ARABE LITTÉRATURE

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

La littérature arabe a vécu jusqu'au xixe siècle sur ses propres concepts, en définissant ses propres catégories. C'est dire qu'en ce domaine toute manipulation imprudente conduit à l'incompréhension, tout rapprochement hasardeux altère la réalité des faits. Si l'on s'entête ici à partir du concept de littéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_14863

‘ABBĀS IBN AL-AḤNAF AL- (748 env.-env. 808)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 430 mots

À la différence des autres poètes de son temps, al-‘Abbās s'est refusé à n'être qu'un amuseur ou un panégyriste. Il est plutôt le chantre de l'amour, de l'espérance qui le voit naître, des déchirements qui le voient finir. Toutefois cet élégiaque demeure dans les limites de l'« esprit courtois » dont il est, après Bassār, et bien plus que Muslim, le représentant le plus parfait. Issu d'une famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-abbas-ibn-al-ahnaf/#i_14863

‘ABD AL-ḤAMĪD IBN YAḤYĀ (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gérard LECOMTE
  •  • 972 mots

La célébrité de ‘Abd al-Ḥamīd tient au fait qu'il est le premier « secrétaire » dont l'existence historique soit confirmée par une œuvre littéraire passant pour l'une des premières manifestations de la littérature arabe en prose. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-hamid-ibn-yahya/#i_14863

ABD AS-SABOUR SALĀH (1931-1981)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 641 mots

Fils d'un fonctionnaire de petite aisance, Salāh Abd As-Sabour fait des études de lettres à l'université du Caire (1951) où il suit notamment les cours de Taha Hussein avant de se voir confier des responsabilités de haut fonctionnaire au ministère de la Culture, puis celles d'attaché culturel en Inde (1977-1978). Il occupera encore un poste au ministère de la Culture tout en présidant le conseil d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salah-abd-as-sabour/#i_14863

ABRAHAM IBN DAUD dit RABAD Ier (1110 env.-env. 1180)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 599 mots

Historien, philosophe et astronome juif, Abraham ben David Halevi dit Ibn Daud ou Rabad I er (Rabbi Abraham b. David) est connu des théologiens et philosophes latins du Moyen Âge sous le nom d'Avendauth et, notamment, à travers son œuvre de traducteur de l'arabe en latin (dont il s'acquitta parfois en collaboration avec Gundissalinus, comme pour le Fons vitae d'Ibn Gabirol), sous ceux de Jean d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ibn-daud/#i_14863

ABŪ FIRĀS AL-ḤAMDĀNĪ (932-968)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 686 mots

Sans doute l'exil compte-t-il au nombre des grandes voix de la poésie universelle. Le mérite d'Abū Firās fut de renouveler, sur ce mode, les thèmes traditionnels du lyrisme arabe, ou du moins certains d'entre eux. Ses accents très personnels, remarquablement accordés à une brève existence de bravoure et de malheurs, lui ont valu, dès le Moyen Âge qui le baptisa « soleil du temps », une de ces épit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-firas-al-hamdani/#i_14863

ABŪ L-‘ALĀ' AL-MA‘ARRĪ (979-1058)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 753 mots

Le poète aveugle de l'Islām, Abū l-‘Alā' al-Ma‘arrī, fait entendre, vers l'an 1000, une voix singulière : misanthrope et réformateur, musulman sincère et penseur audacieux, détaché des honneurs officiels et passionné de gloire personnelle, le personnage est à coup sûr attachant, unique en tout cas dans la littérature arabe, même si ses accents retrouvent, dans l'histoire de la pensée universelle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-ala-al-ma-arri/#i_14863

ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 1 420 mots

« Tête folle », sobriquet sous lequel est resté célèbre un des plus purs lyriques en langue arabe, de son nom Ism̄‘il ibn al-Qāsim, né à Coufa avant 747 (129 de l'hégire) et mort à Bagdad entre 825 et 828 (210 et 213 de l'hégire). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-atahiya/#i_14863

ABŪ L-FARADJ ‘ALĪ AL-IṢFAHĀNĪ (897-967)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 612 mots

De son nom ‘Ali ibn al-Ḥusayn, un des plus célèbres humanistes arabes du x e siècle, né à Ispahan, mort à Bagdad. Ses études dans cette ville portèrent à la fois sur les sciences religieuses et sur ce vaste domaine nommé adab qui recouvre à la fois la littérature, l'histoire, la géographie et même la musicologie. Une grande partie de sa vie s'écoula en voyages dans le Proche-Orient ; il fit un l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-faradj-ali-al-isfahani/#i_14863

ABŪ L-FIDĀ (1273-1331)

  • Écrit par 
  • Jean-C. VADET
  •  • 511 mots

Issu de la dynastie kurde des Ayyūbides fondée par Saladin, Abū l-Fidā naquit à Damas où son père s'était réfugié pour fuir l'invasion des Mongols. Hamat, aux pieds de l'Anti-Liban, sur le territoire de l'antique Coelo-Syrie, était depuis cinq générations le fief de sa famille. Il en devint le prince à partir de 1340 (710 de l'hégire), en vertu d'une investiture du sultan d'Égypte dont il ne cessa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-fida/#i_14863

ABŪ MĀDHI ILIYA (1889-1957)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 298 mots

Né au Liban, Iliya Abū Mādhi part à Alexandrie en 1902 pour y faire ses études, puis s'installe à New York, où il reste jusqu'à sa mort. Homme d'affaires, il devient en même temps l'un des principaux représentants de l'école de l'émigration ( al-Mahjar ). Cette école de l'exil groupe des écrivains qui, coupés du monde arabe et plus ouverts aux influences européennes et américaines, achèvent l'œuvr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iliya-abu-madhi/#i_14863

ABŪ MIḤDJĀN (mort apr. 638)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 147 mots

Poète arabe de la tribu des Thaqīf du Ḥidjāz. Abū Miḥdjān s'opposa d'abord, avec sa tribu, à la prédication de Mahomet, avant de se convertir en 631 et de combattre, brillamment assure-t-on, aux côtés des troupes musulmanes. Cela ne l'empêcha pas d'avoir maille à partir avec l'autorité califale, et il fut plusieurs fois expulsé du Ḥidjāz parce qu'il s'adonnait à la boisson. Il semble qu'il mourut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-mihdjan/#i_14863

ABŪ NUWĀS (entre 747 et 762-env. 815)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 663 mots

La mémoire culturelle arabe retient Abū Nuwās comme l'un de ses plus grands poètes, lui dont l'origine était persane par sa mère, dont la vie se passa à braver les règles de l'éthique dominante, et dont l'art enfin prit le contre-pied de l'académisme, bientôt et pour longtemps triomphant. Ces trois traits le situent au cœur des tensions qui désignent les sites principaux où se décida la culture a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-nuwas/#i_14863

ABŪ TAMMĀM (804-845)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 182 mots

Nous ne savons presque rien de la vie d'Abū Tammām, alors qu'il fut le commensal d'un calife. Grand classique, il s'attire cependant les foudres des maîtres de la critique médiévale qui tiennent son écriture pour le modèle de l'anti-poésie arabe. Ainsi, sa fortune doit autant à son talent, qui fut grand, qu'aux controverses théoriques qu'il provoqua. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-tammam/#i_14863

‘ADĪ IBN ZAYD (av. 550-env. 600)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 230 mots

Poète arabe chrétien, mis à mort dans une prison vers l'an 600. Plusieurs données confèrent à la production de ‘Adī ibn Zayd des traits particuliers. C'est un citadin qui partagea sa vie entre la cour sassanide de Ctésiphon et la cour lakhmide du centre chrétien de Ḥīra. Il semble, d'autre part, qu'il ait eu une double culture, arabe et iranienne. Tout cela l'inscrit dans une tradition historico-l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adi-ibn-zayd/#i_14863

ADONIS ‘ALĪ AHMAD SA'ĪD dit (1930- )

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 627 mots

Le poète arabe Adonis est né en Syrie, à Djabla, près de Lattaquié, dans une famille de paysans montagnards. C'est vers 1948 qu'il signe ses premiers poèmes du pseudonyme sous lequel il deviendra célèbre. Il achève des études de philosophie en 1954 à Damas, où il fréquente assidûment les salons littéraires, notamment celui des Khoury. Au cours de cette période, il s'acharne à apprendre le français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-ahmad-sa-id-adonis/#i_14863

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures écrites en langues africaines »  : […] Isolée sur ses hauts plateaux, l'Éthiopie a gardé le guèze (qui n'est plus parlé à partir du x e  siècle) comme langue savante et littéraire, avant que l' amharique ne prenne la relève pour conserver des chants royaux, des traités théologiques, des chroniques dynastiques et, plus récemment, pour composer des romans. Écrit au début du xiv e  siècle, le Kebra Nagast ( La Gloire des rois ) visait à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_14863

‘AMR IBN KULTHŪM (av. 630)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 136 mots

Poète arabe préislamique dont la qaṣīda est l'une des sept pièces que comprenait la célèbre anthologie de vers préislamiques Mu‘allaqāt . Sa vie est peu connue ; il devint, très jeune, chef de la tribu des Taghlib en Mésopotamie et, selon la tradition, tua, vers 568, ‘Amr ibn Hind, le roi arabe de al-Hīrah. Il conserva toujours une position indépendante envers les rois lakhmides, ce qui lui valut, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amr-ibn-kulthum/#i_14863

‘ANTARA (VIe s.)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 530 mots

Grand guerrier et poète arabe préislamique. On lui attribue une cinquantaine de pièces, dont une mu‘allaqā, poème qui aurait été exposé à la Ka‘ba, la Pierre noire de La Mecque. Néanmoins, une grande partie de cette œuvre est apocryphe. Dans ces poèmes, ‘Antara exalte ses faits d'armes et exprime son amour pour sa cousine ‘Abla. Ces poésies et surtout la personnalité même de ‘Antara n'ont cessé de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antara/#i_14863

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 436 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Arabe littéraire ancien »  : […] De cet arabe, nous n'avons que peu de documents datés qui soient antérieurs à l'islam. Quelques inscriptions anciennes nous sont connus, soit directement, comme les graffiti relevés sur le mur du temple de Ramm dans le Sinaï (300 apr. J.-C.), une inscription chrétienne (accompagnant deux textes dédicatoires en grec et syriaque) à Zebed au sud-est d'Alep (512), une autre à Harran au sud-est de Dama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-langue/#i_14863

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre encyclopédique »  : […] On ne peut donner ici qu'une idée de son immense production. La bibliographie minutieuse établie par G. C. Anawati (Le Caire) comporte deux cent soixante-seize titres. Celle, non moins minutieuse, établie par le professeur Yahyā Mahdavi (Téhéran) comporte deux cent quarante-deux titres. Sans que nous puissions rendre compte ici des raisons de leur différence, les deux chiffres suffisent à indiquer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_14863

BALĀDHURĪ AL- (mort en 892 env.)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 266 mots

Historien musulman du ix e siècle. La famille d'Aḥmād b. Yaḥyā b. Djābir b. Dāwād al-Balādhurī est peut-être d'origine persane, mais elle est en tout cas depuis longtemps établie en pays arabe ; en dehors de voyages en Syrie, al-Balādhurī passe presque toute sa vie en ‘Irāq, surtout à Baghdād où on le retrouve parfois à la cour califale. On lui doit deux grands ouvrages, les Futuḥ al-Buldān ( Hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-baladhuri/#i_14863

BĀRŪDĪ AL- (1839-1904)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 241 mots

Poète et officier égyptien, Maḥmūd Sāmī al-Bārūdī se couvre de gloire dans les guerres de Crète (1865) et de Russie (1877). Il réorganise l'état-major de l'armée égyptienne ; ministre de la Guerre en 1882, il se rallie à Aḥmad ‘Urābī quand celui-ci se révolte contre le khédive. Lorsque ce dernier, avec l'aide des Anglais, écrase ‘Urābī, al-Bārūdī est exilé à Ceylan où il vit de 1882 à 1899. En 190 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-barudi/#i_14863

BENCHEIKH JAMEL EDDINE (1930-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 188 mots

Écrivain franco-algérien. Issu d'une famille de magistrats, Jamel Eddine Bencheikh étudie le droit et l'arabe au Maghreb avant de venir à Paris, en 1956, approfondir ses connaissances en lettres arabes. Agrégé, il repart à l'université d'Alger, en 1962, comme professeur de littéature arabe médiévale. En 1968, pour échapper aux tracasseries politiques, il revient à Paris travailler au C.N.R.S., av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jamel-eddine-bencheikh/#i_14863

BENCHENEB LES

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 584 mots

Famille algérienne qui a contribué à enrichir la culture arabe et à faire connaître à l'Occident le patrimoine arabo-islamique. Muḥammad Bencheneb (1869-1929) est né à Médéa (Algérie). Il fait ses études à l'École normale d'instituteurs d'Alger-Bouzaréa, avant de s'inscrire à l'École des lettres d'Alger. Bencheneb bénéficie de ce fait de la culture française qui enrichit une solide formation arabe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bencheneb/#i_14863

BĪRŪNĪ (973-1050)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 151 mots

Dans le chapitre « Le savant »  : […] En 995, Bīrūnī effectue des mesures astronomiques dans le sud du Khwārizm, sur la rive gauche de l'Amū Daryā, avec des instruments dont l'importance semble prouver qu'il travaillait dans un observatoire officiel. Il se rend auprès du sultan sāmānide Manṣūr II b. Nūḥ (997-999), qu'il a loué comme son premier bienfaiteur. Mais des troubles ont lieu dans le pays : le prince de Gurgandj, Ma'mūn b. Mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biruni/#i_14863

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vulgate coranique »  : […] Dans la forme qui se trouva dès lors reconnue et qui est demeurée immuable depuis treize siècles, le Coran est composé de cent quatorze chapitres, ou sourates (de l' arabe al-sūra ), subdivisés en versets ( āyāt ) et classés selon un ordre de longueur décroissante, mode de classement qu'on retrouve en plusieurs types de recueils poétiques ou philologiques constitués dans le monde sémitique. Cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coran/#i_14863

DARWICH MAHMOUD (1941-2008)

  • Écrit par 
  • Sobhi BOUSTANI
  •  • 1 569 mots

Poète palestinien, Mahmoud Darwich est né en 1941 à al-Birwa en Galilée. À la suite de la création de l'État d'Israël en 1948, sa famille quitte la Galilée pour le Liban. Un an plus tard, elle y retourne clandestinement et découvre que son village a été rasé. Elle s'installe alors à Dayr al-Asad, où l'enfant Mahmoud commence des études qu'il poursuit à Jdaydé avant de s'installer à Haïfa. Militan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahmoud-darwich/#i_14863

DHAHABĪ (1274-1348)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 241 mots

Historien dont presque toute la carrière se déroula à Damas. L'œuvre principale de Dhahabī, bien qu'elle ne soit pas la plus connue, est le Ta'rikh al-Islām , énorme compilation d'histoire générale de l'islam, encore en majeure partie inédite. Comme beaucoup d'autres ouvrages de cette époque, en particulier en Syrie, il comprend d'une part un exposé historique s'inspirant de l'œuvre de son prédéce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dhahabi/#i_14863

DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 772 mots

La culture arabo-islamique connaît, au ii e  siècle de l'hégire, une période de haute élaboration, lorsqu'elle entreprend de réaliser la synthèse des éléments qui la constituent. Une dynastie nouvelle fonde Baġdād qui, très vite, draine vers elle les hommes les plus remarquables de l'empire. Un pouvoir théocratique jette les bases d'une philosophie politique et d'un système dogmatique où la raison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djahiz-gahiz/#i_14863

DJALĀL AL-DĪN RŪMĪ ou GALAL AL-DIN RUMI (1207-1273)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 814 mots

Poète persan né à Balkh, dans le Khorasan, mort à Konya, où son père, Bahā al-Dīn Walad, théologien éminent, avait été invité par le sultan seldjoukide à diriger une madrasa. Après avoir passé plusieurs années d'études à Alep et à Damas, où il rencontra sans doute Ibn al-‘Arabī, Djalāl al-Dīn s'installe à Konya, où il enseigne la jurisprudence et la loi canonique, succédant ainsi à son père et ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djalal-al-din-rumi-galal-al-din-rumi/#i_14863

DJAMĪL (660 env.-env. 701)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 298 mots

Poète arabe, Djamīl b. ‘Abd Allāh b. Ma‘mar al-‘Udhrī est un représentant exemplaire de la poésie d'amour ‘udhrite. Avant lui, les poètes n'abordent la poésie amoureuse que dans le prologue de la qaṣīda  ; il crée la tradition littéraire des poèmes d'amour exprimant des sentiments chastes et idéalisés qui rappellent l'amour platonique des Grecs et annoncent l'amour courtois du Moyen Âge chrétien. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djamil/#i_14863

DJARĪR (653 env.-env. 733)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 362 mots

Poète arabe du Yamāma, Djārīr b. ‘Atiyya b. al-Khaṭafā b. Badr illustre la grande tradition de la poésie bédouine, et reste avant tout le chantre de sa tribu et de la confédération des Qays, ou Arabes du Nord. Parallèlement, il mène une carrière de panégyriste et prononce l'éloge de princes locaux d'abord, celui des souverains umayyades ensuite. Il s'attache spécialement au service du terrible gou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djarir/#i_14863

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La généralisation des interdits »  : […] Qu'en est-il à ce moment de l'érotisme littéraire du monde oriental ? Civilisation plutôt récente, la culture japonaise ne prend son véritable essor qu'à partir du moment où les Chinois abordent l'archipel nippon, vers le vii e  siècle. Nourrie aussi de la culture coréenne, le Japon développe très vite des aspects bien personnels. À partir des environs de 1200 y apparaît, avec la fin du régime des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_14863

FARAZDAQ AL- (apr. 641-728)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 305 mots

Célèbre poète arabe né au Yamāma. Très jeune encore, Tammām ibn Ghālib al-Farazdaq se signale à l'attention de sa tribu par son talent, et entame une très longue carrière de panégyriste et de satiriste dont les péripéties seront nombreuses. Son but est de devenir le protégé de la dynastie régnante, les Ummayades. Sa fortune, quelquefois changeante, le conduit à Médine de 669 à 675, en Iraq, à Dama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-farazdaq/#i_14863

ḤAKĪM TAWFĪQ AL- (1898-1987)

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 550 mots

D'une famille aisée qu'il évoque dans son premier roman en partie autobiographique, L'Âme recommencée (1933), Tawfīq al-Ḥakīm est né à Alexandrie en Égypte, vers 1898. En 1924, il obtient une licence de droit. Son père, juriste, l'envoie poursuivre, de 1924 à 1928, ses études à Paris. Là, Tawfīq al-Ḥakīm vit passionnément l'expérience scénique de Dada et des surréalistes. À son retour, en 1928, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tawfiq-al-hakim/#i_14863

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-halladj/#i_14863

HALLÉVI JUDA (1075 env.-1141)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 1 138 mots

Dans le chapitre « Un judaïsme intégral »  : […] Né à Tudèle en Navarre (à l'époque, ville musulmane), Juda Hallévi descend vers le sud, en Andalousie, pour y parfaire ses connaissances ; dans ce milieu de haute culture juive, il est consacré grand poète. De nos jours encore, certaines de ses compositions sont récitées dans les synagogues. Après un séjour à Grenade et à Séville, il se rend en Espagne chrétienne, à Tolède, où il exerce la médecin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-hallevi/#i_14863

ḤAQQĪ YAḤYĀ (1905-1992)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 335 mots

Né au Caire dans le quartier de Sayyada Zaynab où se situe l'action de son chef-d'œuvre La Lampe à huile ( Qandīl umm hashim , 1944), Yaḥyā Ḥaqqī découvre tout jeune le peuple, sa misère, sa générosité, sa pitié, qu'il peignit « en demi-teintes », « avec des nuances tendres », selon l'expression de G. Wiet. Ses études de droit le font nommer, en 1925, substitut à Manfalout, où il prend conscience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yahya-haqqi/#i_14863

ḤARĪRĪ AL- (1054-1122)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 319 mots

Grammairien et écrivain arabe, né en 1054 près de Bassora (Irak), mort en 1122 à Bassora. Les œuvres d’Abū Muhammad al-Qāsim ibn ‘Ali al- ̣ Harīrī, plus connu sous le nom d’al-Harīrī, comprennent un long poème sur la grammaire ( Mulhat al-i’rab fi al-nahw ) accompagné d’un commentaire, et un ouvrage sur le mauvais usage de l’arabe ( Durrat al-ghawwas fi awham al-khawass ). Cependant, al- ̣ Harī […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-hariri/#i_14863

ḤASSĀN IBN THĀBIT (563 env.-env. 660)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 409 mots

Poète arabe de la tribu médinoise des Khazradj, Ḥassān ibn Thābit serait né vers 563. Il composa plusieurs éloges en l'honneur des souverains Ghassanides de Syrie et Lakhmides de Ḥīra. On ignore la date et les circonstances de sa conversion à l'islam. Parmi les poèmes qui lui sont attribués, on trouve un thrène à la gloire des martyrs musulmans de la bataille de Uḥud et trois pièces célébrant Maho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-ibn-thabit/#i_14863

HAYKAL MUḤAMMAD ḤUSAYN (1888-1956)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 516 mots

Né en 1888 d'une famille aisée de la bourgeoisie égyptienne, Muḥammad Ḥusayn Haykal étudie le droit en Égypte. Boursier en France, il soutient, en 1912, une thèse d'université sur La Dette publique égyptienne . C'est en France qu'il écrit le roman Zaynab, tableaux et caractères égyptiens ( Zaynab, Manāzir wa Akhlāq Rīfiyya ) publié anonymement en 1914 au Caire. Rentré en Égypte, devenu l'un des di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-husayn-haykal/#i_14863

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De « L'Iliade » à la geste de Digénis Akritas »  : […] Au cours du viii e siècle avant notre ère, en Grèce, Homère , héritier d'une longue tradition de culture orale et vivant en son sein, élabore, développe le cycle épique de la guerre de Troie et donne à cette composition l'empreinte de son individualité. L'écriture alphabétique syro-phénicienne qui apparaît alors n'a encore qu'une incidence relative sur le contexte oral-aural. Plus tard, dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_14863

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hermétisme en Islam »  : […] L'Islam fit passer Hermès du rang de dieu à celui de prophète. Selon le Kitāb al-Ulūf d'Abū Ma‘shar, il y eut, en fait, trois Hermès : le premier, assimilé à Idris et Enoch, vivait en Égypte avant le déluge, édifia les pyramides et consigna par écrit ses enseignements afin de les préserver du déluge ; le deuxième, surnommé al-Bābilī, vécut à Babylone après le déluge, ainsi que le troisième, qui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermetisme/#i_14863

ḤIĞĀZĪ AḤMAD ‘ABD AL-MU‘ṬĪ (1935- )

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 406 mots

L'écrivain égyptien Ḥiǧāzī compte parmi les novateurs de la poésie arabe contemporaine. Interdit d'enseignement pour activités politiques dans sa jeunesse, il gagne Le Caire en 1955 et se consacre au journalisme littéraire. Il milite pour le nassérisme jusqu'en 1959, soutient la cause algérienne et les luttes africaines. Il s'installe en 1974 à Paris où il enseigne la littérature arabe. Ḥiǧāzī fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-abd-al-mu-ti-higazi/#i_14863

HILĀL AL-ṢĀBI‘ (969-1056)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 270 mots

Appartenant à une famille de savants, de lettrés et de fonctionnaires califiens originaires de Harran, Hilāl est le premier d'entre eux à s'être converti à l'islam. Il est surtout connu comme historien, bien que son œuvre à cet égard ne nous soit pas entièrement parvenue. Avant tout, il poursuivit à la suite de son grand-oncle Hasan ben Thabit l' Histoire d'al-Ṭabarī, œuvre que devait continuer s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hilal-al-sabi/#i_14863

ḤUṬAY'A AL- (av. 600-apr. 661)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 253 mots

Poète arabe, Djarwal b. Aws al-Ḥuṭay'a se convertit à l'islam avec sa tribu, mais il est permis d'avoir des doutes sur la sincérité de sa conversion. Il apostasie, en effet, sous le califat d'Abū Bakr, successeur de Mahomet, et est emprisonné sous le calife ‘Umar b. al-Khaṭṭāb. Il mène une carrière de panégyriste itinérant, s'attachant à la fortune de seigneurs dont il tire sa subsistance. L'histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-hutay-a/#i_14863

IBN AL-ATHĪR (1160-1233)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 522 mots

Frère de deux savants, spécialistes l'un (Madjd al-dīn Abū l-Sa‘adāt al-Mubārak) de science religieuse, l'autre (‘Izz al-dīn Abū l-Hasan ‘Alī) de philologie et qui ont joué un certain rôle politique au service, le premier, d'un prince zangide de Mosūl, l'autre d'un des Ayyūbides successeurs de Ṣalaḥ al-dīn, Dhiyā' al-dīn Abū l-Fatḥ Naṣr Allah, Ibn al-Athīr a été lui-même l'un des plus grands histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-athir/#i_14863

IBN AL-FAQĪH (Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 910 mots

Parfois tenue pour marginale dans l'ensemble de la production géographique arabe, l'œuvre d'Ibn al-Faqīh apparaît aujourd'hui comme une des mieux faites pour nous faire saisir les rapports de cette géographie avec le contexte d'ensemble de la culture arabe aux ix e et x e siècles, dans le cadre du califat abbāsside de Bagdād. De l'auteur, on ne sait à peu près rien, sinon qu'il était iranien d'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-faqih/#i_14863

IBN AL-FĀRIḌ (1181-1234)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 318 mots

Poète ṣūfi. Si l'on excepte deux pèlerinages qu'il a faits à La Mecque, ‘Umar b. Alī (Sharaf al-dīn) Abū l-Qāsim al-Miṣrī al-Sa‘di Ibn al-Fāriḍ mène une vie de retraite sur les collines voisines du Caire, ville où il est né et dans laquelle il revient à la fin de sa vie. « D'une magnifique indépendance de caractère, assez riche, matériellement, pour ne quémander la protection d'aucun mécène, il s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-farid/#i_14863

IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 769 mots

Célèbre prosateur arabe, traducteur d'un recueil de fables indiennes, Kalīla wa-Dimna , traduites par la suite dans presque toutes les langues, Abū ‘Amr, et plus tard Abū Muḥammad, ‘Abd Allāh Ibn Rōzbih Ibn Dāduway dit al-Muqaffa‘, est surtout l'auteur d'essais sur le réformisme politique et administratif de la dynastie abbaside. D'origine persane, il est né à Djūr, l'actuelle Fīrūzābād. Il passe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-muqaffa/#i_14863

IBN AL-NADĪM (936/37-env. 995)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 286 mots

On connaît peu de choses de la vie d'Ibn al-Nadīm, sinon qu'il exerce à Baghdad le métier de copiste-libraire, vendant et copiant des manuscrits. Il partage avec ses anciens maîtres, al-Sīrāfī et le philosophe ‘Abū Sulaymān al-Manṭiqī, un intérêt pour la philosophie grecque, en particulier celle d'Aristote. Il appartient au cercle d' ‘Īsā b. ‘Alī, chez lequel il rencontre le philosophe chrétien Ib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-nadim/#i_14863

IBN AL-QALĀNISĪ (1073 env.-1160)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 154 mots

Chroniqueur damasquin, Abū Ya‘lā Hamza b. Asad al-Tamīmī Ibn al-Qalānisī est l'auteur d'une histoire de Damas et des régions environnantes ( Dhayl ta'rikk dimashqī ), qui, abstraction faite de quelques pages perdues au début, s'étend de l'arrivée des Fāṭimides à la veille de sa mort. Extrêmement précieuse, en raison de la disparition de ses sources, cette chronique acquiert un intérêt exceptionnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-qalanisi/#i_14863

IBN ‘ARABĪ (1165-1241)

  • Écrit par 
  • Osman YAHIA
  •  • 4 419 mots

Prestigieuse figure du soufisme, et l'un des plus grands visionnaires de tous les temps, Ibn ‘Arabī est le théoricien du monisme ontologique et théologal, le grammairien de l'ésotérisme musulman. Sa doctrine a ébranlé le monde de la pensée islamique, suscitant nombre de controverses. Son œuvre, authentique et apocryphe, a dominé la spiritualité islamique depuis le vii e siècle de l'hégire ( xiii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-arabi/#i_14863

IBN BĀDJDJA ABŪ BAKR IBN AL-SĀ'IGH, dit AVEMPACE (fin XIe s.-1138)

  • Écrit par 
  • Abdelkader BEN CHEHIDA
  •  • 1 182 mots

Auteur dont l'œuvre constitue un grand moment dans l'histoire de la philosophie arabe d'Espagne et une source importante pour les théologies médiévales. Le nom d'Ibn Bādjdja, qu'on donne communément à Abū Bakr Ibn al-Sā'igh (fils de l'orfèvre), a été latinisé en Avempace par les scolastiques à travers la transcription des traducteurs juifs. Les textes latins citent également ce penseur sous son pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-badjdja-abu-bakr-ibn-al-sa-igh-dit-avempace/#i_14863

IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 200 mots

Écrivain de langue arabe et l'un des plus grands voyageurs de tous les temps, Ibn Baṭṭūṭa est l'auteur d'un récit de voyage ( Ri ḥ la ) qui, par l'ampleur du champ parcouru et les qualités du récit, constitue une des œuvres de la littérature universelle ( Ri ḥ la , édition et traduction française par C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, 4 vol., 1853-1859 ; réédition, avec préface et notes par V. Mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-battuta/#i_14863

IBN DJUBAYR (1145-1217)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 980 mots

Écrivain de l'Espagne andalouse, célèbre par son récit de voyage ( Riḥla ) en Orient, Ibn Djubayr, en même temps qu'un témoin de premier ordre, devait devenir l'initiateur d'un genre littéraire aux confins du récit pur, de la géographie et de l'histoire. Né à Valence, Ibn Djubayr reçut l'instruction solide et classique que lui devait son appartenance, par son père, à la classe bourgeoise des fonct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-djubayr/#i_14863

IBN EZRA MOSHE (1060?-? 1139)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 248 mots

Poète et philosophe juif espagnol, appelé aussi Abu Harūn. Né à Grenade, Moïse ibn Ezra apprit la poésie à Lucena. Occupant, semble-t-il, une fonction publique en vue jusqu'en 1090, il dut s'exiler en Espagne chrétienne après la conquête de Grenade par les Almohades. Il mena une existence difficile à la merci de mécènes fortunés dont il chantait les louanges. Son œuvre poétique, qui vise à une per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moshe-ibn-ezra/#i_14863

IBN FAḌL ALLĀH AL-‘UMARĪ (1301-1349)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 533 mots

Écrivain arabe et l'un des plus importants représentants de l'encyclopédisme qui se développa dans le cadre de l'État et du domaine mamlūk. Né à Damas, Shiḥāb al-dīn Aḥmad ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī appartient, par sa famille, à la bourgeoisie des fonctionnaires : il finira par remplacer son père à la tête de la chancellerie, au Caire. Ayant été un temps en disgrâce et emprisonné, il reprend ses fon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-fadl-allah-al-umari/#i_14863

IBN FAḌLĀN (Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 498 mots

L'homme désigné sous le nom d'Ibn Faḍlān est connu pour avoir participé à une ambassade chez les Bulgares de la Volga, sur l'ordre du calife ‘abbāside de Bagdad, al-Muqtadir. Le récit de cette ambassade a donné lieu à une « dépêche », Risāla (Kovalevski éd., Kharkov, 1956 ; S. Dahan éd., Damas, [1959] 1379 ; trad. franç. M. Canard, in Annales de l'Institut d'études orientales de la faculté des l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-fadlan/#i_14863

IBN GUZMAN (1095 env.-1160)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 258 mots

Dans le Libro de las banderas de los campeones , de Ibn Sa‘īd al-Maghribi, on lit (LVII) : « L'écrivain Abū Bakr Muḥammad ben ‘Īsā ben ‘Abd al-Malik Ibn Ḳuzmān, célèbre pour ses zadjals , appartenait à une famille à la fois noble et lettrée. On me récita ces vers-ci, qui sont de lui : « Délicieuse à manger, la rave ; mais qui s'en régale est venteux de la bouche ; elle n'a d'autre défaut que de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-guzman/#i_14863

IBN ḤAWQAL (Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 016 mots

Géographe arabe, le plus illustre représentant, avec Muqaddasī, de sa discipline en son âge d'or du iv e  siècle de l'hégire ( x e  s.), Ibn Ḥawqal est l'auteur d'un Livre de la configuration de la terre ( Kitāb ṣūrat al-arḍ , éd. J. H. Kramers, Leyde, 1938 ; trad. franç. G. Wiet, Configuration de la terre , Paris-Beyrouth, 1964). Le titre ne doit pas nous faire entretenir la moindre illusion : i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-hawqal/#i_14863

IBN ḤAZM (994-1064)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 210 mots

Dans le chapitre « Le psychologue et l'homme de lettres »  : […] Ibn Ḥazm reçut une éducation soignée, selon le système en honneur dans les sociétés musulmanes, qu'il a lui-même décrit comme un cursus studiorum dans son Marātib al-ūlūm ( Épître sur les degrés des sciences ). Il étudia la grammaire et la poésie, et se familiarisa avec l' adab (belles-lettres). On connaît de lui un dīwān, recueil de poésies qui reflètent ses tristes expériences. Son ouvrage le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-hazm/#i_14863

IBN IYĀS (1448-1524)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 130 mots

Auteur d'une histoire de l'Égypte sous les derniers mamlouks et les premiers Ottomans, Ibn Iyās est le seul historien important de ce pays après Ibn Taghribirdi, auquel il ressemble d'ailleurs peu. Son traducteur français, G. Wiet, a donné à son ouvrage le titre assez juste de Journal d'un bourgeois du Caire. L'auteur y raconte en effet avec beaucoup de vie, au jour le jour, les événements petits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-iyas/#i_14863

IBN KHALDŪN (1332-1406)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 113 mots

En ce xiv e  siècle ( viii e de l'hégire), les rivalités dynastiques déchirent le Maghreb. La Reconquista chrétienne entreprend de mettre un terme au destin d'al-Andalus presque réduit à la gloire de Grenade. L'Orient arabe subit la terrible invasion de Tīmūr Lang et connaîtra bientôt la puissance ottomane, déjà lancée vers l'Europe. L'empire d' Islam vacille et nie dans l'impuissance le rêve de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khaldun/#i_14863

IBN KHALLIKĀN (1211-1282)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 239 mots

Né à Irbil (Arbèles en Mésopotamie orientale) d'une grande famille arabe, Ibn Khallikān passe la plus grande partie de sa vie en Syrie ; il exerce longtemps à Damas les fonctions de grand qādī. Il doit surtout son renom à un dictionnaire des hommes célèbres ( Wafayāt al-a‘yān wa-anbā' abnā' al-zamān ) qui a connu tout de suite et connaît encore un grand succès. Cet ouvrage tranche, en effet, sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khallikan/#i_14863

IBN KHURRADĀDHBEH (IXe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 490 mots

Polygraphe arabe, Ibn Khurradādhbeh fut le véritable initiateur de la géographie en cette langue. Sa vie est mal connue, mais sa personnalité, grâce à quelques renseignements biographiques et surtout à ses œuvres, se laisse assez facilement cerner. Un penchant très net pour l'histoire et la géographie y côtoie les multiples aspects de la culture générale ou, pour mieux dire, du savoir de l'honnête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khurradadhbeh/#i_14863

IBN QUTAYBA (828-889)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 252 mots

Célèbre polygraphe sunnite, Abū Muḥammad ‘Abd Allah b. Muslim al-Dīnawārī ibn Qutayba est né à Kūfa et est mort à Baghdād. Ayant reçu une bonne formation dans les diverses sciences musulmanes, il est qāḍī de Dīnawār, passe peut-être par le tribunal de la répression des abus ( maẓālim ) à Baṣra, puis se fixe à Baghdād, où il se consacre à l'enseignement jusqu'à sa mort. Il est d'abord un écrivain d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-qutayba/#i_14863

IBN RASHĪQ (1000-1063 ou 1070)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 484 mots

Poète et théoricien de la poésie qui se range parmi les hommes de lettres les plus célèbres de la littérature arabe. Originaire de Msila, bourgade de la région de Constantine, Ibn Rashīq Abū ‘Ali Ḥasan, pour parfaire ses études, se rend à Kairouan, alors métropole culturelle importante où fleurit une brillante école littéraire. En même temps qu'il reçoit l'enseignement de grands maîtres, il est in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-rashiq/#i_14863

IBN RUSTEH (IXe-Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 487 mots

Encyclopédiste arabe, Ibn Rusteh composa, peu après 903, une encyclopédie dont la septième partie seulement nous a été conservée ( Kitāb al-A‘laq al-nafīsa , éd. De Goeje, Leyde, 1892 ; trad. franç. G. Wiet, Les Atours précieux , Le Caire, 1955). Ce qui subsiste de cette œuvre a trait à la géographie. On y discerne quatre sources principales d'inspiration : la description de la Terre (dans la trad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-rusteh/#i_14863

IBN TAGHRĪBIRDĪ ABŪ L-MAḤĀSIN (1530/31-1604)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 134 mots

Historien issu d'une famille de mamlūk turcs d'Égypte, milieu auquel son œuvre doit certains caractères, Abū l-Maḥasin ibn Taghrībirdī est l'auteur, d'une part, d'un dictionnaire des principaux mamlūk, le Manhal al-safi , genre dans lequel il est unique, d'autre part de deux histoires, l'une, les Hawādith al-duhūr fī wadā l-ayyām wa-l-shuhur continuant al-‘Aynī de Maqrizī, l'autre, le Kitāb al-N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-mahasin-ibn-taghribirdi/#i_14863

IBN ṬUFAYL ABŪ BAKR MUḤAMMAD (déb. XIIe s.-1185/86)

  • Écrit par 
  • Abdelkader BEN CHEHIDA
  •  • 1 378 mots

Né à Wādi Ash (Guadix) et mort à Marrakech, Abū Bakr Muḥammad Ibn Ṭufayl, contemporain et disciple indirect d'Ibn Bādjdja (Avempace), appartient, selon les historiens, à la génération qui précède celle d'Ibn Rushd (Averroès). Descendant de la célèbre famille arabe de Kays, il s'est illustré par ses talents d'homme politique, de savant et de philosophe. Il exerça auprès du souverain almohade Abū Ya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-tufayl-abu-bakr-muhammad/#i_14863

IBRĀHĪM ḤĀFIẒ (1872-1932)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 327 mots

Poète et officier égyptien. Ayant perdu son père à l'âge de quatre ans, Muḥammad Ḥāfiẓ Ibrāhīm est recueilli par son oncle maternel qui vit à Tantah, en basse Égypte. Il fréquente les cours donnés à la mosquée al-Aḥmadi, découvre la poésie arabe classique, notamment celle de l'époque ‘abbāside. Au Caire, il s'inscrit à l'École militaire. À la fin de ses études, il est nommé officier au Soudan orie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafiz-ibrahim/#i_14863

‘IMĀD AL-DĪN AL-IṢFAHĀNĪ (1125-1201)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 296 mots

Écrivain de langue arabe et de souche persane, ‘Imād al-dīn Muḥammad b. Muḥammad al-Kātib al-Iṣfahānī s'établit d'abord en ‘Irāq au service des Saldjūqides, puis en Syrie et en Égypte au service de Nūr al-dīn et surtout de Salāh al-dīn. On doit à ‘Imād al-dīn une importante anthologie des poètes arabes de son siècle, la Kharīdat al-qaṣr wa-djarīdat ahl-al-‘aṣr , trois ouvrages historiques et une i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imad-al-din-al-isfahani/#i_14863

IMRU'L-QAYS (mort en 550 env.)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 337 mots

Grand nom de la littérature arabe préislamique, tenu pour le premier maître de sa poésie, Imru'l-Qays b. Ḥudjr n'est peut-être qu'une figure de légende. Car tout suscite le doute, son nom, sa filiation, sa vie, son personnage, son œuvre. Un véritable roman épique s'est constitué autour de lui, mêlant le vrai au faux, rapprochant des données biographiques et historiques qui n'ont, en fait, aucun li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imru-l-qays/#i_14863

‘IRĀQĪ (1211-1289)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 256 mots

Dès la fin de ses études, Fakh ed-dīn Ebrahim ‘Irāqī mène une vie de derviche errant, se rendant successivement en ‘Irāq, en Inde, à Mūltān, où il s'attache au shaykh Bahā' ed-dīn Zakariyyā qu'il célèbre dans plusieurs de ses qaṣida . A la mort de celui-ci, ‘Irāqī prend sa succession, mais, jalousé par plusieurs de ses disciples, il décide de partir vers le Ḥidjāz. Poursuivant son voyage jusqu'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iraqi/#i_14863

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « D'Ibn Sīnā à Ibn Rušd »  : […] Le premier d'entre eux est Abū ‘Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā, l' Avicenne des Latins chez lesquels il exerça à partir du xii e  siècle une influence considérable. Né en 370/980, mort en 429/1037, Ibn Sīnā mena une vie agitée entre plusieurs cours princières du nord-est et du nord de l'Iran, fort d'un savoir encyclopédique très tôt acquis et connu surtout comme médecin : il est l'auteur d'un Canon de mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_14863

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 147 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les temps difficiles »  : […] Les temps difficiles qui suivent le milieu du xi e  siècle et culminent à la date terrible de 1258 se traduisent par deux réactions : le repli sur la mémoire, le chemin sur des voies sûres et balisées ou, à l'inverse, l'exploration des temps nouveaux. Témoignage de ce que l'on fut ou de ce que l'on est, avec le souci, et même la fébrilité, de compiler, de rassembler l'héritage arabe menacé. D'un c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-sciences-historiques-et-geographiques/#i_14863

IṢṬAKHRĪ AL- (déb. Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 518 mots
  •  • 1 média

Le seul événement qui nous soit connu de la vie de Iṣṭakhrī ou al-Fārisī est sa rencontre avec Ibn Ḥawqal, auquel il demanda de revoir et de développer son ouvrage, le Livre des routes et des royaumes ( Kitāb al - masālik wa l - mamālik , éd. De Goeje, Leyde, 1927 ; éd. M. G. ‘Abd al-Āl al-Ḥīnī, Le Caire, 1381 [1961]). Mort vraisemblablement après 340 (951), Iṣṭakhrī s'inspire de très près de l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/istakhri-al/#i_14863

KUMAYT AL- (680-env. 743)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 219 mots

Poète arabe, peut-être d'ailleurs d'origine persane. On possède peu de renseignements sur la vie d'Ibn Zayd al-Kumayt. Il aurait été maître d'école, mais sa culture est grande, il se sent du talent et il essaie de le mettre au service de la dynastie régnante des Umayyades ou de ses soutiens. Ses convictions intimes en faisaient pourtant un partisan des ‘Alides, descendants du neveu du Prophète et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-kumayt/#i_14863

KUTHAYYIR (665 env.-env. 723)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 222 mots

Poète arabe originaire du Yémen, Kuthayyir ibn ‘abd al-Raḥmān, malgré son adhésion au parti des légitimistes ‘alides, se met à la disposition des califes umayyades de Damas et compose des panégyriques en l'honneur de plusieurs d'entre eux. L'histoire et la légende, qu'on ne peut plus démêler, ont fait de lui le héros d'un roman d'amour. Une partie de son œuvre est en effet consacrée à ‘Azza, objet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kuthayyir/#i_14863

LABĪD (VIIe s. env.)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 146 mots

Converti tardivement à l'islām, après avoir rencontré Mahomet à Médine en 630, Labīd ibn Rabī‘a serait mort dans cette ville vers 660. Il fait partie des auteurs de mu‘allaqāt, et partage de ce fait la gloire des grands poètes arabes. Il s'inscrit dans la pure tradition de la poésie bédouine, et ses poèmes respectent les canons de la qaṣīda classique introduite par un prologue élégiaque. On doit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/labid/#i_14863

LAYLI ET MADJNŪN, Nizami de Gandje - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marina GAILLARD
  •  • 937 mots

Dans le chapitre « Un amour qui ne se réalise que dans la mort »  : […] L'histoire tient son origine du folklore arabe. Au vii e  siècle, une tradition de poèmes, constituée d'éléments disparates et rédigée par un ou plusieurs auteurs, est mise au nom de Madjnūn ; elle conte l'amour malheureux de Laylā (Laylī en persan) et du poète bédouin Qays al-‘Āmirī (surnommé Madjnūn, « le possédé », « le fou »). Sorte d'archétype amoureux, ce dernier est déjà souvent cité dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/layli-et-madjnun/#i_14863

LE LIVRE DES JOURS, Taha Hussein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves GONZALEZ-QUIJANO
  •  • 860 mots

Lorsqu'il publie la première partie de ses Mémoires, en 1927, Taha Hussein (1889-1973) traverse une passe difficile dans une existence très tôt marquée par l'adversité : à trois ans, une ophtalmie mal soignée l'a privé à jamais de la lumière dont il garde un pâle souvenir, évoqué dans l'admirable ouverture du Livre des jours . Pourtant, le destin semblait enfin sourire au jeune professeur de l'uni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-livre-des-jours/#i_14863

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme arabe »  : […] Jusqu'au début du xx e  siècle, la littérature arabe est essentiellement poétique, et le développement du lyrisme se confond avec l'histoire de la poésie. Il trouve d'emblée son expression la plus élaborée dans la qaṣīda , composition d'apparat consacrée au panégyrique ou au thrène. Née, au cours de la période archaïque, dans la bouche des poètes bédouins, devenue exercice d'école lucratif chez le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_14863

MADANĪ AḤMAD TAWFIQ AL- (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 550 mots

Historien et homme d'État algérien, né en Tunisie ; il a fait ses études supérieures à al-Zaytūna de 1913 à 1915. Al-Madanī prend part au mouvement nationaliste tunisien à ses débuts et compte parmi les fondateurs du parti du Destour. Exilé en Algérie en 1924, il milite avec les ulémas algériens. Rédacteur politique de la revue Al-Shihāb (1931), rédacteur en chef d' Al-Basā'ir , secrétaire perman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-tawfiq-al-madani/#i_14863

MADJNŪN (VIIe-VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 416 mots

Personnage semi-légendaire, surnommé le Madjnūn parce qu'il devient « fou » d'amour, Qays b. Mulawwaḥ appartient à la tribu de Banū ‘Amīr. Il est le type du poète ‘uḏrî qui meurt à cause de son amour malheureux, d'où sa célébrité dans le monde islamique. Son histoire est simple : il aime une femme de sa tribu, Laylā, et en est aimé. Il lui consacre plusieurs poèmes et demande sa main. Mais le pèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madjnun/#i_14863

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Littérature d'imagination et littérature populaire »  : […] Par littérature d'imagination, il faut exclusivement entendre la poésie. Elle a toujours été aimée et cultivée en ces pays mais sans jamais prétendre à une création originale. Le souvenir des grands poètes d'Orient et d'Andalousie semble avoir jugulé tout esprit d'initiative. Or, le classicisme le plus contraignant règne sur toute la production arabe et il faudra attendre la seconde moitié du xx e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_14863

MAHFOUZ ou MAHFŪZ NAGUIB (1911-2006)

  • Écrit par 
  • Luc-Willy DEHEUVELS
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Naguib Mahfouz (Nagīb Mahfūz), qui obtint le prix Nobel de littérature en 1988, domine le roman arabe de la seconde moitié du xx e  siècle. De lui se réclament tant les auteurs de romans réalistes à la facture classique que les tenants du nouveau roman arabe porté par la génération des années 1960 ; un de ses principaux promoteurs, Gamal Ghitānī, consacre ainsi un livre entier à ses entretiens ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahfouz-mahfuz/#i_14863

MAIMONIDE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Né à Cordoue, mort à Fostat (Vieux Caire), Moïse ben Maïmon, dit Maimonide, incarne trois aspects majeurs du judaïsme médiéval. Formé par son père au Talmud et aux philosophes arabes en Espagne, puis au Maroc durant les persécutions des Almohades – persécutions et conversions forcées qui anéantissent le judaïsme d'al-Andalus et d'Afrique du Nord (à l'exception de l'Égypte) –, Maimonide compile un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide/#i_14863

MAIMONIDE (M.)

  • Écrit par 
  • Warren Zev HARVEY
  •  • 1 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la logique à la « Mishneh Tōrāh » »  : […] Maimonide , né à Cordoue, en Espagne, étudia la Bible et le Talmud avec son père, Rabbi Maimon, qui était versé dans l'exégèse rabbinique ; en même temps, il s'adonna aux études scientifiques. Après la conquête de Cordoue en 1148 par la peu tolérante dynastie des Almohades, la famille Maimon dut quitter la ville et pérégrina à travers l'Espagne, l'Afrique du Nord – vivant quelque temps à Fez –, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide-m/#i_14863

MALĀ'IKA NĀZIK AL- (1923-2007)

  • Écrit par 
  • Gilles LADKANY
  •  • 747 mots

Issue d'une famille de lettrés, Nāzik al-Malā'ika — née à Bagdad — baigne dans un milieu littéraire dès son plus jeune âge. Elle revient en 1951 des États-Unis, où elle a poursuivi ses études supérieures, et enseigne la littérature arabe à l'université de Bagdad. De son œuvre, deux figures émergent : poète du vers libre, Nāzik al-Malā’ika en fit également la théorie. C'est en décembre 1947 que par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazik-al-mala-ika/#i_14863

MANFALŪṬĪ MUṢṬAFĀ LUṬFĪ AL- (1876-1924)

  • Écrit par 
  • Patrice DUBOC
  •  • 608 mots

Des études classiques à Al-Azhar, où il fut le disciple du cheikh Muḥammad ‘Abduh, placèrent très tôt Manfalūṭī au centre des tensions entre modernisme et fidélité que développaient le nationalisme et le panarabisme face à l'irruption en Égypte de la technique et de la pensée occidentales. Dans le climat d'effervescence de la Naḥda (la Renaissance), période de pleine expansion de la presse arabe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mustafa-lutfi-al-manfaluti/#i_14863

MAQĀMA

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 935 mots
  •  • 1 média

La prose arabe est née au cours du ii e  siècle de l'hégire, à l'initiative de fonctionnaires de l'administration d'origine persane dont les plus célèbres restent ‘Abd al-Ḥamīd Ibn Yaḥyā et Ibn al-Muqaffa‘, auteur de Kalīla et Dimna . Au cours du iii e  siècle, al-Ǧāḥiẓ donne ses lettres de noblesse à ce qu'il est convenu d'appeler la prose d' adab . C'est en elle qu'il faut probablement recherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maqama/#i_14863

MAQRĪZĪ AL- (1374-1442)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 355 mots

Historien égyptien, al-Maqrīzī est l'auteur d'ouvrages remarquables à la fois par leur érudition et par la curiosité d'esprit qu'ils attestent. Tous dérivent d'une recherche globale sur l'histoire de l'Égypte musulmane, sur ses origines, envisagée de multiples points de vue. Les matériaux réunis ont été utilisés par al-Maqrīzī pour écrire une histoire générale de l'Égypte : la première partie en e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-maqrizi/#i_14863

MAS‘ŪDĪ AL- (900 env.-env. 956)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 268 mots

Encyclopédiste et polygraphe du x e siècle, le représentant parfait, à son époque, du système culturel ( adab ) visant à donner à un public cultivé mais non spécialisé la somme des connaissances jugées composer le savoir. Né à Bagdad, il consacre sa vie à voyager et à écrire : on le trouve en Perse en 915, puis sur les navires de l'océan Indien, sur les côtes de l'Afrique orientale, dans les para […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mas-udi/#i_14863

LES MILLE ET UNE NUITS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 966 mots

Les contes arabes anonymes connus sous le titre des Mille et Une Nuits ( Alf layla wa layla ) forment un ensemble des plus composites. À partir du noyau premier, d'origine persane (avec des emprunts indiens), traduit en arabe au viii e  siècle, le texte s'est ramifié en s'adjoignant de nouvelles sources, égyptiennes notamment, mais aussi turco-mongoles, mésopotamiennes ou byzantines. L'Occident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mille-et-une-nuits-anonyme/#i_14863

MILLE & UNE NUITS LES

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 589 mots

Tenu pour un chef-d'œuvre de la littérature universelle, l'ensemble désigné sous le titre arabe de Alf layla wa layla ( Mille et Une Nuits ) a connu une aventure singulière. Un schéma narratif de base, né probablement en Inde, a exercé un véritable effet d'attraction sur des compositions diverses – romans d'amour, épopées guerrières, relations de voyage, récits, contes et fabliaux – qui se sont j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mille-et-une-nuits/#i_14863

MISKAWAYH (933-1030)

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN
  •  • 680 mots

Le nom complet de Abū ‘Alī Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ya‘qūb Miskawayh suggère une ascendance musulmane allant au moins jusqu'à son grand-père. Miskawayh est, en effet, un Iranien né à Rayy (ancienne capitale à proximité de l'actuelle Téhéran) et mort à Ispahan. Nous savons qu'à Rayy il y avait encore beaucoup de zoroastriens. Quoi qu'il en soit du problème de sa conversion à l'islam, Miskawayh a comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miskawayh/#i_14863

MOUNIF ABDUL RAHMAN (1933-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 113 mots

Romancier arabe. Défenseur du patrimoine arabe, Abdul Rahman Mounif, de père saoudien et de mère irakienne, s'est vu déchu de sa nationalité saoudienne pour raisons politiques. En 1955, il est détenu dans les prisons irakiennes. À sa libération, il s'installe à Damas, plus que jamais soucieux de préserver sa liberté de penser et d'écrire. Dans Les Villes de sel (1983-1989), roman en cinq volets, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdul-rahman-mounif/#i_14863

MUQADDASĪ ou MAQDISĪ AL- (mort apr. 1000)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 116 mots

Le maître, avec Ibn Ḥawqal, de la géographie arabe de son temps, al-Muqaddasī ou al-Maqdisī, du nom de Jérusalem (Bayt al-muqaddas ou Bayt al-maqdis), est l'auteur de La Meilleure Répartition pour la connaissance des provinces ( Aḥsan at-taqāsīm fī ma‘-rifat al-aqālīm , 1906 ; Description de l'Occident musulman au IV e /X e siècle, par al-Muqaddasī , 1950 ; La Meilleure Répartition ..., 1963). A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muqaddasi-maqdisi/#i_14863

MUTANABBĪ AL- (915-965)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 440 mots

On peut dire de la poésie arabe classique qu'elle a cessé d'évoluer dès le iii e  siècle de l'hégire ( ix e  siècle de l'ère chrétienne). Les grands monuments de la production archaïque, notamment les mu‘allaqāt ont imposé des normes qui seront, dans l'ensemble, respectées pendant plus d'un millénaire. Recensés, mis par écrit et souvent retouchés par les érudits du ii e  siècle, ils sont le fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mutanabbi/#i_14863

NU‘AYMA MIKHA‘IL (1894-1988)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 344 mots

Après des études ecclésiastiques au séminaire russe de Nazareth, puis à Poltava (1906), le Libanais chrétien Mikhā‘īl Nu‘ayma se rend aux États-Unis (1911), où il se fixe jusqu'en 1931, y devenant un des brillants représentants de l'émigration arabe en Amérique. Rentré au Liban en 1932, il publie une œuvre littéraire, philosophique et religieuse. Comme son maître Jubrān Khalīl Jubrān, Nu‘ayma voud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikha-il-nu-ayma/#i_14863

NŪRĪ ‘ABD AL-MALIK (1921- )

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 642 mots

Essayiste et nouvelliste irakien, ‘Abd al-Malik Nūrī, fervent admirateur de Joyce, de Tchekhov et de Dostoïevski, publie plusieurs recueils de nouvelles durant les années 1950 : La Dernière Lanterne , Omar Beg , La Serveuse, la Souris et le Printemps , Le Mur muet (1953), Le Petit Homme (1953) et Le Chant de la terre (1954). Suivront en 1980 Les Contes d'automne . On lui doit aussi un essai sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-malik-nuri/#i_14863

NUWAYRĪ AL- (1279-1332)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 469 mots

L'un des plus grands représentants, avec Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī et Qalqashandī, de la littérature encyclopédique arabe à l'époque mamelouke. Né en Haute-Égypte, Nuwayrī appartient, par son père, au milieu bourgeois des fonctionnaires d'État et occupera lui-même divers postes en Égypte ou en Syrie. De son aveu même, il a voulu, partant de son activité même de scribe ( kātib ), enregistrer la somm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-nuwayri/#i_14863

QALQASHANDĪ AL- (mort en 1418)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 187 mots

Nuwayrī, Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī et Qalqashandī forment un trio considéré comme représentatif de la littérature arabe de l'époque mamlūke. Dernier en date des trois, Qalqashandī représente l'accomplissement parfait d'une tradition encyclopédique qui se propose à la fois la formation du fonctionnaire et, plus généralement, celle de l'honnête homme. Son œuvre majeure, au titre de laquelle les exige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-qalqashandi/#i_14863

QAZWĪNĪ AL- (1203-1283)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 159 mots

Encyclopédiste arabe, dont l'œuvre connut un durable succès dans l'ensemble de l'Orient musulman, autant arabe qu'iranien et turc, grâce aux traductions qui en furent faites en ces deux langues. Qazwīnī rassemble, à une époque où la compilation et l'encyclopédie sont de règle, le donné géographique de ses prédécesseurs. Mais il s'agit d'un donné au sens le plus large, la description de la Terre re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-qazwini/#i_14863

QUDĀMA IBN DJA‘FAR (883 env.-948)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 545 mots

Encyclopédiste arabe, Qudāma est avant tout, pour la postérité, l'auteur d'une encyclopédie destinée aux fonctionnaires de la chancellerie califienne de Bagdad : le Livre de l'impôt foncier et de la technique du secrétaire ( Kitāb al - kharādj wa ṣinā‘at al - kitāba , éditions partielles De Goeje, Leyde, 1889 ; A. Makki, thèse dactylographiée, Paris, 1955). Chrétien converti et fonctionnaire lui- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qudama-ibn-dja-far/#i_14863

RASHĪD AL-DĪN (1247-1318)

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 274 mots
  •  • 1 média

Conseiller et historien des Īlkhān, les souverains mongols d'Iran aux xiii e et xiv e siècles, Rashīd al-Dīn est issu d'une famille de médecins juifs d'Hamadan et converti à l'islam orthodoxe ; médecin de la cour mongole, représentant de l'élite cultivée iranienne, il devient, en fait sinon en titre, ministre du souverain le plus brillant de la dynastie, Ghazān-khān, dont le règne se situe entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rashid-al-din/#i_14863

SAADIA BEN JOSEPH ou SA‘ADYĀH IBN YŪSUF AL-FAYYŪMĪ (882 ou 892-942)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 641 mots

Le plus éminent penseur et la plus haute autorité scientifique de la période gaonique. Né en Égypte, dans les environs de Fayyoum (Abu Suweir), Saadia se distingue, dès sa jeunesse, par sa rectitude et la rigueur logique de ses ouvrages. Il quitte l'Égypte en 921 et, passant par Alep et la Terre sainte, s'installe à Bagdad. En 922, il est nommé à la tête de l'école de Poumbedita, où il se révèle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saadia-ben-joseph-sa-adyah-ibn-yusuf-al-fayyumi/#i_14863

SALIH TAYEB (1929-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 270 mots

Pour explorer dans ses romans et nouvelles le mélange des modes de vie traditionnels et modernes en Afrique, l'écrivain soudanais Tayeb Salih savait recourir à une langue arabe envoûtante, aux rythmes pluriels. Né en 1929 dans la province d'Al-Shamaliyah, dans le nord du Soudan, Tayeb (Al-Tayyib) Salih étudie à l'université de Khartoum, puis à Londres. Il travaille à la radio durant une grande pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tayeb-salih/#i_14863

SAYYĀB BADR SHĀKIR AS- (1926-1964)

  • Écrit par 
  • Gilles LADKANY
  •  • 666 mots

Né dans le village de Jaykur, près de Baṣra, en Iraq, Badr Shākir as-Sayyāb fait ses études secondaires à Baṣra et ses études supérieures à l'E.N.S. de Bagdad, dont il sort en 1948. Occupation de l'Iraq par les Anglais, mouvements populaires et « révolutions », troubles en Palestine : les événements politiques que connaît le monde arabe se répercutent sur sa vie et sur son œuvre. Cela explique l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/badr-shakir-as-sayyab/#i_14863

SHARQĀWĪ ‘ABD AL-RAḤMĀN AL- (1920-1987)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 457 mots

Représentant de l'école réaliste égyptienne, ‘Abd al-Raḥmān al-Sharqāwī a publié en 1951 un vibrant poème, Message d'un père égyptien au président Truman , où il exprime son angoisse devant les dangers qu'encourt l'humanité en entassant les bombes atomiques. En 1954, il publie un roman, La Terre ( al-Ardh ), qui a été traduit dans plusieurs langues. En 1957 paraît Cœurs vides ( Qulūb khawiyah ), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-rahman-al-sharqawi/#i_14863

SHAWQĪ AḤMAD (1868-1932)

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 675 mots

Né au Caire d'une famille très aisée, Aḥmad Shawqī commence, de 1885 à 1887, des études de droit qu'il va poursuivre comme boursier à Montpellier et à Paris. Passionné de poésie arabe aussi bien que de poésie française, il ne se « lasse pas de lire Victor Hugo » et Musset. Il traduit Le Lac de Lamartine. En 1891, de retour au Caire, il entre au service des khédives Tawfiq puis d'Abbās Hilmi II. T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-shawqi/#i_14863

SUYŪṬĪ AL- (1445-1505)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 394 mots

Un des plus grands polygraphes de la littérature arabe et sans doute de tous les temps. Né au Caire d'un père juriste, Suyūṭī reçoit une éducation soignée. Il visite l'Égypte et accomplit le pèlerinage à La Mekke. Juriste et enseignant, il connaît la disgrâce en 1501. Il vit dès lors dans une retraite studieuse, jusqu'à sa mort. Venant à la fin de l'époque mamlūke, Suyūṭī semble résumer et porter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-suyuti/#i_14863

ṬABARĪ AL- (839-923)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 315 mots

Le plus illustre des historiens arabes. L' Histoire des rois et des peuples d'al-Ṭabarī relate, année par année, l'histoire du monde musulman (à l'exception de l'Occident) pendant les trois premiers siècles de l'hégire ; elle procède, comme la plupart de ses devancières, par accumulation systématique, à propos de chaque fait, des diverses traditions, recueillies oralement ou figurant déjà dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-tabari/#i_14863

TAHA HUSSEIN (1889-1973)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 1 432 mots

Taha Hussein est sans doute l'un des plus grands écrivains arabes contemporains. Créateur d'une langue et d'idées nouvelles, celui qu'on appelait le « doyen des lettres arabes » fut l'une des figures les plus originales et les plus puissantes de la pensée et de la littérature arabo-islamique. Lu et commenté dans tout le monde arabe, étudié dans les lycées et les universités, admiré partout où l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taha-hussein/#i_14863

TAKARLĪ FU'AD (1927-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 170 mots

Juriste et écrivain, Fu’ad Takarlī est considéré comme l'un des meilleurs auteurs irakiens de sa génération. Né en 1927 à Bagdad, Fu’ad Takarlī se fait remarquer dès sa première nouvelle, « Al-‘Uyun al-khudr », publiée en 1952. De même, son premier recueil, Al-Wajh al-akhar (1960, L'Autre Face , littéralement « Les Yeux verts »), qui explore les relations entre hommes et femmes dans une société p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fu-ad-takarli/#i_14863

ṬARAFA ‘AMR IBN AL-‘ABD AL-BAKRĪ (VIe s.)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 209 mots

Poète préislamique, Ṭarafa est l'auteur de la plus longue des sept mu‘allaqāt . « Ṭarafa, qui pourtant a fait de sa chamelle une description célèbre, vivait dans l'entourage du roi lakhmide de Ḥīra, qui se vengea de ses railleries en le faisant périr » (C. Pellat, Langue et littérature arabes , Paris, 1970) ; ainsi peut-on résumer la vie du jeune poète, en retenant les traits les plus vraisemblabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarafa-amr-ibn-al-abd-al-bakri/#i_14863

TAYMŪR LES

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 381 mots

Le célèbre philologue Aḥmad Pasha Taymūr veilla sur l'éducation de ses deux fils, Muḥammad Taymūr (1892-1921) et Maḥmūd Taymūr (1894-1973), dirigeant minutieusement leurs premières lectures, leur révélant en particulier la littérature arabe classique. Pour le reste, il leur laissa la plus grande liberté. Les deux frères passaient une partie de l'année à la campagne, dans les domaines de leur père. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-taymur/#i_14863

TEKERLĪ ou TAKIRLĪ FU'ĀD AL- (1927- )

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 292 mots

Nouvelliste iraquien. Comme son ami Nūrī ‘Abd al-Malik, Fu'ād al-Takirlī (Tekerlī) fit ses études à l'université américaine de Beyrouth avant de faire carrière dans la magistrature. Ses écrivains favoris sont Sartre, Dostoïevski et Tchekhov. Au cours des années 1950, il se révéla en publiant des nouvelles dominées par les problèmes d'actualité politique et sociale : La Lanterne éteinte  ; Les Aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tekerli-takirli/#i_14863

LA TERRE NOUS EST ÉTROITE (M. Darwich)

  • Écrit par 
  • Yves GONZALEZ-QUIJANO
  •  • 630 mots

Au-delà des lumières qu'elle jette sur l'œuvre du poète palestinien, la publication de La terre nous est étroite (2000) de Mahmoud Darwich (1941-2008) met en évidence les enjeux de la création poétique dans les lettres arabes au seuil du xxi e  siècle. Un premier choix de poèmes, Rien qu'une autre année , avait permis aux lecteurs français de découvrir dès 1983 un auteur dont la production avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terre-nous-est-etroite/#i_14863

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 295 mots

À ses débuts, le théâtre arabe apparaît comme un art d'importation étrangère ; il a dû lutter longtemps avant d'être admis par la société bien qu'il ait parfois bénéficié de l'aide des pouvoirs publics. Au départ, les auteurs essaient d'acclimater ce genre nouveau en y incorporant les arts traditionnels et en s'inspirant de la maqāma . Ces apports, tant populaires que littéraires, le poids du pass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-dans-le-monde-arabe/#i_14863

ṬIRIMMĀḤ AL- (660 env.-apr. 738)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 225 mots

Poète arabe d'origine yéménite, al-Ṭirimmāḥ ibn Ḥakīm achère à une branche extrémiste de la secte des khāridjites et met à son service ses talents de tribun et de poète. Il est possible qu'il ait participé à des actions armées en Perse. Toujours en Perse, à Rayy, il aurait été maître d'école, continuant ainsi à propager ses idées. Par la suite, il s'assagit et mène une carrière de panégyriste qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-tirimmah/#i_14863

LA TRILOGIE, Naghib Mahfuz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves GONZALEZ-QUIJANO
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

En recevant le prix Nobel de littérature, en 1988, le romancier égyptien Naguib Mahfouz (1911-2006) donnait aux lettres arabes une reconnaissance internationale. Trop tardive peut-être, cette distinction n'en honorait pas moins une œuvre de fiction exemplaire. On peut considérer ainsi que la publication de La Trilogie entre 1956 et 1957, mais dont la rédaction était achevée dès 1952, a marqué la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-trilogie/#i_14863

UMAYYA IBN ABĪ Ṣ-ṢALT (mort en 630 ou 632)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 201 mots

Issu de Thaqif (près de La Mecque), Umayya Ibn Abī ṣ-Ṣalt fait partie de ces quelques personnages mystérieux qui sont appelés par le Coran et par la tradition hanifs , c'est-à-dire ceux qui, sans être chrétiens ni musulmans, ont compris le monothéisme abrahamique. Des conteurs et des sermonnaires musulmans le présentent comme un esprit anxieux, doté de connaissances surnaturelles. Il comprenait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umayya-ibn-abi-s-salt/#i_14863

USĀMA IBN MUNQIDH (1088-1183)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 247 mots

Membre de la famille des seigneurs de Shayzar sur l'Oronte, Usāma ibn Munqidh passe l'essentiel de son âge mûr et de sa vieillesse au service d'une succession de princes, et finalement de Salāḥ al-dīn (Saladin), laissant partout la réputation d'un lettré dans la tradition arabo-bédouine, d'un compagnon charmant, mais aussi d'un intrigant incorrigible. Son principal titre de gloire, auprès des Mode […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/usama-ibn-munqidh/#i_14863

WALĪD II AL- (708/09-744) calife omeyyade (743)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 626 mots

Prince et poète arabe d'origine syrienne. Bien que fils du calife umayyade Yazīd, Al-Walīd II ne lui succéda pas directement car son oncle Hishām devint souverain des musulmans. Al-Walīd n'accéda au trône qu'en 743 et pour peu de temps, car il fut assassiné en 744. C'est un des personnages les plus controversés et les plus attachants de la littérature arabe. Les uns n'ont voulu voir en lui qu'un p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-walid-ii/#i_14863

YA‘QŪBĪ AL- (mort en 897)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 540 mots

Écrivain arabe, historien et géographe, Ya‘qūbī appartient à une famille vouée par tradition à l'administration et au shī‘isme : un de ses ancêtres, préfet d'Égypte, paya de sa vie son attachement aux descendants de la famille d'‘Alī. Comme géographe, Ya‘qūbī paraît s'inscrire, à première vue, dans la lignée des géographes administrateurs inaugurée par Ibn Khurdādhbeh. Mais il la déborde considéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ya-qubi/#i_14863

YĀQŪT (1179 env.-1229)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 964 mots

Encyclopédiste arabe, né en territoire byzantin et capturé alors qu'il n'était encore qu'un enfant, Yāqūt se retrouve à Bagdad, où son maître lui fait donner une solide éducation avant de l'envoyer faire du négoce pour son compte dans les pays riverains du golfe Persique et en Syrie. Affranchi en 1199, Yāqūt partage son temps entre l'érudition et les voyages. Peu après la mort de son protecteur, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yaqut/#i_14863

ZAHĀWĪ DJAMĪL AL- (1863-1936)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 206 mots

Poète et homme politique irakien, Djamīl Ṣidqī al-Zahāwī, possédant à fond l'arabe, le turc et le persan, est, tour à tour, professeur d'arabe à la faculté de droit d'Istanbul, directeur de l'imprimerie officielle de Bagdad, journaliste et traducteur. En 1908, il devient député de l'Irak au Parlement turc. Il défend et gagne le droit à l'instruction pour la femme arabe. Mais il déclenche un tollé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djamil-al-zahawi/#i_14863

ZUHĀYR (520?-? 609)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 194 mots

Un des plus célèbres poètes arabes de la période antéislamique, Zuhāyr ibn Abī Sulmā appartient à une famille connue pour avoir fourni de nombreux poètes et sa descendance ne fait pas mentir cette réputation. Il ne semble pas s'être converti à la religion prêchée par Mahomet. Son œuvre poétique pose, bien entendu, des problèmes d'authenticité, mais on peut affirmer sans risques qu'elle représente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zuhayr/#i_14863


Affichage 

Cavaliers mamelouks

photographie

Cavaliers mamelouks, manuscrit arabe du XVe siècle, Bibliothèque nationale de France, Paris 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

Coran, manuscrit

photographie

Fragment d'un rouleau du Coran, VIIIe-IXe siècle, époque abbasside 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

Afficher

Mahomet

photographie

Le prophète Mahomet (vers 570-632), sa fille Fatima, son gendre Ali ibn Abi Talib et ses deux petits-fils Hassan et Hussein Miniature tirée de la Chronologie d'al-Biruni Manuscrit arabe du XVIIIe siècle Bibliothèque nationale de France, Paris 

Crédits : VISIOARS/ AKG

Afficher

Recueil des chroniques de Rashid al-Din

photographie

Au début du XIVe siècle, Rashid al-Din, médecin et historien d'origine juive à la cour des Ilkhans, les Mongols d'Iran, est chargé par le Khan d'écrire une histoire du monde Ayant accès à des sources européennes, persanes, mongoles, son œuvre s'inspire des traditions tant... 

Crédits : University Library, Edimbourg

Afficher

Séances d'al-Harîrî

photographie

Illustration des Maqâmât (Séances) de l'écrivain arabe al-Harîrî (1054-1122) Cette illustration est tirée d'un manuscrit achevé à Bagdad en 1237 par le copiste et peintre Yahyâ ibn Mahmûd al-Wâsitî Bibliothèque nationale, Paris 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Al-Idrisi : l'Inde

photographie

Carte de l'Inde réalisée par Al-Idrisi, géographe arabe du XIIe siècle 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Cavaliers mamelouks
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Coran, manuscrit
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Mahomet
Crédits : VISIOARS/ AKG

photographie

Recueil des chroniques de Rashid al-Din
Crédits : University Library, Edimbourg

photographie

Séances d'al-Harîrî
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Al-Idrisi : l'Inde
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie