FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

Littérature et société

La révolution industrielle, avec retard par rapport au Royaume-Uni, transforme en profondeur l’économie du pays entre la Restauration et le second Empire, comme le montrent les expositions universelles de 1855 et 1867 : les banques, les transports, les sites industriels connaissent un développement sans précédent qui touche aussi la presse, le monde des spectacles et l’édition (Louis Hachette obtient le monopole sur les bibliothèques de gare en 1852). L’antagonisme politique aussi bien que social entre Paris et la province se trouve confirmé par les grands travaux parisiens du baron Haussmann qui offre à la France la vitrine parisienne de ses réussites. Qu’il se nomme Balzac (1799-1850), Baudelaire ou Zola, l’écrivain, avec sa voix singulière, se veut donc le contrepoids spirituel au développement d’une société industrielle et urbaine dont il dépend pourtant étroitement.

Par ailleurs, l’appréhension des transformations de la littérature est impossible sans une prise en compte des conditions de production, de diffusion, de réception de la littérature dans une France qui évolue radicalement d’une extrémité du siècle à l’autre puisqu’en 1827, 55 p. 100 des conscrits se déclarent incapables de signer tandis qu’en 1906 seulement 5,1 p. 100 d’entre eux sont considérés comme illettrés. Le processus d’alphabétisation généralisée s’enclenche définitivement grâce au vote de la loi Guizot (1833) sur l’enseignement primaire. Le développement de la presse et de l’édition industrielle permet une démocratisation de l’accès à l’imprimé et fait entrer le texte dans l’ère de la reproduction et de la marchandise. Tôt dans le siècle, des écrits importants (« Lettre adressée aux écrivains français du xix e siècle », de Balzac ; « De la littérature industrielle », de Sainte-Beuve) constatent cette évolution des pratiques et des publics qui ne peut manquer d’avoir une répercussion sur les poétiques.

Le xix e siècle voit l’expansion de la presse et notamment du journal quotidien qui devient accessible à toutes les bourses. Tous les écrivains du siècle s’investissent dans la presse qui, non seulement leur offre des ressources financières dans un siècle où l’édition entre régulièrement en crise, mais, surtout, constitue un formidable laboratoire d’écriture puisqu’à côté de la critique (où s’impliquent par exemple Sainte-Beuve, Francisque Sarcey et Armand de Pontmartin), ils sont conduits à inventer l’écriture journalistique avec ses genres spécifiques, tels que la chronique, le reportage, l’interview.

Un autre secteur très marqué par la littérature industrielle est le théâtre qui, naturellement inséré dans une culture du boulevard et de l’attraction, a su s’organiser très tôt pour permettre à certains auteurs à succès (Eugène Scribe, Dumas fils, Émile Augier, Victorien Sardou) de gagner beaucoup d’argent.  Trente-deux mille pièces sont créées à Paris entre 1800 et 1900, mais il s’agit surtout de mélodrames, de vaudevilles, d’opérettes, de pièces de boulevard qui attirent un public mêlé. En réaction à ce théâtre matérialiste et à une industrie marquée par le spectaculaire et le vedettariat, certains écrivains – Alfred de Musset, le Mallarmé des Divagations , Maurice Maeterlinck – envisagent un théâtre dans un fauteuil, sans passage à la scène.

Un paradigme général de l’exposition que l’on retrouve dans les musées, les magasins, les collections caractérise le siècle. Dès les années 1830 se diffusent des livres collectifs à l’ambition panoramique dont relèvent Paris, ou le livre des Cent et un (1831-1834), Le Diable à Paris (1853), Les Français peints par eux-mêmes (4 tomes, 1876-1878). Leur objectif est de décrire une société dorénavant éprouvée comme opaque. Ils participent, avec les encyclopédies et les[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Marie-Ève THÉRENTY : professeure de littérature française, université Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Pour citer cet article

Marie-Ève THÉRENTY, « FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

<em>Les Misérables</em>, V. Hugo

Les Misérables, V. Hugo

Les Misérables, V. Hugo

Dans Les Misérables (1862), Victor Hugo mêle les destins individuels de personnages issus du peuple…

<em>Librairie romantique</em>, E. Grasset

Librairie romantique, E. Grasset

Librairie romantique, E. Grasset

« Le romantisme n'a pas seulement été le laboratoire dans lequel s'est forgé le moi moderne, il a…

<em>Stéphane Mallarmé</em>, É. Manet

Stéphane Mallarmé, É. Manet

Stéphane Mallarmé, É. Manet

Dans le sillage de Baudelaire, Mallarmé poursuit une réflexion sur la fonction du langage et la…

Autres références

  • AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

    • Écrit par Alain BRUNN
    • 7 917 mots

    Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de[...]

  • DANDYSME

    • Écrit par Françoise COBLENCE
    • 10 872 mots
    • 5 médias

    L'étymologie du terme « dandy » ouvre d'emblée un espace d'incertitude. L'Académie n'accueille qu'en 1878 ce néologisme venu d'Angleterre. Selon les Anglais, dandy pourrait dériver du français dandin (sot, niais), de dandiprat (nain, pièce de menue monnaie),[...]

  • ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

    • Écrit par Daniel HAMELINE
    • 7 140 mots

    On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu' Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviii e siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins,[...]

  • ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

    • Écrit par Daniel HAMELINE
    • 12 880 mots
    • 1 média

    Dans le dernier quart du xx e siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'[...]

  • ÉGOTISME

    • Écrit par France CANH-GRUYER
    • 1 755 mots

    Retraduction datant des premières années du xix e siècle du mot anglais egotism par lequel Addison a traduit le mot français « égoïsme », mais qui n'a pas forcément le sens péjoratif que lui prête encore le Rivarol de 1827 d'« habitude blâmable de parler de soi ». Correspondant[...]

  • JOURNAL INTIME, notion de

    • Écrit par Elsa MARPEAU
    • 5 468 mots

    Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime.

    Sans que l'on puisse parler de « journaux »,[...]

  • ROMAN D'ÉDUCATION ou ROMAN D'APPRENTISSAGE

    • Écrit par Claude BURGELIN
    • 8 154 mots

    L'ancienne épopée ou le roman de chevalerie racontaient par prédilection comment un héros prouvait à lui-même et au monde sa qualité de personnage héroïque ; c'étaient là les débuts du roman d'apprentissage ou d'éducation.

    On a employé l'expression roman d'éducation[...]

  • SENSIBILITÉ, psychologie et philosophie

    • Écrit par Michaël FOESSEL
    • 5 678 mots

    En raison du devenir et du changement qui le caractérisent, le sensible est traditionnellement opposé à la fixité et à la permanence de l'intelligible. Dans ces conditions, la sensibilité, comme propriété d'un sujet d'être modifié ou informé par le milieu sensible, peut être opposée[...]

  • SENTIMENT

    • Écrit par Olivier REBOUL
    • 19 569 mots

    « Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. » Ces mille choses sont ce que nous appelons nos sentiments. Et, comme l'exprime bien la phrase de Pascal, ceux-ci nous apparaissent à la fois comme irremplaçables et comme inexplicables. Irremplaçables, car le plus[...]

  • SUBLIME

    • Écrit par Philippe LACOUE-LABARTHE
    • 33 853 mots
    • 1 média

    « Sublime » transcrit le latin sublime, neutre substantivé de sublimis, qui lui-même traduit le grec to hupsos. La formation du mot latin s'explique mal, mais le sens est tout à fait clair : sublimis (de sublimare, élever) signifie : haut dans les airs, et par suite, au sens physique comme[...]

  • À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, Marcel Proust - Fiche de lecture

    • Écrit par Pierre-Louis REY
    • 6 506 mots
    • 2 médias

    Histoire d'une vocation littéraire, À la recherche du temps perdu fut ébauché en 1908 par Marcel Proust (1871-1922), concurremment à un essai dirigé contre la méthode critique de Sainte-Beuve, coupable aux yeux de l'écrivain d'avoir jugé ses contemporains d'après leur comportement en société,[...]

  • À REBOURS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean-Didier WAGNEUR
    • 4 829 mots

    Publié en 1884, À rebours est rapidement devenu un livre culte pour les générations de la décadence et du symbolisme. Pourtant, jusqu'alors, Joris-Karl Huysmans (1848-1907) appartient à la mouvance naturaliste. Il a collaboré aux Soirées de Médan (1880) et fait partie du petit groupe[...]

  • AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 6 977 mots

    En août 1881, au bord du lac de Silvaplana, proche du village de Sils-Maria, dans l’actuel canton suisse des Grisons où il passait ses étés, Friedrich Nietzsche (1844-1900) eut une illumination : la « vision du Retour Éternel » (parfois dénommée « vision de Surléï »), qui le conduisit quelques[...]

  • DE LA DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE, Alexis de Tocqueville - Fiche de lecture

    • Écrit par Éric LETONTURIER
    • 6 192 mots
    • 1 média

    De la démocratie en Amérique est le fruit d'un voyage que le tout jeune magistrat à Versailles, mis en position délicate par la révolution de 1830, en vertu de son appartenance à une famille légitimiste, entreprit, accompagné de son ami Gustave de Beaumont, en Amérique entre avril 1831 et mars[...]

  • DU SPIRITUEL DANS L'ART ET DANS LA PEINTURE EN PARTICULIER, Wassily Kandinsky - Fiche de lecture

    • Écrit par Marcella LISTA
    • 6 513 mots
    • 1 média

    La première ébauche d'une étude entièrement vouée à la couleur remonte à l'année 1904, alors que Kandinsky (1866-1944) était établi à Munich depuis huit ans. Ce petit texte inédit, intitulé Définition de la couleur, donne déjà la mesure d'une utopie universaliste : « Si[...]

  • Afficher les 48 références

Voir aussi