LES TRAVAILLEURS DE LA MER, Victor HugoFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Description d'un combat

Entre ce préambule et cet épilogue, qui mêlent érudition géographique et historique, description naturaliste, souffle épique, vision poétique et réflexion philosophique, le récit proprement dit se divise en trois parties, d'inégale longueur. La première, intitulée « Sieur Clubin », présente les principaux protagonistes et met en place les ressorts de l'intrigue : Mess Lethierry, vieil armateur de Guernesey, possède un bateau à vapeur, La Durande, qui assure la liaison avec Saint-Malo, au grand mécontentement des marins de l'île qui voient d'un mauvais œil ce progrès technique. L'un d'entre eux, Clubin, aidé de son complice Rantaine, échoue volontairement le navire sur des récifs. Au cours du naufrage, Clubin est emporté par une pieuvre géante et disparaît avec son secret. Lethierry promet la main de sa nièce, Déruchette, à qui parviendra au moins à sauver les machines du navire. La deuxième partie, « Gilliatt le malin », forme le cœur du roman : Gilliatt, un pêcheur solitaire mal vu de la population de l'île, se lance dans l'aventure par amour pour Déruchette. Les trente-sept chapitres qui suivent sont le récit halluciné du terrible combat mené par le héros contre la nature hostile. Résistant à la faim, à la soif et à l'épuisement, surmontant tous les obstacles, essuyant une terrible tempête, affrontant enfin la pieuvre géante qui avait emporté Clubin, Gilliatt, à force d'intelligence et de ténacité, parvient à transborder les machines sur sa frêle embarcation, et à les ramener à Saint-Sampson. La troisième partie, « Déruchette », beaucoup plus courte, est l'implacable épilogue de cette histoire : surprenant une conversation qui lui révèle que Déruchette est éprise du pasteur Ebenezer, Gilliatt renonce à celle qu'il aime. Et, comme Lethierry s'oppose à cette union, il va jusqu'à aider les deux amants à s'enfuir. Cet ultime sacrifice accompli, il se laisse engloutir par les eaux.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES TRAVAILLEURS DE LA MER, Victor Hugo  » est également traité dans :

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 601 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tempêtes »  : […] Les Misérables (1862) répondaient à cette dynamique. Analogue jusque dans sa composition aux Contemplations , le roman vaut par la manière dont toute une série de « digressions » déterminent, au contact de la destinée du forçat Jean Valjean qui subit les épreuves successives de sa régénération, les conditions critiques du siècle romantique. La réalité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-hugo/#i_31765

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LES TRAVAILLEURS DE LA MER, Victor Hugo - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-travailleurs-de-la-mer/