ESPAGNOLE LITTÉRATURE, des origines au XVIIIe s.

ESPAGNE (Arts et culture) La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 749 mots
  •  • 4 médias

Le caractère essentiel de la littérature espagnole, comme de toute la culture et de tout le génie de l'Espagne, comme du tempérament des Espagnols, est la singularité. De cette singularité les Espagnols ont conscience et ils lui donnent, d'emblée, une raison géographique : ils se sentent situés au bout de l'Europe. Un de leurs aphorismes favoris est que l'Europe commence aux Pyrénées.À cette raiso […] […] Lire la suite

ABENCÉRAGE L'

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 786 mots

C'est une courte nouvelle d'aventures galantes et chevaleresques. La meilleure version qui nous en soit parvenue parut sous le titre de El Abencerraje dans un ouvrage de miscellanées littéraires, El Inventario (Medina del Campo, 1565, sous le nom d'Antonio de Villegas). Ce roman pastoral, qui connut partout un grand succès, répandit en Europe l'histoire de l'Abencérage. Avec les Guerres civiles […] […] Lire la suite

ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)

  • Écrit par 
  • Edmond CROS
  •  • 1 568 mots

Le chef-d'œuvre de Mateo Alemán, Guzmán de Alfarache , occupe une place de première importance dans l'histoire de la littérature et doit être considéré comme une des premières formes du roman européen. Édité plus d'un demi-siècle après le Lazarillo de Tormes , demeuré anonyme, précédant de quelques années le Quichotte ainsi que la soudaine éclosion d'un petit groupe de récits picaresques, il est, […] […] Lire la suite

ALJAMIADA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 532 mots

De l'arabe al-'adjamiyya (paroles d'étranger), le mot aljamía se trouve déjà dans le Poema de Alfonso XI (vers 1348) ; il désigne le latin corrompu utilisé par les mozarabes, c'est-à-dire les chrétiens hispano-romains de l'Al-Andalus ayant accepté la domination de l'Islam (711-712). Les maures utilisèrent ce mot pour désigner le castillan. Les poemas aljamiados sont des compositions écrites en […] […] Lire la suite

ALPHONSE X LE SAGE (1221-1284) roi de Castille et de León (1252-1284)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 640 mots

Roi de Castille, Alphonse X, dit le Sage ou le Savant, a laissé de lui l'image d'un souverain trop affairé à contempler les étoiles pour prêter attention aux choses de ce bas monde ; on l'a ainsi comparé à cet astrologue qui figure dans un exemplum médiéval et qui, trop occupé à tirer les horoscopes des autres, ne voit guère le puits où sa distraction le fera tomber. Victime pourtant plus de son […] […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 119 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature coloniale »  : […] Au demeurant, malgré la fondation des premières universités (à Saint-Domingue, puis à Lima) et l'introduction de l'imprimerie (à Mexico en 1537), la culture demeura le privilège d'une minorité espagnole ou créole, tandis que les masses corvéables demeuraient analphabètes. Pendant presque toute la période coloniale, la littérature hispano-américaine ne représente donc qu'un chapitre de la littérat […] […] Lire la suite

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 125 mots
  •  • 1 média

« Acte » ou « pièce » pour la fête du Saint-Sacrement, l'auto sacramental est une des originalités du théâtre espagnol à son âge d'or. Liée à la réforme interne du catholicisme plutôt qu'à sa lutte contre le protestantisme (la défense de l'orthodoxie contre les sacramentaires n'y a presque aucune place), la floraison du genre illustre bien l'insertion du théâtre dans une vie sociale tout imprégné […] […] Lire la suite

BATAILLON MARCEL (1895-1977)

  • Écrit par 
  • Charles AMIEL
  •  • 1 154 mots

Marcel Bataillon était le fils du grand biologiste Eugène Bataillon, créateur de la parthénogenèse traumatique, dont Robert Courrier a pu dire qu'analyser son œuvre, c'était côtoyer le génie. Né à Dijon, au hasard de la carrière universitaire de son père, mais d'ascendance composite (franc-comtoise, limousine et alsacienne), il entre à l'École normale supérieure dans la promotion 1913, qui paya un […] […] Lire la suite

BOSCÁN ALMOGÁVER JUAN (1490 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 210 mots

Un des premiers poètes espagnols de la Renaissance. Courtisan et guerrier, tout comme son ami Garcilaso de La Vega, Juan Boscán assista aux combats de l'île de Rhodes et accompagna l'empereur Charles Quint lorsque celui-ci se porta au secours de Vienne assiégée par les Turcs en 1529. Sa rencontre avec Andrea Navagero, alors ambassadeur à Grenade, et leurs entretiens sur la métrique des poètes ital […] […] Lire la suite

BURLA, littérature

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 514 mots

Le terme espagnol burla désigne aussi bien la moquerie que la tromperie. Sur le plan littéraire, il est employé pour caractériser de façon large toute la matière facétieuse issue de la mise en œuvre de ces deux ressorts, matière longtemps indispensable pour la structuration d'une intrigue, hors des domaines nobles de la comédie héroïque et de la fiction idéaliste. Il s'agit d'un concept clé pour […] […] Lire la suite

CADALSO JOSÉ (1741-1782)

  • Écrit par 
  • Eutimio MARTÍN, 
  • René PELLEN
  •  • 966 mots

Vivant aux confins d'un monde qu'il voulait néanmoins connaître et juger, Cadalso Vázquez de Andrade passa son existence déracinée à la recherche de la réalité stable. Sans cesse il reprit la quête de son identité personnelle, sans cesse il interrogea la société espagnole de son temps, tourmenté par la contradiction d'une carrière militaire et d'une vocation intellectuelle, d'une grande sensibilit […] […] Lire la suite

CANCIONEROS

  • Écrit par 
  • Madeleine PARDO
  •  • 1 962 mots

La poésie lyrique espagnole de la fin du Moyen Âge nous a été conservée dans de nombreux chansonniers, véritables collections ou anthologies de poèmes. On y a vu à la fois une source précieuse d'information sur de nombreux poètes, un témoignage important sur toute une civilisation, le champ où s'affrontent et s'harmonisent des influences étrangères (françaises et italiennes) et la tradition pénin […] […] Lire la suite

CAÑIZARES JOSÉ DE (1676-1750)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 79 mots

Auteur dramatique espagnol, Cañizares compte parmi les écrivains les plus distingués de son époque. Censeur officiel des comedias , il subit l'influence conjointe de Calderón et de Góngora, mit en scène Thérèse d'Ávila et Jean de la Croix dans À qui mieux mieux, confessée et confesseur ( A cual mejor, confesada y confesor ) et adapta La Plus Illustre Fille de vaisselle ( La Más Ilustre Fregona ) […] […] Lire la suite

CANTIQUE SPIRITUEL, Jean de la Croix Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 803 mots

Le Chant de l'Épouse  : c'est ainsi que Jean de la Croix (1542-1591), frère carme, désignait le poème dont il composa un commentaire en prose. Cet ensemble, rassemblé dans les manuscrits sous le titre de Explication des Chants qui traitent de l'exercice d'amour entre l'âme et son Époux le Christ , fut appelé Cántico espiritual par référence au Cantique des cantiques de la Bible. Le poème fut c […] […] Lire la suite

CASTRO GUILLÉN DE (1569-1631)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

De famille noble, Guillén de Castro y Bellvís fit tout d'abord une carrière militaire et civile à Valence et en Italie, avant de se fixer à Madrid où il fut en relation avec les plus illustres écrivains. Après avoir fait partie du groupe des dramaturges valenciens, il subit l'influence de Lope de Vega. Le succès de sa pièce Les Enfances du Cid ( Las Mocedades del Cid ) — dont Corneille s'inspira […] […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 313 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Stabilité »  : […] Le catalan a peu varié au cours des siècles : un texte de Raymond Lulle remontant au xiii e  siècle est encore compris par les Catalans d'aujourd'hui. Ses dialectes, qui se regroupent en catalan occidental et en catalan oriental, ne présentent que des différences mineures qui apparaissent seulement dans la langue parlée (détails de prononciation, de conjugaison et de vocabulaire). Le catalan occid […] […] Lire la suite

CÉLESTINE LA

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON, 
  • Universalis
  •  • 1 650 mots

Par le mystère de son anonymat, par sa genèse qui laisse apparaître des strates successives, par son succès populaire, La Célestine présente le cas typique du chef-d'œuvre étrange qui intrigue les érudits sans perdre auprès de son public sa force et sa verdeur. Souvent imitée en Espagne depuis Feliciano de Silva ( Seconde Comédie de Célestine , 1534) jusqu'à Lope de Vega ( La Dorotea , 1632), trad […] […] Lire la suite

CERVANTÈS, 450 ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 456 mots

En 1997, l'Espagne a célébré avec éclat le quatre cent cinquantième anniversaire de la naissance de Miguel de Cervantès, le 29 septembre (?) 1547, à Alcalá de Henares (Castille). Une exposition, dans cette ville, a évoqué « Cervantès et le monde cervantin dans l'imagination romantique ». La vénération des Espagnols pour leur « évangile » a donné lieu à une manifestation originale : la lecture pub […] […] Lire la suite

CERVANTÈS MIGUEL DE (1547-1616)

  • Écrit par 
  • Jean CANAVAGGIO
  •  • 5 482 mots
  •  • 3 médias

Aux yeux de la postérité, Cervantès incarne le génie littéraire d'une nation : un destin qu'il partage avec Dante, Goethe et Shakespeare, mais qui, dans son cas, s'assortit d'un curieux privilège, celui d'être le seul écrivain espagnol à avoir atteint une renommée pleinement universelle. Cette renommée, il la doit assurément à Don Quichotte . Mais, si le destin de l'ingénieux hidalgo a projeté ce […] […] Lire la suite

CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE

  • Écrit par 
  • Madeleine PARDO
  •  • 3 950 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chevalier Cifar »  : […] Les héros du cycle carolingien, Mainet, Berthe, la reine Séville, Fierabras, Renaud de Montauban, furent connus dans la Péninsule, dès avant le xiii e  siècle. Après les héros du cycle carolingien, la Péninsule accueillit ceux du cycle breton. Mais il est certain que toute cette littérature romanesque garde, pour reprendre les termes de Menéndez Pelayo, un caractère légèrement exotique. Aucun de c […] […] Lire la suite

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 820 mots

Dans le chapitre « Le Cid du théâtre et de la légende »  : […] Dès le début du xvii e  siècle, l'Espagne recueille sa foi, ses croyances et sa culture dans le creuset de la comedia, un nouveau genre littéraire. Le romancero du Cid fournit maints sujets aux dramaturges, sûrs à l'avance de gagner ainsi la ferveur du peuple et ses applaudissements. Lope de Vega, créateur de la nouvelle formule littéraire, dédie en 1619 Les Créneaux de la cité de Toro , où appara […] […] Lire la suite

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 605 mots

Dans la première moitié du xvi e  siècle, la vie espagnole est toute d'émerveillement devant les mystères de la nature intérieure dévoilée par Pétrarque et les pétrarquistes, et aussi devant les mondes nouveaux révélés par Christophe Colomb et les explorateurs. C'est donc le temps où prédomine la poésie lyrique. Dans la seconde moitié du siècle, les Espagnols tiennent leur vie pour une suite d'ave […] […] Lire la suite

CONCEPTISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 372 mots

De l'espagnol conceptismo . Le trait, la pointe, la saillie, le mot d'esprit, alliant le paradoxe de l'ambiguïté, le brillant à l'inattendu, l'hermétisme à la profondeur, voilà ce qui caractérise le conceptisme, qui joue avec l'idée ou le vocable à la différence du cultisme (ou cultéranisme ) qui complique à plaisir l'énoncé ou la syntaxe. Fondé sur la croyance d'une relation d'analogie entre les […] […] Lire la suite

COSTUMBRISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 385 mots

Dans la littérature espagnole, le costumbrismo désigne l'intérêt porté à la description des us et coutumes ( costumbres ) d'une région, d'un milieu, d'une société. De façon générale, il s'agit d'une constante de la littérature espagnole depuis le Moyen Âge et la Renaissance (archiprêtre de Hita, López de Ayala, El Corbacho , La Celestina ...). Au Siècle d'or, de nombreux écrivains peignent d'un t […] […] Lire la suite

CRUZ RAMÓN DE LA (1731-1794)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 367 mots

C'est en adaptant des comédies de Calderón au goût musical de l'époque que Ramón de la Cruz fait ses débuts dans la littérature ; il traduit Molière, Racine, Shakespeare, qu'il fut le premier à transposer en espagnol ( Hamlet , 1772). S'attachant à ce qui est authentiquement espagnol et populaire, il cultive la saynète, genre déjà brillamment représenté par les Pasos de Lope de Rueda ou les inter […] […] Lire la suite

CUEVA JUAN DE LA (1550?-? 1610)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 400 mots

Poète et dramaturge espagnol né à Séville, qui, en 1577, après un séjour au Mexique, revint définitivement en Espagne. Le lyrisme de Juan de la Cueva est d'abord marqué par l'influence de Pétrarque dont il se détourne ensuite ( Flores de varia poesía , Coro de romances historiales ). L'allégorie et le genre épique lui inspirent le Viaje de Sannio (1585) et Conquista de la Bética (1603). Los Amo […] […] Lire la suite

CULTISME ou CULTÉRANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 388 mots

Le mot espagnol correspondant est culteranismo , créé au début du xvii e siècle, sur le modèle de luteranismo (de Luther). Il vaudrait mieux dire en français cultéranisme que cultisme qui renvoie à cultismo et désigne un mot savant, échappant aux lois phonétiques ordinaires. Le terme cultéranisme, d'abord péjoratif, semble avoir été employé pour la première fois par l'humaniste Bartolomé Jimén […] […] Lire la suite

DON QUICHOTTE (M. de Cervantès) Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 328 mots
  •  • 4 médias

La première partie de L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche , chef-d'œuvre de la littérature espagnole fut publiée, à Madrid, en 1605. Elle reçut un accueil enthousiaste. La publication, en 1614, d'une deuxième partie apocryphe, sous le nom de Fernández de Avellanada, piqua au vif Cervantès (1547-1616) , qui hâta la publication de la deuxième partie authentique, en 1615. […] […] Lire la suite

EIXIMENIS FRANCESC (1340-1409)

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN
  •  • 516 mots

Écrivain catalan né à Gérone, Francesc Eiximenis est entré très tôt au couvent des Franciscains de sa ville natale, avant de poursuivre ses études de philosophie et de théologie à Valence, Cologne, Paris et Oxford. Vivant à une époque où la Renaissance italienne fait une éclatante irruption dans les lettres catalanes — avec son contemporain Bernat Metge, par exemple —, il ne s'inscrit nullement da […] […] Lire la suite

ENCINA JUAN DEL (1469-1529)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 443 mots

Poète, compositeur et auteur dramatique, Juan del Encina est le premier dramaturge important dans l'histoire du théâtre espagnol, dont il est souvent appelé le patriarche. Il fait ses études à Salamanque, où il remplira par la suite la charge du maître de chapelle de la cathédrale. En 1492, il entre au service du second duc d'Albe comme poète, musicien et dramaturge attaché à la maison. Il se rend […] […] Lire la suite

ERCILLA Y ZÚÑIGA ALONSO DE (1533-1594)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile BÉNASSY
  •  • 246 mots

Né de famille noble, page du futur Philippe II, Ercilla voyage beaucoup, de l'Italie aux Flandres et à l'Angleterre, puis part, en 1555, pour le Chili où les Indiens Araucans révoltés viennent de tuer le conquérant Valdivia. Entre 1557 et 1558, il s'y montre vaillant soldat et explorateur audacieux. De retour en Espagne dès 1563, il va connaître une gloire littéraire durable grâce à son épopée La […] […] Lire la suite

ESPINEL VICENTE (1550-1624)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 524 mots

Écrivain espagnol né à Ronda, Espinel veut, après avoir fait ses études à Salamanque, partir pour l'Amérique : la peste empêche la flotte d'appareiller. À Valladolid, il est au service du comte de Lemos. N'ayant pas réussi à s'enrôler dans une nouvelle expédition militaire, il séjourne à Séville où il se mêle aux milieux interlopes. Comme il vogue pour l'Italie, il est fait prisonnier par les pira […] […] Lire la suite

FEIJÓO BENITO JERÓNIMO (1676-1764)

  • Écrit par 
  • Robert RICARD
  •  • 2 344 mots

On croit souvent qu'à partir de l'effondrement de sa puissance politique et militaire dans le courant du xvii e siècle l'Espagne s'est repliée sur elle-même et qu'elle s'est désintéressée du reste de l'Europe. Cette vue est incomplète et superficielle. Il serait plus exact de dire que c'est l'Europe qui s'est détournée de l'Espagne, dans laquelle beaucoup ne voulaient voir qu'une nation dégénérée […] […] Lire la suite

FIGUEROA CRISTÓBAL SUÁREZ DE (1571-? 1639)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 435 mots

Écrivain espagnol né à Valladolid, Cristóbal Suárez de Figueroa quitta la maison paternelle à dix-sept ans et passa une grande partie de sa vie en Italie. Après des études de droit à Bologne et Pavie, il exerça la profession de magistrat. Il eut des démêlés avec l'Inquisition, fut excommunié et emprisonné ; Philippe IV intervint en sa faveur. Renommé en son temps pour ses écrits, il l'était aussi […] […] Lire la suite

FUENTEOVEJUNA, Felix Lope de Vega Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 812 mots

Comme Peribañez et le Commandeur d'Ocaña (1614), ou Le Meilleur Alcade, c'est le roi (1635), deux pièces composées par le grand dramaturge espagnol Felix Lope de Vega Carpio (1562-1635), Fuenteovejuna est un drame de commandeurs. Écrite vers 1612-1614 vraisemblablement, cette pièce de théâtre, l'une des plus célèbres des comedias historiques de Lope de Vega, fut publiée pour la première fois […] […] Lire la suite

GARCILASO DE LA VEGA (1503-1536)

  • Écrit par 
  • Annie FREMAUX-CROUZET
  •  • 1 806 mots

Par un ensemble de circonstances historiques, sociales et aussi familiales, le Castillan de pure race qu'était Garcilaso de La Vega devait incarner de la façon la plus parfaite un idéal humain dont le modèle était italien. Parachevant la tentative italianisante d'un de ses aïeux, il allait, en outre, imposer à la poésie traditionnelle espagnole une profonde révolution dont l'innovation métrique n […] […] Lire la suite

GARCILASO DE LA VEGA dit L'INCA (1539-1616)

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE
  •  • 825 mots

Fils naturel du conquistador Sebastián Garcilaso de la Vega et de la princesse inca Isabel Chimpu Ocllo, Garcilaso naquit au Cuzco, ancienne capitale de l'Empire inca. Baptisé sous le patronyme de Gómez Suárez de Figueroa, il n'adopta qu'en 1561 le nom de son père, sous lequel il s'illustra dans les lettres. En compagnie de sa mère, il grandit dans la vaste demeure paternelle jusqu'en 1549, date à […] […] Lire la suite

GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 2 217 mots

Le destin poétique de Góngora est sans doute l'un des plus contrastés qui se puissent trouver dans l'histoire littéraire espagnole. Adulé par les beaux esprits de son temps, cible favorite des poètes marquants de l'époque, il occupe incontestablement une place majeure dans la poésie du Siècle d'or. Pourtant, le xviii e  siècle, imbu de style néo-classique, le délaisse ; la mode est alors à l'espr […] […] Lire la suite

GONZALO DE BERCEO (1198 env.-apr. 1264)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 486 mots

Célèbre auteur du xiii e  siècle, Gonzalo de Berceo est le premier poète espagnol dont on connaisse le nom. Ce que nous savons de lui, tout en étant fort réduit, dépasse largement nos connaissances sur d'autres auteurs contemporains et même postérieurs : il était prêtre séculier (et non moine, comme on l'affirme trop fréquemment), attaché au monastère de San Millán de la Cogolla à la Rioja. Depuis […] […] Lire la suite

GRACIÁN Y MORALES BALTASAR (1601-1658)

  • Écrit par 
  • Charles MARCILLY
  •  • 1 882 mots

Jésuite rebelle et génial, moraliste avant tout, bien moins théoricien politique qu'analyste subtil des ressorts psychologiques du pouvoir, pédagogue désenchanté d'un art de vivre en société où la stratégie de la réussite implique surtout la tactique défensive de l'individu, fondant sur l'intelligence une morale pratique d'apparence laïque, par quoi l'honnête homme doit parvenir à cet épanouisseme […] […] Lire la suite

GUEVARA ANTONIO DE (1480?-1545)

  • Écrit par 
  • Augustin REDONDO
  •  • 673 mots

Né dans les Asturies de Santillane, il appartient à l'illustre lignage de Guevara, mais à une branche cadette bâtarde et de « pureté raciale » sans doute imparfaite, bien qu'en pleine ascension sociale. Porté en avant par le puissant clan familial, il semblait destiné à faire carrière à la cour. Cependant, les bouleversements politiques liés à la mort de Philippe le Beau l'obligent à se faire moin […] […] Lire la suite

HERRERA FERNANDO DE (1534-1597)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 639 mots

Poète espagnol, surnommé « le Divin », Fernando de Herrera est avant tout le chef de file de l'école de Séville que l'on distingue de l'école de Salamanque, dont Fray Luis de León est la figure éminente. Le sentiment patriotique caractérise l'école andalouse, tandis que le sentiment religieux imprègne le groupe castillan. Né à Séville, F. de Herrera, qui devint très tôt l'ami du grand humaniste Ju […] […] Lire la suite

HISTOIRE APOLOGÉTIQUE SOMMAIRE, Bartolomé de Las Casas Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nestor CAPDEVILA
  •  • 934 mots

La Historia apologética sumaria est une œuvre essentielle pour comprendre le sens du combat de Las Casas en faveur du droit des Indiens. Cette lutte politique concrète rend inséparable la rédaction de récits historiques ( Historia de los Indias, Brevísima relación de la destrucción de las Indias ), celle de traités théologico-politiques ( Treinta proposiciones muy jurídicas ) et l'anthropologie […] […] Lire la suite

HOROZCO SEBASTIÁN DE (1510?-1580)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 71 mots

Historien et poète espagnol, Sebastián de Horozco est l'auteur de quelques pièces de théâtre et d'une collection de proverbes commentés en vers ( Refranes glosados ). On lui attribua, mais à tort, la paternité du Lazarillo de Tormes . Son fils Sebastián de Covarrubias y Orozco réalisa le célèbre Tesoro de la lengua castellana o española , premier vocabulaire de la langue espagnole (1611). […] […] Lire la suite

HURTADO DE MENDOZA DIEGO (1503-1575)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 139 mots

Écrivain et diplomate espagnol. Après des études humanistes très poussées à Grenade, à Salamanque puis en Italie, Hurtado de Mendoza fut envoyé comme ambassadeur dans plusieurs cours d'Europe jusqu'à ce qu'il tombât en disgrâce auprès de Philippe II. Il laissa néanmoins au roi, pour la bibliothèque de l'Escorial, ses nombreux et précieux livres et manuscrits anciens. Bien que poète à ses heures, i […] […] Lire la suite

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 738 mots

Dans le chapitre « Poèmes et commentaires »  : […] Jean de la Croix s'est exprimé à deux niveaux. Tout d'abord dans le genre poétique par une vingtaine d'extraordinaires pièces, parmi lesquelles figurent neuf «  romances  » pleines d'un charme populaire. Puis, dans le genre didactique, par trois ouvrages qui se présentent comme des commentaires plus ou moins longs de poèmes. Les deux traités intitulés traditionnellement La Montée du mont Carmel ( […] […] Lire la suite

JOVELLANOS GASPAR MELCHOR DE (1744-1811)

  • Écrit par 
  • Florence DELAY
  •  • 1 538 mots

Jovellanos a laissé une image complexe qu'historiens et biographes interprètent différemment selon leurs options politiques. Goya fit de lui un portrait. Ces deux grands Espagnols du xviii e  siècle eurent en commun d'avoir les yeux fixés sur leur pays. Les vues de l'un, les visions de l'autre, instruisent encore l'Espagne sur elle-même. […] […] Lire la suite

JUAN MANUEL DON (1282-? 1349)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 637 mots

Neveu d'Alphonse X le Sage, petit-fils de saint Ferdinand, don Juan Manuel, l'un des grands seigneurs les plus influents de son temps, né au château d'Escalona, près de Tolède, occupa de très hautes charges dès sa jeunesse. Il participa à de nombreuses guerres nobiliaires pendant les règnes de Ferdinand IV et l'Alphonse XI. Il est considéré comme le plus grand prosateur castillan du xiv e siècle. […] […] Lire la suite

L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de Molina Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 896 mots

Publiée en 1630, cette comedia, l'une des plus célèbres du théâtre espagnol du Siècle d'or, fut probablement composée avant 1620. L'attribution à Tirso de Molina (1580 env.-1648) demeure aujourd'hui encore incertaine. L'Abuseur de Séville s'inspire d'anciennes légendes et poèmes populaires, où apparaissent les motifs de l'insulte faite à une tête de mort, du banquet funèbre ou du galant volage. L […] […] Lire la suite

LA CÉLESTINE (F. de Rojas) Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 921 mots

La Tragi-comédie de Calixte et Mélibée , publiée en 1502, est l'édition définitive de l'œuvre couramment appelée la Célestine , en vingt et un actes. Cinq actes avaient été ajoutés à la première édition intitulée Comédie de Calixte et Mélibée, publiée en 1499 à Burgos, qui n'en comptait que seize. À l'exception du premier acte, dont l'auteur est inconnu, l'auteur de cette œuvre exceptionnelle de […] […] Lire la suite

LAGUNA ANDRÉS (1511-1559)

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 1 074 mots

D'origine juive, convertis en 1492, les Laguna se sont intégrés dans la société chrétienne sans trop souffrir de la discrimination qui freinait la promotion sociale des « nouveaux chrétiens ». Le père, converso , meurt médecin apprécié du beau monde, deux frères font carrière dans le clergé, mais c'est à Andrés, le brillant médecin cosmopolite, que la famille doit prestige et prospérité. De sa for […] […] Lire la suite

LA VIE DE LAZARILLO DE TORMÈS

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 815 mots

Les premières éditions de La Vie de Lazarillo de Tormès et de ses fortunes et adversités, sans nom d'auteur, datent de 1554. L'édition princeps, antérieure, n'a pas été retrouvée. Dès le xvii e  siècle, diverses attributions d'auteurs furent proposées, sans que le mystère fût jamais levé. […] […] Lire la suite

LA VIE DU BUSCÓN, Francisco de Quevedo y Villegas Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 810 mots

La Vie de l'aventurier don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous , tel est le titre de ce roman de Quevedo (1580-1645), couramment désigné simplement par El Buscón , autrement dit « le gueux » ou « le vaurien ». Œuvre de jeunesse, écrit vers 1604, La Vie du Buscón ne fut publiée qu'en 1626. La Vie de Guzmán de Alfarache (1599 et 1604), de Mateo Alemán, avait donné tout son […] […] Lire la suite

LA VIE EST UN SONGE, Pedro Calderón de la Barca Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

Chef-d'œuvre du théâtre universel, La vie est un songe , de Pedro Calderón de la Barca, fut écrit en 1634-1635 , sous le règne de Philippe IV, et publié à Madrid, en 1636. Les éléments esthétiques de la culture baroque, dont cette comedia est un témoignage éclatant, expliquent la structure de la pièce : la double intrigue, l'ornementation, les décors, l'art du trompe-l'œil. […] […] Lire la suite

LAZARILLO DE TORMES (1553/54)

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 2 078 mots

La Vie de Lazarillo de Tormes – un tout petit volume anonyme – est grande par son originalité et par son rôle dans la naissance du roman (le «   picaresque » espagnol et le roman moderne en général). Pour qui donne à la négation de la honra (« honneur » au sens de considération sociale) la place qui lui revient dans l'esprit du picaresque, nul doute que le génial épisode vécu par Lazare avec l' e […] […] Lire la suite

LE CRITICÓN, Baltasar Gracián Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 872 mots

Œuvre majeure de Baltasar Gracián (1601-1658), Le Criticón, roman allégorique, comprend trois parties. La première partie, publiée en 1651, était signée du nom de García de Marlones. Pour échapper à la censure ecclésiastique, Gracián, qui était jésuite, utilisa un autre pseudonyme, celui de Lorenzo Gracián, pour la deuxième et la troisième parties, publiées en 1653 et en 1657. […] […] Lire la suite

LEÓN LUIS DE (1528-1591)

  • Écrit par 
  • Alain GUY
  •  • 1 320 mots

Fray Luis de León, « le cygne du Tormes », qu'on a appelé « le Fénelon de l'Espagne », admiré par Bossuet et par Cervantes, est le représentant le plus typique de la Renaissance dans la péninsule Ibérique, car il a fait la synthèse du lyrisme et de la pensée philosophico-théologique. Dans ce siècle de transition, où la tension s'exaspérait entre le naturalisme anthropocentrique et le fidéisme pro […] […] Lire la suite

LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)

  • Écrit par 
  • Roger LAUFER
  •  • 1 277 mots

Dans le chapitre « Un écrivain de métier »  : […] La volonté de vivre honorablement de sa plume situe Lesage parmi ses contemporains entre E. Lenoble, J. B. Mailly, folliculaires gagés qui écrivaient indifféremment d'amour, de politique ou de religion, et Crébillon père, F. Gâcon, A. Danchet, poètes membres de diverses académies, qui pratiquaient les grands genres. Né à Sarzeau (Morbihan) d'une famille de petits officiers royaux, il se fixe à Par […] […] Lire la suite

LES SOLITUDES, Luis de Góngora Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 778 mots

Des quatre poèmes qui devaient constituer l'ensemble des Solitudes, Góngora (1561-1627) ne composa que le premier, en 1612 (1 091 vers), évoquant la campagne, et, en 1617, une grande partie du second (979 vers), célébrant les rivages. Les poèmes suivants devaient faire apparaître les forêts et le désert. […] […] Lire la suite

LIVRE DE BON AMOUR, Juan Ruiz Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 778 mots

Le Livre de bon amour ( Libro de buen amor ), poème où se conjugue l'influence du mester de clerecía (poésie savante, poésie des clercs) et celle, plus populaire, du mester de juglaría (poésie populaire, poésie des troubadours), propose, dans des tonalités diverses, qui vont du cynisme à l'élan spirituel, une sorte d'art d'aimer à la fois réaliste, moralisateur, burlesque ou idéalisé. Le livre […] […] Lire la suite

LIVRE DE LA VIE, Thérèse d'Ávila Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 867 mots
  •  • 1 média

« On m'a donné l'ordre d'écrire ma manière d'oraison et les grâces dont le Seigneur m'a favorisée, en me laissant pour cela toute latitude. » C'est par ces mots que commence le Livre de la vie, que Thérèse d'Ávila (1515-1582) appelait aussi Le Livre des Miséricordes du Seigneur. C'est à la demande du père Ibáñez et d'autres confesseurs dominicains, qu'elle en avait entrepris une première rédact […] […] Lire la suite

LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 1 990 mots

Pour Cellorigo, observateur lucide du déclin de son pays, les Espagnols du début du xvii e  siècle semblent vivre sous l'effet d'un charme. Cette société, en particulier celle du frivole microcosme madrilène, trouve en Lope de Vega l'enchanteur qui, dans le miroir de la comedia , ordonne les mirages glorieux du public des corrales. Il est aussi celui qui charme l'imagination voluptueusement coupa […] […] Lire la suite

LÓPEZ DE ÚBEDA FRANCISCO (XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 458 mots

Sur le médecin qui exerce dans les milieux courtisans et qui place ostensiblement son livre, La Narquoise Justine ( Libro de entretenimiento de la picara Justina , 1605), sous la protection du tout-puissant favori de Philippe III, Don Rodrigo Calderón, on ne sait rien de plus que ce que son œuvre nous apprend. Celle-ci est un produit hybride. D'une part, elle est l'une des premières à s'afficher […] […] Lire la suite

MANRIQUE GÓMEZ (1412?-? 1490)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 70 mots

Neveu du marquis de Santillana, dont il subit l'influence, le poète espagnol Gómez Manrique traite les thèmes et les genres en vogue (l'amour, la moquerie, les allégories, les pièces de circonstance), en les teintant fortement de didactisme et de moralisme. Son œuvre reflète cette forme de stoïcisme qui sera l'un des caractères distinctifs de la poésie du Siècle d'or espagnol. […] […] Lire la suite

MANRIQUE JORGE (1440-1478)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 417 mots

Neveu de Gómez Manrique, fils du comte Rodrigo de Paredes, qui fut maître de l'ordre de Calatrava, Jorge Manrique participa, sous le règne du roi Henri IV, aux luttes politiques contre les ennemis d'Isabelle la Catholique. Hernando del Pulgar a laissé le récit de sa mort glorieuse devant le château de Garci-Muñoz (Cuenca). Son Cancionero est assez réduit ; il contient des poésies amoureuses, souv […] […] Lire la suite

MARCH AUSÍA (1397?-1459)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire ZIMMERMANN
  •  • 986 mots

Poète valencien, digne de figurer parmi les plus grands écrivains du xv e siècle européen, Ausía March rompt avec une tradition vieille de trois siècles qui voulait qu'au royaume d'Aragon la seule langue admise en poésie fût le provençal, et rédige son œuvre exclusivement en catalan. Véritable créateur de la poésie catalane, traduit en espagnol dès le xvi e siècle, sans cesse lu, imité ou plagié […] […] Lire la suite

MARIALES LÉGENDES, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 390 mots

Le récit des « miracles » de la Vierge Marie constitue l'un des genres les plus répandus de la littérature médiévale de toute l'Europe. Dès le début du xi e siècle des écrits en latin rapportaient ces légendes. Le genre se développe surtout au xiii e siècle : Miracles de Notre-Dame (1218) de Gautier de Coincy, Speculum historiale (vers 1244) de Vincent de Beauvais, le Miracle de Théophile (ve […] […] Lire la suite

MELÉNDEZ VALDÉS JUAN (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 551 mots

Considéré comme le plus important poète lyrique de l'école de Salamanque dans le dernier tiers du xviii e siècle, Juan Meléndez Valdés allie dans son œuvre les courants anacréontiques et pastoraux et les préoccupations de l'humanitarisme philosophique. On lui reconnaît aussi le mérite d'avoir réhabilité le genre du romance , dont le xvii e siècle avait vu le déclin. Professeur d'humanités à Sala […] […] Lire la suite

MENA JUAN DE (1411-1456)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 565 mots

Juan de Mena est un poète espagnol du xv e siècle intégrant, avec Santillana et Jorge Manrique, la triade des lettrés les plus importants de cette époque marquée par l'épanouissement de la poésie courtisane sous l'égide de Jean II de Castille. Les données biographiques de Mena ne sont pas excessivement abondantes : on sait qu'il naquit à Cordoue en 1411, qu'il resta orphelin de très bonne heure, […] […] Lire la suite

MESTER DE CLERECÍA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 347 mots

L'expression « métier de clergie ou de clers » apparaît pour la première fois dans le Libro de Alexandre ( xiii e s.) qui l'oppose au mester de juglaría . Elle désigne d'abord les poèmes écrits par les clercs des monastères de Castille, au xiii e siècle, dans la forme métrique dite cuaderna vía . Il s'agit d'une strophe de quatre vers de quatorze syllabes monorimes. La cuaderna vía , ou verso […] […] Lire la suite

MESTER DE JUGLARÍA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 277 mots

Antérieur au mester de clerecía , avec lequel il coïncide en partie, le « métier de jonglerie » s'applique aux poèmes épiques récités par les jongleurs, ou aux poèmes narratifs, lyriques ou dramatiques des xii e , xiii e et xiv e siècles. Fondé sur la tradition orale et les gestes historiques, il est la première manifestation de la langue romane ( romance ) qui deviendra le castillan. L'ensemble […] […] Lire la suite

MILÁN LUIS (1490 env.-apr. 1561)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 148 mots

Vihueliste, compositeur et écrivain espagnol, qui vécut principalement à la cour de Ferdinand d'Aragon et, vraisemblablement, pendant quelque temps à la cour de Portugal, près de Jean III, auquel fut dédié son ouvrage principal, Libro de música de vihuela de mano, intitulado « El Maestro » (Valence, 1535-1536). Cet ouvrage, première tablature espagnole de vihuela (luth), contient à la fois des œ […] […] Lire la suite

MIRA DE AMESCUA ANTONIO (1574?-1644)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 368 mots

Dramaturge espagnol né à Guadix (province de Grenade), Mira de Amescua est ordonné prêtre en 1610. En 1616 il accompagne le duc de Lemos à Naples, puis est chapelain à Grenade. Il néglige sa vocation ecclésiastique au profit de sa vocation littéraire. Chapelain à Madrid il fréquente Góngora, Lope de Vega, Tirso de Molina. Sa réputation est grande. Il meurt à Guadix où il avait obtenu une place d'a […] […] Lire la suite

MONTEMAYOR JORGE DE (1520 env.-1561)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 320 mots

Poète et musicien castillan d'origine portugaise. Chanteur à la cour, Jorge de Montemayor passa du service de l'infante doña Maria à celui de son frère, le futur Philippe II, qu'il accompagna lors de son voyage de noces en Angleterre en 1554. Le Cancionero (1554) de Montemayor fut expurgé par l'Inquisition, mais son œuvre capitale est sans conteste la Diana (éditée peut-être à Valence en 1559, r […] […] Lire la suite

MORATÍN LEANDRO FERNÁNDEZ DE (1760-1828)

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 567 mots

Poète des toros , auteur de quelques comédies et réformateur du théâtre de son pays, Nicolas Moratín (1737-1780) laissera moins de souvenir dans la littérature espagnole que son fils Leandro qu'on appelle souvent Moratín le Jeune pour le distinguer de son père. Leandro fait d'abord un modeste apprentissage de bijoutier auprès du joaillier de la reine Isabelle ; il exerce ensuite à la Cour et dans […] […] Lire la suite

MORISQUE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 268 mots

Les fastes des Arabes résidant en Espagne attirèrent dès le Moyen Âge l'attention et l'admiration des chrétiens de la Péninsule, qui imitèrent les usages et les costumes des Maures. Déjà le premier grand prosateur castillan, don Juan Manuel, montre, au xiv e  siècle, sa connaissance du style de vie de ses voisins et son admiration certaine pour leur élégance et leur luxe ; son contemporain Juan Ru […] […] Lire la suite

NIEREMBERG JUAN EUSEBIO (1595-1658)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 386 mots

Jésuite espagnol, Juan Eusebio Nieremberg naquit à Madrid de parents allemands. Il fit ses études chez les jésuites ; à l'université d'Alcalá, puis à celle de Salamanque il reçut une solide formation d'humaniste et de théologien. Il fit profession dans la Compagnie de Jésus en 1616. La direction spirituelle et l'enseignement furent le plus clair de son activité : il ne put faire aboutir son désir […] […] Lire la suite

PÉREZ DE GUZMÁN FERNÁN (1376?-? 1460)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 135 mots

Homme politique et militaire espagnol qui se consacra sur le tard à l'étude et à la littérature. Il cultiva d'abord la lyrique amoureuse, puis le genre didactique et moral, fortement teinté d'historicisme : Louanges des clairs barons espagnols ( Loores a los claros barones de España ). Dans la même veine mais en prose, la Mer des histoires ( Mar de historias , env. 1450) traite des empereurs et d […] […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 125 mots

On qualifie ordinairement de picaresques un ensemble de romans espagnols qui, sous forme autobiographique, racontent les aventures d'un personnage de basse extraction (le pícaro ), sans métier, serviteur aux nombreux maîtres, volontiers vagabond, voleur ou mendiant. Le genre s'ouvre en 1554 par un chef-d'œuvre anonyme : la Vie de Lazarillo de Tormes. Il atteint son sommet dans la Vie de Guzman d' […] […] Lire la suite

POÈME DU CID (anonyme) Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 013 mots

Unique chanson de geste espagnole, le Poème du Cid ( Cantar de mio Cid ) , est resté inédit jusqu'au xviii e  siècle. La date de la composition originale proposée par Ramón Menéndez Pidal serait 1140 ; les recherches récentes la fixent aux environs de 1200. Per Abbat, dont la signature apparaît sur le manuscrit daté de 1207, est-il l'auteur du Poème , ou seulement le copiste ? La question reste o […] […] Lire la suite

QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)

  • Écrit par 
  • Michèle GENDREAU-MASSALOUX
  •  • 1 297 mots

Prince de l'esprit, Quevedo a laissé une œuvre multiple et contrastée. Poésie satirique et lyrique, roman, théâtre, conte burlesque, essai critique, prose philosophique, il n'est aucun de ces genres où il n'ait brillé. Mais, sous ces formes diverses, apparaît la même Espagne d'un Siècle d'or sur son déclin, cette Espagne que regarde, avec tendresse et chagrin, un écrivain trop lucide pour ne pas ê […] […] Lire la suite

ROJAS Y ZORRILLA FRANCISCO DE (1607-1648)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 438 mots

L'un des principaux dramaturges de l'époque de Calderón. Plusieurs de ses pièces furent jouées au palais royal. Rojas y Zorrilla a écrit quelque soixante-dix comedias et une quinzaine d' autos sacramentales dont El Rico Avariento ( Le Riche Avare ) et La Viña de Nabot ( La Vigne de Nabhot ). Ses principales qualités sont : le sens du tragique et des coups de théâtre, la vis comica , l'intuitio […] […] Lire la suite

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 862 mots

En dehors de quelques acceptions plus délimitées, telles que « chanteur de romances » ou « recueil de romances », le mot romancero désigne tant l'ensemble que les différents groupes des romances espagnols. On a adopté, en français, la forme masculine afin de distinguer un romance d' une romance. Dérivé de l'adverbe bas-latin romanice (appliqué à la langue de Rome et puis à celle des peuples roman […] […] Lire la suite

ROMAN Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 909 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le droit de regard »  : […] Né dans la marge des lectures sérieuses ou rêveuses d'une époque, mais tout contre elles, le roman « picaresque » ne recevra son nom qu'après coup : il sera forgé au xix e  siècle sur l'espagnol pícaro , « aventurier, coquin ». Au xviii e siècle, Fielding hésite encore sur l'étiquette et hasarde, pour faire reconnaître ce bâtard, une formule hybride : «  a comic epic in prose  ». Pourtant, le pic […] […] Lire la suite

ROMAN Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 697 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du mythe au roman »  : […] La dualité complémentaire du social et de l'individuel ne caractérise pas seulement les contenus, les thèmes, la substance du roman : elle appartient consubstantiellement au romanesque en tant qu'ouvrage, en tant que fait de culture et de civilisation. À moins de jouer sur les mots, et de ranger dans le romanesque les aventures d'Ulysse, les exploits de Gilgamesh ou encore les innombrables légende […] […] Lire la suite

RUIZ DE ALARCÓN JUAN (1580 env.-1639)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 480 mots

Dans l'histoire de la comedia espagnole au Siècle d'or, Ruiz de Alarcón fait partie, avec Guillén de Castro, Mira de Amescua, Vélez de Guevara et Tirso de Molina, de ce qu'on a appelé le cycle dramatique de Lope de Vega. Un esprit nouveau l'inspire cependant, fait de sobriété, de sens pratique, de scepticisme, d'ironie, et marqué par une philosophie morale un peu désabusée. On remarque surtout le […] […] Lire la suite

RUIZ JUAN (1285 env.-env. 1350)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 1 112 mots

« Juan Ruiz, archiprêtre de Hita. » Ces cinq mots du dix-neuvième couplet de son poème, le Libro de buen amor , sont très exactement tout ce qu'on sait du plus grand poète castillan du xiv e siècle. Deux des manuscrits les plus importants fournissent en outre deux dates : 1330 pour une première rédaction, 1343 pour une version ultérieure et plus étendue. En revanche l'ouvrage renseigne sur l'Espa […] […] Lire la suite

SAHAGÚN BERNARDINO DE (1500?-1590)

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE
  •  • 844 mots

Ce religieux franciscain, d'origine galicienne ou portugaise (il s'appelait Ribeira), avait pris en religion, selon l'usage de son ordre, le nom de sa ville natale en Castille. Il est donc connu comme Fray Bernardino de Sahagún. Étudiant à l'université de Salamanque, il entra en religion au couvent des Franciscains réformés et partit comme missionnaire au Mexique en 1529. Cette circonstance devait […] […] Lire la suite

SANTILLANA ÍÑIGO LÓPEZ DE MENDOZA marquis de (1398-1458)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 1 385 mots

Íñigo López de Mendoza, premier marquis de Santillana, jouit d'une vie aussi longue que bien remplie. Grand seigneur (ce qui veut dire, dans l'Espagne du xv e  siècle, guerrier et politicien à la fois), poète, et curieux de toutes les choses de l'esprit, il apparaît, selon l'heureuse formule de Menéndez Pidal, comme la « cime la plus lointaine, et qui reçoit, la première, la lueur de ce jour nouve […] […] Lire la suite

SEPÚLVEDA JUAN GINÉS DE (1490 env.-1573)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 405 mots

Humaniste espagnol, né dans la province de Cordoue vers 1490. Après des études à Bologne, Sepúlveda vit, de 1523 à 1529, à la cour pontificale comme traducteur d'Aristote, puis devient, en 1529, historiographe de Charles Quint ; celui-ci le nomme, en 1536, précepteur du futur Philippe II. Il a laissé en latin une histoire de la découverte du Nouveau Monde, celle de Charles Quint et celle des premi […] […] Lire la suite

SIÈCLE D'OR (mise en scène C. Schiaretti)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 971 mots

Commencé en 1556 avec l'accession au trône de Philippe II qui hérite de son père Charles Quint un immense empire, le Siècle d'or espagnol s'achève en 1659 quand s'affirme la prédominance française en Europe. Il constitue l'une des périodes les plus importantes et les plus riches de l'histoire de la scène occidentale. Représenté à ciel ouvert sur des tréteaux dressés dans les corrales , ce théâtre […] […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 347 mots

Dans le chapitre « La « comedia » »  : […] Dans le théâtre de l'Espagne se conjuguent la veine épique des romances , l'inspiration mystique, un réalisme à saveur de terroir et un lyrisme souvent précieux (« cultiste ») mais toujours spontané. Le terme de comedia s'applique à toute composition dramatique nouant une intrigue complexe. Cette dramaturgie ignore la distinction des genres. Elle emprunte peu aux modèles antiques, davantage à l'I […] […] Lire la suite

THÉRÈSE D'ÁVILA (1515-1582)

  • Écrit par 
  • Pierre SÉROUET
  •  • 2 236 mots

Le fait que Thérèse d'Ávila, qui par là se trouve être la première bénéficiaire de ce titre magistral, ait été en 1970 proclamée « docteur de l'Église » souligne la valeur exceptionnelle et toujours actuelle de la spiritualité de cette moniale castillane du xvi e siècle. Sa riche personnalité a séduit ceux qui l'ont approchée de son vivant et séduit toujours ceux qui, même n'étant pas chrétiens, […] […] Lire la suite

TIMONEDA JOAN (1518?-1583)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 640 mots

Né à Valence, ce tanneur, devenu libraire vers 1547, se fait connaître à partir de 1553 en éditant ses œuvres ou celles de ses amis. À sa mort, il jouit d'une confortable aisance dont témoigne son testament. Cette biographie embourgeoisée et sa culture d'autodidacte boulimique ont pu conduire certains historiens à le qualifier d'« honnête boutiquier » ou de « vulgarisateur de profession » (H. Méri […] […] Lire la suite

TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648)

  • Écrit par 
  • Pierre GUENOUN
  •  • 1 709 mots

Peu d'œuvres de la littérature d'Occident ont eu la fortune de L'Abuseur de Séville et l'invité de pierre ( El Burlador de Sevilla y convidado de piedra ), le premier Don Juan. Passé à l'état de mythe, ce qui n'est pas courant pour la création particulière d'un pays, d'un siècle et d'un homme, ce premier don Juan est resté pratiquement inconnu de tous ceux, innombrables, qui, à leur façon, ont ab […] […] Lire la suite

TOB SEM (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 350 mots

Poète castillan du xiv e siècle, Sem Tob ben Ishaq Ardutiel naquit à Carrión de los Condes (Vieille-Castille) ; il exerça dans cette ville un rôle important en tant que rabbin. Hormis des poésies religieuses en hébreu et quelques œuvres scientifiques, il est l'auteur des Proverbios morales dédiés à Pierre le Cruel (1350-1369). L'ensemble comporte 686 quatrains d'heptasyllabes à rimes croisées ; […] […] Lire la suite

TORRES NAHARRO BARTOLOMÉ DE (1482?-? 1531)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 603 mots

Né en Estrémadoure, soldat en Italie, serviteur à la cour de Léon X, Torres Naharro écrit et joue, pour le public cosmopolite de Rome, des pièces de théâtre créées le plus souvent au gré des circonstances. Il semble avoir regagné l'Espagne vers 1520, après un séjour à Naples. Les lacunes de la biographie rendent hasardeuse la relation entre le désenchantement d'une partie de son œuvre et les désil […] […] Lire la suite

TORRES VILLARROEL DIEGO DE (1694-1770)

  • Écrit par 
  • Guy MERCADIER
  •  • 739 mots

De cet écrivain espagnol qui a publié l'essentiel de ses œuvres dans la première moitié du xviii e siècle, la renommée n'a guère franchi les Pyrénées. Pourtant, il fut sans conteste le plus célèbre de son temps. Diego de Torres Villarroel est né à Salamanque en 1694, dans un milieu de petits boutiquiers. Très tôt se manifeste en lui une vocation d'écrivain, d'abord à travers le pastiche d'écrivai […] […] Lire la suite

TRAITÉS POLITIQUES, ESTHÉTIQUES, ÉTHIQUES (B. Gracián)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 995 mots

« Ô toi, n'entreprends rien contredisant Minerve. » Ce vers d'Horace qui est cité dans Le Héros (1637), rien, dans l'œuvre superbe de Baltasar Gracián (1601-1658), ne vient le réfuter. « L'intelligence personnelle » que symbolise Minerve est le moteur et le principe des Traités politiques, esthétiques, éthiques de ce prince de l'esprit, rassemblés et traduits par Benito Pelegrín (Seuil, Paris, […] […] Lire la suite

VALDÉS ALFONSO (1500 env.-1532) & JUAN DE (1490?-1541)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 209 mots

Les frères Valdés appartenaient à une famille de lettrés qui joua un rôle non négligeable dans la vie politique, religieuse et littéraire de l'Espagne et de son empire. Élevés dans les milieux humanistes, tous deux appréciaient fort Érasme, avec lequel ils correspondirent d'ailleurs. Secrétaire et latiniste officiel de Charles Quint, Alfonso s'illustra à la diète de Worms, où il travailla à la réc […] […] Lire la suite

VÉLEZ DE GUEVARA LUIS (1579-1644)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 466 mots

Écrivain espagnol, né à Ecija (Séville). Vélez de Guevara fut d'abord soldat en Italie ; de retour à Madrid, il se met au service de divers grands seigneurs et devient huissier de la Chambre du roi. Son œuvre dramatique s'inscrit dans le cycle de Lope de Vega. Les principales qualités qu'on lui reconnaît sont le sens du lyrisme populaire, la force et la vérité des personnages qu'il met en scène, l […] […] Lire la suite

VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 180 mots

Comparé à Aristophane, surnommé le « Plaute portugais », qualifié de « Shakespeare immature », Vicente, dont l'œuvre fut écrite tantôt en espagnol, tantôt en portugais, est avec Torres Naharro le plus grand dramaturge de la Renaissance dans la péninsule Ibérique. La pureté et l'intensité de son lyrisme, la vivacité de son esprit satirique, son art de l'allégorie et du symbole, tels sont les aspec […] […] Lire la suite

VIVES JUAN LUIS (1492-1540)

  • Écrit par 
  • Alain GUY
  •  • 1 340 mots

Polygraphe de génie, le « Doctor mellifluus » est non seulement l'un des triumvirs de l' humanisme (avec Érasme et Budé), mais encore l'un des philosophes espagnols les plus profonds et aussi les plus engagés politiquement et socialement sous la Renaissance. Adversaire de la scolastique dégénérée, il promeut une logique et une métaphysique nouvelles, nourries d'expérience concrète et sous-tendues […] […] Lire la suite

ZAMORA ANTONIO DE (1664 env.-1728)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 160 mots

Auteur dramatique espagnol, Antonio de Zamora vécut sous le règne du dernier monarque de la maison d'Autriche (Charles II). Il occupe une situation charnière dans la tradition dramatique caldéronienne, qu'il prolonge par ses arrangements des pièces du maître baroque, tout en annonçant le renouveau qui sera l'œuvre de Ramón de la Cruz. Parmi ses pièces ( Comedias nuevas , 1722) où l'on trouve des i […] […] Lire la suite

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 933 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de la zarzuela : une musique au service du théâtre »  : […] Depuis ses origines, le théâtre espagnol associe la musique au texte littéraire. Bartolomé de Torres Naharro (1485 ?-1524 ?) et Lope de Rueda (1510 env.-1565) sont souvent considérés comme les premiers auteurs comiques espagnols. Torres Naharro semble être le premier à écrire des comédies dans la forme qui allait devenir classique et trouver son épanouissement avec Lope de Vega ; ses pièces sont […] […] Lire la suite


Affichage 

Cervantès

photographie :  Cervantès

Miguel de Cervantès (1547 -1616), écrivain espagnol, auteur de Don Quichotte de la Manche.  

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Antonio Muñoz Molina

photographie :  Antonio Muñoz Molina

« Le Royaume des voix » : ce titre d'un roman d'Antonio Muñoz Molina pourrait s'appliquer à toute son œuvre. La mémoire y joue un rôle essentiel, que ce soit à travers les échos de l'Histoire, l'autobiographie ou la présence sous-jacente d'écrivains tels que Proust ou Borges.  

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Don Quichotte et Sancho Pança, A. Decamps

photographie :  Don Quichotte et Sancho Pança, A. Decamps

Alexandre Decamps (1803-1860), Don Quichotte et Sancho Pança, huile sur toile. Musée des Beaux-Arts, Pau.  

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Javier Cercas et la quête de l’instant décisif

photographie :  Javier Cercas et la quête de l’instant décisif

Chez le romancier Javier Cercas, la fiction permet de remonter le temps et d'instaurer un dialogue avec l'histoire espagnole. Le travail de l'écriture y dévoile la vérité secrète des êtres.  

Crédits : Leonardo Cendamo/ Getty Images

Afficher

Juan Goytisolo

photographie :  Juan Goytisolo

L'Exilé d'ici et d'ailleurs : le titre de ce roman pourrait caractériser tout l'œuvre de Juan Goytisolo tant, chez lui, l'écriture est liée à l'introspection et à un questionnement sans relâche à l'égard de l'Espagne.  

Crédits : Quim Llenas/ Cover/ Getty Images

Afficher

 Cervantès

Cervantès
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

 Antonio Muñoz Molina

Antonio Muñoz Molina
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

 Don Quichotte et Sancho Pança, A. Decamps

Don Quichotte et Sancho Pança, A. Decamps
Crédits : Bridgeman Images

photographie

 Javier Cercas et la quête de l’instant décisif

Javier Cercas et la quête de l’instant décisif
Crédits : Leonardo Cendamo/ Getty Images

photographie

 Juan Goytisolo

Juan Goytisolo
Crédits : Quim Llenas/ Cover/ Getty Images

photographie