LES CHIMÈRES, Gérard de NervalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 10 décembre 1853, Alexandre Dumas, présentant « El Desdichado », l'un des sonnets que Gérard de Nerval (1808-1855) lui avait confiés, prophétisait dans un article désinvolte sa mort littéraire. Les Chimères, suite de douze sonnets qui clôt Les Filles du feu (1854), sont la réponse à cette maladroite « épitaphe » d'un poète blessé et malade qui, un an plus tard, allait se suicider.

Une « rêverie supernaturaliste »

Dans son introduction aux Filles du feu, dédicacée « à Alexandre Dumas », Nerval justifie sa « folie » de « [s]e croire poëte » en ajoutant in extremis au recueil ces « sonnets composés dans [un] état de rêverie “supernaturaliste” ». Rédigés au milieu de ses hallucinations (depuis la première crise en février-mars 1841 jusqu’à celle d'août-septembre 1853), ces poèmes, qui succèdent aux sept nouvelles des Filles du feu et leur font écho, mêlent l'autobiographie à la fable. Ils concentrent les vies antérieures de Nerval, ses « amours perdues » (la mort de Jenny Colon en 1842), son Voyage en Orient (1843), ses lectures et son « mysticisme » (titre des sept sonnets repris aux Petits Châteaux de Bohême, 1853).

Une chimère désigne une illusion et aussi un monstre fabuleux à tête de lion, ventre de chèvre, queue de dragon, qui crache des flammes. En alliant ce double sens, l'auteur, très conscient de ses caprices idolâtres (femmes, mythes et mots) crée ses Chimères poétiques en tentant d’associer dans un même texte ses visions païennes et chrétiennes.

Queue de dragon ajoutée au corps des sept nouvelles, Les Chimères illustrent cette volonté de rassembler les fragments de son mythe personnel et de sa personnalité schizoïde. Composés en alexandrins et en rimes embrassées et croisées, mariant la syntaxe la plus concise à la plus pure clarté prosodique, ces sonnets traditionnels sont des « diamants noirs » impeccablement ciselés dont la couleur néo-païenne et la perfection formelle annoncent le Parnasse. Dans cet ordre cristallin, le poète introdui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification

Autres références

«  LES CHIMÈRES, Gérard de Nerval  » est également traité dans :

NERVAL GÉRARD DE (1808-1855)

  • Écrit par 
  • Pierre-Georges CASTEX
  •  • 2 623 mots

Dans le chapitre « La transcription du drame intérieur »  : […] Or, ces deux dernières années, si cruelles, sont aussi, pour l'écrivain, les plus fécondes. Sentant le danger qui le menace, il s'emploie, dans les périodes de répit, à « recomposer » sa tragique aventure. Ses œuvres les plus émouvantes révèlent comment son rêve a pris naissance, puis s'est épanoui et épanché dans la vie réelle, jusqu'à désorganiser sa représentation du monde. Dans Sylvie (une no […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-15 mars 2004 Haïti. Désarmement des rebelles et désignation d'un Premier ministre provisoire

chimères », les miliciens armés du régime déchu: six personnes sont tuées. Le 9, le Conseil des sages désigne le fonctionnaire international Gérard Latortue comme Premier ministre provisoire. Le 15, Jean-Bertrand Aristide, en provenance de Centrafrique, arrive en Jamaïque, pays qui, tout comme la Communauté des Caraïbes (Caricom), n'a pas reconnu le […] Lire la suite

5-11 décembre 2003 Haïti. Montée de la contestation

chimères ». La contestation se développe à l'approche du bicentenaire, en janvier 2004, de l'instauration de la première république noire à Haïti.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « LES CHIMÈRES, Gérard de Nerval - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chimeres/