LES FILLES DU FEU, Gérard de NervalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vrai pays

« Connais-tu le pays où les citronniers fleurissent ?... » La chanson de Mignon dans l'ouvrage de Goethe Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister (1795-1796), et son rêve d'un ailleurs qui serait le vrai « pays » pourraient révéler l'unité du recueil, le proche et le lointain s'y mêlent : terre du Valois (matrice de l'âme du jeune traducteur en français de Faust), vibrant des vieilles romances qui jalonnent Angélique et Sylvie et qu'inventorie le florilège de chansons et de légendes qui leur font suite ; terre d'Amérique où l'héroïne éponyme de Jemmy choisit de vivre auprès des Indiens ; Naples et le Pausilippe, gorgé de la lumière suicidaire d'Octavie, tandis que Corilla, dresse une seconde scène napolitaine, à la fois lieu de quête et de perte de soi et de l'objet aimé (cette prima donna, double de Jenny Colon, la cantatrice aimée de Nerval) ; enfin une ville frontalière, entre Prusse et France, le fort de Bitche, où se dénoue le secret tragique narré dans Émilie : autant de théâtres qui, sous l'illusion du voyage, ponctuent la dérive du sujet nervalien.

Car le « pays » obstinément cherché, à travers Les Filles du feu et ces visages de femmes en apparence contrastés (Sylvie et Adrienne, Octavie et la brodeuse napolitaine aux charmes délétères, « les soupirs de la sainte et les cris de la fée » d'El Desdichado) ne découvre pas l'origine où feint de conduire le rêve qui est aussi remémoration. Le commencement n'est jamais que recommencement : « La Treizième revient... C'est encore la première ;/ Et c'est toujours la seule et c'est le seul moment » (Artémis).

À l'image de l'actrice Aurélie, admirée au premier chapitre de la nouvelle et qui réapparaît au treizième et dernier, l'amour entrevu reconduit inlassablement à la désillusion (Sylvie), à la tentation de la mort, à l'union déréalisée par la fascination mythologique (Octavie). La Mère inconnue, à l'origine du drame personnel de Nerval, fait à jamais écran à l'atteinte du « pays », et donc au bonheur. À la coïncidence avec soi, elle substitue l'inquiétante é [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LES FILLES DU FEU, Gérard de Nerval  » est également traité dans :

NERVAL GÉRARD DE (1808-1855)

  • Écrit par 
  • Pierre-Georges CASTEX
  •  • 2 623 mots

Dans le chapitre « La transcription du drame intérieur »  : […] Or, ces deux dernières années, si cruelles, sont aussi, pour l'écrivain, les plus fécondes. Sentant le danger qui le menace, il s'emploie, dans les périodes de répit, à « recomposer » sa tragique aventure. Ses œuvres les plus émouvantes révèlent comment son rêve a pris naissance, puis s'est épanoui et épanché dans la vie réelle, jusqu'à désorganiser sa représentation du monde. Dans Sylvie (une no […] Lire la suite

Les derniers événements

Pakistan. Fort regain de violence. 4-25 avril 2009

centaine de kilomètres d'Islamabad, en dépit d'un accord de cessez-le-feu signé en février avec le gouvernement, en échange de l'instauration de la charia et de l'installation de tribunaux islamiques dans la vallée. Le 24, les talibans commencent à se retirer de Buner, un district du nord-ouest […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Françoise VIEUILLE, « LES FILLES DU FEU, Gérard de Nerval - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-filles-du-feu/