LES CONFESSIONS, Jean-Jacques RousseauFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Un homme dans toute la vérité de la nature »

Le texte suit chronologiquement la vie de l'auteur. Le premier livre évoque les souvenirs avec le père veuf à Genève, puis chez le pasteur Lambercier à la campagne. L'idylle est rompue par la découverte de la jouissance (au cours d'une fessée infligée par Mlle Lambercier) et de l'injustice (lors d'une punition imméritée). La condition d'apprenti chez un graveur genevois aggrave la scission entre un réel décevant et un imaginaire nourri de lectures. Jean-Jacques atteint sa seizième année, « inquiet, mécontent de tout et de [lui] ». Une promenade en dehors de Genève se transforme en fugue irréversible, lorsque, un soir, il trouve fermées les portes de la ville. Le livre II marque les changements de son existence, avec la conversion au catholicisme à Turin et les places de laquais qu'il lui faut accepter. Mais le vol d'un ruban dont il fait accuser une innocente réveille le sentiment de culpabilité. Les livres III et IV sont ceux de la détresse morale et matérielle, de l'errance entre Turin et Chambéry, Lyon et Lausanne. Jean-Jacques devient un aventurier sans principes. Les livres V et VI couvrent une dizaine d'années auprès de Mme de Warens. Il devient l'amant de « Maman », qu'il partage avec Claude Anet, l'intendant du domaine. Il a un petit emploi au cadastre de Savoie et se consacre à l'étude. Un séjour aux Charmettes, seul avec Mme de Warens, est vécu comme un bonheur absolu, mais des inquiétudes sur sa santé conduisent le jeune homme à Montpellier et lui font perdre sa place auprès de « Maman ». Jean-Jacques monte à Lyon, où il échoue dans sa tentative de devenir précepteur chez les Mably, puis à Paris, en 1742.

Le livre VII qui ouvre la deuxième partie présente le jeune provincial en train de chercher à conquérir la capitale grâce à une méthode nouvelle de notation musicale. Il ne peut qu'accepter une place de secrétaire chez l'ambassadeur de France à Venise, puis à Paris chez les Dupin. Il vit désormais avec une fille du peuple, Thérèse Levasseur, dont il a cinq enfants, tous [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LES CONFESSIONS, Jean-Jacques Rousseau  » est également traité dans :

ROUSSEAU JEAN-JACQUES

  • Écrit par 
  • Bernard GAGNEBIN
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'épreuve de la connaissance de soi »  : […] Victime de l'incompréhension et de la persécution, Rousseau se mit à rédiger ses Confessions , à la fois pour justifier sa conduite et pour éclairer le monde sur sa personnalité. La « lapidation » de Môtiers, puis l'expulsion de l'île de Saint-Pierre interrompirent une première fois ce travail qui fut repris à Wootton, en Angleterre, où Rousseau s'était réfugié. Toutefois la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-rousseau/#i_25425

Pour citer l’article

Michel DELON, « LES CONFESSIONS, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-confessions/