BELLINI LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jacopo Bellini

Jacopo Bellini est né à Venise en 1400. Il se rend à Florence en 1423. Là il étudie dans l'atelier de Gentile da Fabriano, peintre dont l'œuvre marque l'apogée de la fin du style gothique dans la cité où s'élabore la première Renaissance. Vers 1430, il retourne en Italie septentrionale, non pas à Venise, mais sur la terra ferma, à Padoue, où il peint des fresques aujourd'hui perdues. Il se lie aux artistes et philosophes qui forment l'école humaniste du Nord. De retour à Venise, il vit entouré de sa famille : sa fille a épousé Andrea Mantegna, ses fils Giovanni et Gentile travaillent auprès de lui et deviennent les deux plus grands peintres de Venise. Il meurt en 1470.

Sans qu'on puisse parler d'une évolution ou d'une rupture marquées, l'œuvre de Jacopo traduit deux préoccupations distinctes : d'une part, dans les tableaux, une acceptation du style du siècle précédent ; d'autre part, dans les dessins, une volonté de participer à la recherche d'un espace pictural nouveau.

Sur le peu de tableaux qu'il nous reste de Jacopo, la plupart représentent des Vierges dans la posture traditionnelle : la Vierge a la tête penchée et auréolée, elle est vêtue de tissus aux plis très marqués, elle tient entre ses bras un Christ enfant, dont la tête est disproportionnée par rapport au corps. Au fond doré ou neutre se substitue une fois (Madone et le donateur) un paysage qui crée une impression de profondeur sans appartenir au même espace que celui de la Vierge. C'est là l'aspect gothique de son œuvre.

La Vierge d'humilité avec Lionel d'Este, J. Bellini

La Vierge d'humilité avec Lionel d'Este, J. Bellini

Photographie

Jacopo Bellini, La Vierge d'humilité adorée par Lionel d'Este. Vers 1470. Peinture sur bois, 60 cm × 40 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Ses recherches personnelles apparaissent dans ses dessins. Il y épouse les exigences de l'humanisme. Si sa thématique reste chrétienne (Nouveau Testament), son intérêt pour l'architecture, romaine ou contemporaine, et les paysages montagneux le pousse à situer ses scènes dans un décor païen ou naturel. Aussi compose-t-il ses dessins en ayant toujours grand souci de la profondeur, élément essentiel de la [...]

Le Christ aux Enfers, J. Bellini

Le Christ aux Enfers, J. Bellini

Diaporama

Jacopo Bellini (1400-1470), Le Christ aux Enfers. Museo Bottacin e Museo Civico, Padoue, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

La Vierge d'humilité avec Lionel d'Este, J. Bellini

La Vierge d'humilité avec Lionel d'Este, J. Bellini
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Christ aux Enfers, J. Bellini

Le Christ aux Enfers, J. Bellini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Sultan Mahomet II, G. Bellini

Le Sultan Mahomet II, G. Bellini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Prédication de saint Marc, G. et G. Bellini

La Prédication de saint Marc, G. et G. Bellini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article





Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  BELLINI LES  » est également traité dans :

CARPACCIO VITTORE (1460 env.-1526)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 784 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Bellini »  : […] Mais l'atmosphère qu'il préfère entre toutes et qu'il traduit avec le plus de bonheur est bien celle de Venise. Lorsque Gentile Bellini lui confie, en 1494, l'exécution de l'une des toiles de la scuola de Saint-Jean-l'Évangéliste illustrant les Miracles de la croix , il donne une vue animée du Grand Canal et du Rialto, il détaille avec joie la fuite des cheminées contre le ciel, la silhouette éla […] Lire la suite

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Entre la tradition gothique et l'exemple italien »  : […] Dürer reçut une formation traditionnelle. Il commença par apprendre le métier d'orfèvre, apprentissage qui explique certainement son habileté à manier le burin. Ayant manifesté très tôt le désir de devenir peintre, il fut placé dans l'atelier de Wolgemut, artiste médiocre et tourné vers le passé. En 1490, il part pour Colmar avec l'intention de travailler auprès de Martin Schongauer, que ses grav […] Lire la suite

MANTEGNA (exposition)

  • Écrit par 
  • Éléonore FOURNIÉ
  •  • 1 023 mots

La première rétrospective consacrée à Andrea Mantegna au musée du Louvre, à Paris, du 26 septembre 2008 au 5 janvier 2009, amène le visiteur au cœur du Quattrocento italien. Là, une confrontation perspicace des œuvres du maître avec celles de ses contemporains permet, en l'espace de près de 190 œuvres, de révéler les moments clés de la vie de l'artiste. Mantegna entre à dix ans comme apprenti da […] Lire la suite

VENISE

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI, 
  • Michel ROUX, 
  • Freddy THIRIET
  • , Universalis
  •  • 8 049 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans la première moitié du xv e  siècle, le style gothique anime encore le vocabulaire formel des Vénitiens, et le passage de Paolo Uccello et d'Andrea del Castagno, qui travaille à Venise en 1442, n'a pas laissé de traces. Padoue, en revanche, où la vie culturelle bouillonne autour de l'université fréquentée par des étudiants originaires de divers pays d'Europe, apparaît comme la ville la plus mo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri PERETZ, « BELLINI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bellini/