LES FAUX-MONNAYEURS, André GideFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une intrigue foisonnante

L'intrigue des Faux-Monnayeurs est volontairement complexe. Elle s'apparente, selon Gide, à l'Art de la fugue de Bach : les différents éléments du roman s'intègrent les uns aux autres en obéissant à une combinatoire dont le système fonctionne par duplication. Trois adultères, deux duels, et trois suicides sont relatés. Il y a deux romanciers, Édouard et Passavant ; deux grands-pères, le vieil Azaïs et La Pérouse ; deux bâtards, Bernard et l'enfant de Laura.

Bernard Profitendieu, ayant découvert qu'il est un bâtard, quitte le foyer familial, pour se réfugier chez son meilleur ami, Olivier Molinier. En volant à la consigne de la gare Saint-Lazare la valise d'Édouard, écrivain et oncle d'Olivier, il découvre un journal intime dans lequel Édouard révèle son amour pour Laura, maîtresse abandonnée par Vincent, le frère aîné d'Olivier. Vincent a quitté Laura pour Lilian Griffith, que lui a fait rencontrer Passavant, un écrivain à succès, mondain et passablement douteux. Bernard décide d'aider Laura et lui rend visite. Il fait la connaissance d'Édouard qui l'engage comme secrétaire. Passavant propose ensuite à Olivier de diriger une revue littéraire. Enfin, un vieux professeur de piano, La Pérouse, charge Édouard de rechercher son petit-fils, Boris, en Suisse.

Dans la seconde partie du livre, intitulée « Saas Fée », l'action se transporte en Suisse. Bernard, Édouard et Laura parviennent à retrouver Boris qui semble psychiquement très fragile et qu'ils placent dans la pension Vedel-Azaïs, où Bernard est engagé comme surveillant.

La troisième partie du roman justifie le titre, considéré dans son acception littérale de trafic frauduleux et d'équivoque morale, puisque Georges, le jeune frère d'Olivier, manipulé par un anarchiste, Strouvilhou, écoule de la fausse monnaie avec un groupe de camarades.

La fin du roman est encore plus riche en rebondissements. Bernard, repoussé par Laura dont il est tombé amoureux, devient l'amant de sa sœur cadette, Sarah. Après une tentative de suicide d'Olivier Molinier, celui-ci et so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide  » est également traité dans :

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le diable et le Christ »  : […] Ce qui caractérise les diverses expériences gidiennes, c'est que chacune, loin d'effacer la précédente, s'ajoute au contraire à elle, comme pour mieux compliquer les choses. Le « mariage du ciel et de l'enfer » par lequel Gide résume son union avec sa cousine Madeleine est aussi et peut-être avant tout une manière de se caractériser soi-même. Le parcours littéraire et existentiel qui le mène des a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-gide/#i_24985

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain CLERVAL, « LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-faux-monnayeurs/