et d'épuisement. En fait, il s'agit là de mythe plus que de réalité. Né à Caen, Malfilâtre étudie chez les Jésuites et manifeste de bonne heure des dispositions pour la poésie. Quatre de ses odes sont couronnées. L' Ode sur le Soleil fixe au milieu des planètes (1759) est un assez bon exemp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malfilatre-jacques-charles-louis-de-clinchamp-de/#i_86599

MANON LESCAUT, Abbé Prévost - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Erik LEBORGNE
  •  • 1 167 mots

Antoine François Prévost d'Exiles, dit l'abbé Prévost (1697-1763), publie en 1731 le tome VII des Mémoires et aventures d'un homme de qualité (1728-1731), plus connu sous le titre abrégé de Manon Lescaut . Rapidement édité en édition séparée, censuré en 1733, ce récit des amours tumultueuses du chevalier des Grieux va éclipser, surtout à partir du xix e  siècle, la quasi-totalité de l'œuvre de Pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manon-lescaut/#i_86599

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

De tous les auteurs du xviii e  siècle, Marivaux est celui dont l’image est désormais la plus éloignée de celle qu’avaient de lui ses contemporains ou les générations qui l’ont immédiatement suivi. Ce sont les metteurs en scène et les acteurs, tout autant que les critiques, qui ont révélé son œuvre, celle d’un écrivain de génie, à telle enseigne qu’on pourrait le dire notre contemporain. Aux yeux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_86599

MARMONTEL JEAN-FRANÇOIS (1723-1799)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 528 mots

Peut-être le meilleur élève de Voltaire, même s'il n'a pas le génie de son maître. Né d'une famille obscure et pauvre, d'abord instruit par un prêtre, puis par les Jésuites, il écrit à Voltaire, qui lui promet sa protection, et vient à Paris. Ses débuts sont difficiles, il connaît la misère avant la gloire. On est bien renseigné là-dessus par les Mémoires pour servir à l'éducation de ses enfants , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-marmontel/#i_86599

MAXIMES, PENSÉES, CARACTÈRES ET ANECDOTES, Chamfort - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 927 mots

Enfant naturel, élève doué, lauréat de l'Académie, académicien et pourfendeur de cette même Académie, dramaturge, révolutionnaire, administrateur de la Bibliothèque nationale, Sébastien-Roch Nicolas, dit Chamfort (1740-1794), échappa à la Terreur en tentant de se suicider. La postérité n'a retenu de son œuvre que des notes, que son ami Guinguené publia après sa mort sous le titre Maximes et anecd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes-pensees-caracteres-et-anecdotes/#i_86599

MÉMOIRES, Cardinal de Retz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 441 mots

Les Mémoires de Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz (1613-1679) , furent publiées à titre posthume à Nancy, au début de la Régence, puis à Amsterdam. À cette époque, on s'interrogea sur leur authenticité tant ce texte, fort divertissant et très précis au demeurant, semblait commenter, en prenant pied sur la régence d'Anne d'Autriche et sur les événements de la Fronde, l'avènement d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-cardinal-de-retz/#i_86599

MÉMOIRES, Saint-Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 045 mots
  •  • 1 média

Les Mémoires de Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon (1675-1755), ou Mémoires du duc de Saint-Simon couvrant les années 1691-1723 et comportant, notamment, la chronique des années 1701 à 1723, c'est-à-dire la fin du règne de Louis XIV et les débuts de la Régence , ne parurent que fort tard : projetés en 1694, écrits dans les années 1739-1749, ils furent saisis – parmi un très grand nombre de manu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-saint-simon/#i_86599

MERCIER LOUIS SÉBASTIEN (1740-1814)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 877 mots

Écrivain fécond, dont la nature bouillante et les idées audacieuses font parfois penser à Diderot. À vingt ans, Louis Sébastien Mercier débute dans la littérature par des Héroïdes , mais ne réussit pas et en conçoit un dédain amer pour la poésie. Le roman, le drame sont les genres littéraires qu'il prônera. Le drame, par son mépris des règles d'Aristote, lui convient. Il publie Du théâtre ou essa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-sebastien-mercier/#i_86599

MONCRIF FRANÇOIS DE (1687-1770)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 160 mots

L'œuvre de Moncrif, auteur de second plan, est un aimable pot-pourri de tous les genres. Homme du monde, courtisan accompli, Moncrif fit une carrière prudente, mais réussie au point d'entrer à l'Académie française et de passer pour un écrivain important du siècle de Louis XV. Il contait, il rimait. Lecteur de Marie Leszczynśka, il publia des Poésies chrétiennes composées par ordre de la reine (17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-moncrif/#i_86599

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Il est tentant de remettre en son état original Montesquieu , victime d'une culture politique approximative et du zèle des savants à le moderniser. Pourtant, ce destin est significatif. Les politiques se rappellent – quand l'atteinte au corps social et au corps politique devient flagrante et que la croyance nécessaire en l'indépendance du pouvoir judiciaire ne peut plus être maintenue – que tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_86599

LE NEVEU DE RAMEAU, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

Le texte qui est sans doute devenu le plus célèbre de Diderot (1713-1784) est resté ignoré de ses contemporains. Il manque aux Œuvres complètes éditées par Naigeon en 1798. Il n'a été publié pour la première fois qu'en 1805, plus de vingt ans après la mort de l'auteur, dans une traduction allemande de Goethe, et l'on n'en a connu que des versions françaises approximatives jusqu'à la découverte d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-neveu-de-rameau/#i_86599

LA NOUVELLE HÉLOÏSE, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 042 mots
  •  • 1 média

Le roman par lettres de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Julie, ou la Nouvelle Héloïse , forme avec Émile et Du contrat social un trio de grandes œuvres que l'écrivain achève presque en même temps. Mais si les traités pédagogique et politique correspondent à l'image que le citoyen de Genève entend donner de lui, l'œuvre de fiction semble contredire la condamnation de la littérature que celui- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-heloise/#i_86599

LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de Sade - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 228 mots

Les quatre volumes de La Nouvelle Justine , qui se présentent comme publiés en Hollande en 1797, ont en fait été fabriqués et diffusés à Paris en 1799. Ils annonçaient une suite de six volumes, parue quelques mois plus tard, l' Histoire de Juliette, sa sœur, ou les Prospérités du vice . L'anonymat et l'antidatation n'ont pas été des mesures de prudence suffisantes pour éviter à Sade (1740-1814) u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-justine-ou-les-malheurs-de-la-vertu/#i_86599

PARADOXE SUR LE COMÉDIEN (D. Diderot) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 050 mots

Moderne, le xviii e  siècle l'est notamment par sa réflexion sur les fondements de la mimésis : si la question du théâtre, de sa légitimité, de sa moralité, divise les Philosophes, c'est que son enjeu est emblématique. Faut-il lire le Paradoxe sur le comédien comme une réponse de Diderot (1713-1784) à la Lettre à d'Alembert  ? Oui, aussi. Mais ce texte d'autant plus énigmatique qu'il semble agite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradoxe-sur-le-comedien-livre-de-d-diderot/#i_86599

PARNY ÉVARISTE DÉSIRÉ DE FORGES DE (1753-1814)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 395 mots

Le chevalier, puis vicomte de Parny a été surnommé en son temps le Tibulle français. Il est connu comme poète érotique et fit parfois scandale par ses tableaux licencieux. Il est né à l'île Bourbon, comme son contemporain Bertin. Parny appartient à l'une des premières familles de la colonie. À l'âge de neuf ans, on l'envoie en France faire ses études au collège de Rennes. Puis il va à Paris, à l'É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parny-evariste-desire-de-forges-de/#i_86599

PAUL ET VIRGINIE, Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 151 mots

Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) est resté dans notre mémoire culturelle comme un romancier. Il l'est devenu presque par hasard, après avoir tenté de faire fortune comme ingénieur ou comme réformateur attitré d'une cour étrangère. Il tire de son séjour à l'île Maurice (alors île de France) un savant et technique Voyage à l'isle de France (1773) qu'il songe à compléter par le ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-et-virginie/#i_86599

POINT DE LENDEMAIN, Dominique Vivant Denon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 901 mots

Dominique Vivant Denon (1747-1825) n’est pas un homme de lettres au sens que donne à l’expression le xviii e  siècle. Il fut graveur de talent, dessinateur durant l’expédition d’Égypte, diplomate, voyageur, dramaturge, directeur des musées nationaux, historien d’art et, presque accidentellement, auteur d’un court récit libertin, Point de lendemain , publié en 1777 sans nom d’auteur dans les Mélan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-lendemain/#i_86599

PRÉVOST ABBÉ (1697-1763)

  • Écrit par 
  • Jean SGARD
  •  • 1 340 mots

Prévost d'Exiles est l'homme de toutes les contradictions : tour à tour moine et soldat, janséniste et jésuite, moraliste chrétien et philosophe libertin, il n'est d'aucune secte, d'aucun parti. Il ne se sent libre ni en France, ni en Angleterre, ni en Hollande ; rêvant de s'évader et revenant toujours à ses chaînes, il n'est nulle part chez lui ; il est, du nom même qu'il s'est donné, Prévost « d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevost/#i_86599

PROVERBE DRAMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 869 mots

Plutôt qu'un genre littéraire, le proverbe est, à l'origine, un divertissement de salon dont la naissance a été favorisée par la brillante vie mondaine de la fin du règne de Louis XIII. C'est « une scène en plusieurs scènes qu'on écrivait ou que souvent on improvisait entre soi sur un simple canevas et qui renfermait un petit secret [...]. Le secret était le mot même du proverbe (par exemple : Sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbe-dramatique/#i_86599

RACINE LOUIS (1692-1763)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 266 mots

Le plus jeune des deux fils de Jean Racine, Louis, restera toute sa vie hanté par la gloire de son père (il avait, raconte-t-on, sans cesse sous les yeux le vers de Phèdre  : « Et moi, fils inconnu d'un si glorieux père »). Tenté par le théâtre, il se contentera néanmoins de rédiger des Mémoires sur la vie et les ouvrages de Jean Racine (1747) et des Remarques sur les tragédies de Jean Racine , s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-racine/#i_86599

RAYNAL GUILLAUME (1713-1796)

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 406 mots

Auteur d'ouvrages à prétentions historiques ou philosophiques, habitué des salons littéraires du xviii e siècle, Guillaume Raynal, né à Saint-Geniez (Aveyron), fut élève des jésuites à Rodez et entra lui-même dans la Compagnie de Jésus. Il fut d'abord professeur de collège à Pézenas, à Clermont et à Toulouse. En 1747, il quitta les Jésuites pour venir dans la capitale où, abandonnant peu après l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-raynal/#i_86599

REGNARD JEAN-FRANÇOIS (1655-1709)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 483 mots

Parisien des Halles, fils d'un riche marchand de poisson salé, mais orphelin de père dès sa tendre enfance, Jean-François Regnard est élevé par sa mère et ses quatre sœurs, fait de bonnes études et entre en apprentissage chez un mercier. Les démons du voyage, du jeu et de la poésie le saisissent de bonne heure. Avant vingt ans, il part pour Constantinople, revient au bout de deux ans, puis, en 167 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-regnard/#i_86599

RESTIF DE LA BRETONNE (1734-1806)

  • Écrit par 
  • Jacques LACARRIÈRE
  •  • 1 427 mots

Restif de La Bretonne est une des personnalités les plus attachantes du xviii e  siècle. Berger, typographe, écrivain, réformateur, philosophe, libertin, visionnaire, il fut tout cela à la fois, ce qui explique les opinions contradictoires portées dès son vivant sur l'homme et sur son œuvre. Cette œuvre immense recèle pourtant des documents de premier ordre sur la vie paysanne de son temps, des pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restif-de-la-bretonne/#i_86599

LES RÊVERIES DU PROMENEUR SOLITAIRE, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Après avoir formulé les éléments d'un système de pensée (les Discours , Émile , le Contrat social ), satisfait son imaginaire romanesque ( Julie, ou la Nouvelle Héloïse ), tenté de raconter sa vie et de se justifier des accusations portées par ses adversaires ( Les Confessions , Les Dialogues ), Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) fait retour sur lui-même. Il se laisse aller au pur plaisir de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-reveries-du-promeneur-solitaire/#i_86599

RIVAROL (1753-1801)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 586 mots

Dans le chapitre « Un témoin ironique »  : […] De Bagnols où il naquit, Rivarol monte à Paris et se produit dans le monde des lettres au moment où disparaissent les géants de la génération précédente : une lourde succession est à prendre. Mais ce Méridional irrévérencieux préfère les notations brèves et incisives aux synthèses plantureuses, dont la plus voyante est alors Le Monde primitif et moderne (1773-1774) d'Antoine Court de Gébelin. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rivarol/#i_86599

ROUCHER ANTOINE (1745-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 862 mots

C'est une place d'honneur qu'il faut accorder à Roucher dans le panthéon littéraire du xviii e siècle, car il fut, en intention et en puissance au moins, le grand poète des Lumières. Montpelliérain de naissance, Antoine Roucher débarque à Paris vers 1765 et troque bientôt la théologie pour la philosophie dont il épouse les thèses avec passion. Assoiffé d'omniscience et possédé d'un enthousiasme q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-roucher/#i_86599

ROUSSEAU JEAN-BAPTISTE (1671-1741)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 572 mots

Malgré un brillant début dans la carrière poétique, Rousseau eut une existence en grande partie malheureuse. Il était le fils d'un honnête cordonnier de Paris qui fit donner à ses enfants une éducation au-dessus de leur condition sociale. On l'accuse d'avoir rougi de ses origines. C'est un de ses traits d'orgueil qui le rendent peu sympathique à ses contemporains. Il entre dans la carrière littéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-rousseau/#i_86599

ROUSSEAU JEAN-JACQUES

  • Écrit par 
  • Bernard GAGNEBIN
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

En plein siècle des Lumières, Jean-Jacques Rousseau élève une véhémente protestation contre le progrès des sciences et l'accumulation des richesses, contre une société oppressive et des institutions arbitraires. Il stigmatise la dénaturation croissante de l'homme et prévient ses contemporains que, faute de retourner à la simplicité naturelle, ils courront inévitablement à leur ruine. Il propose t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-rousseau/#i_86599

ROUSSEAU JEAN-JACQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 285 mots

28 juin 1712 Naissance de Jean-Jacques Rousseau à Genève. 1715-1774 Règne de Louis XV. Mars 1728 Rousseau s'enfuit de Genève et rencontre Madame de Warens à Annecy. 1735-1736 Premiers séjours aux Charmettes, chez Madame de Warens. 1743 Rousseau est à Paris. Il publie sa Dissertation sur la musique moderne . Fait la connaissance de Diderot. 1745 Fait la connaissance de Thérèse Levasseur. 1749 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rousseau-reperes-chronologiques/#i_86599

SADE DONATIEN ALPHONSE FRANÇOIS DE (1740-1814)

  • Écrit par 
  • Béatrice DIDIER
  •  • 2 705 mots

Persécuté de son vivant, considéré comme l'image même du Mal à l'époque romantique, Sade fut très peu connu jusqu'au xx e  siècle : beaucoup de ses textes étaient demeurés inédits et les tabous d'une ère bourgeoise et pudibonde interdisaient de voir la véritable dimension de l'œuvre. C'est au surréalisme qu'il revient de l'avoir découverte. Apollinaire, Breton ont été fascinés par la prodigieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donatien-alphonse-francois-de-sade/#i_86599

SAINT-LAMBERT JEAN-FRANÇOIS DE (1716-1803)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 380 mots

Né à Nancy d'une famille noble mais pauvre et sans illustration, Saint-Lambert ne prendra le titre de marquis qu'à l'époque de ses succès littéraires. Il est élevé par les jésuites, dont il a très bien défini la tolérance un peu mondaine :   Apôtres pleins d'urbanités,   Aux charmes touchants du bréviaire   Vous entremêlez prudemment   Et du Virgile et du Voltaire. Après ses études, il vit à la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-de-saint-lambert/#i_86599

SAINT-SIMON LOUIS DE ROUVROY, duc de (1675-1755)

  • Écrit par 
  • Dirk VAN DER CRUYSSE
  •  • 3 260 mots

« Tout m'avoit préparé à me survivre à moi-même, et j'avois tâché d'en profiter. » Cette déclaration qui surgit vers la fin des célèbres Mémoires nous autorise à voir l'œuvre de Saint-Simon comme une immense opération de survie. Il s'agit d'abord d'un témoignage historique exceptionnel, qui se propose de dire la vérité – toute la vérité, fût-elle terrible – non sans céder allégrement aux tentati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-saint-simon/#i_86599

SALONS, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 111 mots

C'est en 1759, à la demande de son ami Friedrich Melchior Grimm, que Diderot (1713-1784) se lança dans la critique d'art, un genre dont il est, avec ses Salons , reconnu aujourd'hui comme un des principaux fondateurs. Encore cela ne se fit-il qu'après sa mort : ses textes, de son vivant, ne circulèrent qu'à l'état de copies manuscrites, et ne furent totalement disponibles qu'à partir de la seconde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-denis-diderot/#i_86599

SALONS (Diderot)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 233 mots
  •  • 1 média

Considérés aujourd'hui comme l'un des textes emblématiques de la critique d'art, les Salons de Diderot ne furent, en leur temps, connus que d'un très petit nombre de personnes. Diderot entreprit, en 1759, d'écrire pour la Correspondance littéraire , éditée par son ami Friedrich Melchior Grimm, des comptes rendus réguliers de l'exposition qui, tous les deux ans, était organisée au Louvre par l'Aca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons/#i_86599

SALONS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Antoine LILTI
  •  • 6 529 mots

Dans le chapitre « Les écrivains et la bonne société. »  : […] Comme nous l'avons vu, au regard d'autres formes de sociabilité mondaine, une des grandes spécificités des salons parisiens est la place qu'y occupent les écrivains. Leur présence régulière et durable au sein de la bonne société a été souvent commentée par les historiens et a donné lieu à des interprétations divergentes. Doit-on considérer que les auteurs qui fréquentent les salons ne sont que des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-litteraires/#i_86599

SÉNAC DE MEILHAN GABRIEL (1736-1803)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 560 mots

Malgré une carrière politique assez brillante sous l'Ancien Régime, Sénac de Meilhan est surtout connu par le témoignage précieux qu'il apporte sur les milieux de l'émigration dans son roman L'Émigré (1797). Né à Paris en 1736, ce fils d'un premier médecin de Louis XV fait preuve d'un esprit brillant et manifeste autant de goût pour le plaisir que pour l'étude. Il fréquente très tôt des personnag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-senac-de-meilhan/#i_86599

SENANCOUR ÉTIENNE PIVERT DE (1770-1846)

  • Écrit par 
  • Béatrice DIDIER
  •  • 1 584 mots

L'écrivain français Senancour semble avoir été la victime d'une malchance qui l'a poursuivi par-delà la mort. Inconnu jusqu'au jour où Sainte-Beuve, George Sand, Liszt le découvrirent, il fut un peu dérouté par ces amitiés romantiques et demeura à l'écart. Oberman était alors – et restera peut-être toujours – le bréviaire de quelques initiés, de « happy few », dont le nombre est un peu trop restr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/senancour-etienne-pivert-de/#i_86599

STAËL GERMAINE DE (1766-1817)

  • Écrit par 
  • Simone BALAYÉ
  •  • 1 331 mots
  •  • 1 média

Germaine de Staël est une des grandes figures littéraires de la période dite préromantique . Son œuvre, dont l'importance fut largement reconnue par ses contemporains, influença plusieurs générations. Puis la valeur et la nouveauté des ouvrages critiques et politiques s'estompèrent ; le style des romans vieillit. La haine de Napoléon, les passions politiques ont fait leur œuvre : il demeure de l'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madame-de-stael/#i_86599

SUPPLÉMENT AU VOYAGE DE BOUGAINVILLE, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 975 mots

La genèse et l'édition des œuvres de Diderot (1713-1784) sont souvent complexes et problématiques : comme le Paradoxe sur le comédien (conçu en 1769, publié en 1830), le Supplément au Voyage de Bougainville n'est à l'origine qu'un compte rendu de lecture destiné à La Correspondance littéraire de Grimm : une note sur le Voyage autour du monde (1771) que Bougainville rédigea à partir du Journal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supplement-au-voyage-de-bougainville/#i_86599

TABLEAU DE PARIS, Louis Sébastien Mercier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 157 mots

La vie et l'invention littéraire de Louis Sébastien Mercier (1740-1814) sont intimement liées à Paris. Né sur les bords de la Seine, il milite en faveur d'une littérature résolument moderne qui, pour s'émanciper des modèles grecs et romains, doit s'immerger dans la réalité urbaine. Il se fait connaître par une utopie, L'An 2440 (1770), qui substitue aux îles heureuses des voyages imaginaires un P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tableau-de-paris/#i_86599

THOMAS CHANTAL (1945- )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 993 mots
  •  • 1 média

Chantal Thomas est née en 1945 à Lyon. Directrice de recherche au CNRS, spécialiste du xviii e  siècle, elle est essayiste ( La Reine scélérate. Marie-Antoinette dans les pamphlets , 1989 ; Thomas Bernhard , 1990), romancière, auteure de pièces de théâtre et fait de son érudition une promenade élégante et souriante tournée vers le siècle des Lumières, en compagnie des grands libertins, comme Sade […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantal-thomas/#i_86599

TRAITÉ SUR LA TOLÉRANCE, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 956 mots
  •  • 1 média

La lutte contre le fanatisme – qu'il appelle aussi enthousiasme – a été une constante du combat mené par Voltaire (1694-1778), au point d'irriter parfois ses amis philosophes et d'attiser plus encore la haine de ses adversaires. Le Traité sur la Tolérance, qui parut en 1763, est lié à l'affaire Calas, dans laquelle Voltaire joua un grand rôle. Rappelons les faits, que le voltairianisme du xix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-sur-la-tolerance/#i_86599

VAUGELAS CLAUDE FAVRE seigneur de (1585-1650)

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 136 mots

Auteur des Remarques sur la langue française , publiées en 1647. On ne peut dire que cet ouvrage de Vaugelas constitue à proprement parler une grammaire ; il s'agit plutôt d'une suite, assez libre, de remarques s'adressant aux « honnêtes gens ». L'auteur ne cherche pas tant à décrire ou à expliquer qu'à indiquer le bon usage, « composé de l'élite des voix. C'est la façon de parler de la plus saine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-vaugelas/#i_86599

VAUVENARGUES LUC DE CLAPIERS marquis de (1715-1747)

  • Écrit par 
  • Andrée HOF
  •  • 2 152 mots

Il n'est pas surprenant qu'au siècle des Lumières le nom d'un moraliste fût condamné à demeurer dans l'ombre ; peut-être faut-il moins incriminer de cette disgrâce l'œuvre brève et dense de Vauvenargues que la note trop grave qu'elle semblait rendre dans le concert des « philosophes » de ce siècle réputé frivole – vraie dissonance aux oreilles de certains critiques, qui encore aujourd'hui apparen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-de-vauvenargues/#i_86599

LA VIE DE MARIANNE, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 221 mots

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (1688-1763) fit paraître son roman, La Vie de Marianne, ou les Aventures de Madame la comtesse de *** , en livraisons successives, échelonnées entre 1731 et 1742. C'est dans ce même intervalle qu'il publie en volumes successifs Le Paysan parvenu (1734-1735) et Le Cabinet du philosophe , et qu'il fait jouer Le Triomphe de l'amour , Les Serments indiscrets , L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-de-marianne/#i_86599

VOLTAIRE

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 5 181 mots
  •  • 2 médias

Qu'on l'admire ou qu'on le déteste, Voltaire symbolise à lui seul le xviii e  siècle. Il a constitué et constitue encore le paradigme de l'intellectuel engagé. Zola s'en inspire lors de l'affaire Dreyfus, Sartre s'en réclame pour définir l'intellectuel de son temps. Son nom apparaît, comme un garant, au hasard des crises politico-morales que traverse la société française : l'occupation allemande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voltaire/#i_86599

VOLTAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 387 mots

22 novembre 1694 Baptême de François Marie Arouet en l'église Saint-André-des-Arts à Paris. 1704-1711 Études chez les jésuites du collège Louis-le-Grand, à Clermont. 1715 Fréquente les salons littéraires, les milieux du théâtre, et la société libertine du palais du Temple. 1 er septembre 1715 Mort de Louis XIV : le duc d'Orléans devient régent, jusqu'à sa mort en 1723. 18 novembre 1718 Premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voltaire-reperes-chronologiques/#i_86599

ZADIG, OU LA DESTINÉE, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

En juillet 1747, Voltaire (1694-1778) fait paraître anonymement Memnon , histoire orientale , imprimé à Amsterdam . Remanié, lu à plusieurs reprises en privé, le récit est finalement publié l'année suivante à Paris, toujours sans nom d'auteur, sous le titre de Zadig, ou la Destinée . En 1756, pour l'édition de ses œuvres complètes, Voltaire ajouta l'épisode de l'archimage Yébor (« Les Disputes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zadig-ou-la-destinee/#i_86599

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre FRANTZ, « FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/