LISTÉRIOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une bactérie ubiquitaire

La bactérie responsable est isolée pour la première fois par Hülphen en 1911 en Suède, à partir d'un foie de lapin, mais ce n'est qu'à partir de 1920 que Murray et ses collaborateurs mettent en évidence son rôle lors d'une épidémie survenue chez des lapins, à Cambridge. Ils observent une mononucléose chez les animaux, et lui donnent le nom de Bacterium monocytogenes. Nyfeldt observe la bactérie chez l'homme en 1929 et suppose avoir découvert l'agent de la mononucléose infectieuse. Mais ce n'est qu'en 1934 que Burn montre le rôle que joue cette bactérie dans les méningites du nouveau-né. Enfin, Pirié propose en 1940 le nom de Listeria monocytogenes, qui sera définitivement reconnu et conservé. Le rôle de cette bactérie en pathologie animale et surtout humaine va grandissant. Les récentes épidémies en Europe, et particulièrement en France au cours depuis les années 1990, ont rendu cette bactérie « médiatique » car bien connue du grand public.

En dehors du contexte infectieux, cette bactérie ubiquitaire a été isolée du sol, de l'eau de rivières et de lacs, de végétaux en décomposition, des égouts, des prairies et des végétaux ensilés, de l'environnement agro-industriel, du lait, des aliments, et du tube digestif humain. Listeria monocytogenes est capable de survivre et de se multiplier dans le sol et dans l'eau, mais aussi sur les surfaces et équipements agroalimentaires où elle forme des biofilms. De plus, c'est une bactérie psychrophile (capable de croître à moins de 20 0C) qui peut se multiplier jusqu'à + 4 0C, qui résiste à pH 4,5 et à la congélation, et survit dans 30 p. 100 de chlorure de sodium. Pour les bactériologistes, Listeria monocytogenes est un petit bacille Gram positif, non capsulé, non sporulé, mobile à la température de 20-25 0C, aéro-anaérobie facultatif. Il pousse bien sur les milieux usuels et se multiplie bien entre pH 6 et 9. Cette dernière propriété est utilisée comme méthode d'enrichissement. Ce bacille es [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : chef de laboratoire, directeur du C.N.R. des listeria, laboratoire des listeria, Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  LISTÉRIOSE  » est également traité dans :

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les procaryotes »  : […] Les bactéries sont si petites (1 micromètre de longueur) qu'elles sont soumises de manière violente à l'agitation thermique du milieu (mouvement brownien). Elles sont pourtant capables de se diriger vers des sources de nourriture ou d'éviter des conditions d'environnement adverses, en se déplaçant à la vitesse considérable, pour leur taille, de 20 à 30 micromètres par seconde. Le plus souvent, ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_7320

ROUXIELLA CHAMBERIENSIS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 293 mots

En décembre 2013, trois nourrissons grands prématurés décédaient à l’hôpital de Chambéry. Un quatrième, également infecté, devait survivre. Très rapidement, les enquêteurs s’orientent vers une contamination des poches de nourriture parentérale utilisées pour alimenter ces nourrissons. La cellule d’intervention d’urgence de l’Institut Pasteur y retrouve une bactérie inconnue, présente en grande qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rouxiella-chamberiensis/#i_7320

Pour citer l’article

Paul M.V. MARTIN, « LISTÉRIOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/listeriose/