LEAKEY LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'événement tant attendu

Le 17 juillet 1959, après plusieurs campagnes de fouilles successives, Mary Leakey exhuma un crâne d'australopithèque, que Louis baptisa Zinjanthropus boisei, longtemps resté célèbre sous son petit nom de « Casse-noisettes » en raison de ses dents volumineuses. Il s'agissait en fait d'un australopithèque robuste dont un type équivalent était déjà connu en Afrique du Sud depuis 1938. Sa datation, en 1961, de 1,75 million d'années, âge extraordinaire pour l'époque, allait naturellement s'avérer d'une importance primordiale. La découverte du Zinjanthrope, d'une portée médiatique immense, allait dorénavant modifier financièrement, en hommes et en matériel, les dimensions des futurs programmes et opérations de recherches.

Ce fut le début d'une longue série de découvertes, avec notamment la mise au jour, en 1960, sous le niveau du Zinjanthrope, de plusieurs vestiges osseux d'un autre hominidé, que Mary considéra comme le véritable artisan des outils oldowayens. En raison de son cerveau, bien plus volumineux (environ 800 cm3) que celui des australopithèques (environ 400 à 500 cm3), et surtout de sa main, dont l'étude révéla la capacité de préhension, cette nouvelle créature fut appelée Homo habilis, c'est-à-dire « homme adroit » ou « capable », et fut datée de 1,8 milllion d'années. L'annonce, en 1964, de la création de cette nouvelle espèce du genre Homo, la plus ancienne connue, déclencha une vive controverse portant à la fois sur l'attribution de ces ossements à une espèce humaine pour une époque aussi reculée et sur la définition, nécessairement arbitraire, de l'homme.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LEAKEY LES  » est également traité dans :

AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 769 mots

Dans le chapitre « Découverte des premiers fossiles »  : […] Au cours de prospections menées pour le laboratoire de zoologie comparée de l’université Harvard, Bryan Patterson découvrait, en 1965, au sud-ouest du lac Turkana, sur le site de Kanapoi (Kenya), un fragment d’humérus d’un hominidé. Ce dernier était trouvé sous une coulée de basalte en surface des sédiments. L’intérêt de ce gisement résidait dans le fait que son âge était très ancien comme le su […] Lire la suite

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Australopithecus anamensis » »  : […] Cette espèce, découverte par Meave Leakey et Alan Walker en 1995, sur les sites kenyans de Kanapoi et d'Allia Bay serait vieille de 4,4 à 3,2 Ma environ. Elle est représentée par des fragments de mâchoires et des os des membres, dont un récolté dans les années 1960 par Bryan Patterson et son équipe. Ce qui est particulièrement intéressant est que les mâchoires présentent des caractères que l'on r […] Lire la suite

PALÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Denise de SONNEVILLE-BORDES
  •  • 10 674 mots

Dans le chapitre « Culture des galets taillés : rôle de l'Afrique »  : […] Le passage à l'humanité, le point de non-retour de l' hominisation ne se définit plus exclusivement par des critères anatomiques (station debout, capacité cérébrale), mais par un critère de comportement : la capacité à fabriquer un outil. L'utilisation de galets bruts ou naturellement brisés a sans doute précédé l'aménagement volontaire du galet, mais il n'en subsiste aucun témoignage, puisque ri […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Herbert THOMAS, « LEAKEY LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-leakey/