LES MYSTÈRES DE PARIS, Eugène SueFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville sauvage

Pourquoi un tel engouement ? Pour la première fois, un écrivain se donnait pour but d'explorer les bas-fonds de la capitale. À l'instar de Fenimore Cooper décrivant les Peaux-Rouges d'Amérique, Sue ouvrait grands les repaires où les barbares de Paris concertent le vol et le meurtre ; il rendait accessible leur langage mystérieux, « rempli d'images frustes, de métaphores dégouttantes de sang » : « J'ai été pris la main dans le sac et le couteau dans la gorge du pante. Je suis un cheval de retour, c'est toisé. » La société de Louis-Philippe découvrait ainsi, effrayée et fascinée, un monde parallèle qu'elle côtoyait mais ignorait : celui des « classes dangereuses ».

À initier les belles dames à l'argot des bagnes et aux mœurs des mauvais lieux, à procurer aux gens honnêtes les frissons de l'encanaillement, le risque était toutefois de porter atteinte à l'ordre moral. L'auteur s'en inquiète : « Nous nous sommes demandé si de pareils tableaux devaient être mis sous les yeux. » Mais il rassure son lecteur. Les Mystères de Paris est bien une œuvre édifiante, où les méchants sont châtiés et les pauvres, s'ils sont vertueux et résignés, se voient récompensés. De plus, de roman noir, il se transforme peu à peu en mélodrame et relègue les gueux au second plan.

Personnage principal, Rodolphe, grand-duc de Gerolstein, s'est fait justicier. Ayant jadis tiré l'épée contre son père qui s'opposait à son mariage avec l'intrigante Sarah Seyton, puis perdu l'enfant née de cette union illégitime, il veut racheter ses fautes en combattant le mal. Exilé à Paris, avec son aide de camp et son médecin, ayant appris l'argot et la boxe, il surveille incognito la capitale, prêt à secourir les innocents.

Il arrache ainsi à la rue Fleur-de-Marie, dite La Goualeuse, et la libère des griffes de la Chouette, ancienne marâtre de la jeune fille, et de son complice, le Maître d'école, terrible bandit qu'il châtie en le rendant aveugle. Il confie la pauvre orpheline à Madame Georges, douairière éprouvée par le destin, dont le fils a disparu. Pour le retrouver, il s'établit, déguisé en ouvrier, rue du Temple où il s'efforce de prévenir bien des malheurs. Son enquête le mène sur la piste du notaire Ferrand, en apparence un saint homme, en réalité un criminel cupide et sans pitié. Rodolphe entreprend de le ruiner, puis lui inflige une mort horrible. Entre-temps, il retrouve Sarah, puis sa fille qu'il croyait morte et qui n'est autre que Fleur-de-Marie. Devenue altesse royale, celle-ci reste tourmentée par sa déchéance passée : elle prend le voile et meurt.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  LES MYSTÈRES DE PARIS, Eugène Sue  » est également traité dans :

LA FABRIQUE DE L'ÉCRIVAIN NATIONAL (A.-M. Thiesse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 1 395 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’écrivain, quintessence de l’esprit national »  : […] À compter du milieu du xix e  siècle, les écrivains sont définitivement chargés de l’écriture du roman national. Ils l’élaborent à travers des poésies au lyrisme patriotique et des œuvres panoramiques qui décrivent l’éventail national des types sociaux. Au moment des éveils nationaux, ils composent des hymnes et des manifestes, montent des pièces engagées. La publication de la littérature dans le […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La littérature redéfinie »  : […] Le champ de la littérature se réduit au cours du xviii e  siècle. Une acception dorénavant restrictive du terme, compris comme « art de penser et de s’exprimer », est établie dès l’essai de Germaine de Staël , De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800) et ce périmètre va encore diminuer avec l’entrée dans la modernité. Mais l’affaiblissement potentiel de […] Lire la suite

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 924 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La vie rêvée »  : […] C'est le feuilleton, non point le roman, qui a créé le roman-feuilleton, lui a donné ses lois, ses thèmes, en un mot l'a institué en genre. En effet, lorsque apparurent les grands quotidiens à bon marché dont le prototype fut La Presse d'Émile de Girardin en 1836, ces nouveaux journaux publièrent des feuilletons romanesques, plus susceptibles d'attirer la ferveur des lecteurs que les feuilletons […] Lire la suite

SUE MARIE-JOSEPH dit EUGÈNE (1804-1857)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 1 064 mots

L'écrivain français le plus populaire du xix e siècle, qui conféra au feuilleton ses lettres de noblesse en y intégrant le roman social. Issu d'une famille prestigieuse de chirurgiens, fils du médecin en chef de la garde des consuls, le petit Marie-Joseph Sue a pour marraine Joséphine Bonaparte et pour parrain Eugène de Beauharnais. Ces glorieux antécédents ne l'empêchent pas d'être un élève fort […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « LES MYSTÈRES DE PARIS, Eugène Sue - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mysteres-de-paris/