LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James TobinFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du « tout ou rien » à la diversification financière

L'ambition première de l'article de Tobin est de proposer des fondements théoriques robustes au principe de « préférence pour la liquidité », proposée par John Maynard Keynes. Bien qu’il soit un keynésien convaincu, Tobin admet que ce principe – qui veut que les individus ne se séparent de leurs liquidités que dans l’espoir d’obtenir un revenu supplémentaire – repose sur deux hypothèses restrictives.

Keynes suppose, en effet, dans la Théorie générale, que les prévisions des agents concernant les taux d'intérêts futurs changent peu. Il suppose, en outre, que les agents détiennent en portefeuille soit des liquidités, lorsqu’ils anticipent une augmentation des taux d'intérêts (et donc des moins-values en capital), soit des actifs risqués, lorsqu’ils s'attendent à une baisse des taux (et donc à des plus-values en capital), mais jamais les deux à la fois : un simple choix du tout ou rien. Or ces suppositions ne reposent sur aucun fondement micro-économique. Doit-on pour autant rejeter la théorie keynésienne ? Pour Tobin, en aucun cas ; le principe de préférence pour la liquidité peut, en effet, s’appuyer sur un ensemble d’hypothèses réalistes décrivant le comportement d’un investisseur rationnel qui détient des liquidités et/ou des actifs risqués.

Supposons qu’un agent décide d’investir une part de sa richesse (A2) en obligations, qui versent un taux d'intérêt r, et conserve le reste (A1 = 1 — A2) sous forme de monnaie dont le rendement est nul. Chaque dollar investi en obligations rapporte, à chaque période, non seulement le taux r, mais également, selon que le taux en fin de période (re) sera inférieur ou supérieur, une plus-value ou une moins-value en capital (= r/re — 1). Si le gain net est positif (= + g > 0), ou, autrement dit, si le taux d'intérêt r est supérieur à un taux critique rc = re/(1 + re), alors l’investisseur détient toute sa richesse sous forme d’obligations ; [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin  » est également traité dans :

TOBIN JAMES (1918-2002)

  • Écrit par 
  • Bruno JETIN
  •  • 1 107 mots

Né en 1918 à Champaign (Illinois, États-Unis) et mort le 11 mars 2002 à New Haven (Connecticut), James Tobin explique sa passion pour l'économie par le souvenir de la grande dépression qui l'a profondément marqué durant son enfance. D'où sa volonté de mettre la réflexion théorique au service de la politique économique afin de lutter contre la pauvreté par la croissance et le plein-emploi. Étudian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-tobin/#i_31775

Voir aussi

Pour citer l’article

Gunther CAPELLE-BLANCARD, « LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidity-preference-as-behavior-towards-risk/