• Mes Favoris
  • RASTRELLI LES

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Médias de l’article

    Château de Peterhof, vue intérieure

    Château de Peterhof, vue intérieure
    Crédits : Bridgeman Images

    photographie

    Tsarskoïe Selo, façade

    Tsarskoïe Selo, façade
    Crédits : Bridgeman Images

    photographie

    Tsarskoïe Selo, salons

    Tsarskoïe Selo, salons
    Crédits : Bridgeman Images

    photographie

    Tsarskoïe Selo, grande galerie

    Tsarskoïe Selo, grande galerie
    Crédits : Bridgeman Images

    photographie


    Italiens d'origine, les deux Bartolomeo Rastrelli, le père et le fils, sont devenus par adoption des artistes russes. Le père naît en 1675 à Florence et meurt en 1744 à Saint-Pétersbourg ; le fils, né en 1700 à Paris, meurt lui aussi à Saint-Pétersbourg en 1771. C'est à 1716 que remonte l'installation de la famille en Russie. Pierre le Grand et ses successeurs, désireux de faire de leur État une monarchie conforme aux modèles de l'Europe occidentale, feront ainsi appel tout au long du xviiie siècle à des artistes italiens ou français, et les plus aventureux d'entre eux trouveront dans ce lointain empire un terrain d'action bien plus vaste et bien moins concurrencé qu'à Paris ou à Rome. Rastrelli, le père, était à la fois architecte, ingénieur et sculpteur. On lui doit deux importantes statues en bronze de Pierre le Grand et de la tsarine Anna Ivanovna.

    Le fils, plus remarquable que son père, fut essentiellement un architecte, d'une inspiration si délibérément moderne que, pour les Russes, le nom de Rastrelli est à peu près l'équivalent de rococo. Ses travaux, fort nombreux, sont disséminés dans tout l'ancien empire des tsars ; il faut citer le palais d'Hiver, le couvent Smolny et, au sud de Saint-Pétersbourg, le palais de Tsarskoïe Selo, non pas construit, mais totalement remanié par Rastrelli de 1749 à 1756. L'ampleur du parti général, l'importance des cours et des espaces extérieurs montrent l'attention soutenue prêtée aux maîtres italiens, sinon à ceux de l'Europe centrale. Mais, dans le détail du décor, l'influence française est nettement perceptible. Il serait d'ailleurs injuste de ne voir en Rastrelli qu'un épigone qui transpose en Russie des modèles occidentaux ; il sut, au contraire, tirer parti de l'adaptation des formules baroques aux traditions locales, par exemple dans l'église Saint-André de Kiev (1747-1752).

    Château de Peterhof, vue intérieure

    Château de Peterhof, vue intérieure

    photographie

    La cage d'escalier du château de Peterhof, à Saint-Pétersbourg, dessinée par l'architecte italien Francesco Bartolomeo Rastrelli (1700-1771). 

    Crédits : Bridgeman Images

    Afficher

    Tsarskoïe Selo, façade

    Tsarskoïe Selo, façade

    photographie

    Tsarskoïe Selo, façade orientale du palais de Catherine II. Architecte : Francesco Rastrelli. 

    Crédits : Bridgeman Images

    Afficher

    Tsarskoïe Selo, salons

    Tsarskoïe Selo, salons

    photographie

    Tsarskoïe Selo, palais de Catherine II, portes en enfilade. Architecte : Francesco Rastrelli. 

    Crédits : Bridgeman Images

    Afficher

    Tsarskoïe Selo, grande galerie

    Tsarskoïe Selo, grande galerie

    photographie

    Tsarskoïe Selo, palais de Catherine II, la grande galerie. Architecte : Francesco Rastrelli. 

    Crédits : Bridgeman Images

    Afficher

    —  Georges BRUNEL

    Écrit par :

    • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

    Classification


    Autres références

    «  RASTRELLI LES  » est également traité dans :

    BAROQUE

    • Écrit par 
    • Claude-Gilbert DUBOIS, 
    • Pierre-Paul LACAS, 
    • Victor-Lucien TAPIÉ
    •  • 20 831 mots
    •  • 23 médias

    Dans le chapitre « Pologne et Russie »  : […] Au-delà de l'Europe centrale, la Pologne catholique et la Russie orthodoxe (y compris l'Ukraine) présentent un autre domaine du baroque. On a parlé d'un monde slave du baroque : mais comme il n'a pas d'unité, il vaudrait mieux parler d'un baroque des expériences slaves. Ces pays d'aristocratie seigneuriale, d'Église et de paysannerie réunissaient les conditions sociologiques les plus favorables à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_4861

    RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

    • Écrit par 
    • Michel ALPATOV, 
    • Olga MEDVEDKOVA, 
    • Cécile PICHON-BONIN, 
    • Andreï TOLSTOÏ
    •  • 18 894 mots
    •  • 22 médias

    Dans le chapitre « Saint-Pétersbourg et le baroque »  : […] Les chantiers de Saint-Pétersbourg furent dirigés par des architectes étrangers. Citons Domenico Trezzini (env. 1670-1734), qui dessina de très nombreux bâtiments dans un style baroque du Nord simplifié. Originaire de la Suisse italienne, venant de Copenhague où il avait été au service de Frédéric IV, Trezzini bâtit notamment l'église de la citadelle Saints-Pierre-et-Paul, qui, avec son plan de b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_4861

    TSARSKOÏE SELO, Russie

    • Écrit par 
    • Olga MEDVEDKOVA
    •  • 915 mots
    •  • 4 médias

    Tsarskoïe Selo est situé au sud de Saint-Pétersbourg (24 km) sur les terres d'un ancien domaine suédois qui portait le nom de Saari mojs, « lieu élevé » en finnois. Russifié, ce nom fut transformé d'abord en Sarskaïa myza puis en Sarskoïe Selo. Le domaine fut offert, en 1703, par Pierre le Grand au premier gouverneur de Saint-Pétersbourg, Alexandre Menchikov, et, en 1710, à la femme de Pierre, Cat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tsarskoie-selo-russie/#i_4861

    Pour citer l’article

    Georges BRUNEL, « RASTRELLI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rastrelli/