LES PROVINCIALES, Blaise PascalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre de circonstance

Ni tout à fait à l'intérieur de Port-Royal, ni totalement pris dans le monde, mais en connaissant les jeux comme les détours, Pascal est l'homme idéal pour produire les meilleures attaques contre les ennemis des jansénistes. Il connaît la condamnation, par la bulle Cum occasione de 1653, des cinq propositions tirées de l'Augustinus de Jansen. Il a lu de fort près les écrits d'Antoine Arnauld. Après la condamnation de celui-ci par la Sorbonne, le 14 janvier 1656, il répond, presque immédiatement, le 23 janvier, au coup de force par la première de ses lettres, Lettre escrite à un provincial par un de ses amis sur le sujet des disputes présentes de la Sorbonne. La diffusion est particulièrement soignée, et le succès immédiat. Jusqu'au 23 mai 1657, date de rédaction de la dernière lettre, les arguments s'enchaînent de manière à exposer clairement la position janséniste et à discréditer les croyances tortueuses de leurs opposants.

Si le but politique de ces lettres ne fut en aucun cas atteint, puisque l'assemblée du clergé condamna une nouvelle fois l'Augustinus le 17 mars 1657, son impact moral fut énorme, au point qu'on associa systématiquement et durablement l'image des jésuites à la description qu'en donnait Pascal : hypocrites, pratiquant une casuistique de l'intérêt particulier, paradoxaux, malhonnêtes en matière de morale et de religion, trop proches des affaires du monde, toujours capables d'excuser les pires forfaits lorsqu'il en va de leur intérêt.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LES PROVINCIALES, Blaise Pascal  » est également traité dans :

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 064 mots

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire-notion-de/#i_28753

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art épistolaire et débat d'idées »  : […] Le premier théoricien moderne de l'art épistolaire fut Érasme, avec son De conscribendis epistolis (1522). Face aux nomenclatures fixes des Formulaires médiévaux, il affirme que les lettres peuvent traiter toutes sortes de sujets et adapter leurs formes et formules en conséquence. Cependant, il maintient une rhétorique de la monovalence : un sujet, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_28753

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « L’éloquence et la foi »  : […] Sinon face à eux, du moins sur le pôle opposé, celui de la foi ardente et agissante en ce siècle qui court entre l’édit de Nantes (1598) et sa révocation (1685), on ne compte plus les apologistes, les prédicateurs et les pasteurs des âmes, dont certains ont laissé une œuvre entrée en littérature, alors qu’ils n’aspiraient qu’à faire entrer en meilleure religion leurs auditeurs. Théologien, précep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_28753

MES PROVINCIALES (J.-P. Civeyrac)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 106 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le présent dans le passé » »  : […] Cette jeunesse intelligente, pleine de confiance et d’inquiétudes mêlées, s’empoigne lors de disputes passionnées, argumentant contre Baudelaire et en faveur de Rimbaud. Ils aiment Nerval, dont les œuvres inspirent le découpage en chapitres du film, tout en échappant aux clichés et en privilégiant l’inattendu. Le romantisme rend « l’existence plus intense, le monde plus grand », et permet « de voi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mes-provinciales-j-p-civeyrac/#i_28753

NICOLE PIERRE (1625-1695)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 931 mots

L'un des principaux écrivains de Port-Royal, théologien, controversiste, moraliste. Né à Chartres, issu d'une famille d'humanistes et de poètes, Pierre Nicole est très tôt attiré dans le milieu de Port-Royal par une de ses tantes religieuse. Maître aux Petites Écoles, il poursuit ses propres études et devient en 1649 bachelier en théologie. Mais la même année, la Sorbonne condamne les Cinq Proposi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-nicole/#i_28753

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un art de la persuasion »  : […] Dans ses activités, Pascal est servi par un grand sens de la communication : plus que tout autre en son temps, il a saisi les exigences du contact entre les esprits et de l'« art de persuader », pour reprendre le titre donné à la seconde section de L'Esprit géométrique . Marc Fumaroli a montré qu'il s'inscrit dans la tradition rhétorique humaniste des milieux parlementaires e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_28753

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/