LETTRES À UNE JEUNE POÉTESSE (R. M. Rilke)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un apprentissage de la liberté

« Vous avez une langue qui résonne et qui vit en notre for intérieur. Et ce que vous dîtes continue de travailler en nous. » Tels sont les premiers mots qu’Anita Forrer écrit à Rilke le 2 janvier 1920 après avoir assisté à une lecture faite par le poète à Saint-Gall en Suisse alémanique. La jeune fille vient d’une famille aisée mais vit cela comme un carcan plutôt que comme un avantage, contrainte d’obéir à des conventions et de taire certaines choses que son milieu jugerait inconvenantes. D’emblée, Rilke lui conseille d’abandonner la poésie, ce qui ne provoque chez elle aucun émoi. Ce qu’elle attend du poète est ailleurs, c’est ce qu’elle a perçu à sa lecture : un accès à la liberté. Encouragée par Rilke qui lui demande que leur échange épistolaire soit placé sous le signe de la confiance, elle lui fait l’aveu de son trouble et de son attirance pour les femmes. Si le désir amoureux est ainsi d’emblée placé au premier plan, Rilke fait comprendre à Anita que l’amour, même s’il est une jouissance, est avant tout une relation spirituelle, peu importe le sexe du partenaire. Paroles immensément libératrices. À la différence de la correspondance avec Benvenuta (Magda von Hattingberg) dans les Lettres à une musicienne, il n’y a jamais l’ombre d’une tentative de séduction de la part de Rilke envers Anita qui a presque l’âge de sa fille Ruth, née en 1901 de son union avec Clara Westhoff. On peut se demander si Ruth a jamais eu droit à autant de généreuse bienveillance de la part de son père. Après l’éloge appuyé de la solitude dans les Lettres à un jeune poète, Rilke incite au contraire Anita à aller vers le bonheur et l’insouciance et à profiter de tous les instants de la vie. Peut-être est-il moins solennel et docte parce qu’il a mûri – il a quarante-cinq ans et non plus vingt-huit. Peut-être se sent-il aussi de façon diffuse coupable de délaisser sa propre fille. Et puis la guerre est passée par là. Rilke, qui est devenu un poète reconnu, semble n’avoir désormais qu’une seule envie : retrouver « cette disposition joyeuse, portée vers le monde ouvert », qui l’habitait avant.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : traducteur, maître de conférences au département d'études allemandes de l'université de Strasbourg

Classification

Pour citer l’article

Pierre DESHUSSES, « LETTRES À UNE JEUNE POÉTESSE (R. M. Rilke) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-a-une-jeune-poetesse/