LÉVIATHAN, Thomas HobbesFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La violence originaire

Tous les hommes connaissent les mêmes passions (désir, peur, crainte...) même si les objets qu'ils craignent ou convoitent sont différents. La première partie de l'ouvrage traitera donc « De l'homme ». D'emblée, Hobbes refuse la définition traditionnelle de l'homme comme animal politique doué de parole ou de raison. Il choisit de le caractériser par la passion et l'insatisfaction qui le poussent à toujours désirer plus, par crainte de perdre ce qu'il possède déjà. Précarité fondamentale, finitude essentielle caractérisent cette vision baroque de l'homme, qui se voit devenu le centre de forces elles-mêmes sans cesse confrontées à des forces adverses dans une guerre de tous contre tous. Dans cette perspective, le chapitre 4 traitant de la parole revêt une importance particulière. C'est par elle que l'homme s'arrache à la condition animale. C'est elle encore qui permet l'existence – fût-elle insatisfaisante et sans cesse remise en cause – d'un rapport à autrui. Le langage, ici, est avant tout défini par ses usages – formuler sa pensée, l'exprimer, instruire, agir sur autrui – et par ses abus – parler sans savoir ce que l'on dit « à cause de l'inconstance des mots », abuser des métaphores, se tromper sur ses propres volontés et nuire à autrui. Le bien-dire est la seule garantie dont nous disposions pour parvenir au vrai. « La vérité consiste en l'exacte mise en ordre des noms dans nos affirmations. » Il faut donc, selon Hobbes, procéder à la manière des géomètres et partir de définitions claires, afin de ne pas s'empêtrer dans la glue des mots vagues et des expressions insensées telles que les philosophes (avant tout les scolastiques) en ont abusé. Redonner un vrai sens aux mots de la tribu, tâche du souverain, revêt donc une portée éminemment politique : c'est éviter les fausses querelles qui conduisent aux guerres civiles, en créant les conditions de possibilité du lien social.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉVIATHAN, Thomas Hobbes  » est également traité dans :

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « L’État contre le droit du plus fort »  : […] Peut-on nier pour autant que, sortis d’un état originel sans doute plus rêvé que réel, les hommes n’ont vraiment réussi à s’arracher à la violence de l’état de nature que grâce à la naissance d’un État disposant de ce que le sociologue Max Weber (1864-1920) a appelé, dans son ouvrage L’État et le politique (1919), le « monopole de la violence légitime » ? Trop souvent présenté comme défenseur d […] Lire la suite

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'auteur du « Léviathan » »  : […] La vie de Hobbes est toute simple et tout entière consacrée à l'étude et à la méditation. Il fait de bonnes études jusqu'en 1608 à Magdalen Hall, à Oxford, avant d'entrer au service des Cavendish, famille puissante, titulaire du comté de Devonshire, à laquelle il demeurera toute sa vie attaché. Les seuls événements marquants de son existence sont les trois voyages qu'il fait en France et en Italie […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre «  La pitié, un élan vers autrui »  : […] Moins métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651) , celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique à l'égard de Hobbes, il doit concéder que, si les hommes avaient un jour vécu isolés, ils auraient été im […] Lire la suite

POUVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 508 mots

Par rapport au français, la langue anglaise présente la particularité de distinguer deux modalités de la notion de pouvoir, à travers deux verbes bien distincts : «  I can  » signifie « j’ai la capacité de… », alors que «  I may  » a le sens de « j’ai la permission de… », « les lois ou les usages me permettent de... ». «  I can  » renvoie ainsi à la puissance intrinsèque de l’individu tandis que « […] Lire la suite

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 579 mots

Dans le chapitre « Faire société : le contrat »  : […] La question de l’origine apparaît sous un jour nouveau avec les théories modernes du contrat. Sans doute l’hypothèse d’un état présocial, appelé « état de nature », n’a-t-elle jamais été posée comme une réalité historique par ses protagonistes, mais plutôt comme une hypothèse méthodologique permettant de mieux percevoir ce qui caractérise l’état social. Décrire un état présocial permet de se repr […] Lire la suite

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 200 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence, État et société »  : […] D'autres approches de la violence la rapportent non plus à la situation intersubjective mais aux relations entre des êtres sociaux formant, plus ou moins difficilement, des communautés. Dans son Léviathan (1651) Thomas Hobbes interprète l'état de nature comme une situation instable. Ce n'est pas que l'homme y soit irrémédiablement l'ennemi de son prochain. Mais l'absence de règle commune a pour c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LÉVIATHAN, Thomas Hobbes - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leviathan-thomas-hobbes/