LIBERTÉ, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La constitution sociale de la liberté

« Les hommes se trompent en ce qu’ils pensent être libres », affirmait Spinoza, qui attribuait cette illusion à l’ignorance qu’ils ont des causes qui expliquent leurs actions. Il fut rejoint en cela par des sociologues parfois qualifiés de « holistes », comme Émile Durkheim : de même que l’ivrogne se croit très libre de se resservir un verre, le suicidé voit dans son geste l’affirmation ultime de sa liberté personnelle, alors qu’entrent dans son comportement toute une série de paramètres sociaux (anomie, religion, etc.) qui échappent à sa conscience et à ses motivations. Plus généralement, la société n’est pas seulement un effet émergent de la coordination contingente de millions d’actions individuelles, car cet apparent désordre dissimule un « ordre caché », comme l’énonce Norbert Elias dans La Société des individus, qui les relie entre eux et les assigne à certaines fonctions. Dans cet ordre qui préexiste aux volontés individuelles, existe-t-il encore une marge de manœuvre ? Dans sa lutte contre le psychologisme, Durkheim caractérise d’abord le fait social comme une « puissance coercitive et impérative » qui pèse sur les individus : ceux-ci, par exemple, ne sont pas en position de choisir la langue de leur pays – ce fait social s’impose à eux. Les marges de la liberté individuelle sont donc toujours limitées : le dictateur le plus implacable ne peut pas briser entièrement le réseau humain où s’inscrit son action. Mais, inversement, l’esclave dispose toujours de moyens pour se soustraire en partie à la volonté du maître, car toute relation de commandement est sujette à la réticence, au contournement, sinon à la désobéissance. Reste que, entre le serf et le roi, les marges d’action sont diverses, car il existe une distribution sociale de la « liberté » qui correspond à celle, très inégale, du pouvoir.

Si la puissance du collectif borne la liberté individuell [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique, université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  LIBERTÉ, sociologie  » est également traité dans :

NATURE ET HISTOIRE (J. Baechler) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 052 mots

Sous le titre de Nature et histoire , cet ouvrage (PUF) de Jean Baechler est important par sa visée qui prend forme en un peu plus de mille pages. Il s'agit, en effet, de rendre intelligible l'« aventure » de l'espèce humaine, à partir de ses caractéristiques propres. Plus précisément, l'objectif est de faire la synthèse des différentes descriptions auxquelles donnent lieu l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-et-histoire/#i_55849

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnault SKORNICKI, « LIBERTÉ, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-sociologie/