LES CHÂTIMENTS, Victor HugoFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Et j'ajoute à ma Lyre une corde d'airain » (Les Feuilles d'automne).

Député conservateur depuis juin 1848, Hugo s'est peu à peu rapproché de la gauche républicaine, lorsque Louis-Napoléon Bonaparte est élu à la présidence de la République. D'abord favorable au programme social du « prince-président », il ne tarde pas à réprouver la dérive autoritaire du régime, et s'oppose farouchement au coup d'État du 2 décembre 1851. Le 11, il quitte Paris pour Bruxelles. Là, il entreprend un récit des événements, Histoire d'un crime, qu'il interrompt bientôt pour un pamphlet beaucoup plus virulent, Napoléon-le-petit, publié le 5 août 1852. Indésirable en Belgique, il s'installe à Jersey, où il poursuit la dénonciation, mais en vers cette fois, et sur un mode beaucoup plus ambitieux. Après avoir hésité entre plusieurs titres, dont Les Vengeresses, il opte finalement pour Châtiments. L'ouvrage paraît officiellement à Bruxelles le 21 novembre 1853 dans une version expurgée, tandis qu'une autre, intégrale, circule clandestinement. À dire vrai, les deux variantes passent relativement inaperçues. Ce n'est qu'en 1870, au retour du proscrit, que Les Châtiments (avec l'article cette fois), augmentés de cinq poèmes, paraissent triomphalement en France.

Le recueil se compose de sept livres, dont les titres reprennent les slogans officiels du coup d'État, à décrypter comme autant d'antiphrases ironiques (« La société est sauvée », « L'ordre est rétabli », « La famille est restaurée », « La religion est glorifiée », « L'autorité est sacrée », « La stabilité est assurée »), à l'exception du dernier, « Les sauveurs se sauveront », réplique menaçante de Hugo au premier de ces titres. De part et d'autre, deux poèmes se font écho : « Nox » et « Lux ».

Cette architecture se veut symbolique. Ainsi, le nombre des livres (sept, chiffre biblique s'il en est) rappelle le poème « Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée » : le prophète [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo  » est également traité dans :

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 601 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le grand combat »  : […] La première œuvre qui naît, dans le dernier trimestre de 1852, les Châtiments , parus fin novembre 1853, révèle cette seconde naissance à laquelle on doit le plus grand Hugo. Deux fois, Hugo a été visé au cœur : la mort de sa fille fait du père un demi-fantôme, un être dont la vie se fonde sur la mort, en qui la mort est comme l'instance suprême à quoi rapporter et le vain souci de vivre et le dev […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 785 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une chronologie complexe »  : […] La question de la chronologie s’avère particulièrement délicate pour le xix e  siècle, premier siècle à se nommer et à se considérer comme une unité : Études de mœurs au XIX e  siècle (Honoré de Balzac, 1833) ou La Confession d’un enfant du siècle (Alfred de Musset, 1836). Faut-il le contenir entre 1800 et 1900 ou, par exemple, entre le Génie du christianisme de François-René de Chateaubriand p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chatiments/