LES ENFANTS DE MINUIT, Salman RushdieFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle génération littéraire

Dans ce roman politique, où la veine satirique de Rushdie s'en prend directement aux pouvoirs en place, le corps, fragile garant de l'unité originelle, devient la cible des attaques portées par une modernité répressive, que dénonce un artiste resté fidèle aux idéaux de l'indépendance. Autre enjeu de taille, le renversement des rapports entre fiction et réalité : c'est la logique romanesque qui dicte ici sa loi à l'Histoire. Le narrateur, Saleem Sinai, revendique le droit à la subjectivité ; ses souvenirs sont approximatifs, sa vision fragmentaire, « trouée ». « La réalité est une question de perspective ; plus vous remontez dans le passé, plus il semble concret et plausible – mais, quand vous vous rapprochez du présent, cela semble inévitablement de plus en plus incroyable. » En cela, Saleem est bien semblable à Rushdie, quand celui-ci écrit en dehors de l'Inde et qu'il en appelle au miroir pas toujours fiable que lui présente sa mémoire pour rendre compte d'un pays à jamais perdu.

On a reproché à Rushdie le pessimisme des Enfants de minuit : à cela l'écrivain oppose la forme proliférante et multiple du récit – proche de la démesure baroque d'un Günter Grass –, la manière optimiste qu'il a de « grouiller » d'histoires, conformément au « talent indien pour l'autorégénération permanente » (Patries imaginaires, 1991).

Flamboyant roman de l'excès et du monstrueux, Les Enfants de minuit pratique avec maestria le mélange des genres : le réalisme magique y côtoie les contes arabes des Mille et Une Nuits et la tradition indienne du Mahābhārata, le roman de Laurence Sterne, La Vie et les opinions de Tristram Shandy (1759). Le livre fait aussi bon ménage avec l'« hénaurme » cher à Rabelais, le cinéma, emblème de la culture populaire indienne, et se prête à d'ingénieuses manipulations formelles. Farouche partisan de la laïcisation de l'Inde, contre les intégrismes de tout poil, le narrateur s'invente une généalogie menso [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  LES ENFANTS DE MINUIT, Salman Rushdie  » est également traité dans :

DEUX ANS, HUIT MOIS ET VINGT-HUIT NUITS (S. Rushdie) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine PESSO-MIQUEL
  •  • 1 041 mots

Dans le chapitre « Une fable pour notre temps »  : […] Dans ce roman complexe, hybride, et comme dans les Mille et U ne Nuits , les histoires s’emboîtent les unes dans les autres à l’infini. Conte « magique » et surnaturel, Deux a ns, huit mois et vingt-huit nuits est aussi un roman à clés, où l’on identifie aisément des pays, un président dont les actes ne sont pas toujours en relation avec ses paroles (Obama), ou encore les nationalistes hindous qu […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La métafiction : Rushdie et les autres »  : […] G. V. Desani (1909-2000) occupe une place à part avec son roman inclassable All About H. Hatterr (1948), délire philosophico-joycien renvoyant dos à dos les clichés de la pensée orientale et occidentale. Un semblable jeu parodique caractérise l'œuvre de Salman Rushdie (né en 1947), le romancier indien le plus doué de sa génération. L'écriture de Rushdie vise à corriger une vision de l'Inde trop […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 179 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Au carrefour du postcolonial et du postmodernisme »  : […] Une évolution notable de l'écriture postcoloniale est illustrée par le roman Midnight's Children (1981 ; Les Enfants de minuit , 1983) de Salman Rushdie, Indien né en 1947 à Bombay dans une famille laïque de tradition musulmane. Au carrefour du postmodernisme et du postcolonial, cette œuvre retrace sur un mode ludique l'histoire de l'Inde, du début du xx e  siècle jusqu'à la fin des années 1970. […] Lire la suite

RUSHDIE SALMAN (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX
  •  • 2 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un art de l'excès »  : […] D'abord publicitaire par nécessité économique, l'auteur parvient à vivre de sa plume après la publication de Midnight's Children (1981, Les Enfants de minuit ). Dans son premier roman, Grimus (1975), fantaisie parodique alliant la science-fiction au thème du voyage soufi à la découverte du moi, les calembours de carabin voisinent avec les anagrammes et les références. En 1981, le Booker Prize p […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Débat concernant des arrêtés de couvre-feu pour les mineurs. 7 juillet - 4 août 1997

Le 7, le maire de Dreux, Gérard Hamel (R.P.R.), signe un arrêté municipal qui instaure un couvre-feu, de minuit à 6 heures, pour les enfants de moins de douze ans non accompagnés. L'objectif déclaré de cette initiative est de « protéger l'enfant mineur des risques pouvant porter atteinte à […] Lire la suite

Crise du Golfe. Crise internationale déclenchée par l'Irak. 1er-31 août 1990

. Les pays occidentaux continuent à exclure tout marchandage avec l'Irak. Le 20, Bagdad demande aux ambassades étrangères au Koweït de cesser toute activité avant le 24 à minuit. Le président américain, qui emploie pour la première fois le terme d'« otages », annonce le déploiement de forces américaines […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc PORÉE, « LES ENFANTS DE MINUIT, Salman Rushdie - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-enfants-de-minuit/