LES FEMMES SAVANTES, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une galerie de portraits

Après une longue maturation – dès décembre 1670, Molière avait pris un privilège –, et une soigneuse préparation – il avait préalablement lu sa pièce chez La Rochefoucauld et chez le cardinal de Retz –, cette comédie, créée au théâtre du Palais-Royal le 11 mars 1672, fut un succès, ne serait-ce que pour ses clés : Trissotin désigne le vieil abbé Cotin, académicien, poète mondain auteur d'un Sonnet à la princesse Uranie sur sa fièvre et d'une épigramme Sur un carrosse de couleur amarante cités par Molière à l'acte III, et également à l'origine d'un jugement fort virulent sur les comédiens farceurs (des « païens ») durant l'affaire du Tartuffe ; quant à Vadius, il ridiculise Gilles Ménage, poète érudit et violemment attaqué par Cotin dans un pamphlet nommé La Ménagerie (1669). Ajoutons que ces deux auteurs s'étaient opposés à Molière dans le débat qui suivit Le Misanthrope.

Le schéma dramaturgique de la pièce est éprouvé : une famille est mise en désarroi par la manie de son chef qui veut à tout prix que sa fille (Henriette) épouse un ridicule parti (Trissotin) au lieu de Clitandre (l'amoureux topique de la comédie), qu'elle aime. Tout cela rappelle Tartuffe ou Le Bourgeois gentilhomme, à ceci près que l'ordre commun est « sens dessus dessous », en particulier parce que le chef, cette fois, est incarné par la mère (Philaminte, jouée par Hubert, un acteur qui avait déjà interprété le rôle de Madame Jourdain) et non le père (Chrysale, qu'interprète Molière). Saisie par le démon du savoir, cette femme supplante un mari bon bourgeois secondé par un frère raisonnable (Ariste). Pour le reste, Molière dédouble le personnel théâtral : la jeune fille est flanquée d'une sœur folle de curiosité et de savoir (Armande, on se rappelle ainsi Les Visionnaires de Desmarets de Saint-Sorlin, 1637) qui se targue d'être aimée par Clitandre ; de même, au frère de Chrysale, Molière ajoute une sœur (Bélise), précieuse sur le retour, qui s'imagi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

Christian BIET, « LES FEMMES SAVANTES, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-femmes-savantes/