LI LONGMIAN [LI LONG-MIEN] (1040-1106)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre chinois Li Gonglin, plus souvent désigné par son surnom de Li Longmian, du nom d'une montagne avoisinant sa bourgade natale dans la province de Anhui, appartenait à une grande famille du Jiangnan.

Bien qu'il semble avoir abordé tous les genres picturaux avec une égale facilité, Li Gonglin doit avant tout sa célébrité à ses peintures de figures et de chevaux ; toutes celles de ses œuvres subsistant encore aujourd'hui et qui semblent présenter un certain degré d'authenticité relèvent d'ailleurs de ces deux genres. La peinture de figures et la peinture de chevaux avaient connu leur apogée à l'époque Tang ; supplantées dès les Cinq Dynasties par l'essor du paysage, elles entraient en déclin sous les Song, quand Li Gonglin vint magistralement assurer leur renaissance.

Une société brillante

Le père de Gonglin, ancien haut fonctionnaire démis pour certaines audaces idéologiques, avait accumulé d'importantes collections d'antiquités auxquelles Gonglin dut le meilleur de sa formation artistique. Gonglin lui-même devait se signaler dans la suite par sa compétence à expertiser les objets antiques. Entré jeune dans la carrière administrative, Li Gonglin mena une existence officielle pendant près de trente années ; au soir de sa vie, frappé de paralysie partielle, il se retira de toute activité publique. Entre-temps, de pair avec l'exercice de ses fonctions mandarinales, il avait réalisé une énorme production picturale (la plupart de ses peintures semblent avoir été exécutées entre vingt et quarante-cinq ans) qui lui valut dès son époque une notoriété considérable et la familiarité des plus brillants esprits du moment : il évolua longtemps dans le cercle de Su Dongpo (quitte à renier cette accointance quand Su fut frappé de disgrâce !) et de Huang Tingjian, qui ont célébré son art dans de nombreuses inscriptions, et fut apprécié par Wang Anshi, qui lui dédia quelques poèmes.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « LI LONGMIAN [LI LONG-MIEN] (1040-1106) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-longmian-li-long-mien/