ELLE LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille de peintres d'origine flamande. Ferdinand Elle l'Ancien (1585-1637) est né à Malines. Peintre et graveur, il travaille à Paris comme peintre de portraits à la cour de Louis XIII. Parmi les rares œuvres qui lui sont attribuées figure le Portrait de Henri de Lorraine, daté de 1631 (musée de Reims), œuvre pleine de concentration psychologique, qui dégage une impression élégante par son coloris de gris raffinés. Cet art est représentatif du courant maniériste tardif, contemporain d'un autre portraitiste — flamand lui aussi — Pourbus. Selon Bellori et Félibien, le jeune Nicolas Poussin aurait travaillé quelque temps dans l'atelier de Ferdinand.

Louis Ferdinand Elle, dit Elle le Père (1612-1689), formé par son père, continue la tradition flamande du portrait ; ses personnages aux poses élégantes témoignent d'une nette influence de Van Dyck. Louis Ferdinand Elle s'est partagé avec les cousins Beaubrun les commandes des portraits du milieu des précieux, transformant ses modèles en divinités, telle la Dame en Minerve (musée Grobet-Labadié, Marseille). Membre de l'Académie royale de peinture et de sculpture, il y exerce la charge de professeur jusqu'en 1681, date de son exclusion comme protestant ; il sera réintégré après son abjuration cinq ans plus tard.

Louis Elle, dit Elle le Fils (1648-1717), fils de Louis Ferdinand, est agréé à l'Académie et doit abjurer sa foi protestante. Il se consacre surtout au portrait — devenu une tradition familiale. Sa toile représentant Madame de Maintenon et sa nièce (musée du château de Versailles) est un bon exemple d'une évolution dans le genre du portrait officiel, à partir de la seconde moitié du siècle : la naissance du portrait d'apparat. La composition large, les accessoires (un fauteuil et une table richement décorés), la lourde draperie du fond contrastent avec le goût encore nordique qui fait ressortir les chairs grâce aux tissus sombres, et qui laisse apparaître à l'arrière-plan un petit paysage. Le ton solennel est souvent rehaussé de détails séduisants, peints avec brio : des fleurs, des étoffes, etc. Louis Elle a tenté de se rapprocher de Rigaud, mais son art conserve une certaine raideur.

—  Jean-Pierre MOUILLESEAUX

Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « ELLE LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-elle/