VESTRIS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine florentine, mais établie à Paris vers 1746, la famille Vestris servit avec brio l'art chorégraphique et fournit à son époque de remarquables exécutants.

Gaétan (1729-1808), élève de Dupré, commence sa carrière à l'Académie royale de musique de Paris. « Il égale son maître en perfection et le dépasse en variété et en goût » (Noverre) ; il y succède à Dupré comme danseur en 1751. Renvoyé en 1754, il voyage, en compagnie de sa sœur Thérèse et de son frère Angelo, à travers l'Europe et règle en 1755 à Turin sa première chorégraphie. De retour à Paris, il est réengagé, à la fin de l'année 1755, par l'Académie royale de musique où il brille aux côtés de sa sœur, notamment dans les ballets Emprise de l'Amour et Amadis. « On doit convenir qu'il a adopté un genre si analogue aux grandes idées et à l'espèce d'enchantement propres au théâtre, qu'il occupe et remplit l'attention au point de faire illusion ; on voit dans ses pas seuls une espèce d'action complète et si bien mariée au spectacle que sa privation le rendrait imparfait » (La Feuille nécessaire, 19 nov. 1759). Aux environs de 1763, et durant plusieurs années, il se rend à Stuttgart, où il étudie aux côtés de Noverre ; il participe au rayonnement de l'œuvre de ce dernier à travers l'Europe. En 1761, Gaétan Vestris est nommé maître et compositeur de ballets à l'Académie royale de musique de Paris ; en disgrâce d'abord, il ne tiendra vraiment ce rôle que de 1770 à 1775 ; il y crée plusieurs ballets dont : Médée et Jason, Endymion (1773) et Nid d'oiseaux. Il paraît en 1781 à Londres avec son fils Auguste, et abandonne la scène en 1782.

Angelo Vestris (1731-1809) exerce ses talents de danseur et de comédien à l'Académie royale de musique de Paris, où il paraît aux côtés de sa sœur Thérèse et de son frère Gaétan. Il quitte Paris en 1757 et danse alors de 1761 à 1767 à Stuttgart.

Thérèse (1726-1811) fait ses débuts à Florence puis vient à Paris en 1746. Elle danse de 1751 à 1766 à l'Académie royale de musique. Partenaire de son frère Gaétan, notamment en 1757 dans l'Emprise de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VESTRIS LES  » est également traité dans :

GARDEL PIERRE (1758-1840)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 191 mots

Danseur, chorégraphe et compositeur français né à Nancy et mort à Paris. Frère et élève de Maximilien Gardel (1741-1787), Pierre Gardel débute à l'Académie royale de musique en 1771 et devient soliste en 1780. Il remplace ensuite son frère comme maître de ballet (1787). Excellent danseur, d'une technique très précise, d'une apparence fragile et élégante, virtuose du violon, compositeur, il subit l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-gardel/#i_4834

PERROT JULES (1810-1892)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 350 mots

Chorégraphe et danseur français né à Lyon et mort à Paramé. Fils du chef machiniste du théâtre de Lyon, Jules Perrot est initié à la danse et à l'acrobatie dans cette ville, avant d'être, à Paris, l'élève favori d'Auguste Vestris. Il débute à l'Académie royale de musique en 1830, et partage le succès de Marie Taglioni dans Zéphire et Flore , Robert le Diable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-perrot/#i_4834

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « VESTRIS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-vestris/