MÉDICIS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands-ducs de Toscane (1530-1737)

Florence une fois tombée, les Médicis s'y réinstallent sous la protection de Charles Quint. Contesté par les défenseurs de la république, leur pouvoir semble fragile. Et pourtant, après quelques années incertaines – Alexandre, le premier duc, est assassiné en 1537 par son cousin Lorenzino (le Lorenzaccio de Musset) –, Côme Ier, cousin et successeur d'Alexandre, fonde une dynastie qui, de père en fils ou en frère, durera deux cents ans exactement, portant successivement au pouvoir Côme (1537-1574), François (1574-1587), Ferdinand Ier (1587-1609), Côme II (1609-1621), Ferdinand II (1621-1670), Côme III (1670-1723) et enfin Jean-Gaston (1723-1737). Cette stabilité peut s'expliquer par les qualités des grands-ducs, celles au moins des fondateurs de la maison, Côme Ier, prince énergique et perspicace, mécène avisé, et Ferdinand Ier, bon administrateur, lui aussi ami des arts. Leurs alliances aussi consolident le pouvoir des Médicis. Les grandes-duchesses appartiennent aux plus grandes familles européennes. Les mariages de leurs filles ou de leurs sœurs sont parfois aussi brillants et même davantage ; parmi elles, deux reines de France : Catherine, sœur d'Alexandre et épouse de Henri II, et Marie, fille de François et épouse de Henri IV. Les Médicis cherchent surtout, en mariant leurs enfants, à resserrer les liens avec les principautés italiennes voisines : les Este, ducs de Ferrare, par Lucrèce et Virginie, filles de Côme Ier ; les Gonzague, ducs de Mantoue, par Éléonore, fille de François, et par Catherine, fille de Ferdinand Ier ; les Farnèse, ducs de Parme, par Marguerite, fille de Côme II ; les ducs d'Urbino. Même politique à l'égard de la papauté : à chaque génération, quelque Médicis, nommé cardinal grâce à l'appui des grands-ducs, s'emploie à orienter la politique pontificale dans le sens des intérêts de sa famille. Leur stabilité enfin s'enracine dans leur œuvre.

La formation et l'aménagement d'un État toscan

En 1530, à l'avènement d'Alexandre ; en 1537, à celui de Côme, mille soubresauts soulèvent encore la Toscane. Les communes sujettes, Pise, Arezzo, s'agitent ; des troupes d'exilés vont et viennent sur les frontières ; de nombreux citoyens sont hostiles aux nouveaux princes ; des conjurations s'organisent encore sous François. Les grands-ducs doivent en somme résoudre deux problèmes : d'une juxtaposition de villes mutuellement hostiles, forger un État ; étouffer les nostalgies républicaines. Ils s'y emploient. Ils se battent : les exilés sont écrasés à Montemurlo par Côme Ier (1538). Ils légifèrent : Côme Ier et François Ier étendent à tous leurs sujets les droits et devoirs jadis réservés aux seuls Florentins. Tous ont accès aux charges publiques. L'esprit municipal s'affaiblit. L'État toscan remplace l'État florentin. Mais cette unification, qui a le prince pour auteur, l'a aussi pour centre. Les institutions républicaines sont éliminées l'une après l'autre : la vieille seigneurie disparaît sous Alexandre, et de nouveaux rouages sont mis en place par lui et par ses successeurs. Le magistrat suprême, composé du duc, de son lieutenant, de quatre conseillers, est flanqué d'un Conseil des deux-cents, et d'un Sénat de quarante-huit membres, organes eux-mêmes mis en tutelle sous Côme Ier et coiffés par la Pratica Segreta, comité restreint présidé et dirigé par le prince. Ce même souci de promouvoir un État toscan, et pas seulement florentin, inspire les mesures économiques des grands-ducs. La Toscane tout entière est leur champ d'action.

Sur le plan agricole, ils s'attachent à mettre en valeur les vallées marécageuses encore incultes, celles, en particulier, des territoires non florentins, longtemps négligés. Les travaux sont engagés dès le règne de Côme Ier. Ils se poursuivent pendant cent ans et plus. Sont ainsi conquis, en totalité ou en partie, le Val di Chiana, au sud d'Arezzo, la Maremme, la plaine de Pise, le Val di Nievole. À mesure que ces territoires sont assainis, on les repeuple. Sur le plan commercial, des privilèges sont accordés à différentes villes comme Pise ; mais Livourne surtout en bénéficie : de François à Ferdinand II, tous les pri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

L'Adoration des mages, S. Botticelli

L'Adoration des mages, S. Botticelli
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG-images

photographie

Portrait de Laurent le Magnifique, G. Vasari

Portrait de Laurent le Magnifique, G. Vasari
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉDICIS LES  » est également traité dans :

ALBIZZI LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 310 mots

Famille florentine. Originaires d'Arezzo, les Albizzi sont inscrits à l'Arte della Lana, l'une des plus importantes corporations marchandes de Florence, dès le début du xiii e siècle ; très fréquemment, on les trouve occupant les plus hautes fonctions au gouvernement de la ville (prieurs, gonfaloniers de justice). Guelfes de toujours, ils jouent un rôle important dans la proscription de la factio […] Lire la suite

ARÉTIN L' (1492-1556)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 3 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie aux cent actes divers »  : […] Vers sa quinzième année, l'Arétin quitte Arezzo et se rend à Pérouse, où il acquiert, au cours d'un apprentissage sans lendemain, les connaissances théoriques en matière de peinture qui feront de lui, plus tard, un critique averti, écouté des plus grands maîtres. C'est là, surtout, qu'il s'essaie pour la première fois à la poésie pétrarquisante alors à la mode, publiant en 1512 un recueil de vers […] Lire la suite

BANDINELLI BARTOLOMEO dit BACCIO (1493-1560)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

Sculpteur italien né le 12 novembre 1493 à Florence, mort le 7 février 1560 à Florence. Bartolomeo Brandini suit une formation d'orfèvre auprès de son père, Michele di Viviano de Brandini, qui bénéficie du mécénat des Médicis. Attiré par la sculpture , il travaille dans l'atelier de Giovanni Francesco Rustici et devient l'un des principaux artistes de la cour du grand-duc de Toscane, Côme I er […] Lire la suite

BEMBO PIETRO (1474-1547)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 1 785 mots

Dans le chapitre « Défense et illustration de la langue italienne »  : […] De 1506 à 1511, Bembo demeura tantôt à Rome tantôt à Urbin, où brillait une cour raffinée autour du duc Guidobaldo et de son épouse Élisabeth de Gonzague. Il y fut l'ami de Baldassarre Castiglione et de Jean de Médicis, alors exilé de Florence. En 1512, il apporte, par une épître latine ( De imitatione ), une notable contribution au débat, ouvert une trentaine d'années plus tôt, sur les règles qui […] Lire la suite

BERNESQUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 349 mots

Le genre bernesque naquit dans l'atmosphère enjouée des fêtes que donnaient les Médicis, en particulier Laurent le Magnifique et Hippolyte. À Florence vécurent les poètes Ange Politien (1454-1494), Luigi Pulci (1432-1484) et celui qui sera considéré comme le fondateur de la maniera bernesca , Francesco Berni (1497-1535). Ils apportent respectivement la souplesse de la poésie néo-latine, l'humour e […] Lire la suite

BIBBIENA BERNARDO DOVIZI cardinal (1470-1520)

  • Écrit par 
  • Anna FONTÈS
  •  • 461 mots

Venu de Bibbiena, petit bourg toscan à flanc de montagne, Bernardo Dovizi fut tôt l'homme de confiance de Laurent le Magnifique, puis de son fils Pierre. Compagnon fidèle, puis serviteur zélé du cardinal Jean de Médicis, il partage l'exil de son maître (1494-1512). Hôte des cours italiennes, il est l'ami et le correspondant des seigneurs, hommes de lettres, artistes, qui apprécient son tempérament […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] La disparition quasi totale des volumina si soigneusement conservés durant l'Antiquité peut apparaître comme la conséquence des grandes invasions. Mais elle s'explique aussi par la fragilité du papyrus et résulte avant tout d'une révolution technique : le remplacement sous le Bas-Empire du volumen par le codex et la substitution au papyrus du parchemin, plus fruste mais plus solide. À l'opposé […] Lire la suite

BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 444 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La perspective »  : […] Cette préoccupation de la perspective, commune aux artistes florentins de son temps, l'amènera peu après à renouveler l'ordonnance traditionnelle en largeur, qui permettait de traiter le sujet en multipliant, dans le cortège fastueux des rois, les portraits des donateurs, de leurs familiers, des personnages importants de la cité. C'est une composition centrée qu'adopte Botticelli pour L'Adoration […] Lire la suite

CACCINI FRANCESCA (1587-env. 1641)

  • Écrit par 
  • Rebecca CYPESS, 
  • Universalis
  •  • 914 mots

La compositrice et chanteuse florentine Francesca Caccini, également appelée Francesca Signorini, Francesca Signorini-Malaspina ou Francesca Raffaelli, surnommée la Cecchina, fit partie de la poignée de femmes dans l’Europe du xvii e  siècle dont les compositions furent publiées. Elle produisit ses œuvres majeures alors qu’elle vivait à la cour des Médicis, à Florence. Francesca Caccini naît le 18 […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 182 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution historique »  : […] Dans l'Antiquité, les saturnales et lupercales des Romains, fêtes célébrées respectivement en décembre et en février, étaient l'objet de débordement licencieux de la part des participants : on jouait à l'inversion des sexes (les hommes se déguisaient en femmes) et à l'inversion des rôles (l'esclave devenait le maître pour une journée). Ce thème de l'inversion ou du monde à l'envers donna au Moye […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles-Marie de LA RONCIÈRE, « MÉDICIS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-medicis/