LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'AubignéFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une épopée baroque

La langue du poème, emphatique et raffinée, brutale et sublime, le flot des images contribuent au déchaînement de la véhémence : « Cités ivres de sang, et encore altérées,/ Qui avez soif de sang et de sang enivrées,/ Vous sentirez de Dieu l'épouvantable main. »

La symbolique du bestiaire, celle des couleurs illustrent le combat du bien et du mal : l'attaque du loup contre l'agneau, le rouge du feu et du sang, le noir de la mort et de l'horreur, le blanc des anges et des agneaux fidèles, l'or des vertus et de la lumière.

Le titre même des Tragiques est paradoxal. La tragédie relève ordinairement du genre théâtral. Mais le poème de D'Aubigné est un drame sacré qui rappelle en plus d'un endroit les longues déplorations lyriques dont se composent au xvie siècle les tragédies d'un Jodelle ou d'un Garnier, plutôt que les épopées à l'antique dont avaient rêvé les poètes de la Pléiade. Les calvinistes persécutés et leurs bourreaux jouent ainsi sous le regard de l'Éternel la tragédie des temps modernes.

D'Aubigné, contemporain de Malherbe (1555-1628), demeure un homme de la Renaissance par sa pensée, ses goûts, sa vie, son style. Mais il appartient à la dernière génération, celle des guerres, témoin des ébranlements religieux, sociaux et moraux, qui renversent les notions les mieux établies. Ses réactions, notamment sur le plan esthétique, ne peuvent plus être celles des poètes de l'âge précédent, imbus de paganisme et de modes de penser à l'antique. L'auteur des Tragiques, militant de la cause calviniste, est un poète baroque. Un baroque noir. Et, avec cette œuvre qui n'a pas de précédent, il crée l'épopée moderne.

La fortune de l'ouvrage est peu banale. Publié trop tard, venu après son heure, le poème ne connut qu'un succès médiocre et resta à peu près oublié pendant plus de deux siècles. Il fallut attendre pour le redécouvrir le xixe siècle, « le grand siècle pour d'Aubigné » (G. Schrenck). Aujourd'hui, quatre cents ans après leur naissa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'Aubigné  » est également traité dans :

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre « « Les Tragiques » »  : […] Commencés en 1577, achevés sous leur forme première en 1589, ils paraissent en 1616, au lendemain de la paix de Loudun, dans un siècle de goût et d'autorité qui a oublié les temps héroïques de la geste protestant. Ce poème de dix mille vers n'entre dans aucun genre défini : il contient de l'histoire, de l' épopée, de la satire, du lyrisme chrétien. Le poète retrouve l'indignation de Juvénal cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/#i_24075

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans le chapitre « Merveilleux païen, merveilleux chrétien »  : […] Quasi oubliée au Moyen Âge, l'œuvre d'Aristote est redécouverte par les humanistes italiens de la Renaissance – c'est-à-dire bien après qu'a commencé de s'imposer, dans les différentes langues européennes, une littérature vernaculaire. À suivre les principes aristotéliciens , La Divine Comédie (1304-1320) de Dante ne semble pas digne d'être comparée à L'Iliade puisqu'elle ignore notamment la règ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee-notion-d/#i_24075

Pour citer l’article

Yvonne BELLENGER, « LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'Aubigné - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tragiques/