LES CHANTS DE MALDOROR, LautréamontFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les métamorphoses de Maldoror

Il faut attacher une importance particulière à la composition formelle de ce livre d'aventures, de métamorphose et d'éthique : six chants, unis par le nom qui désigne Maldoror, lequel « fut bon » (chant I), aima la femme du requin (chant II), combattit sous forme d'un « être imaginaire » avec la force d'un dragon et la faiblesse de l'espérance abattue (chant III), disparut et reparut dans la variation de la « multiplicande » métamorphose (chant IV), avant, dans le chant V, d'affronter la mort et de s'ouvrir l'accès à l'arbre de la vie : « Il contemple la lune qui verse, sur sa poitrine, un cône de rayons extatiques, où palpitent, comme des phalènes, des atomes d'argent d'une douceur ineffable. Il attend que le crépuscule du matin vienne apporter, par le changement de décors, un dérisoire soulagement à son cœur bouleversé. » Le sixième chant voit la rencontre de Mervyn et de Maldoror, et un « petit roman de trente pages » et huit chapitres qui prépare la dernière mutation : tournoyant au bout d'une corde autour de la colonne Vendôme, Mervyn « va frapper le dôme du Panthéon », et son cadavre y reste accroché, tenant « entre ses doigts crispés, comme un grand ruban de vieilles fleurs jaunes ». Le lecteur est averti du caractère exact de ce récit, de l'exigence ultime de ces chants, par une dernière suggestion : « Allez-y voir vous-même, si vous ne voulez pas me croire. »

De nombreuses reprises, ellipses ou redéploiements assurent au mouvement général du livre une dynamique dont les modèles sont explicitement empruntés à la nature (vol d'oiseaux, maelström, aimantation magnétique, vrilles du python), alors que la figure héroïque de Maldoror, le « vivant » cruel et dépossédé, a pour vocation d'accélérer le trouble, de synthétiser l'action humaine jusque dans l'espace urbain d'un quartier d'étudiants.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Pau et des pays de l'Adour, faculté de Bayonne

Classification


Autres références

«  LES CHANTS DE MALDOROR, Lautréamont  » est également traité dans :

LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 3 193 mots

Dans le chapitre « « Les Chants de Maldoror » »  : […] Les Chants de Maldoror obéissent à une structure à laquelle l'auteur s'est employé à rester fidèle, malgré l'évidente évolution dont témoigne leur contenu. La publication de 1868 (le seul premier Chant ) présentait, en effet, certaines parties dialoguées avec indications scéniques qui furent supprimées par la suite. Elles portent la marque des textes où, pour commencer, Lautréamont puisa son insp […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 785 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévotion, la poésie n’en reste pas moins considérée com […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VILAR, « LES CHANTS DE MALDOROR, Lautréamont - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chants-de-maldoror/