LES ÉGAREMENTS DU CŒUR ET DE L'ESPRIT, Claude-Prosper Jolyot de CrébillonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'école du libertinage

La Préface annonce « l'histoire de la vie privée, des travers et des retours d'un homme de condition », entrant dans un monde dont il ne connaît pas les règles et les codes, et tombant dans le libertinage à la mode. Corrompu, il va devenir corrupteur, avant d'ouvrir les yeux sur la vanité de telles séductions. Cette Préface propose donc un sommaire de l'intrigue : les parties I et II racontent les « premières amours » du jeune Meilcour, les suivantes ses « égarements » proprement dits. « On le verra enfin dans les dernières, rendu à lui-même, devoir toutes ses vertus à une femme estimable. » Le narrateur commence par se mettre en scène comme un fils de famille auquel ne manquent ni l'éclat du nom ni la fortune. Il découvre la société aristocratique qui a poussé jusqu'au raffinement les contraintes de la vie de cour, en les vidant de tout contenu moral. La politesse, la maîtrise du langage et des manières sont l'affirmation d'un élitisme social, tout en masquant le cynisme du plaisir. Meilcour ne comprend que progressivement que la galanterie affichée recouvre la goujaterie la plus brutale. Il prétend séduire une amie de sa mère, la marquise de Lursay, mais se montre incapable d'interpréter les signes de l'ancienne coquette et de prendre des initiatives. Parallèlement il fait la connaissance à l'Opéra d'une jeune fille de son âge, Hortense, dont il ne sait rien. Il mène donc de front une séduction maladroitement libertine et une intrigue sentimentale.

Ce sont les interventions d'un petit-maître, rompu aux usages mondains, et de coquettes sur le retour ne se souciant plus du qu'en-dira-t-on, qui lui ouvrent les yeux. Versac n'est pas beaucoup plus vieux que Meilcour, mais il est passé maître dans le maniement des compliments perfides. Il s'offre à être le guide du narrateur : « Ignorer tout, et croire n'ignorer rien ; ne rien voir, quelque chose que ce puisse être, qu'on ne méprise ou ne loue à l'excès ; se croire éga [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  LES ÉGAREMENTS DU COEUR ET DE L'ESPRIT, Claude-Prosper Jolyot de Crébillon  » est également traité dans :

CRÉBILLON PROSPER (1674-1762) & CLAUDE PROSPER (1707-1777)

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Crébillon fils, entre sensualisme et orientalisme »  : […] « Si jamais le public honore mes faibles talents d'un peu d'estime, si la postérité, en parlant de vous, peut se souvenir que j'ai existé... » Les termes par lesquels le fils dédie à son père Les Égarements du cœur et de l'esprit étaient-ils ironiques ? Après avoir appris la rhétorique chez les jésuites de Louis-le-Grand et la vie chez les épicuriens, Claude Prosper donne, en 1730 son premier ouv […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman, fiction et critique »  : […] L’expansion phénoménale du roman a ouvert au genre des voies très variées. Le goût pour le romanesque reste vif : dans ses Confessions , Rousseau avoue une passion durable pour L ’ Astrée . Il marque des œuvres de toute sorte, celles de l’abbé Prévost, de Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, de Jean-Jacques Rousseau, de Sade, qui, dans son Idée sur les romans , l’inscrit au cœur du genre. Les r […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELON, « LES ÉGAREMENTS DU CŒUR ET DE L'ESPRIT, Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-egarements-du-coeur-et-de-l-esprit/