LEONI LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artistes italiens, originaires d'Arezzo. Leone Leoni, ou Lioni (1509-1590), séjourna à Venise en 1527 avant d'entrer en 1538 comme graveur à la Zecca (hôtel des Monnaies) pontificale. Condamné aux galères pour le meurtre de l'orfèvre Pellegrino de Leuti, il fut libéré en 1541 sur l'intervention d'Andrea Doria, dont il fit la médaille. Maître de la Monnaie de Milan (1542-1545), compromis dans une affaire de fausse monnaie à Ferrare, il finit par s'attacher au service de Charles Quint, qui le fit chevalier de Santiago. Il suivit l'empereur dans ses déplacements et exécuta pour lui non seulement des médailles, mais des sculptures en ronde bosse : Charles Quint foulant aux pieds la fureur (1549-1564, musée du Prado), statues de don Philippe et d'Isabelle de Portugal. On lui doit aussi les statues de bronze de Vincent de Gonzague (Sabbionetta) et de Ferrante de Gonzague (Guastalla), et surtout de nombreux bustes.

À partir de 1550 environ, il eut pour collaborateur son fils Pompeo Leoni (1533-1608), qui, après avoir travaillé à Innsbruck, puis à Milan, l'accompagna en Espagne (où il fut d'ailleurs accusé de luthéranisme). Il travailla à l'Escorial, et notamment à l'étonnant ensemble constitué dans le chœur de l'église par les tombeaux de Charles Quint et de Philippe II et par le maître-autel ; son père fournit les modèles de certaines parties et surveilla les fontes, qui se firent à Milan de 1582 à 1587. Philippe II lui commanda aussi le tombeau de sa sœur dona Juana, reine de Portugal (1574, église des Descalzas, Madrid), et Pompeo, quoique orfèvre et bronzier de formation, se révéla également habile à traiter le marbre (Tombeau du grand inquisiteur don Fernando de Valdés, à Salas). Pompeo Leoni resta au service de Philippe III, et le favori de ce dernier, le duc de Lerne, lui commanda pour lui et les siens des tombeaux copiés sur ceux de l'Escorial, qui furent fondus par Juan de Arfe (musée de Valladolid). La dernière œuvre de Pompeo est le Tombeau des marquis de Poza, fait de marbre (église san Pablo, Palencia).

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  LEONI LES  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 283 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Influences italiennes en sculpture »  : […] Comme l'architecture, la sculpture espagnole connut, au xvi e  siècle, des réussites exceptionnelles, notamment en Castille, où se trouvaient les milieux dirigeants de la politique et de l'Église. C'est à Burgos, qui avait été le grand centre de la sculpture gothique, que la Renaissance trouva l'un de ses domaines d'élection. Le terrain fut prépa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12081

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La dispersion »  : […] Par son testament du 23 avril 1519 (dont il existe une copie ancienne), Léonard laisse à son disciple Francesco Melzi tous ses manuscrits avec ses « instruments et portraits relatifs à son art et au métier des peintres ». Melzi revient en Lombardie et s'établit au château familial de Vaprio. Né en 1493, entré auprès de Léonard en 1508, il mourut en 1570 ; il passa donc cinquante ans après la mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_12081

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « LEONI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-leoni/