GROULX LIONEL (1878-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un historien engagé

Né à Vaudreuil (chef-lieu du comté du même nom dans le Québec), d'une famille de paysans, Lionel Groulx est ordonné prêtre en 1903. Un séjour de quelques années à Rome, à Fribourg-en-Brisgau et à Paris le dote d'une formation en profondeur. De retour au Canada, il s'adonne à l'enseignement secondaire et fait preuve d'un intérêt passionné pour l'histoire nationale. C'est en 1915 qu'il inaugure, à l'Université de Montréal, une chaire d'histoire canadienne, point de départ d'une moisson abondante, aussi bien par les disciples qu'il a formés que par les œuvres qu'il a publiées. Parmi ces dernières, on relève les recueils de ses leçons magistrales : Nos luttes constitutionnelles, La Confédération, La Naissance d'une race, Lendemains de conquête, Vers l'émancipation. Par la suite s'ajouteront des ouvrages de plus vaste envergure, comme L'Enseignement français au Canada, et surtout une Histoire du Canada qui continue de faire autorité.

Parallèlement à cette vie studieuse, Lionel Groulx, animé d'un tempérament d'apôtre, se lance dans l'action ; il participe à la Ligue des droits du français et fonde une revue de combat, L'Action nationale. Cette double forme d'activité a pu jeter quelque confusion dans certains esprits. D'aucuns ont tenu rigueur à l'historien d'intervenir dans des questions de brûlante actualité, de prendre parti. Il est évident que les travaux qui résultent de ces courageuses options, qu'il s'agisse de Directives ou d'Orientations, sont nettement engagés dans l'immédiat et ne prétendent pas à la sérénité de l'histoire.

Atteint par la limite d'âge qui l'éloigne de l'enseignement universitaire, Groulx, devenu chanoine entre-temps, ne se résout pas à une retraite passive. Pendant les vingt dernières années de sa vie, il est l'âme de l'Institut d'histoire de l'Amérique française, qui publie une revue trimestrielle autour de laquelle Groulx a su grouper un nombre considérable de chercheurs.

Le chanoine Groulx ne cherche pas à passionner, à des fins utilitaires, un inéluctable débat ; en revanche, il jug [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GROULX LIONEL (1878-1967)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] À un groupe humain abandonné de la métropole, soumis à des vainqueurs restés hostiles, éprouvant le sentiment encore vague de former une entité homogène, il faut un grand courage pour entreprendre le bilan lucide de ce qu'il a accompli. Peuple conquis ou cédé, peuple sans histoire. Blessés dans leur fierté nationale, des historiens surgissent, décidés à relever le défi. Ils le font avec des moyens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-arts-et-culture/#i_2065

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger DUHAMEL, « GROULX LIONEL - (1878-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lionel-groulx/