ÉGYPTIENNE LITTÉRATURE, époque moderne

ABD AS-SABOUR SALĀH (1931-1981)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 641 mots

Fils d'un fonctionnaire de petite aisance, Salāh Abd As-Sabour fait des études de lettres à l'université du Caire (1951) où il suit notamment les cours de Taha Hussein avant de se voir confier des responsabilités de haut fonctionnaire au ministère de la Culture, puis celles d'attaché culturel en Inde (1977-1978). Il occupera encore un poste au ministère de la Culture tout en présidant le conseil d […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'aventure de l'image »  : […] La valorisation, dont la poésie a fait l'objet au cours des siècles, peut expliquer qu'elle se détache plus tardivement des modes d'écriture antérieurs. Certes, il faut attendre la seconde moitié du xx e  siècle pour que la production poétique connaisse une remise en cause radicale de ses modes. Il n'en est cependant pas moins vrai que les évolutions qui interviennent pendant la période de la Nah […] Lire la suite

BĀRŪDĪ AL- (1839-1904)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 241 mots

Poète et officier égyptien, Maḥmūd Sāmī al-Bārūdī se couvre de gloire dans les guerres de Crète (1865) et de Russie (1877). Il réorganise l'état-major de l'armée égyptienne ; ministre de la Guerre en 1882, il se rallie à Aḥmad ‘Urābī quand celui-ci se révolte contre le khédive. Lorsque ce dernier, avec l'aide des Anglais, écrase ‘Urābī, al-Bārūdī est exilé à Ceylan où il vit de 1882 à 1899. En 190 […] Lire la suite

ḤAKĪM TAWFĪQ AL- (1898-1987)

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 550 mots

D'une famille aisée qu'il évoque dans son premier roman en partie autobiographique, L'Âme recommencée (1933), Tawfīq al-Ḥakīm est né à Alexandrie en Égypte, vers 1898. En 1924, il obtient une licence de droit. Son père, juriste, l'envoie poursuivre, de 1924 à 1928, ses études à Paris. Là, Tawfīq al-Ḥakīm vit passionnément l'expérience scénique de Dada et des surréalistes. À son retour, en 1928, i […] Lire la suite

ḤAQQĪ YAḤYĀ (1905-1992)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 335 mots

Né au Caire dans le quartier de Sayyada Zaynab où se situe l'action de son chef-d'œuvre La Lampe à huile ( Qandīl umm hashim , 1944), Yaḥyā Ḥaqqī découvre tout jeune le peuple, sa misère, sa générosité, sa pitié, qu'il peignit « en demi-teintes », « avec des nuances tendres », selon l'expression de G. Wiet. Ses études de droit le font nommer, en 1925, substitut à Manfalout, où il prend conscience […] Lire la suite

HAYKAL MUḤAMMAD ḤUSAYN (1888-1956)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 516 mots

Né en 1888 d'une famille aisée de la bourgeoisie égyptienne, Muḥammad Ḥusayn Haykal étudie le droit en Égypte. Boursier en France, il soutient, en 1912, une thèse d'université sur La Dette publique égyptienne . C'est en France qu'il écrit le roman Zaynab, tableaux et caractères égyptiens ( Zaynab, Manāzir wa Akhlāq Rīfiyya ) publié anonymement en 1914 au Caire. Rentré en Égypte, devenu l'un des di […] Lire la suite

HENEIN GEORGES (1914-1973)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  • , Universalis
  •  • 461 mots

Écrivain et journaliste égyptien, né au Caire dans une grande famille copte (son père avait été ambassadeur à Madrid, puis à Rome), Georges Henein est nourri dès son plus jeune âge de toutes les cultures sans pour autant être coupé de la sienne (il écrit en arabe aussi bien qu'en français, en anglais ou en italien). Après avoir fait ses études secondaires et universitaires à Paris, il retourne au […] Lire la suite

ḤIĞĀZĪ AḤMAD ‘ABD AL-MU‘ṬĪ (1935- )

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 406 mots

L'écrivain égyptien Ḥiǧāzī compte parmi les novateurs de la poésie arabe contemporaine. Interdit d'enseignement pour activités politiques dans sa jeunesse, il gagne Le Caire en 1955 et se consacre au journalisme littéraire. Il milite pour le nassérisme jusqu'en 1959, soutient la cause algérienne et les luttes africaines. Il s'installe en 1974 à Paris où il enseigne la littérature arabe. Ḥiǧāzī fai […] Lire la suite

IBRĀHĪM ḤĀFIẒ (1872-1932)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 327 mots

Poète et officier égyptien. Ayant perdu son père à l'âge de quatre ans, Muḥammad Ḥāfiẓ Ibrāhīm est recueilli par son oncle maternel qui vit à Tantah, en basse Égypte. Il fréquente les cours donnés à la mosquée al-Aḥmadi, découvre la poésie arabe classique, notamment celle de l'époque ‘abbāside. Au Caire, il s'inscrit à l'École militaire. À la fin de ses études, il est nommé officier au Soudan orie […] Lire la suite

IDRISS YOUSSEF (1927-1991)

  • Écrit par 
  • Maged MANSY
  •  • 678 mots

Homme de lettres égyptien, auteur de romans et de pièces de théâtre, Youssef Idriss est surtout connu pour ses nouvelles, dont douze recueils ont été publiés entre 1954 et 1981. Né dans la province de Charquia, à l'est du Delta, il quitte la campagne dès l'adolescence pour habiter la ville, dans la région du Delta d'abord, plus tard au Caire. Dans ses œuvres littéraires se fera sentir sa sensibili […] Lire la suite

JABÈS EDMOND (1912-1991)

  • Écrit par 
  • Didier CAHEN
  •  • 1 892 mots

Dans le chapitre « Du désert au livre »  : […] Edmond Jabès est né au Caire le 16 avril 1912 . Le registre de l'état civil porte, toutefois, la date du 14 avril. L'écrivain reviendra à différentes reprises dans son œuvre sur cet écart originel, se demandant, en 1969, dans Elya  : « Dois-je inconsciemment à cette erreur de calcul, le sentiment que quarante-huit heures m'ont toujours séparé de ma vie ? Les deux jours ajoutés aux miens ne pouvai […] Lire la suite

LE LIVRE DES JOURS, Taha Hussein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves GONZALEZ-QUIJANO
  •  • 860 mots

Lorsqu'il publie la première partie de ses Mémoires, en 1927, Taha Hussein (1889-1973) traverse une passe difficile dans une existence très tôt marquée par l'adversité : à trois ans, une ophtalmie mal soignée l'a privé à jamais de la lumière dont il garde un pâle souvenir, évoqué dans l'admirable ouverture du Livre des jours . Pourtant, le destin semblait enfin sourire au jeune professeur de l'uni […] Lire la suite

MAHFOUZ ou MAHFŪZ NAGUIB (1911-2006)

  • Écrit par 
  • Luc-Willy DEHEUVELS
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Naguib Mahfouz (Nagīb Mahfūz), qui obtint le prix Nobel de littérature en 1988, domine le roman arabe de la seconde moitié du xx e  siècle. De lui se réclament tant les auteurs de romans réalistes à la facture classique que les tenants du nouveau roman arabe porté par la génération des années 1960 ; un de ses principaux promoteurs, Gamal Ghitānī, consacre ainsi un livre entier à ses entretiens ave […] Lire la suite

ŒUVRES (G. Henein)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 993 mots

Après la mort de l'écrivain en 1973, Sarane Alexandrian avait signé un Georges Henein chez Seghers (1981) tandis que la revue Grandes largeurs publiait sa correspondance avec Henri Calet. Sous la direction de Pierre Vilar, l'édition des Œuvres (2006), qui rassemble un large choix de poèmes, récits, essais, articles et pamphlets, constitue désormais la source la plus fiable et la plus riche des […] Lire la suite

SHARQĀWĪ ‘ABD AL-RAḤMĀN AL- (1920-1987)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 457 mots

Représentant de l'école réaliste égyptienne, ‘Abd al-Raḥmān al-Sharqāwī a publié en 1951 un vibrant poème, Message d'un père égyptien au président Truman , où il exprime son angoisse devant les dangers qu'encourt l'humanité en entassant les bombes atomiques. En 1954, il publie un roman, La Terre ( al-Ardh ), qui a été traduit dans plusieurs langues. En 1957 paraît Cœurs vides ( Qulūb khawiyah ), […] Lire la suite

SHAWQĪ AḤMAD (1868-1932)

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 675 mots

Né au Caire d'une famille très aisée, Aḥmad Shawqī commence, de 1885 à 1887, des études de droit qu'il va poursuivre comme boursier à Montpellier et à Paris. Passionné de poésie arabe aussi bien que de poésie française, il ne se « lasse pas de lire Victor Hugo » et Musset. Il traduit Le Lac de Lamartine. En 1891, de retour au Caire, il entre au service des khédives Tawfiq puis d'Abbās Hilmi II. T […] Lire la suite

SUARÈS CARLO (1892-1976)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 819 mots

Né à Alexandrie (Égypte), Carlo Suarès a fait des études d'architecture à l'école des Beaux-Arts de Paris. Il commence son activité littéraire en publiant, dans sa ville natale, à partir de 1926, la revue Messages d'Orient dont il partage la direction avec Elian J. Finbert. L'œuvre de Suarès se développe comme une spirale autour d'une révélation : celle de la conscience qui, se libérant de ses r […] Lire la suite

TAHA HUSSEIN (1889-1973)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Polyvalence de l'écrivain »  : […] Ces objectifs, Taha Hussein les a surtout atteints grâce à son œuvre écrite. L'écrivain, le critique, le polémiste sont ensemble présents dans ses romans et dans ses essais. La plupart de ceux-là évoquent la détresse physique et morale d'hommes et de femmes en butte aux injustices sociales et à l'égoïsme des puissants et des possédants ; qu'il s'agisse de la campagne égyptienne ou du Caire, c'est […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 295 mots

Dans le chapitre « Naissance du théâtre »  : […] La naissance d'un théâtre de type occidental eut lieu au xix e  siècle, lorsque la culture arabe fut « agressée » (J. Berque) par la culture occidentale. Des Libanais et des Syriens chrétiens et bilingues, et par conséquent moins attachés aux valeurs anciennes, intègrent, dans les années 1840, le roman et le théâtre à la littérature arabe. Toutefois, ils craignent de trop innover, de peur de soule […] Lire la suite

LA TRILOGIE, Naghib Mahfuz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves GONZALEZ-QUIJANO
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

En recevant le prix Nobel de littérature, en 1988, le romancier égyptien Naguib Mahfouz (1911-2006) donnait aux lettres arabes une reconnaissance internationale. Trop tardive peut-être, cette distinction n'en honorait pas moins une œuvre de fiction exemplaire. On peut considérer ainsi que la publication de La Trilogie entre 1956 et 1957, mais dont la rédaction était achevée dès 1952, a marqué la […] Lire la suite