HOLBEIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Holbein l'Ancien

Un peintre traditionnel

Hans Holbein l'Ancien diffère des peintres allemands du xve siècle en ce que sa vie comme son œuvre, malgré d'importantes lacunes, sont relativement bien connues. Né à Augsbourg, il appartient à un milieu d'artisans dont il mène la modeste existence. Après un séjour à Ulm où il exécute, en collaboration avec le sculpteur Michel Erhart, un retable destiné au monastère de Weingarten (1493 ; volets dans la cathédrale d'Augsbourg), il revient en 1494 dans sa ville natale où il réside jusqu'en 1515. Il est bientôt assailli de commandes de retables, de fresques, de projets de vitraux, surtout pour les églises d'Augsbourg, mais également pour celle des dominicains de Francfort (retable du maître-autel, 1500-1501 ; plusieurs fragments au Städelsches Institut de la ville), pour celle des cisterciens de Kaisheim (retable du maître-autel, 1502-1504 ; volets à l'ancienne Pinacothèque de Munich). Son départ d'Augsbourg a été attribué sans raisons à la gêne dans laquelle il serait tombé par suite de l'évolution du goût de la clientèle. Que les antonins d'Issenheim, pour lesquels Grünewald venait d'achever son célèbre retable, aient alors fait appel à lui prouve qu'il jouissait encore d'une grande réputation. De 1517 à 1519, il travaille à Lucerne, avec son fils Hans, à la décoration de la maison Hertenstein (détruite en 1825). De 1519 date sa dernière œuvre connue, La Fontaine de vie (Museo nacional de arte antiga, Lisbonne). L'obscurité plane sur ses dernières années.

On ne sait pas avec certitude où il reçut sa première formation ; à Ulm, selon l'hypothèse traditionnelle, ou peut-être à Augsbourg, dont la peinture est mal connue jusqu'à la fin du xve siècle. Il a subi l'influence de Martin Schongauer et plus encore celle de la peinture flamande, manifeste dans son chef-d'œuvre, La Passion grise (volets d'un retable peint entre 1495 et 1500 ; Donaueschingen, coll. de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Portrait d'Érasme

Portrait d'Érasme
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

Allégorie de l'Ancien et du Nouveau Testament, H. Holbein le Jeune

Allégorie de l'Ancien et du Nouveau Testament, H. Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Ambassadeurs, H. Holbein le Jeune

Les Ambassadeurs, H. Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

vidéo

Henry VIII, Hans Holbein le Jeune

Henry VIII, Hans Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  HOLBEIN LES  » est également traité dans :

HOLBEIN LE JEUNE. LES ANNÉES BÂLOISES (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 897 mots

En 2003, le Mauritshuis de La Haye, qui possède trois portraits peints par Hans Holbein le Jeune, présentait une exposition intitulée Hans Holbein, portraitiste de la Renaissance. On pouvait y voir la célèbre Madone de Darmstadt, ou Madone du bourgmestre Jakob Meyer, conservée depuis le xixe  […] Lire la suite

BÂLE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 025 mots

À Bâle, ville rhénane à la forte tradition humaniste et économique, l'initiative privée s'est de tout temps alliée aux institutions publiques pour favoriser le développement culturel de la cité : la Collection publique des beaux-arts – c'est son nom officiel – en est le reflet. Elle doit son prestige à un noyau d'œuvres exceptionnelles du xvi e  siècle et à un ensemble du xx e  siècle de tout prem […] Lire la suite

FROBEN JOHANN (1460 env.-1527)

  • Écrit par 
  • Albert LABARRE
  •  • 601 mots

Né à Hammelburg (basse Franconie), Johann Froben aurait travaillé chez Anton Koberger à Nuremberg, puis chez Johann Amerbach à Bâle. Le 13 novembre 1490, il obtient le droit de bourgeoisie dans cette ville et y ouvre un atelier d'imprimerie l'année suivante. En 1494, il s'associe avec son compatriote Johann Petri et, en 1502, avec Johann Amerbach ; ceux-ci meurent respectivement en 1511 et en 1513 […] Lire la suite

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « Copie artisanale et reproduction multiple »  : […] Dans le phénomène de la reproduction, il faut considérer deux visées différentes : celle qui aspire à réaliser artisanalement une copie aussi fidèle que possible et celle qui se donne pour fin la répétition en grande quantité d'une image, plus ou moins fidèle, d'une œuvre authentique. Dans le cas de la copie artisanale, il ne s'agit pas seulement d'imiter un objet, mais de refaire ce qu'a fait un […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « HOLBEIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-holbein/