LES FAUSSES CONFIDENCES, Pierre Carlet de Chamblain de MarivauxFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Manigances et stratagèmes

Alors que Marivaux avait coutume de situer ses pièces dans un univers social qu'il se bornait à esquisser de quelques traits essentiels, il place l'action des Fausses Confidences dans une société aussi nettement dessinée que dans ses deux grands romans, Le Paysan parvenu (1735-1736) et La Vie de Marianne (1731-1741). L'hôtel particulier de Mme Argante, riche maison bourgeoise, se situe dans un Paris bien réel. Les personnages figurent les différents niveaux d'une échelle sociale nuancée. Tout en bas, Arlequin, serviteur qui ne maîtrise ni la langue ni les codes. Puis Dubois, valet génial, lié à son ancien maître par une affection paternelle ; Marton, qui, comme Dorante, appartient à une famille ruinée de petits robins ; et M. Rémy, l'oncle de Dorante, « procureur » (homme de loi) d'Araminte, qui parle d'égal à égal à Mme Argante, dont l'arrogance repose sur l'argent et sur les espérances qu'elle fonde pour le mariage de sa fille. Araminte, enfin, a « cinquante mille livres de rente ». Son veuvage l'a rendue tout à fait libre de ses choix. Sa fortune est établie sur la richesse foncière, au même titre que celle du comte, assez proche de la cour et du roi pour être « en passe d'aller à tout », c'est-à-dire devenir ministre. Arlequin mis à part, tous les personnages sont pris dans une dynamique d'ascension sociale plus ou moins ambitieuse dans laquelle le mariage, et les alliances qu'il implique, joue un rôle déterminant.

Rien de plus subtil, de ce point de vue, que la « négociation » amoureuse de Dorante et d'Araminte. Tout devrait les séparer : non seulement la différence de fortune, mais aussi la différence de condition entre une dame et son intendant, qui rend leur amour proprement scandaleux aux yeux d'un spectateur du xviiie siècle. Mais les positions sociales réelles de l'un et de l'autre font l'objet d'un processus de réévaluation imaginaire et symbolique qui leur permet de se rapprocher. Dorante se présente comme supérieur à sa condition. Il met en scène son désintéressement : il « sacrifie » à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES FAUSSES CONFIDENCES, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux  » est également traité dans :

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

Dans le chapitre « Le roman »  : […] Les deux histoires, celle de Marianne et celle de Jacob, le paysan parvenu, sont celles de deux héros qui se détachent du monde où ils ont grandi pour conquérir leur place dans la société. Ils n’en sont pas moins très différents. Marianne incarne à merveille le stéréotype de l’enfant trouvé. Le récit qu’elle fait des circonstances dans lesquelles elle fut trouvée dans un carrosse qui avait été att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_25321

Pour citer l’article

Pierre FRANTZ, « LES FAUSSES CONFIDENCES, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fausses-confidences/