LOMBARDO LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tombeau du doge Vendramin, T. et A. Lombardo

Tombeau du doge Vendramin, T. et A. Lombardo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Saint-Marc, Venise

Saint-Marc, Venise
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Famille d'architectes et de sculpteurs originaire des environs de Lugano qui se fit connaître par son activité en Vénétie au xve et au xvie siècle.

Pietro (1430-1515), son plus remarquable représentant, se forme à Florence sous la direction de Bernardo Rosselino et de Desiderio da Settignano, puis gagne Venise où il exécute les monuments funéraires des doges Marcello et Malipiero, ainsi que des éléments de décoration à l'église des Frari et à San Giobbe.

Devant le succès de ses premières œuvres, on lui confie la construction de l'église Santa Maria dei Miracoli, dont il réalise également la décoration, avec l'aide de ses fils Antonio et Tullio, de 1481 à 1489. Avec eux aussi, Pietro Lombardo construit la Scuola di San Marco, qui sera terminée par Coducci. Puis c'est, dans la cathédrale de Trévise, le monument pour l'évêque Zanetti et une chapelle à coupole. Les Gonzague lui demandent un dessin pour la chapelle de leur palais de Mantoue, alors qu'il est nommé depuis 1498 surintendant du palais ducal de Venise. On le trouve encore à Trévise puis à Cividale dans les premières années du xvie siècle. Pietro Lombardo est un des artistes qui a introduit à Venise, sans heurt, les nouvelles formules florentines de l'architecture et de la sculpture.

Tullio (1455 env.-1532) travaille en collaboration avec son père et son frère Antonio (tombeau du doge Mocenigo, et différentes réalisations à Trévise). Il atteint une grande virtuosité technique, mais s'applique à suivre d'une manière trop stricte les règles de composition, ce qui rend son style assez froid, quoique élégant.

Antonio (1458 env.-1516) a été associé aux travaux de son père et de son frère (Sainte-Marie des Miracles, monument Zanetti). Il travaille au tombeau du doge Vendramin (1493) et à des reliefs pour le Santo à Padoue. À partir de 1506, il est à Ferrare au service de la famille d'Este. Comme son frère, Antonio se montre respectueux des règles classiques et, comme lui, assez froid, mais possède à un plus haut degré le sens décoratif.

Tombeau du doge Vendramin, T. et A. Lombardo

Tombeau du doge Vendramin, T. et A. Lombardo

photographie

Tullio et Antonio LOMBARDO, tombeau du doge Vendramin, 1493, marbre. San Giovanni e Paolo, Venise, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Girolamo (1504 env.-1590), fils d'Antonio, se rattache à l'école de Jacopo Sansovino, et participe sous sa direction aux travaux de décoration de la Libreria et de la Loggetta du campanile (frise) à Venise. Il travaille aussi, pour Andrea Sansovino, aux reliefs de la Sainte Maison de Lorette, exécute des tabernacles à Fermo et à Milan, crée enfin les portes de la basilique de Lorette, en collaboration avec ses frères Aurelio et Lodovico.

Saint-Marc, Venise

Saint-Marc, Venise

photographie

Logetta du campanile de Saint-Marc, Venise. Architecte : Jacopo Sansovino. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  LOMBARDO LES  » est également traité dans :

VENISE

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI, 
  • Michel ROUX, 
  • Freddy THIRIET
  • , Universalis
  •  • 8 049 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans la première moitié du xv e  siècle, le style gothique anime encore le vocabulaire formel des Vénitiens, et le passage de Paolo Uccello et d'Andrea del Castagno, qui travaille à Venise en 1442, n'a pas laissé de traces. Padoue, en revanche, où la vie culturelle bouillonne autour de l'université fréquentée par des étudiants originaires de diver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venise/#i_44264

VÉNITIENS PALAIS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 042 mots
  •  • 5 médias

Dans les dernières années du xv e siècle — en 1495 — « la plus belle rue qui soit au monde et la mieux maisonnée » était, pour Philippe de Commynes, le Grand Canal de Venise . Aujourd'hui encore, malgré l'usure du temps et les réfections abusives, on comprend, en suivant cette « rue » au fil de l'eau, l'admiration éblouie du chroniqueur français. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-venitiens/#i_44264

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « LOMBARDO LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lombardo/