LES TRENTE GLORIEUSES, Jean FourastiéFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un nouveau profil de la population et de la société française

Mais c'est le fait démographique qui lui semble avoir constitué le soubassement de la modernisation pour une France longtemps en difficulté sur ce point. L'accroissement de 13 millions d'âmes a été dû pour 9 millions à la supériorité de la natalité sur la mortalité et pour 4 millions, autre grand fait, à l'excédent de l'immigration sur l'émigration. L'accroissement de la population âgée ne jouait encore en 1975 qu'un rôle modeste dans l'évolution démographique. Le travail lui-même a connu de profondes mutations : diminution forte de sa durée, plein emploi, allocation de retraite généralisée, mobilité plus forte d'un métier à un autre, qualification supérieure des emplois aussi. Si un salarié sur deux est encore ouvrier, le nombre des travailleurs indépendants a diminué de moitié et l'offre d'emplois de cadres été multipliée par trois. Si l'enseignement primaire a progressé au rythme de la croissance démographique, l'enseignement secondaire a été multiplié par 4 et le supérieur par 8. L'avènement d'une ère des loisirs peut se lire dans l'effervescence des dépenses de photos et cinéma, disques, radios et téléviseurs, articles de sport, qui ont été multipliées par 5 pendant la période. La télévision, possédée par 1 p. 100 des ménages en 1954, était présente chez 86 p. 100 d'entre eux en 1975. Le nombre de logements est passé de 13 millions à 21 millions. La consommation alimentaire, qui représentait encore 44 p. 100 du budget des ménages, est tombée à 25 p. 100. Le poids du salaire indirect est passé de 20 p. 100 en 1938 à 40 p. 100 en 1975. Le pouvoir d'achat du salaire annuel a été multiplié par trois de 1949 à 1975. Cette évolution s'explique par une productivité croissante, un changement de structure de la consommation, des migrations professionnelles plus fortes.

L'ouvrage de Jean Fourastié, aujourd'hui un peu daté car il ignore les contradictions qui affectaient les Trente Glorieuses, en particulier l'épuisement progressif des vertus du « fordisme », app [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES TRENTE GLORIEUSES, Jean Fourastié  » est également traité dans :

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Le retour des crises ou les « vingt médiocres » »  : […] « Je ne crois pas que les récessions soient inévitables » (Lyndon B. Johnson). Avec un orgueilleux optimisme, la génération des Trente Glorieuses pense vivre une ère nouvelle de l'histoire économique, celle d'une croissance indéfinie, libérée de la tyrannie des cycles et de la fatalité des crises. Le retournement de tendance qui intervient en 1973 montre les limites de ces prétentions. Le spectre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques/#i_29699

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 667 mots
  •  • 1 média

Le terme « croissance » désigne l'augmentation du volume de la production de biens et de services d'une année sur l'autre. Les chroniqueurs économiques parlent ainsi d'accélération ou de ralentissement de la croissance pour caractériser une année particulière. Toutefois, les économistes préfèrent réserver le terme de croissance à une augmentation tendancielle de la production par tête, qui entraîn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-croissance-economique/#i_29699

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis DEMIER, « LES TRENTE GLORIEUSES, Jean Fourastié - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-trente-glorieuses/