LICHENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La symbiose lichénique

Les notions introduites par S. Schwendener appelaient une démonstration expérimentale : analyse au moyen de cultures pures de chacun des symbiotes et ensuite de production d'un nouveau lichen par leur réunion. Ces cultures sur milieu stérile ont contribué à éclairer bien des aspects de la nutrition des symbiotes.

La culture des algues-gonidies se fait à partir de cellules prélevées dans le thalle et purifiées par des repiquages successifs. Les milieux liquides purement minéraux sont théoriquement possibles, puisque l'algue est autotrophe ; cependant, le développement est très lent. Un milieu très utilisé est l'agar additionné de sucres, de composés azotés et de sels minéraux. Dans ce cas, le développement est plus rapide et la culture peut se faire à l'obscurité, l'Algue se comportant alors comme un saprophyte. On a ainsi identifié dans les Lichens huit genres de Cyanophycées et dix-sept de Chlorophycées, tous connus parmi les Algues libres. Si, en gros, les espèces sont les mêmes que dans les populations libres, il existe cependant une grande variété de petites espèces ou races ; la tendance au saprophytisme y est plus grande que chez les Algues libres.

Le mycosymbiote se cultive, à partir d'une spore prélevée aseptiquement, sur un milieu nutritif stérilisé, auquel il est nécessaire d'ajouter des vitamines. Le développement est lent. Les cultures restent sous forme d'un amas feutré peu différencié. Certaines substances chimiques ont été élaborées, telle la pariétine, mais aucune du groupe des depsides et depsidones. On a parfois observé la production de conidanges et d'ascogones se développant en ascocarpes, mais sans aboutir à des spores.

Les premiers essais de synthèse ont montré les stades initiaux du développement d'un thalle, mais, faits sans asepsie rigoureuse, ils n'ont pu être conduits très loin. G. Bonnier (1886, 1889) a publié des résultats spectaculaires allant jusqu'au développement complet en un à trois ans de Xanthoria parietina et de quelques autres espèces avec production d'apothécies. C [...]


Médias de l’article

Lichens : morphologie

Lichens : morphologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Thalles : structure

Thalles : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ascolichens : appareil reproducteur

Ascolichens : appareil reproducteur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Mousses et lichens

Mousses et lichens
Crédits : A. Watson/ Forest light

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LICHENS  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution des eucaryotes et la dissémination de la photosynthèse : le résultat d'emboîtements successifs d'organismes »  : […] Certaines algues unicellulaires rouges ou vertes ont elles-mêmes été à l'origine de symbioses avec des groupes appartenant à des lignées autres que celle des Plantae (fig. 3 ). Possédant un plaste dérivé d'une cyanobactérie endosymbiotique, ces algues unicellulaires rouges et vertes sont devenues à leur tour des plastes et ont ainsi apporté la photosynthèse oxygénique chez ces lignées d'organismes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algues/#i_1959

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 430 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Faune et flore »  : […] La rigueur extrême du climat, tout comme l'existence de la vaste coupole de glace entravent sérieusement le développement de la vie sur le continent. En revanche, la mer, qui ne connaît pas de températures aussi basses, est un milieu beaucoup plus favorable : la vie, en Antarctique, se concentre dans les zones maritimes. L'origine de toute la chaîne alimentaire aquatique est dans le plancton, ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antarctique/#i_1959

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Mode de vie et habitat »  : […] Dépendant d'autres organismes pour la satisfaction élémentaire de leurs besoins nutritifs, les champignons contractent avec les êtres vivants des relations plus ou moins étroites, dont les mécanismes extrêmement souples et variés se rapportent à trois types : Saprophytisme . Le champignon se nourrit de substances inertes, libérées par la mort des organismes vivants, ou de produits de leur activit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/champignons/#i_1959

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Communication et communautarisme chez les êtres unicellulaires »  : […] Par définition, les êtres unicellulaires ne forment pas d’organismes. Pour autant, un certain degré d’organisation peut exister au travers de communications entre cellules de même type ou entre cellules d’espèces unicellulaires différentes, voire très différentes. Chez les bactéries, on observe des communautés dont le développement est synchronisé et conduit à la constitution de biofilms. Ces bio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-cellulaire/#i_1959

DIASPORES, botanique

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 936 mots

Dans tout le règne végétal, on appelle diaspores les parties des plantes qui sont disséminées, permettant ainsi la propagation des espèces ( diaspora , dispersion). Les diaspores sont d'origine végétative quand elles sont constituées d'une fraction de l'appareil végétatif ( thalle ou cormus). Chez les Algues, les Champignons et les Lichens, des fragments non spécialisés du thalle assurent un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspores-botanique/#i_1959

ÉRYTHRITE, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 115 mots

Polyol de formule : CH 2 OH—CHOH—CHOH—CH 2 OH. Masse moléculaire : 122,12 g. Masse spécifique : 1,45 g/cm 3 . Point de fusion : 119-120 0 C. Point d'ébullition : 331 0 C. Corps polymorphe, cristallisé à partir de ses solutions aqueuses, l'érythrite (syn. érythritol) se présente sous la forme de gros prismes pyramidaux. Sa saveur est nettement sucrée. C'est un composé très soluble dans l'eau, et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erythrite-chimie/#i_1959

PARASITISME ET SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Au xvi e  siècle, pour Hieronymus Bock (dit Tragus), les champignons, « enfants des dieux », sont des produits engendrés par l'humidité et la moisissure. Cependant, en 1729, Pier Antonio Micheli recueillait des spores et obtenait un développement du mycélium. Un siècle plus tard, Christian Gottfried Ehrenberg (1795-1876) et René Joachim Henri Dutrochet (1776-1847) analysèrent, respectivement en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme-et-symbiose/#i_1959

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Dérivés du soufre, de l'azote, du fluor »  : […] L' anhydride sulfureux (SO 2 ) constitue le polluant atmosphérique dont l'impact sur l'ensemble des êtres vivants est de loin le plus préoccupant. Ce gaz se transforme rapidement dans l'air en acide sulfurique, très hygroscopique, qui joue un rôle essentiel dans la formation des smogs acides, brouillards propres aux milieux urbains des régions à climat tempéré froid où sévit une forte pollution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_1959

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La symbiose lichénique »  : […] La symbiose lichénique a été parfaitement étudiée dans l'article lichens . Il suffira d'insister sur le caractère extraordinaire de ces organismes mixtes formés par l'association d'une algue avec un champignon, mais qui ne sont ni algue ni champignon. Ils constituent une division du règne végétal dans laquelle on distingue, d'après des caractères morphologiques parfaitement définis, des classes, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbiose/#i_1959

VÉGÉTAL

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 2 013 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les limites à la définition de végétal »  : […] Si la photosynthèse est une caractéristique des végétaux, celle-ci est aussi pratiquée par d’autres organismes, comme de nombreuses bactéries. Certaines d’entre elles le font à partir d’eau ou de sulfure d’hydrogène. Dans ce dernier cas, la photosynthèse est dite anoxygénique car elle rejette non pas du dioxygène mais du soufre. D’autres, appelées cyanobactéries, sont à photosynthèse oxygénique c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetal/#i_1959

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry DES ABBAYES, « LICHENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lichens/