LES CHANTS DE MALDOROR, LautréamontFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une phénoménologie ironique

Revisitant les mythes, les religions et les littératures (depuis le théâtre de Corneille jusqu'aux romans-feuilletons de Paul Féval), empruntant aux sciences naturelles leur pouvoir de classification et de métamorphose, Isidore Ducasse, dont on sait si peu de choses sous ce nom magique de Lautréamont à peine transposé d'Eugène Sue, propose à sa façon l'autre phénoménologie du xixe siècle : on commence à le lire comme tel, comme une œuvre sans nom, sans rien savoir de celui qui la signe, en Belgique et en France, avant la Première Guerre mondiale.

La lecture des Chants de Maldoror est en soi un événement historique, qui paraît relever de la même phénoménologie, l'esprit impersonnel de l'œuvre (« La poésie doit être faite par tous, non par un ») venant s'identifier aux ruptures décisives de la modernité. Par Louis Aragon, André Breton découvre en 1917 ce livre qui devient, en peu de temps, l'emblème de toute une avant-garde ; le surréalisme le place au plus haut, revendiquant jusque dans ses ruptures ou ses querelles internes « Lautréamont envers et contre tout » (janvier 1927). L'écrivain et critique Rémy de Gourmont (1858-1915) avait traqué portraits de famille et actes de naissance ; le tout jeune Henri Michaux « se croit Maldoror » en prenant la plume et dirige un numéro de revue, dès 1925, consacré au Cas Lautréamont. Malraux s'acharne à établir des variantes des Chants ; Cendrars exige une édition nouvelle (La Sirène, 1920), et Soupault affirme son indépendance en proposant la sienne (éd. du Sans Pareil, 1925). La suite est liée, plus étroitement que pour tout autre texte, à l'histoire conflictuelle et vivante de la littérature du siècle : édition collective des Œuvres complètes par les surréalistes en 1938 (chez G.L.M.) avec une Préface de Breton ; édition historique, après-guerre, chez José Corti (1953) accompagnée de huit Préfaces différentes, de Genonceaux à Blanchot ; première édition de poche établie par Maurice Saillet en 1963, l'année même où paraît, aux éditions de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Pau et des pays de l'Adour, faculté de Bayonne

Classification


Autres références

«  LES CHANTS DE MALDOROR, Lautréamont  » est également traité dans :

LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 3 193 mots

Dans le chapitre « « Les Chants de Maldoror » »  : […] Les Chants de Maldoror obéissent à une structure à laquelle l'auteur s'est employé à rester fidèle, malgré l'évidente évolution dont témoigne leur contenu. La publication de 1868 (le seul premier Chant ) présentait, en effet, certaines parties dialoguées avec indications scéniques qui furent supprimées par la suite. Elles portent la marque des textes où, pour commencer, Lautréamont puisa son insp […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 785 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévotion, la poésie n’en reste pas moins considérée com […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VILAR, « LES CHANTS DE MALDOROR, Lautréamont - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chants-de-maldoror/