PAULING LINUS CARL (1901-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires
Crédits : Tom Hollyman/Photo Researchers

photographie

Linus Carl Pauling, 1955

Linus Carl Pauling, 1955
Crédits : Reproduced with permission of the Ava Helen and Linus Pauling Papers, Oregon State University Library

photographie


Années de formation et premiers travaux

Linus Carl Pauling est né le 28 février 1901 à Portland (Oregon). Alors qu'il était enfant, son père, pharmacien, fit paraître une petite annonce dans le principal journal de Portland, demandant aux lecteurs de lui suggérer des titres de livres pour son petit garçon avide de lectures.

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires

Photographie

Linus Carl Pauling (1901-1994), chimiste américain, Prix Nobel de chimie en 1954 pour ses travaux sur la nature de la liaison chimique et Prix Nobel de la paix en 1962 pour sa campagne contre les essais d'armes nucléaires et contre le recours à la guerre comme solution des conflits... 

Crédits : Tom Hollyman/Photo Researchers

Afficher

Ses études secondaires terminées, Pauling entra à l'Oregon Agricultural College, à Corvallis, où il choisit d'étudier la chimie comme discipline principale. Durant son avant-dernière année, en 1920-1921, il fut sélectionné pour être tuteur d'étudiants de première année en difficulté. Il découvrit alors, dans la bibliothèque universitaire, les articles récents (1919) d'Irving Langmuir (1881-1957) sur la structure atomique et la théorie électronique de la valence. Langmuir s'y référait à l'article mémorable que Gilbert Newton Lewis (1875-1946) publia en 1916, où il pose qu'une liaison chimique est assurée par un doublet d'électrons.

Pauling fit acte de candidature auprès d'Arthur A. Noyes (1866-1936), au California Institute of Technology (Caltech), fondé peu auparavant à Pasadena, dans la grande banlieue de Los Angeles. Il y suivit ses études doctorales, de 1923 à 1925, et s'y initia à la détermination de la structure des molécules au moyen de la diffraction des rayons X par les cristaux, sous la supervision de Roscoe Gilkey Dickinson (1894-1945).

Arthur A. Noyes n'avait que mépris pour son collègue en chimie organique, Howard J. Lucas (1885-1963), qui n'avait pas de doctorat. En conséquence, les études doctorales à Caltech excluaient la chimie organique. Mais Pauling se passionna pour celle-ci et pour les problèmes qui intéressaient Lucas, en particulier la structure des hydrocarbures aromatiques, tels que le benzène, sur lequel il rédigea un article en 1926, très influencé par les idées de Lucas et la nouvelle théor [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  PAULING LINUS CARL (1901-1994)  » est également traité dans :

PAULING ET LES PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 230 mots

Après avoir appliqué la mécanique quantique aux liaisons chimiques et défini les liaisons faibles, Linus Pauling (1901-1994) se consacra à l'étude des protéines. Il élabora, en 1951, la structure secondaire des protéines fibrillaires (kératine des cheveux, fibroïne de la soie, etc.), point de départ des études sur la biologie structurale des protéines. Tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pauling-et-les-proteines/#i_2953

ABZYMES

  • Écrit par 
  • Joël CHOPINEAU, 
  • Alain FRIBOULET, 
  • Sabine PILLE, 
  • Daniel THOMAS
  • , Universalis
  •  • 1 035 mots

Le concept d'anticorps catalytique, ou abzyme (contraction d’ antibody et enzyme ), fut énoncé dès les années 1940 par Linus Pauling. S’appuyant sur le fait que la réaction chimique de transformation d'une molécule en une autre passe par un état de transition, qui représente une barrière énergétique à franchir, Pauling suggéra qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abzymes/#i_2953

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Effet inducteur »  : […] Si A est formé d'un groupe d'atomes (acides oxygénés), certains de ceux-ci peuvent drainer fortement les électrons, comme précédemment ; ce déplacement affectant l'ensemble des liaisons ( effet inducteur ), l'anion qui résulte de l'ionisation de l'acide voit sa charge négative mieux dispersée sur l'ensemble du squelette moléculaire et par conséquent sa stabilité accrue, l'aci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_2953

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autres sels d'antimoine »  : […] Les sulfures, correspondant aux deux degrés d'oxydation, sont faciles à préparer par action directe du soufre, en proportions calculées, sur l'antimoine métallique, ou par voie aqueuse, en faisant agir un courant d'hydrogène sulfuré sur une solution acide d'antimoine tri- ou pentaoxydé. Ces sulfures sont proches des sulfures d'arsenic : en milieu très acide ou basique, ils se dissolvent en condui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_2953

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 284 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La méthode des liaisons de valence »  : […] L'idée de la méthode des liaisons de valence est que la meilleure fonction d'onde pour une molécule est celle qui superpose les fonctions partielles, correspondant chacune à un mode satisfaisant de liaison pour la molécule. Ainsi, pour la molécule d'hydrogène H 2 , le chimiste peut intuitivement envisager deux modes possibles de liaison pour les deux électrons . Le premier mode correspond à un par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-theorique/#i_2953

COORDINATION (chimie) - Composés de coordination

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 5 019 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théorie des liaisons de valence »  : […] Dans le cas de la théorie des liaisons de valence, Pauling et Slater ont montré que, pour un complexe octaédrique, on pouvait faire appel à la notion d' hybridation de deux orbitales n d, d'une orbitale ( n  + 1)s et de trois orbitales ( n  + 1)p pour aboutir à la formation de six orbitales hybrides d 2 sp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coordination-chimie-composes-de-coordination/#i_2953

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance de la pathologie moléculaire »  : […] On a longtemps cru que les globules rouges ne contenaient qu'une seule hémoglobine. Mais les recherches modernes ont montré la pluralité de cette substance. De très graves anémies héréditaires, raciales ou familiales, qui atteignent des millions d'hommes en Afrique, en Asie, en Amérique, en Europe méditerranéenne sont dues à la présence d'hémoglobines anormales. Dans la structure de chaque hémogl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_2953

IONIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Michel POUCHARD
  •  • 2 137 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rayons ioniques »  : […] W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations régulières des distances internucléaires cation-anio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/#i_2953

ISOMÉRIE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 787 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Résonance ou mésomérie »  : […] Il revint à Linus Carl Pauling de faire la synthèse de ces trois composantes conceptuelles : nécessité des deux formules de Kekulé du benzène ; formules de Lewis pour l'écriture des molécules ; notion d'intégrale d'échange, dans le formalisme de la mécanique quantique, pour rendre compte de l'indiscernabilité, et donc de la délocalisation des électrons au sein de n'importe quelle molécule. Son ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isomerie-chimie/#i_2953

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 330 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Méthode des paires »  : […] Généralisant le résultat obtenu pour H 2 , on peut construire une suite de fonctions polyélectroniques ψ i correspondant aux diverses façons d'associer les électrons par paires dans la molécule. Ces fonctions sont des solutions approchées de l'équation de Schrödinger. Pour obtenir une solution améliorée, on forme des combinaisons linéaires des ψ i , de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-et-classification/#i_2953

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 364 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Complexes de coordination »  : […] L'étude des complexes des métaux de transition offre une des plus intéressantes applications du magnétisme à l'étude des structures. Ces complexes peuvent être considérés comme formés par la fixation sur un atome ou un ion métallique central de molécules ou d'ions auxquels on donne le nom de ligands ou plus rarement de coordinats . Lorsque le couplage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_2953

OXYGÈNE

  • Écrit par 
  • Robert CREUSE, 
  • René NOTO
  •  • 6 318 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Structure de la molécule d'oxygène »  : […] Si la configuration 1 s 2 s 2 p 4 est la plus stable qui soit pour les huit électrons de l'oxygène atomique, la structure électronique du dioxygène n'a été définie qu'en 1931 par Linus Pauling. En effet, la répartition des électrons doit tenir compte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/#i_2953

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 683 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'organisation tridimensionnelle des protéines »  : […] Découverte en 1912, la diffraction des rayons X n'aborde avec succès les protéines que dans les années 1930, à la suite destravaux théoriques de William et Lawrence Bragg. Toutefois, dès la fin des années 1920, des études réalisées par William Astbury démontrent qu'une protéine fibreuse, telle que la kératine, diffracte les rayons X et est de ce fait une substance paracristalline. Sur la base de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_2953

RÉSONANCE, chimie

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 1 483 mots
  •  • 1 média

Étymologiquement, le mot « résonance » s'applique au renforcement de l'intensité vibratoire ou sonore. Il évoque donc essentiellement un phénomène mécanique. Heisenberg, en 1926, l'utilisa pour la première fois en mécanique quantique dans ses travaux sur les systèmes d'oscillateurs couplés. C'est Pauling , dans ses recherches sur la nature de la liaison chimique, vers 1930, qui l'introduisit en c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-chimie/#i_2953

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « PAULING LINUS CARL - (1901-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/linus-carl-pauling/