CRÉPUSCULAIRES LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un nouveau mal du siècle

Malades, ils l'étaient en effet, de ce mal du siècle dont souffrent toutes les générations perdues, celles qui viennent trop tard, quand la ferveur retombe et que tout semble fini. Ce sont eux les vraies victimes de la faillite de la science et du positivisme, car ils n'ont même plus eu, comme Carducci, Pascoli et D'Annunzio, la justification du nationalisme qui n'était pas parvenu à s'inscrire dans la réalité des faits. « La Patrie ? Dieu ? L'Humanité ? dira Gozzano. Des mots que les rhéteurs ont rendu écœurants. » Nino Oxilia, pour sa part, fait entendre une plainte qui nous est familière, depuis Leopardi :

 Je vis et je n'en connais pas la raison  Et je me tourmente...

Et Corazzini de conclure :

Nous ne sommes que des choses [en une seule chose : Une image terriblement parfaite du Néant.

Aussi retrouvons-nous chez ces poètes ce sentiment de l'ennui qui apparaît toutes les fois que la crise des valeurs de la société bourgeoise se manifeste au grand jour. Marino Moretti rime :

   Il n'y a ni douleur ni joie,    Il n'y a ni haine ni amour    Rien ! Il n'y a qu'une couleur    Le gris, et un ver : l'ennui.

C'est ce qui explique qu'on ait pu voir dans les crépusculaires les héritiers des poètes de la bohème milanaise, de Praga et de Tarchetti, Betteloni servant d'intermédiaire. Blessés du même mal, ils ont fait entendre la même plainte du fond des hôpitaux ou des cimetières.

Si une affinité thématique entre les crépusculaires et les poètes de la bohème milanaise n'est pas douteuse, elle n'efface pas cependant l'influence des seconds symbolistes français, A. Samain, Maeterlinck, et surtout Francis Jammes qui a encouragé par son exemple la « suppression de la littérature à effets ». Dans ce tendre saint François des lettres françaises, ils retrouvaient Pascoli se penchant sur le brin d'herbe et sur la fleur des prés, rêvant d'une vie tranquille et simple au fond d'une lointaine province. Les crépusculaires ont tous plus ou moins la nostalgie de la campagne. C'était pour eux l'évasion à portée de la main, une évasion qu'ils ont par ailleurs recherchée d [...]

Francis Jammes

Francis Jammes

Photographie

Le poète et romancier français Francis Jammes (1868-1938), avec sa mère, dans son Béarn natal. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de langue et littérature italiennes à l'université de Dijon

Classification


Autres références

«  CRÉPUSCULAIRES LES  » est également traité dans :

CORAZZINI SERGIO (1887-1907)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 306 mots

Né à Rome, Sergio Corazzini y vit dans la pauvreté les vingt années de sa brève existence. À quinze ans, quand paraissent dans quelques revues romaines ses premières brèves compositions, phtisique, il sait qu'à force de « mourir un peu chaque jour » il va vraiment mourir et, à dix-neuf ans, avant de « se taire à jamais », il donne, « d'une voix douce », à son dernier recueil le titre significatif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sergio-corazzini/#i_2554

GOVONI CORRADO (1884-1965)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 346 mots

Né près de Ferrare de souche paysanne, ce chantre inlassable de la plaine du Pô quitte sa terre vers la trentaine pour faire à Milan puis à Rome, où il est mort, les métiers les plus divers, en même temps qu'il écrit nouvelles, romans, pièces de théâtre, anthologies. Govoni poursuit surtout de façon exemplaire, pendant plus de cinquante ans, sa carrière de poète. Tout au long de ce demi-siècle dra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrado-govoni/#i_2554

GOZZANO GUIDO (1883-1916)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 404 mots

Poète piémontais, né et mort à Turin, Guido Gozzano semble avoir deux faces ; mais seul le Gozzano des poèmes « crépusculaires » s'est imposé, éclipsant l'autre, l'auteur de textes en prose (récits de voyage comme Verso la cuna del mondo , 1917 ; nouvelles ; et même contes pour enfants) et des étonnantes Epistole entomologiche , sa dernière œuvre en vers. Le poète de La Via del refugio (1906) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guido-gozzano/#i_2554

MORETTI MARINO (1885-1979)

  • Écrit par 
  • Giovanni IOPPOLO
  •  • 200 mots

Ayant d'abord abandonné les études classiques pour suivre des cours d'art dramatique à Florence, Moretti choisit enfin de se vouer totalement à la littérature. En 1910, il publie son recueil de poèmes, Poésies écrites au crayon ( Poesie scritte col lapis ), où l'influence de Pascoli apparaît dominante : il s'apparente manifestement aux « crepuscolari » (F. M. Martini, S. Corazzini, C. Govoni) don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-moretti/#i_2554

Voir aussi

Pour citer l’article

Norbert JONARD, « CRÉPUSCULAIRES LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-crepusculaires/