LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan SwiftFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des Lilliputiens aux Houyhnhnms

Empruntant aussi bien à Homère et Lucien qu'aux Mille et Une Nuits et à Rabelais, sans oublier les voyages philosophiques du temps, l'ouvrage se compose de quatre parties qui sont autant de découvertes de contrées fantastiques, chaque partie étant construite de manière semblable : hasards et revers de fortune conduisent Lemuel Gulliver, chirurgien de formation et marin de vocation, dans une île jusqu'alors inconnue, qu'il quitte après bien des péripéties pour retrouver sa famille. Au pays des Lilliputiens où il s'est échoué, Gulliver apparaît comme un géant, ce qui est prétexte à des épisodes au comique jubilatoire, telle l'extinction toute rabelaisienne de l'incendie du palais royal. Mais Swift fait aussi de Gulliver le témoin candide des intrigues de cour et des appétits politiques des Lilliputiens. À Brobdingnag, Gulliver devient un nain au milieu de géants, renversement d'échelle qui s'accompagne d'une autre inversion de perspective : ce sont cette fois les institutions anglaises corrompues qui sont soumises à examen par ce peuple qui a conservé une bonne partie de l'originelle simplicité de l'homme. La troisième partie bascule dans la science-fiction pour permettre à Swift de se livrer à une réjouissante satire des fausses sciences modernes, et de dénoncer, par le jeu des métaphores, l'oppression politique : l'île de Balnibarbi risque effectivement d'être écrasée par Laputa, curieuse île volante qui exerce sa domination en privant les rebelles de soleil ou en menaçant de se laisser tomber sur eux. Dans une autre île, celle des Struldbruggs, le rêve d'immortalité de l'homme bascule dans l'horreur d'un vieillissement inéluctable. Lors de son quatrième voyage, Gulliver se trouve confronté à un monde à l'envers où ce sont les Houyhnhnms, peuple de chevaux gouvernés par leur seule raison, qui règnent en maîtres sur les Yahoos, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : Normalienne, agrégée, allocataire monitrice normalienne à l'université Lyon-II

Classification


Autres références

«  LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift  » est également traité dans :

SWIFT JONATHAN (1667-1745)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 5 405 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du réel à l'imaginaire : les « Voyages » »  : […] C'est en 1721 que Swift mentionne dans une lettre à Charles Ford qu'il est occupé à écrire l'histoire de ses voyages. Toute sa vie, le pamphlétaire, et on peut dire le poète, s'était battu contre une armée de désagréments et de maux réels, qui l'assaillaient de toutes parts, partout où il se trouvait. Une lucidité terrifiante pénétrait tous les coins d'ombre, scrutait les cœurs et les cerveaux. Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/#i_40710

Voir aussi

Pour citer l’article

Nathalie ZIMPFER, « LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-voyages-de-gulliver/