LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une adolescence incomprise et des adultes sans mémoire

Antoine Doinel, un garçon de treize ans, est surpris en classe par son professeur en train d'admirer une photo de pin-up que les élèves font circuler. Il est puni. De retour à la maison, un logement exigu dans un vieil immeuble près de la place de Clichy à Paris, il est traité durement par sa mère. Son beau-père, qui s'intéresse essentiellement aux courses automobiles, tente de le faire un peu rire. Le lendemain, Antoine, qui a oublié d'écrire sa punition, fait l'école buissonnière avec son copain René. Sur le chemin du retour, il surprend sa mère dans les bras d'un homme. Quand Antoine retourne en classe, il justifie son absence en prétextant la mort de sa mère. Les parents sont convoqués et Antoine est violemment giflé par Monsieur Doinel. Il décide alors de ne pas rentrer chez lui et trouve refuge dans une imprimerie. Réveillé par les ouvriers, il erre dans Paris, vole une bouteille de lait, avant de retourner en classe. Sa mère, affolée, vient le chercher. Antoine lit Balzac et recopie un fragment de La Recherche de l'absolu pour sa composition de français. Le professeur lui donne la plus mauvaise note de la classe et veut l'envoyer chez le directeur. Il s'enfuit au Guignol avec René, puis tous deux choisissent de voler une machine à écrire dans le bureau de Monsieur Doinel. Ne pouvant la vendre, Antoine la rapporte et se fait surprendre par le gardien. Il est conduit par son beau-père au commissariat, puis transféré dans un centre de redressement. Sa mère vient le voir et lui annonce que c'est la dernière fois. Lors d'une partie de football, Antoine s'enfuit et court vers la mer.

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

Photographie

Jean-Pierre Léaud dans Les Quatre Cents Coups (1959), de François Truffaut (1932-1984). La présentation du film à Cannes marque la consécration de la nouvelle vague. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  LES QUATRE CENTS COUPS, François Truffaut  » est également traité dans :

TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 159 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « La vie, c’était l’écran » »  : […] François Truffaut est né le 6 février 1932, à Paris, de père inconnu. Sa mère, Janine de Montferrand, secrétaire-dactylo à l’ Illustration , doit accoucher en secret. Roland Truffaut, architecte-dessinateur, épouse Janine et donne son nom à l’enfant. D’abord élevé par ses grands-parents, François se retrouve à dix ans à Paris, entre une mère qui ne lui demande que de se faire oublier et un père s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-truffaut/#i_37227

Pour citer l’article

Michel MARIE, « LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quatre-cents-coups/