SHOAH LITTÉRATURE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traditions scripturaires et littérature de l'anéantissement

L'effondrement de l'humain

Le xxe siècle naît dans les charniers de la Première Guerre mondiale, vécue comme une Apocalypse par les artistes et les écrivains, qui y répondent en inventant de nouveaux langages. Ce qu'on appelle alors la modernité s'impose à travers l'écriture, l'hermétique, le fragmentaire et, dans les arts visuels, la pratique du ready-made. Mais au fond du pessimisme apparent des années 1920, il y a un élan vitaliste. La destructuration en cours doit accoucher d'une nouvelle genèse.

S'inscrivant dans le sillage de la modernité, l'écriture de l'anéantissement ne peut s'y identifier. L'auto-référentialité de l'esthétique lui est déniée. Désormais, l'acte d'écrire va se révéler entaché d'une fondamentale ambivalence, écartelé entre l'impératif de la parole, injonction d'inscrire dans l'Histoire la trace de ces ténèbres, et l'impossibilité du dire. D'où l'irrémédiable culpabilité des rescapés et des survivants, qui croît au fil des années, et que Primo Levi a cherché à caractériser sous le nom de « zone grise ». Cette culpabilité englobe les générations contemporaines du cataclysme ou postérieures à lui, dès qu'elles se découvrent seulement épargnées par un accident de naissance, géographique ou chronologique.

Primo Levi

Photographie : Primo Levi

Primo Levi (1919-1987) témoigne avec retenue et dignité de son expérience de l'univers concentrationnaire (Si c'est un homme, 1947, Les Naufragés et les Rescapés, 1986). 

Crédits : Leonardo Cendamo/ Getty Images

Afficher

Le processus d'anéantissement a posé de façon indélébile, sur les rescapés, les survivants et les générations qui en sont issues, et pour lesquelles il représente une réalité psychique (Nathalie Zaltzman), les stigmates de la honte, celle dont Primo Levi dit, à propos du Procès de Kafka « ... et Josef, avec le couteau déjà planté dans le cœur, éprouve la honte d'être un homme » (Le Fabricant de miroirs). C'est du fond de cette culpabilité et de cette honte, décuplées par la nécessité d'imposer au chaos et aux ténèbres les règles de l'esthétique, que l'écrivain se doit de parler.

L'écriture juive du désastre

L'imaginaire juif avait élaboré au cours des siècles de multiples figures pour dire le désastre. Dans les langues juives – hébreu ou yiddish –, les matrices des textes sacrés servirent de véritable code pour écrire les catastrophes qui jalonnent l'Histoire, se chargeant au passage, que ce soit dans l'époque médiévale ou moderne, de significations nouvelles, proposant des raccourcis où passé et présent se télescopent : Élection et Alliance, Déluge, Job, Akedah le sacrifice d'Isaac –, la destruction du Temple. Chaque chute étant suivie d'une restauration.

Les bouleversements historiques du xxe siècle – le démantèlement de la vie traditionnelle, la Première Guerre mondiale et les migrations – avaient à la fois renforcé ces schémas et subverti leur emploi. On le voit chez I. L. Peretz, H. N. Bialik, S. Anski, L. Shapiro, H. Leivick, M. L. Halpern, P. Markish. L'anéantissement, lui, échappait à la nomination. Il ne pouvait prendre place dans des canons préexistants, ni s'inscrire dans un temps cyclique, dans un récit où le passé venait habiter le présent. La brutalité cataclysmique, la soudaineté de l'extermination et les formes qu'elle avait prises, en abolissant le présent et l'avenir, invalidaient également le passé. Les anciens codes, jadis immédiatement déchiffrables, s'avéraient soudain inappropriés, et pourtant irremplaçables. Car la parole sidérée se trouvait impuissante à en faire surgir de nouveaux.

Le yiddish parle donc du fond d'une double mort : la mort du peuple et la mort de la langue. Le yiddish, réduit à néant en même temps que la plupart de ses locuteurs, place l'écrivain face à l'insoluble : impossibilité d'écrire, impossibilité de ne pas écrire, impossibilité d'écrire dans une langue morte, impossibilité d'écrire en toute autre langue. Il faut alors écrire pour un monde sourd, pour qui cette langue n'existe pas ou n'existe plus, surmonter la fascination létale du silence, écrire du fond non seulement de la mort des êtres, mais du fond de la mort de la langue. Ce qui revient à écrire sans filiation. En yiddish, c'est du fond de la mort de la langue qu'a surgi – destin sans équivalent dans l'Histoire – la majeure partie de la littérature.

Sacralisation et tabou

L'écriture de l'anéantissement est doublement captive. Tributaire comme toute littérature de modèles scripturaires, elle ne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Primo Levi

Primo Levi
Crédits : Leonardo Cendamo/ Getty Images

photographie

Giorgio Agamben

Giorgio Agamben
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Theodor Adorno

Theodor Adorno
Crédits : AKG-images

photographie

Jacques Derrida

Jacques Derrida
Crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SHOAH LITTÉRATURE DE LA  » est également traité dans :

AGAMBEN GIORGIO (1942- )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 136 mots

Giorgio Agamben, né à Rome en 1942, est très certainement l'une des figures les plus originales de la philosophie italienne de la seconde moitié du xx e  siècle. Après des études de droit et une thèse de philosophie juridique sur Simone Weil, il fait la rencontre dans les années 1960, à Rome, de Pasolini, d'Elsa Morante, de Moravia qui contribuent à affiner ses goûts pour la littérature. De 1966 […] Lire la suite

ANTELME ROBERT (1917-1990)

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 762 mots

Robert Antelme entre en 1943 dans la Résistance. Il est membre du groupe M.N.P.D.G., que dirige François Mitterrand. Arrêté par la Gestapo, emprisonné à Fresnes, il est déporté en juin 1944 et reste près d'un an prisonnier des camps nazis (Buchenwald, Dachau). À partir de cette « expérience », un mot à entendre dans le sens plein qu'ont pu lui donner Bataille et Blanchot, Robert Antelme écrivit L […] Lire la suite

APPELFELD AHARON (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Michèle TAUBER
  •  • 1 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réinventer le langage »  : […] En 1962, Appelfeld publie son premier recueil de nouvelles : ' Ashan ( Fumée ) qui sera suivi de quatre autres recueils au cours de la décennie suivante, dont Be- Komat Ha- Karka ( Au rez-de-chaussée ) en 1968. Certaines de ces nouvelles, ancrées au xix e  siècle, reflètent les épreuves subies par le peuple juif auquel semble s'attacher une malédiction séculaire. D'autres ont pour toile de fond […] Lire la suite

AUSTERLITZ (W. G. Sebald) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 966 mots

La disparition brutale de W. G. Sebald en 2001, à l'âge de cinquante-sept ans, a mis un terme prématuré à une œuvre qui, en quatre livres majeurs, avait ouvert la voie à une nouvelle écriture narrative. Sa poétique du récit s'est fixée pour mission d'exhumer les fragments engloutis du passé, car « le monde pour ainsi dire se vide de lui-même à mesure que plus personne n'entend, ne consigne, ni ne […] Lire la suite

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite

BASSANI GIORGIO (1916-2000)

  • Écrit par 
  • Mario FUSCO
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Une écriture du souvenir et de la nostalgie »  : […] Bassani raconte toujours au passé, parce qu'il s'attache à évoquer des êtres qui ont disparu, comme s'il était hanté par l'idée d'une disparition irrémédiable, dans l'oubli individuel et collectif. Si son registre favori est celui de la mémoire, son mode d'expression privilégié est le retour en arrière. Le flash-back, en effet, plus encore que le récit au passé, permet d'obtenir une superposition […] Lire la suite

BIALOT JOSEPH (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 664 mots

Écrivain abordant des genres aussi divers que le polar ou le roman historique, Joseph Bialot fut aussi un témoin de la Shoah. Sa vie fut une succession d'épreuves qu'il s'efforça de surmonter grâce à une énergie de tous les instants, une énorme capacité de travail et un humour permanent qui empruntait autant à la tradition yiddish qu'à l'almanach Vermot. Joseph Bialot, de son vrai nom Bialobroda, […] Lire la suite

CAYROL JEAN (1911-2005)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 847 mots

Écrivain français. Jean Cayrol est né à Bordeaux le 6 juin 1911. Après des études de droit et de lettres, il occupe un emploi de bibliothécaire. La poésie le requiert très tôt. Même si c'est la lecture des surréalistes qui le révèle à lui-même, il compose, à l'écart des esthétiques du temps, des poèmes qui, avec fièvre, interrogent l'unité d'un « je » lyrique écartelé entre ses possibles ( Les Phé […] Lire la suite

CELAN PAUL (1920-1970)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 821 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Poésie et mémoire »  : […] Dans les neuf recueils publiés ou préparés par Celan (le huitième est posthume, le neuvième inachevé), les quatre premiers ont chacun leur homogénéité de ton et une facture différente, de Pavot et mémoire à La Rose de personne (1963), en passant par De seuil en seuil (1955) et Grille de langage . On y suit l'élaboration et le déploiement d'un langage propre. Les formes de la tradition éclatent […] Lire la suite

COHEN ALBERT (1895-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard VALBERT
  •  • 2 461 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La passion de l'Occident »  : […] Mais la déchirure est profonde et ce livre qu'il écrit pour sa femme révèle le drame. La mère d'Albert Cohen est morte à Marseille, pendant l'Occupation. Elle a succombé à la peur et au chagrin. Plusieurs membres de sa famille n'allaient pas revenir des camps de concentration. La judéité habite l'écrivain quand il parle de sa mère. Mais, tout en citant Moïse et la loi qui bannit le meurtre et la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Rachel ERTEL, « SHOAH LITTÉRATURE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/