GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Cauchemar, J. H. Füssli

Le Cauchemar, J. H. Füssli
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst
Crédits : Private Collection/ Bridgeman Images

photographie

Dracula, T. Browning

Dracula, T. Browning
Crédits : The Granger Coll NY/ Aurimages

photographie

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.
Crédits : Paramount/Mandalay/The Kobal Collection/ Clive Coote/ Aurimages

photographie


Un art de la transgression

La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne.

Le récit gothique suscite auprès du lecteur une intensité émotionnelle associée à l’horreur organique ou à la terreur. Concourent à ces effets l’information retardée, l’équivoque et le suspense, mais aussi l’exhibition théâtralisée de phénomènes d’altérité angoissante. Le gothique se caractérise également par la notion d’enfermement dans un lieu sinistre, isolé (château en ruine perché sur un promontoire, abbaye perdue au fond des bois), mais aussi par l’errance et la confrontation avec un espace naturel sublime. Le paysage devient alors pour l’héroïne un cadre quasi pictural, le support d’émotions esthétiques tout autant qu’un lieu de conflit avec des personnages inquiétants et prédateurs.

En dehors de ces traits distinctifs liés à l’espace et au décor, le gothique se définit par l’emploi de schémas narratifs et de personnages emblématiques. Les situations rencontrées par les protagonistes relèvent de l’excès, de la transgression des limites, de l’extraordinaire qui se manifeste par les voies de la surnature ou de la transcendance d’origine divine ou diabolique. Le « scélérat gothique » (gothic villain) se caractérise par sa volonté de puissance, l’exercice d’un pouvoir tyrannique associé à la sujétion de la femme et à la tentative d’appropriation de ses biens mais aussi de son corps. Conflit qui provoque la fuite de l’héroïne à travers l’espace intérieur dédaléen de la gothic enclosure. Un autre motif récurrent est celui du pouvoir illégitime et de l’usurpation, hérité des medieval romances.

Le gothique est enfin le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA  » est également traité dans :

ROMAN POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Histoire du roman populaire »  : […] Aux origines du roman populaire il y a la littérature de colportage – celle de la Bibliothèque bleue notamment – constituée de livres sans auteurs avoués, destinés à la « populace », qui, souvent illettrée, se les faisait lire le soir, à la veillée, par des conteurs ou des enfants. Transportés dans des besaces, où ils voisinaient avec des images pieuses ou guerrières, ces ouvrages offraient à l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-populaire/#i_57036

Pour citer l’article

Gilles MENEGALDO, « GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/