LES AMOURS, Pierre de RonsardFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un recueil tripartite

En 1552, Pierre de Ronsard commence par célébrer Cassandre, figure rêvée autant et plus que réelle, dans un recueil de sonnets décasyllabiques intitulé Les Amours, dont il donne l'année suivante une réédition corrigée, remaniée, augmentée, comme toujours lorsqu'il reprend ses œuvres. En 1555, nouvelle inspiration et nouveau recueil : c'est la Continuation des Amours (c'est-à-dire la « suite » des Amours), en sonnets encore, mais cette fois de décasyllabes et d'alexandrins, que va prolonger en 1556 la Nouvelle Continuation des Amours, composée de poèmes de factures diverses. Ces deux nouveaux recueils introduisent le personnage de Marie.

En 1560, Ronsard regroupe ses Œuvres en plusieurs tomes. Le premier porte le titre Amours et se partage en deux livres : Premier Livre des Amours pour Cassandre, Second Livre des Amours pour Marie. Le volume s'accroît considérablement dans la réédition de 1578 : il ajoute une suite (Sur la mort de Marie) au Second Livre et se complète de diverses pièces nouvelles, parmi lesquelles les Sonnets pour Hélène (sonnets d'alexandrins).

Trois inspiratrices donc : Cassandre, Marie, Hélène. On s'est perdu à leur propos en considérations biographiques aussi vaines qu'illusoires. Leur intérêt, leur existence même ne tient pas à une éventuelle rencontre avec la réalité. Leur seule vérité est d'être d'admirables créations poétiques, de pures « inventions » de Ronsard, et de représenter chacune une image de l'amour, du monde et de la poésie dans un univers mental et dans un décor particuliers. Car si les trois canzonieri s'inscrivent dans la tradition pétrarquiste, Ronsard renouvelle et transforme cette tradition, donnant lieu à trois styles, trois visions du monde, trois musiques différentes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LES AMOURS, Pierre de Ronsard  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 835 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pléiade »  : […] La Pléiade , d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay , qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». Le manifeste de du Bellay instaure la prépondérance des genres non lyriques. En effet, sur dix genres proposés à l’ému […] Lire la suite

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'antipétrarquisme, dont t […] Lire la suite

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle idée de la littérature »  : […] Avec la Pléiade, un nouveau type de littérature est né, une littérature de lettrés sans contact avec le peuple et ne désirant que rester entre eux, quitte à élargir leur public par la communication du savoir et des lumières. Car, dès ce moment, la métaphore des lumières est utilisée, en opposition avec les ténèbres de l'ignorance. Il ne peut plus s'agir de s'abaisser au niveau du public, mais de h […] Lire la suite

RONSARD PIERRE DE (1524-1585)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « Les mots du bonheur »  : […] Ce que Malherbe et les hommes de sa génération ne parviendront jamais à comprendre, c'est que la poésie puisse être avant tout un message de joie. L'étude des lettres, avait écrit Ronsard en homme de la Renaissance, dans sa préface de 1550, est « l'heureuse félicité de la vie, sans laquelle on doit désespérer de pouvoir jamais atteindre au comble du parfait contentement ». C'est au poète qu'il rev […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-15 octobre 2020 Canada. Excuses officielles à une famille autochtone.

Celui-ci remplace Sylvie D’Amours qui était la cible de critiques à la suite de l’affaire Echaquan. Le 15 est publié le deuxième volet de l’enquête confiée en novembre 2015 par le gouvernement québécois à une experte indépendante, l’avocate Fannie Lafontaine, à la suite de la dénonciation de sévices sexuels infligés à des femmes autochtones par des policiers à Val-d’Or (Québec). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yvonne BELLENGER, « LES AMOURS, Pierre de Ronsard - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-amours/