LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'AubignéFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un « livre qui brûle »

Le vers utilisé est l'alexandrin, auquel d'Aubigné imprime une énergie peu commune. Les Tragiques se composent de sept livres, ordonnés selon une progression évidente : « Misères » évoque les souffrances du peuple, « Princes » accuse les turpitudes du roi et des grands, « La Chambre dorée » l'indignité des juges ; puis « Les Feux » célèbrent les protestants, martyrs de la Réforme, et « Les Fers » disent leurs combats et les massacres des guerres civiles ; « Vengeances » et « Jugement », enfin, annoncent le châtiment des coupables et la récompense des justes.

Toutefois, on aurait tort d'imaginer Les Tragiques comme un récit logique, rigoureusement démonstratif. C'est un « livre qui brûle » (F. Lestringant), un livre apocalyptique, révélateur de la vérité qui illumine les victimes protestantes et qui condamne leurs bourreaux. L'altération de l'ordre naturel des choses se manifeste par des symboles baroques d'une rare violence, comme dans ces vers où le poète évoque le « jour marqué de noir » de la Saint-Barthélemy, ce 24 août 1572 où furent massacrés des milliers de protestants, ce jour « Qui voulût être nuit et tourner sur ses pas ;/ Jour qui avec horreur parmi les jours se compte,/ Qui se marque de rouge et rougit de sa honte ».

La vieille analogie entre macrocosme et microcosme prend une signification nouvelle, allégorique et mystique : la création et la créature ne font plus qu'un : « Pour l'imagination du poète, tout est vivant, tout manifeste ou peut manifester l'invisible » (M. Raymond). Les misères s'opposent aux fastes, le martyre précède la récompense. L'antithèse, figure clé de l'œuvre, organise la composition, inspire les procédés, anime les images. Tout se heurte, tout se mêle : l'histoire et le symbole, le réel et l'allégorie, l'horreur quotidienne et la splendeur biblique. Mais l'ampleur des Tragiques résulte aussi d'une organisation verticale où se juxtaposent « le plan du récit (réaliste ou historique), celui de l'allégorie et celui du surna [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'Aubigné  » est également traité dans :

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre « « Les Tragiques » »  : […] Commencés en 1577, achevés sous leur forme première en 1589, ils paraissent en 1616, au lendemain de la paix de Loudun, dans un siècle de goût et d'autorité qui a oublié les temps héroïques de la geste protestant. Ce poème de dix mille vers n'entre dans aucun genre défini : il contient de l'histoire, de l' épopée, de la satire, du lyrisme chrétien. Le poète retrouve l'indignation de Juvénal cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/#i_24075

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans le chapitre « Merveilleux païen, merveilleux chrétien »  : […] Quasi oubliée au Moyen Âge, l'œuvre d'Aristote est redécouverte par les humanistes italiens de la Renaissance – c'est-à-dire bien après qu'a commencé de s'imposer, dans les différentes langues européennes, une littérature vernaculaire. À suivre les principes aristotéliciens , La Divine Comédie (1304-1320) de Dante ne semble pas digne d'être comparée à L'Iliade puisqu'elle ignore notamment la règ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee-notion-d/#i_24075

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvonne BELLENGER, « LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'Aubigné - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tragiques/