LES CARACTÈRES, Jean de La BruyèreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une composition fragmentaire

L'édition finale est composée de seize chapitres. À l'intérieur de chacun d'eux, les fragments sont numérotés. Après avoir défini dans sa Préface et dans sa première partie (« Des ouvrages de l'esprit ») son projet et son esthétique, et insisté dans sa deuxième partie (« Du mérite personnel ») sur la vertu individuelle des hommes et des héros (comme le prince de Condé dont il fait le portrait), La Bruyère classe la société et les passions morales et sociales par thèmes, par lieux, par entités, par groupes sociaux ou par phénomènes : les femmes (III), le cœur (IV), la société et la conversation (V), les biens de fortune (VI), la ville (VII) et la cour (VIII), les Grands (IX), le souverain et la république – c'est-à-dire l'État – (X), l'homme (XI), les jugements (XII), la mode (XIII), les usages (XIV) et la chaire (XV), pour conclure avec une déclaration religieuse destinée à donner toutes les manières de censurer les « esprits forts » et de convaincre le lecteur de l'existence de Dieu (XVI).

Selon qu'on insiste ou non sur ce dernier chapitre (dont la dernière partie est rédigée pour les dernières éditions), l'ensemble des fragments prend, ou non, un sens apologétique : contre les vanités du monde, les erreurs de l'amour-propre, les travers de la mode, Dieu est le seul objet qu'il s'agit de révérer, aux antipodes de l'intérêt personnel et de la vaine recherche des apparences trompeuses. L'argumentation antilibertine, véritable accumulation de preuves théologiques (parfois contradictoires ou dépourvues de cohérence théorique), serait alors le dessein du livre, conçu a posteriori par un auteur vieillissant au contact des écrits de Pascal, de Bossuet, de Bourdaloue, voire de Descartes et de bien d'autres théologiens, philosophes et moralistes du xviie siècle. Il aurait donc fallu observer le monde, les mensonges humains et les conduites fautives pour enfin approcher la vé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LES CARACTÈRES, Jean de La Bruyère  » est également traité dans :

LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 2 461 mots

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] « L'homme de lettres est trivial comme une borne au coin des places ; il est vu de tous et à toute heure, et en tous états, à table, au lit, nu, habillé, sain ou malade : il ne peut être important, et il ne le veut point être. » Ainsi La Bruyère peut-il juger de tout : de la ville, de la cour, du souverain, de la mode, de la chaire, des esprits forts. Son observation, toujours libre, saisit des in […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Les moralistes »  : […] Cette dimension morale que présentent aussi le théâtre de Racine ou la poésie de La Fontaine accorde au xvii e  siècle français une place éminente dans la longue histoire de la connaissance de soi, qui avait pris son essor lointain dans la Grèce antique. Un grand héritier de Socrate, Montaigne, veille d’ailleurs aux portes du siècle où la question du moi, haïssable pour Pascal, délectable pour Sa […] Lire la suite

Les derniers événements

27 novembre 1997 • France • Autorisation de la culture d'un maïs transgénique.

. En revanche, Paris refuse son accord à la culture de colza et de betteraves transgéniques dont les caractères pourraient se transmettre à d'autres variétés. Les dispositifs de surveillance des cultures transgéniques sont renforcés.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian BIET, « LES CARACTÈRES, Jean de La Bruyère - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-caracteres/